Convergence des luttes ?

Les luttes en France...

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar l autre » Mardi 11 Nov 2014 11:23

J ai cherché mais rien pour les 99% pour un renvoi il faut indiquer la rubrique .

je comprend pas Kunhing. Il dit que les revendications immédiates sont nocifs et réformistes . Il critique les organisations qui agissent par ce type de revendications. Pour lui une seule logique est justifié la révolution . Il s oppose au fait de constituer des organisations permanentes genre syndicat qui comme fraction veulent le contrôle de la masse. Il pense que seule l action des masses est révolutionnaire ce qui le pousse a penser nocives les organisations et magnifier le mouvement ( mouvementisme) . Sur ces questions les positions des anarchosyndicalistes voir ci devant sont plus ouvertes et pas aussi catégoriques . Mais quant une foule manifeste pour des revendications immédiates, une défense du réformisme , prétend parler au nom de la masse bien que n étant que fraction. le mouvementisme oublie son pensé révolutionnaire et s enthousiaste du rassemblement. Ce qui aboutit a renforcer le choix réformiste contre celui révolutionnaire . Pour les anarcho-syndicalistes la position révolutionnaire doit être défendue du moins son discours donné a connaitre. Notre position n est pas de fétichiser la masse, le mouvement, une organisation spécifique; mais comprendre qui dit et fait quoi en égard a un corpus idéologique. Ce qui importe c est que le mouvement , la masse sans les quelles rien n est possible, s instituent comme fait révolutionnaire. Ce qui pose le comment de ce possible. J observe donc que a contrario de son discours Kg peut soutenir un mouvement qui pluriel dans sa composition idéologique et par là contradictoire peut être soutenu vu les potentialités et dynamiques de la lutte. Se point de vue que nous partageons dans ce cas doit aussi s appliquer a une organisation vu que rien n est parfait est évolue selon la situation . Participer quant cela est possible a une mobilisation , être acteur de celle ci , y débattre, renforcer l auto-organisation , proposer etc; quant cela est fait de façon intelligente , positive pour la mobilisation; ne fait pas obstacle a l expression de groupe spécifique. Ce que d autant un principe le tout contient ses parties. Ce sont toutes ces raisons que sur ce forum ai donné a connaitre et débattre les diverses mobilisations . Je constate que quelques soit sa référence anarco-syndicaliste, anti syndicaliste, individualiste, socialiste anarchiste quant le but est le communisme libertaire. la présence de toutes ses sensibilités dans une mobilisation finissent par pratiquer et dires les mêmes choses. Ce qui fait sans doute que la pratique de Kg n est pas si éloignée de la notre.Beaucoup de gens dans une luttes on du bon sens ils peuvent entendre voir admettre, supporter, tolérer, valider un discours révolutionnaire . Quant celui ci non imposer est honnête , cohérent, etc. J ai participé a de nombreuse luttes et mobilisations, je n'ai jamais occulté se que je pensais comme anar syndicaliste. Sauf les bureaucrates, les narcissiques groupusculairs, les petits tyrans, la majorité des gens ne s offusque d entendre une position de révolutionnaire. Mais quant le fond et le commun sont brisés par des querelles byzantines ou picrocholines sur tel ou tel groupe; quant le mensonge est l art de la manipulation, quant on élève une tactique ou hypothèses a l absolu vérité. quant on fait du groupe ou de l individu l objet de tout vice ou vertu, on induit la répulsion de sa propre doctrine. Je pourrai ici monter à charge ou décharge tel groupe, tel individu . Pour sortir du marasme, du délirant, de la dépréciation masochiste et éviter que trop de manipulations conduisent au ressentiment etc. Quant un individu ou un groupe sont honnêtes, cohérents, logiques, sincères dans leur discours. Savoir le dire et faire crédit de cela est important. Car l exposé de leurs divergences convergences sera compris comme un échange . La force du propos tient a raison non a sa violence.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar kuhing » Mardi 11 Nov 2014 18:12

Que dire pour simplifier ?

