Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Mille-feuilles à tendance séditieuse.

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Mercredi 04 Mar 2015 17:01

Et puisqu'on parle de lutte de classes , voire de "working class hero", je me pose la question suivante à propos de

ça

Qui sont les plus pourris dans cette affaire ? les patrons de l'abattoir ou ceux qui abattent ?

Pour moi c'est un point partout.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar Lambros » Samedi 07 Mar 2015 13:13

"L’espèce humaine est la seule à se croire libre parce qu’elle parle et que l’abstraction permise par le langage lui a fait croire à la réalité de ses conceptions abstraites. L’animal, qui ne parle pas, est soumis à des pressions de nécessité innombrables et s’il ne s’y soumet pas, il disparaît en tant qu’individu et en tant qu’espèce. L’homme, ignorant les règles à appliquer, les a inventées. Il a construit un monde qui le dépassait, un système englobant. Ce furent d’abord les mythes, les religions, les morales, puis les structures étatiques, s’exprimant par des lois." Henri Labori, transmis par un compagnon.

Go Veg@n :wink:
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar l autre » Vendredi 13 Mar 2015 20:41

en effet l homme est capable du langage donc d abstraction ainsi il est culture et échappe au jeu de nature et justement il fonde la morale et son rapport avec ce qui l entoure . je ne suis pas vegétarien ni anti spé mais je crois que vu sous l' angle énoncé ci devant rien ne s oppose a poser et réfléchir a cette position.
l autre
 
Messages: 449
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Samedi 14 Mar 2015 17:23

Je ne peux qu'approuver :)
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Samedi 14 Mar 2015 19:08

Et un message que je viens de recevoir de l'ami Yves Bonnardel:




:

Expéditeur: yv-riseup < ***l@****.net>
Date: 14 mars 2015 05:36:00 UTC+1
Destinataire:
Objet: TR : Libération - (Tribune) Nous sommes tous des animaux sensibles

Pour info !!!

dans Libé... avec un magnifique citation de Rosa Luxembourg, et une belle analyse, je trouve.
(et référence à la critique de l'idée de nature et à l'abandon de la définition de soi comme humain)

des bises,

yves

====



Nous sommes tous des animaux sensibles

Philippe REIGNÉ Professeur du Conservatoire national des arts et métiers 12 mars 2015 à 17:06

TRIBUNE

«Savez-vous que j’ai souvent l’impression de ne pas être vraiment un être humain, mais un oiseau ou un autre animal qui a pris forme humaine ?» On peut lire cette étonnante confession dans l’une des Lettres de prison écrites par Rosa Luxemburg (1). La célèbre théoricienne et militante internationaliste poursuit : «A vous, je peux bien le dire ; vous n’allez pas me soupçonner aussitôt de trahir le socialisme. Vous le savez, j’espère mourir malgré tout à mon poste, dans un combat de rue ou un pénitencier. Mais, en mon for intérieur, je suis plus près de mes mésanges charbonnières que des "camarades".» On aurait tort de refuser toute portée politique à ces déclarations en y voyant la marque d’une sensibilité exacerbée. Dans la même lettre, quelques lignes plus haut, Rosa Luxemburg déplore la disparition des «oiseaux chanteurs» d’Allemagne en l’attribuant à l’extension de la «culture rationnelle […] qui détruit peu à peu les endroits où ils nichent». Elle établit alors une comparaison avec les «Peaux-Rouges en Amérique du Nord», remarquant qu’«eux aussi sont peu à peu chassés de leur territoire par l’homme civilisé et sont condamnés à une mort silencieuse et cruelle». Avec plus d’un demi-siècle d’avance sur ses contemporains, Rosa Luxemburg ébauche ce qui, chez les partisans du mouvement de libération animale, deviendra la double analogie espèce, sexe, race.

Il faut attendre l’année 1970 pour que le psychologue britannique Richard Ryder, défenseur de la cause animale - soulignant que le mot «espèce», comme le mot «race», n’a pas de définition précise -, critique l’illogisme de notre position morale à l’égard des animaux ; il crée, à cette occasion, le terme de «spécisme», qui désigne «le préjugé qui consiste à accorder davantage de considération morale au représentant d’une espèce (souvent la nôtre mais pas toujours) pour le seul motif de l’appartenance à cette espèce (2)». Toutefois, alors que Richard Ryder se fonde sur les travaux de Darwin pour affirmer qu’il n’existe pas de différence essentielle entre les êtres humains et les autres animaux justifiant le spécisme, Rosa Luxemburg paraît bien prendre appui sur une expérience identitaire personnelle, empruntant ainsi une voie beaucoup plus originale.