D'un coté il y a effectivement un intérêt à se regrouper au moins pour ne pas se sentir isolé dans ses idées même si elles sont floues. Je l'admets.
D'un autre, chaque regroupement humain, à l'étape actuelle du niveau de conscience général dépendant des conditions matérielles induites par le fonctionnement social, reproduit les rapports de domination de la société et ne peut qu'être, à mon avis, un obstacle au processus révolutionnaire s'il se déclenche.

Et pour le moment je pense que le deuxième inconvénient l'emporte sur le premier avantage.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar l autre » Lundi 17 Nov 2014 13:23

Si je suis la logique de Khg tout regroupement incluant l individu n échappent pas au formatage du discours ambiant. J ai quelques distances avec cette position" la réalité matérielle induite par le fonctionnement sociale actuelle structure la consciences et le comportement. Par cela comment existe le conflit? Sans nier que l idéologie soude une communauté autours de son idéologie et que temps que dure cette soudure le conflit ne peut surgir. La conscience comme choix idéologique peut échapper à l idéologie dominante ou officielle. Ce qui explique les rébellions. Si le cadre matériel agence le cadre politique , sans action ou modifications éco pas de changement politique . Ce qui pose l action sur les revendications immédiates selon leurs contenus et les changements matériels que cela produit au niveau politique et idéologique. la position que nous soutenons est que idéologie, politique, économie sont liés. Pour modifier une système social ces trois aspects sont a traiter ce qui revient a produire une idéologie subversive. Individuelle ou collective ( groupement spécifique, de masse; de classe, comité populaire etc) ce qui importe n est pas l action mais le niveau de rupture idéologique de ces entités. Que actuellement cette rupture est très minoritaire tant individuelle de collective, seuls quelques groupes et personnes agissent pour une prise de conscience de masse. Cette prise de conscience de masse est seule capable de produire une transformation sociale de fond.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar lucien » Mardi 18 Nov 2014 22:43

kuhing a écrit:Que dire pour simplifier ?

D'un coté il y a effectivement un intérêt à se regrouper au moins pour ne pas se sentir isolé dans ses idées même si elles sont floues. Je l'admets.
D'un autre, chaque regroupement humain, à l'étape actuelle du niveau de conscience général dépendant des conditions matérielles induites par le fonctionnement social, reproduit les rapports de domination de la société et ne peut qu'être, à mon avis, un obstacle au processus révolutionnaire s'il se déclenche.

Et pour le moment je pense que le deuxième inconvénient l'emporte sur le premier avantage.
Et comme le disait Malatesta, que tu cites justement mais je ne sais plus où sur sa critique d'un syndicat révolutionnaire italien :

Si le mouvement veut dire l'ensemble des individus qui ont un but commun et s'efforcent de l'atteindre, il est naturel qu'ils s'entendent, unissent leurs forces, se partagent le travail et prennent toutes les mesures adéquates pour remplir cette tâche. Rester isolé, agissant ou voulant agir chacun pour son compte sans s'entendre avec les autres, sans se préparer, sans unir en un faisceau puisant les faibles forces des isolés, signifie se condamner à la faiblesse, gaspiller son énergie en de petits actes inefficaces, perdre rapidement la foi dans le but et tomber dans l'inaction complète.

[...]

L'autre objection est que l'organisation crée des chefs, une autorité. Si cela est vrai, s'il est vrai que les anarchistes sont incapables de se réunir et de se mettre d'accord entre eux sans se soumettre à une autorité, cela veut dire qu'ils sont encore très peu anarchistes. Avant de penser à établir l'anarchie dans le monde, ils doivent songer à se rendre capables eux-mêmes de vivre en anarchistes. Le remède n'est pas dans l'organisation, mais dans la conscience perfectible des membres.

Et le meilleur moyen de faire avancer les choses (ce qui inclut progresser individuellement dans le collectif - sauf à se penser vierge de tout reproche), c'est de s'y frotter, pas de s'en tenir éloigné.

Je rajouterai que Malatesta ne croyait pas à la révolution spontanée, sans lutte préalable, et, pour en revenir à tes propos, pourquoi le niveau de conscience générale dont tu fais référence pourrait-il admettre ce principe de révolution, a fortiori si même dans les orga. dites révolutionnaires on ne réussit même pas à l'avancer convenablement ? La moindre tentative ne serait-elle pas confronter à un raz-de-marée réactionnaire, du moins conservateur ?

Errico Malatesta
L'organisation (1897)
http://kropot.free.fr/Malatesta-organisation.htm
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar kuhing » Mercredi 19 Nov 2014 11:33

lucien a écrit:
kuhing a écrit:Que dire pour simplifier ?

D'un coté il y a effectivement un intérêt à se regrouper au moins pour ne pas se sentir isolé dans ses idées même si elles sont floues. Je l'admets.
D'un autre, chaque regroupement humain, à l'étape actuelle du niveau de conscience général dépendant des conditions matérielles induites par le fonctionnement social, reproduit les rapports de domination de la société et ne peut qu'être, à mon avis, un obstacle au processus révolutionnaire s'il se déclenche.

Et pour le moment je pense que le deuxième inconvénient l'emporte sur le premier avantage.
Et comme le disait Malatesta, que tu cites justement mais je ne sais plus où sur sa critique d'un syndicat révolutionnaire italien :

Si le mouvement veut dire l'ensemble des individus qui ont un but commun et s'efforcent de l'atteindre, il est naturel qu'ils s'entendent, unissent leurs forces, se partagent le travail et prennent toutes les mesures adéquates pour remplir cette tâche. Rester isolé, agissant ou voulant agir chacun pour son compte sans s'entendre avec les autres, sans se préparer, sans unir en un faisceau puisant les faibles forces des isolés, signifie se condamner à la faiblesse, gaspiller son énergie en de petits actes inefficaces, perdre rapidement la foi dans le but et tomber dans l'inaction complète.

[...]

L'autre objection est que l'organisation crée des chefs, une autorité. Si cela est vrai, s'il est vrai que les anarchistes sont incapables de se réunir et de se mettre d'accord entre eux sans se soumettre à une autorité, cela veut dire qu'ils sont encore très peu anarchistes. Avant de penser à établir l'anarchie dans le monde, ils doivent songer à se rendre capables eux-mêmes de vivre en anarchistes. Le remède n'est pas dans l'organisation, mais dans la conscience perfectible des membres.

Et le meilleur moyen de faire avancer les choses (ce qui inclut progresser individuellement dans le collectif - sauf à se penser vierge de tout reproche), c'est de s'y frotter, pas de s'en tenir éloigné.

Je rajouterai que Malatesta ne croyait pas à la révolution spontanée, sans lutte préalable, et, pour en revenir à tes propos, pourquoi le niveau de conscience générale dont tu fais référence pourrait-il admettre ce principe de révolution, a fortiori si même dans les orga. dites révolutionnaires on ne réussit même pas à l'avancer convenablement ? La moindre tentative ne serait-elle pas confronter à un raz-de-marée réactionnaire, du moins conservateur ?

Errico Malatesta
L'organisation (1897)
http://kropot.free.fr/Malatesta-organisation.htm


Malatesta n'est pas mon maître à penser même si j'y ai trouvé des avis intéressants notamment sur sa critique du fonctionnement à l'unanimité dans les organisations.
Malatesta n'a pas fait la révolution non plus.
Il a surtout bourlingué et écrit.

Quand il dit :

"L'autre objection est que l'organisation crée des chefs, une autorité. Si cela est vrai, s'il est vrai que les anarchistes sont incapables de se réunir et de se mettre d'accord entre eux sans se soumettre à une autorité, cela veut dire qu'ils sont encore très peu anarchistes"

Je crois qu'il a raison : les anarchistes sont effectivement incapables de se mettre d'accord entre eux sans se soumettre à une autorité et ils sont encore très peu anarchistes.
C'est un fait.

Concernant le niveau de conscience, je n'ai jamais dit qu'il irait forcément vers la voie que je considère être la bonne c'est à dire celle de la société sans classes ni Etat ni échanges d'argent.
D'ailleurs en ce moment la contestation ne va pas dans ce sens là apparemment mais plus dans plutôt dans celui des fils spirituels d'Hitler et de Bozo le clown que sont les Dieudonné M'bala et Soral.