Les personnes qui, bien qu’elles aient conscience d’avoir un corps humain, s’identifient à un ou plusieurs animaux non humains, sont fréquemment appelées «personnes animales» ; elles perçoivent des sensations qui les rapprochent de l’animal dont leur identité porte l’empreinte. Comme tous les phénomènes identitaires, de telles sensations varient d’un être à l’autre. L’exemple des personnes animales révèle que l’identité d’espèce d’une personne n’est pas nécessairement totalement humaine. Elle se rapproche, par sa complexité, de l’identité de genre. Cette dernière expression recouvre «l’expérience intime et personnelle de son genre profondément vécue par chacun, qu’elle corresponde ou non au sexe assigné à la naissance, y compris la conscience personnelle du corps […] l’habillement, le discours et les manières de se conduire (3)». Or, de même que la catégorie raciale et la catégorie de sexe sont le produit de rapports sociaux de domination qui leur préexistent et qu’elles légitimisent en les naturalisant, de même la catégorie d’espèce est le produit des relations de domination que les êtres humains exercent sur les autres animaux et dont elle interdit la contestation au nom de la Nature (4). Ces rapports de domination peuvent cependant être remis en cause par des identités qui leur sont irréductibles, voire qui les dépassent. Ainsi, est-il possible de refuser les catégories du genre en se définissant comme un être humain non genré. Pareillement, peut-on rejeter les catégories du spécisme en se définissant comme un être vivant et sensible. Le législateur vient même de donner à ce rejet un appui inattendu.

La loi du 16 février 2015 insère dans le code civil un nouvel article 515-14 qui proclame : «Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens.»L’intention du législateur était de «donne[r] une définition juridique de l’animal, être vivant et doué de sensibilité, et [de] soumet[tre] expressément les animaux au régime juridique des biens corporels en mettant l’accent sur les lois spéciales qui les protègent (5)». Le résultat n’est pas exactement celui annoncé. Les êtres humains sont aussi des êtres vivants et sensibles ; le droit ne les considère cependant pas comme des animaux, faute de les soumettre au régime des biens. L’article 515-14 ne pose pas une définition des animaux non humains, qui serait trop large, mais introduit dans le code civil la catégorie des êtres vivants et sensibles, commune aux animaux et aux êtres humains. Voulant définir les animaux, le législateur n’a pas su les distinguer d’avec les êtres humains ; il a donc conçu une métacatégorie qui les réunit. Aussi, si les animaux ne sont plus des biens, c’est parce qu’ils ont pris place, à côté des êtres humains, dans la catégorie juridique des êtres vivants et sensibles. La situation des animaux évoque celle des esclaves gouvernés par le code noir de 1680 ; ces derniers étaient des êtres humains, puisqu’ils devaient être baptisés (art. 2), mais ils étaient déclarés meubles et soumis au régime des biens (art. 44). De même, les animaux sont des êtres vivants et sensibles, mais ils sont soumis au régime des biens, à la différence des êtres humains.

Refuser son identité d’espèce en se définissant comme un être vivant et sensible est un moyen de lutter contre le spécisme et de favoriser l’avènement d’une société démocratique multi-espèces, telle que celle proposée par Sue Donaldson et Will Kymlicka dans Zoopolis (6). Ainsi, en consacrant la catégorie des êtres vivants et sensibles, le législateur a facilité, sans y prendre garde, l’apparition d’un trouble dans le spécisme.


(1) In «Lettres de prison» de Rosa Luxemburg, éditions Bélibaste, 1969. (2) «L’Ethique animale», par Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, PUF, 2008. (3) Principes de Jogjakarta, mars 2007. (4) Voir Yves Bonnardel, De l’appropriation… à l’idée de Nature, les Cahiers antispécistes, numéro 11, 1994. (5) Cécile Untermaier, JO, débat Assemblée nationale du 15 avril 2014. (6) «Zoopolis. A Political Theory of Animal Rights», par Sue Donaldson et Will Kymlicka, Oxford, 2011.

Philippe REIGNÉ Professeur du Conservatoire national des arts et métiers
Tribunes

http://www.liberation.fr/societe/2015/0 ... es_1219430
-- j
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar l autre » Mercredi 18 Mar 2015 18:40

de vraies questions dans le texte ci devant; mais il y a t-il nature d un coté et culture de l autre ou nature et culture? le bien mobilier n est-il le prolétaire? le genre s oublie du général ? le ce que je pense s affranchir du réel etc.
l autre
 
Messages: 449
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Mercredi 18 Mar 2015 20:59

Ce qui est intéressant dans ce texte n'est pas tant les lois et décrets qui classifient ou décident au nom des autres ce qui est de l'ordre de la propriété ou pas mais la remarque d'ordre général d'une des militantes les plus respectables de ce qu'on appelle " le mouvement ouvrier" et qui pour avoir été marxiste a été aussi une des plus ferventes opposantes au monolithisme léniniste, Rosa Luxembourg.

Ses déclarations et prise de position sont en accord avec ceux d'une Louise Michel ou d'un Elisee Reclus, par exemple.

Cela devrait finir de fermer la gueule, et j'emploie ce terme parce que nous sommes des animaux, à ces théoriciens de pacotille soit-disant "anarchistes" ou libertaires qui se permettent de décréter que refuser l'exploitation des plus faibles dans sa forme la plus extrême : s'en servir de nourriture et les élever pour cela, n'a pas à voir avec le mouvement pour l'émancipation de l'humanité, contre l'exploitation des uns sur d'autres.

Je pense à quelques petits maîtres à penser, censeurs de la fédération "anarchiste" et d'un ou deux minables de la CGA , CGA qui est d'ailleurs, d'après de que je lis, en train d'exploser.

Ma position est que l'antispecisme, dont je me réclame aussi, fait partie intégrante du mouvement et de la morale anarchiste même si le terme est plus récent.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar l autre » Jeudi 19 Mar 2015 12:52

sachant peu de ces questions je confesse je crois que j ai fait un confusion, un inversement specisme et anti specisme. l antispé anar je dirais si je comprends, étend ses principes a la totalité de ses rapports
au mode du moins il essai ... mais cela soulève d autres questions c est la limite pour soi de cette posture et de sa praticité dans le réel, bien que rien de nos jours surtout comme humaniste ne fait obstacle a la question des rapports du monde sensible (mais bio ou pas?). Sur les bouchers et travailleurs des abattoirs je suis moins dur que Kunhing car j ai fait des luttes avec des salariés d abattoir certains étaient des qui se foutent de tout, d autre et nombreux supportaient plus cet enfer, voir plus manger de la viande . Si le capitaliste pour son fric n a pas de principe autre que celui ci. Le salarié qui n a rien d autre pour vivres et nourrir sa progéniture ( très animal cet humain...) que peut il faire tant que le système n est pas changer, défendre son gagne pain . dans le communisme libertaire éthique et économie sont liées là et notre stratégie. je le concède celui qui pense a son bon plaisir a son moi au tout pour ma gueule et ne se pose la question de l autre fut il un animal ; et par là croit que la souffrance qu il inflige aux autres n a pas d importance tant que son égo est satisfait ne sera jamais un humain a notre sens mais un con ou un salaud .
l autre
 
Messages: 449
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Jeudi 19 Mar 2015 14:03

l autre a écrit: Sur les bouchers et travailleurs des abattoirs je suis moins dur que Kunhing car j ai fait des luttes avec des salariés d abattoir certains étaient des qui se foutent de tout, d autre et nombreux supportaient plus cet enfer, voir plus manger de la viande .


Cela pose le problème de son propre positionnement et de sa conception de la morale.
S'il faut en arriver à "en avoir rien à foutre de rien" pour remplir sa gamelle, personnellement je préfère crever de faim mais avec ma dignité et ma conscience.