Cependant rien n’empêche de penser qu'un revirement soudain et spontané est possible mais sans qu'il soit obligatoire.
Et je ne crois pas, s'il se passe, qu'il aboutira dans un conflit entre structures politiques ou syndicales dites"organisées" .
Il aboutira que si toutes ces structures sont détruites.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar elquico » Samedi 22 Nov 2014 12:03

jai du mal à comprendre.Mais,ce que j'ai compris est peut être erroné,concernant le fait de se regrouper et de faire converger nos luttes.L'analyse selon laquelle les conditions économiques influenceraient la structure sociale et donc la necessité ou non de se regrouper,est une analyse marxiste que je ne partage pas, parceque je pense que seul dans mon coin je ne ferais rien et que j'ai quelque chose à dire Je pense que mon point de vue ne rejette pas cette analyse marxiste mais affirme que cette proposition de ne pas se regrouper n,' a pas grand chose à voir là dedans
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar lucien » Dimanche 23 Nov 2014 22:39

Oui et on peut aussi se demander si, inversement, le jour où il n'y aura plus de gens organisés pour s'affirmer contre un système, ce dernier n'aura-t-il pas gagner ? Dans tous les cas, il n'y a pas de fin de l'histoire donc ça me semble important qu'il y ait une perpétuation de cette rébellion.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar kuhing » Lundi 24 Nov 2014 11:10

lucien a écrit:Oui et on peut aussi se demander si, inversement, le jour où il n'y aura plus de gens organisés pour s'affirmer contre un système, ce dernier n'aura-t-il pas gagner ? Dans tous les cas, il n'y a pas de fin de l'histoire donc ça me semble important qu'il y ait une perpétuation de cette rébellion.


Pour le moment les structures dites organisées n’empêchent pas le système de gagner.
Je pense même que ce sont des soupapes qui le lui permettent.
Je persiste donc à croire que les choses bougeront vraiment quand la conscience générale sera suffisante pour se passer d'elles.
ça arrivera ou ça n'arrivera pas, je n'en sais rien mais je ne vois pas d'autres solutions au problème en question.

Encore une fois cela n’empêche ni d'échanger ni de garder des contacts avec des gens qui ont un projet et une réflexion similaire.
Mais un groupe, une structure, un parti, un syndicat avec locaux et cotisations ne peut qu’entraîner une bureaucratisation et des conflit d'intérêts et luttes de pouvoir.
C'est mon avis qui s'appuie sur ma propre expérience.

Pour exemple, je regardais, à ce sujet, le local de la CNT-f à Paris, rue des Vignoles .
J'ai eu l'occasion d'y passer une fois (et je ne connais pas ceux de la CNT-ait ). C'est vraiment bien.
Mais comment, de tels locaux, disponibles en plein centre de Paris, au prix des loyers et de l'immobilier dans la capitale, ne peuvent pas produire des gens qui veulent en avoir les clefs et les garder ?
Cette réflexion peut s'élargir à tout le reste. (fric , journaux, librairies ...)

Même la simple gestion d'un forum internet peut monter à la tête et provoquer un "power trip" sur les autres, c'est pour dire... ( ne prends pas ça pour toi Lucien (puisque la discussion reste jusqu'à présent libre ici ) , je pense à d'autres individus )
et, comme par hasard, ce sont des gens "organisés" qui ont subtilisé le contrôle des forums en question.( et les ont par là même détruits )
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar Lambros » Lundi 24 Nov 2014 12:06

En fait, la région fRance est assez connue à l'extérieur pour habriter les anarchistes les plus réformistes, autoritaires... On a vu ça à Gentioux cette année: la CNT-AIT et des non-organisé-es on avait l'impression d'être les sans-dents du mouvement...