Alors, selon la formule désormais célèbre : "c'est vous qui voyez".
...mais je ne suis pas obligé de vous côtoyer .
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Jeudi 19 Mar 2015 15:53

Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Lundi 30 Mar 2015 17:01

lu sur le forum "anarchiste" "révolutionnaire" détourné et contrôlé par l'oberführer "Pit" et aidé en cela par la Kapo "Béatrice" ( deux tristes petits minables personnages, arrivistes et stupides, à l'ego sur-gonflés et qui n'ont bien sur rien à voir avec l'anarchisme de prés comme de loin ) :

Re: Véganisme/antispécisme
Messagede Banshee » 30 Mar 2015, 17:35

Alex a écrit:
Voilà, je suis assez "intrigué" par ces deux courants (je précise que je ne suis ni l'un, ni l'autre). Dans ma ville, une bonne partie des jeunes "radicaux" (à gauche des JC quoi) luttent contre ces "oppressions", aussi ça me paraît important d'en savoir un peu plus là-dessus et, qui sait, d'avoir un débat calme et posé (je suis un optimiste...) sur le véganisme/antispécisme, ce que c'est, ce que ça représente concrètement en termes de forces ("les lapins, combien de divisions ?"), et un regard critique là-dessus (pourquoi aucune organisation n'a adopté cette lutte).

Je l'ai toujours souhaité également, mais ça n'a jamais été possible (ou alors c'était il y a très longtemps).

Alex a écrit:
J'espère que des végans/antispécistes traînent un peu sur le forum, histoire d'avoir un échange intéressant. 8-)

Oui, il y en a, mais ils n'ont pas droit à la parole, sauf à se faire traiter d'infâmes manipulateurs/confusionnistes. Et ce topic ne pas tarder à se retrouver en corbeille... (d'ici là on aura peut-être eu droit au cri de la carotte et à l'autogestion chez les lapins...)


Mais alors qu'est ce que vous foutez sur un forum qui se prétend anarchiste mais où on "n'a pas le droit à la parole" notamment quand on refuse d'exploiter dans sa forme la plus extrême, des êtres dotés d'intelligence et de sensibilité qui ont le seul défaut de ne pas pouvoir se défendre contre les cons ?

Ces abrutis de censeurs maîtres-penseurs de mes deux ont le don de me mettre hors de moi.
A défaut de les faire griller sur un barbecue, ils mériteraient un bon coup de pied où je pense pour leur apprendre les bonnes manières.

Mais je vais me calmer :)
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar frigouret » Lundi 30 Mar 2015 17:51

Pour être conséquent il faudrait ne manger ni laitage ni oeuf. Les poules pondeuses et les vaches, chèvres, brebis sont sacrifiées quand elles ne sont plus productives.
frigouret
 
Messages: 399
Inscription: Vendredi 10 Jan 2014 23:40

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Lundi 30 Mar 2015 18:40

C'est vrai.
C'est mon objectif mais pour le moment je n'en suis pas capable.
Je l'avoue humblement.
C'est trop difficile notamment socialement puisque si les végétariens sont déjà peu nombreux en France, les végétaliens sont extrêmement minoritaires.
Je leur tire mon chapeau.
Dans mon cas, ( et celui de ma compagne également végé ) quand tu vas chez des gens, ils font déjà beaucoup d'efforts pour te recevoir sans cuisiner de la viande ou du poisson ou des crustacés alors si tu leur dis que tu ne manges pas non plus de produits laitiers alors tu n'as plus de relations sociales ou tu prends une attitude sectaire et on ne souhaite pas se comporter comme ça.
Et puis si tu enlèves les protéines du lait et des œufs, ça demande plus de temps de réflexion et de moyens pour avoir les apports nécessaires et ne pas toujours manger la même chose.

Donc si ça reste un objectif à moyen terme, je ne suis pas en mesure aujourd'hui d'être plus (+) que végétarien.

Mais chacun fait ce qu'il peut et le problème ne ne situe pas là dans ce débat.

Le problème c'est les gens qui te censurent, te dénigrent, parce qu'eux mêmes ne sont pas en mesure de se faire le moindre effort sur la question après y avoir pensé.
Alors on théorise : " la vie se nourrit de la mort, c'est dans l'ordre des choses " comme nous explique le grand philosophe de bistro "bajotierra" .
"les antispecistes sont des réactionnaires parce qu'ils nous détournent des vrais problèmes de la lutte de classes " comme l'avance le petit prof qui se prend pour un penseur social "Berckman" ,le chef spirituel de ce qui reste de la CGA.