Quand le capitalisme, l'Etat était mis à mal, ça a été un travail de fond d'orgas, (je pense à la FORA là tout de suite)

Mais faudrait faire un autre fil là c'est "convergence des luttes" ?
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar elquico » Vendredi 28 Nov 2014 22:53

Spectateur ou acteur?Nous ne pouvons passer notre temps à contempler ce monde ,l'analyser,mais le penser c'est déja agir.Que,les anars français soient un peu à la traîne d'accord,Malatesta un peu ringard,ok, et le local des vignoles super guindé j'en conviens.Concernant la convergence des luttes,je crois que le plus dur est de s'impliquer de façon autonome et individuelle,d'ou les critiques souvent formulées à l'égard des orgas dans ce débat.La révolution ce sont d'abord des petites choses,qui en produiront de plus grandes,et c'est évident partant d'un point de vue individuel que la convergence doit se faire pour construire un mouvement ,converger ne veut pas dire "se fondre dans la masse"
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar kuhing » Samedi 29 Nov 2014 9:30

Mais La convergence des luttes pour quoi faire ?
Construire la grève générale ? D'accord.
Mais pour faire quoi ensuite ? Des nouveaux accords de Grenelle ?
Parce que s'arrêter de bosser pour réclamer des meilleures condition de travail, c'est à ça que ça aboutit.

Donc si on veut sortir de ce cercle vicieux, il faut que les gens comprennent que ce qui est important est ce qu'il faut mettre en place, le faire sans réclamer l'aumône au système qui de toutes façons en sortira gagnant.
Et ça ne peut arriver que dans un mouvement d'ensemble qui balaye toutes les organisations syndicales et politiques.
Ce n'est pas dix gugusses qui commentent les luttes de la CGT et pensent que la révolution va arriver en poussant les syndicats au cul qui vont changer quoi que ce soit. ( parce que les luttes revendicatives sont menées par la CGT et FO et pas par la CNT-ait)

Alors ceux qui veulent avoir l'impression "d'intervenir" dans ce processus et se sentir acteur et non spectateur, ils peuvent aussi adhérer au NPA qui s'égosille depuis des lustres sur la question ( ce qui ne l'empêche pas de perdre chaque jour de nouveaux membres.)
Tiens à propos si t'as un peu de monnaie, y'aurait besoin de 400.000 euros pour la campagne financière du NPA ( faut payer les faux frais de maquillage de Besancenot quand il passe à la télé.)

La convergence des luttes c'est ici et ça coûte 400.000 balles :
http://npa2009.org/actualite/sante-contre-l-hosterite-la-convergence-continue
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar elquico » Samedi 29 Nov 2014 19:47

Les gens comme tu dis c'est qui? Le nombre n'a pas d'importance et l'histoire n'a jamais été faite quand on a voulu faire comprendre aux gens et les diriger,parce qu'ils pensent et agissent par eux mêmes, tu parles de grenelle,mon analyse de 68 c'est que une minorité éveillée voulait changer radicalement et que les masses en ont profité pour ramasser la mise,et ont refusé de s'engager dans ce mouvement ,parce que c'était inimaginable des étudiants qui leur disaient nous on ne veut plus vous diriger ,on veut une autre société
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar kuhing » Samedi 29 Nov 2014 22:16

Je comprends pas ce que tu dis ni les conclusions que tu en tires.

Ce que je constate personnellement est que le parti bolchevik a changé le cours de l'histoire en 1917.
Les syndicats et partis ont changé le cours des événements en trahisant le mouvement de 68 avec les accords de Grenelle et les partis d'extrême-gauche y sont aussi pour quelque chose
Pour reprendre l'exemple de 68, le déclenchement n'a pas été une convergence de luttes revendicatives, même s'il existait des mouvements sociaux et grèves, mais avant tout une remise en cause sociétale et culturelle.
Mais malgré l'aspect libertaire de 68, il n'en reste pas moins que l'organisation du mouvement de 68, y compris chez les étudiants, était verticale avec les leaders Cohn-Bendit (anarchiste à l'époque ), Sauvageot (PSU) et Geismar (Mao - GP).
ça fait partie des raisons de l’échec de 68 et l'anarchisme de Cohn-Bendit n'y a rien fait ( sans doute même au contraire )
On sait ce qu'il est devenu aujourd'hui.
L'autre raison de cet échec a été la manipulation des syndicats CGT, CFDT, FO, FEN (...) en focalisant la lutte sur la revendication immédiate qui a justement permis la signature des accords de Grenelle qui a clôturé le mouvement.

Donc mon avis est que croire que la convergence des luttes revendicatives va permettre une révolution sociale est une grosse erreur.
C'est donner au contraire la main libre aux directions syndicales qui marchent avec le système.
Il faut une remise en cause directe de la société actuelle avec le projet alternatif clair pour la remplacer immédiatement et non pas réclamer des salaires plus élevés pour les cheminots conjointement avec plus de postes pour les enseignants.

"Les gens" c'est tout le monde, en tous cas l'immense majorité, les 99%.
Et tant que tout ce monde n'aura la conscience suffisante pour remettre en cause le système avec l'idée claire de ce qui faut mettre à la place rien n'aboutira.
Cela ne peut se passer qu'en dehors de toutes les structures politiques et syndicales, y compris les plus radicales sinon ce sera récupéré.
"la révolution ne sera pas télévisée"

Il semble qu'on en soit loin actuellement ce qui n'exclut aucune éventualité.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar elquico » Dimanche 30 Nov 2014 0:06

Je crois au contraire que tu as parfaitement compris ce que je dis ,les choses sont simples,et je reviens à une chose ,que tu évoques les anarchosyndicalistes sont trés clairs là dessus les revendications salariales ne sont pas opposées aux luttes émancipatrices au contraire,il faut arrêter de prendre les ouvriers pour des cons,et de vouloir "leur faire prendre conscience " de ceci ou cela Pour moi revendications materielles "droit à la santé au logement à la nourriture"sont indissociables de la revendication à prendre en main une société égalitaire Personnellement,opposer ces deux combats c'est affaiblir la lutte ,tout comme conduire la lutte par corporations Voilà comment je crois que l'anarchosyndicalisme voit les choses, respect de l'individu et de l'autonomie dans l'organisation des luttes,peu importe que ce combat soit ou non ultraminoritaire,et s'il est important de dénoncer les prises de pouvoir,partis syndicats et confiscation des luttes,c'est de la leçon de nos luttes que nous construisons l'anarchosyndicalisme
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar kuhing » Dimanche 30 Nov 2014 9:34

Il y a une chose qui fait tilt dans ton discours ( le reste je connais et, j'ai déjà donné mes désaccords ) :

Quelqu'un qui "croit que j'ai parfaitement compris" alors que je n'avais vraiment rien compris à ce que tu disais ( et je mets au défi qui que ce soit de l'expliquer ) présume trés mal de ce qu'il serait s'il avait une once de pouvoir.

Ceux qui affirment savoir ce que les autres ont dans leurs têtes sont plus que dangereux.
Pas mal de gens ont croupi dans des geôles ou ont fini face à un peloton d'excecution parce que d'autres savaient mieux qu'eux ce qu'ils pensaient.

J'ai donc confirmation des craintes légitimes vis à vis de ceux qui croient pouvoir être ( ou rêvent d'être ) à l'avant-garde des luttes revendicatives ( mais ne font que les commenter ) pour construire leur chapelle ( ce qui d'ailleurs piétine pas mal )

Je crois me souvenir que tu défendais aussi, dans la suite logique "du droit à ce que le système devrait allouer" , ce que tu dis maintenant plus clairement, un statut d'Etat pour les prostitués ( donc la légitimation de la marchandisation du corps dans sa forme la plus odieuse )
C'est bien ça ?
Propos assez facile à retrouver.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar anarced » Lundi 01 Déc 2014 9:28

Pour ma part, je crois que t'as rien compris, mais alors, rien de rien.
Tu crois que le parti bolchevique a changé le cours de l'histoire, que les syndicats CGT et FO mènent les luttes revendicatives...
Ce que je vois dans chaque lutte et dans chaque grève depuis des décennies, c'est que le rôle des syndicats et des partis s'amenuise de plus en plus. Les luttes se font sans étiquettes, les drapeaux des orgas sont priés de rester au placard et ils y restent car les syndiqués sont de plus en plus minoritaires dans les luttes.
C'est ça la réalité du terrain.
Les syndicats influencent et parviennent encore à prendre le contrôle des luttes mais ils savent très bien qu'ils doivent composer avec les véritables meneurs de ces luttes: les travailleurs.
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar kuhing » Lundi 01 Déc 2014 9:54

anarced a écrit:
Tu crois que le parti bolchevique a changé le cours de l'histoire, que les syndicats CGT et FO mènent les luttes revendicatives...
.


Effectivement !
Mais que n'y avais-je réfléchi plus tôt.
le parti bolchevik n'a en rien influé sur le cours de l'histoire ( environ 100 millions de morts entre Lénine, Trotsky, Staline et Mao ) et, la CGT ou FO ne contrôlent plus rien.
C'est sur.
Mais une chose est encore plus sure : anarced et l'UL CNT-ait de Toulouse vont changer le monde.

2014 :
Image
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar anarced » Lundi 01 Déc 2014 12:32

Tu devrais lire Tolstoï, La Guerre et la Paix. Déjà, ça t'occuperait pendant quelques temps, ce qui t'éviterait de perdre ton temps sur internet, à essayer de donner des leçons du haut de ton ignorance...
Tu comprendrais que ce ne sont pas les grands personnages qui font l'histoire, contrairement à ce que les historiens ont longtemps écrit et écrivent encore, que Napoléon, par exemple, n'a jamais gagné aucune bataille, qu'aucune de ses batailles ne s'est jamais déroulée conformément à ses plans, que la plupart de ses ordres n'étaient pas suivis, etc.
Les choses se passent comme elles se passent et personne n'a jamais la situation en main. Personne, ni moi, ni toi, ni la cnt-ait, ni la cgt, ni Fo, ni le parti bolchévique.
Il ne faut pas se laisser tromper par les images et la propagande.
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar kuhing » Lundi 01 Déc 2014 14:59

anarced a écrit:Tu devrais lire Tolstoï, La Guerre et la Paix. Déjà, ça t'occuperait pendant quelques temps, ce qui t'éviterait de perdre ton temps sur internet, à essayer de donner des leçons du haut de ton ignorance...
.


Les leçons apparemment c'est toi qui les donnes et avec le mépris en prime.
Je suis à même de savoir quoi faire de mon temps et, tes conseils tu peux te les mettre où je pense.

J'envoie des messages ici pour donner un avis et, je n'ai rien à vendre, ni carte de membre ni chapelle.
Si cet avis te dérange, ce n'est pas mon problème mais le tien.
Je le fais parce que c'est le premier forum anarchiste que j'ai trouvé il y maintenant 7 ou 8 ans et où l'administrateur n'applique pas la censure, jusqu'à présent.
Les autres forums sont complètement vérolés et en partie à cause de membres de l'UL de la CNT-ait de Toulouse.
Pour le moment je trouve ici d'autres individus avec qui la discussion reste possible malgré les positions différentes et pas que des personnes dans ton genre.
Donc j'y participe encore, ne t'en déplaise et, tant que j'estime que ça en vaut la peine.

Quant au fond du discours: "Les choses se passent comme elles se passent ...." Voilà qui permet de justifier pas mal de saloperies mais je ne ferai pas de commentaires supplémentaires.

Il n'est pas nécessaire de perdre ton temps à me répondre.( et si tu le fais, je ne perdrai pas le mien avec toi )
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Convergence des luttes ?

Messagepar anarced » Lundi 01 Déc 2014 21:17

tolstoï a écrit:La corrélation des causes est incompréhensible pour l’esprit
humain, mais le besoin de s’en rendre compte est inné dans
le cœur de l’homme. Celui qui n’approfondit pas la raison d’être
des événements s’empare de la première coïncidence qui le
frappe pour s’écrier : « Voilà la cause ! ».
Mais lorsqu’on pénètre au fond du moindre fait historique,
c’est-à-dire au fond des masses où il s’est produit, on constate
que la volonté d’un individu, non seulement ne guide pas ces
masses, mais qu’elle-même est constamment dirigée par une
force supérieure. Si les événements historiques n’ont en réalité
d’autre cause que le principe même de toute cause, ils sont
néanmoins dirigés par des lois qui nous sont inconnues, ou que
nous entrevoyons à peine et que nous ne saurions découvrir,
sinon à la condition de renoncer à en voir le mobile dans la volonté
d’un seul homme. C’est ainsi que la connaissance de la loi
du mouvement des planètes n’est devenue possible que lorsque
l’homme eut répudié l’idée de l’immobilité de la terre.


(Ce n'est pas la meilleure traduction, mais la seule que j'ai trouvée sur le net)
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actualité hexagonale