Personnellement je comprends très bien que tout le monde n'ait pas la réflexion concernant l'exploitation animale et lla mettre en pratique dans son implication personnelle.
On ne peut pas penser à tout.
Et j'ai de bons amis qui ne sont pas végétariens mais qui respectent mes engagements à ce sujet.
Le sujet les intéresse, il y pensent ou avouent que c'est trop difficile.
Ok pas de problèmes avec ça.

Par contre se faire censurer, calomnier sur cette question par des ayatollahs d'ordinateurs qui vont enfumer et dénigrer les antispecistes avec des théories élaborées pour masquer leur propre inconsistance , ça ne passe pas du tout.

Et je ne comprends pas que les anarchistes antispecistes, et, il y en a tout de même , se fasse emmerder et censurer par ces chefaillons minables.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar Mala » Lundi 30 Mar 2015 20:40

Moi je trouve que l'inconsistance c'est de partager des vidéos de militants d'extrême droite antispé pour justifier son idéologie fumeuse... ce que tu t'es permis sur d'autres forums (pas ici bizarrement, à croire que tu te méfie maintenant ^^). Après si tu pense pouvoir être crédible c'est raté. Pour ce qui est de l'antispécisme et de la cause animale, si le milieux est truffé de gros fachos c'est pas pour rien, les fachos donnent facilement dans le zoologique , c'est connu.
Mala
 

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Mardi 31 Mar 2015 4:18

Le fasciste, censeur et calomniateur, c'est toi "Mala - bajotierra "
Et tu es bien symptomatique de ce pourrissement auquel on assiste dans le petit milieu "libertaire" encarté et dégénéré et qui représente tout au plus une dizaine de petits chefs.

" on est ce que l'on mange "

Alors bouffe ta merde et les cadavres que tu veux mais évite de parler la bouche pleine, c'est disgracieux et ça donne une odeur encore plus fétide à tes palabres .
En tous cas, fais le plus loin de moi.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar kuhing » Mardi 31 Mar 2015 11:56

ah ! tout de même , il y en a qui osent envoyer chier l' oberführer Pit

( Le nain de jardin qui ferait mieux de continuer à jouer aux playmobil plutôt qu'au petit chef libertaire.)

Ça fait plaisir :)
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar Lambros » Mardi 31 Mar 2015 22:57

Perso je passe au veganisme. Oui en fRance c'est très dur. Mais c'est être en cohérence avec ce que je pense.

Et plutôt que "bouh les antispé fachos", je préfère discuter avec des gens capables de dialogue. Remarque, ce serait pas la 1e fois que je me ferais traiter de nazi alors...

(d'ailleurs les abattoirs and co ça s'inspire beaucoup d'un truc à la mode dans les années 30-40).

Sinon, les pro-carnés auront toujours les bons bourgeois d'Aoste à leurs côtés, leur dernière pub est un monument.
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar pit » Mercredi 01 Avr 2015 0:42

C'est assez incroyable de voir Kuhing, pourtant pas vraiment démuni en terme de position de classe, pour répondre à son copain virtuel Lambros qui laisse penser qu'il y aurait là lutte contre les bourgeois, venir faire la leçon de cette manière à des militants-es réel-les qui se font chier sur divers terrain de luttes, alors qu'il ne peut que se vanter de manger végétarien, et de coller une affiche, et insulter tout le monde à tout vents, et publiquement. D'ailleurs rapporté à l'exemple qui le fait à nouveau frémir il semble que cela ne va pas vraiment aller dans son sens, mais qu'importe, en ce qui le mène il s'agit juste de pouvoir continuer à cracher sur le mouvement anarchiste, tout en se prétendant en être un représentant assez important pour en faire un inquisiteur alors qu'il n'a réussi qu'à faire le vide autour de lui dans sa région.

Je pense que faire étendard de l'antispécisme ne participe qu'à le conforter dans une attitude de la négation de la lutte des classes, et une attitude parfaitement réactionnaire qui l'amène à se faire passer pour plus radical que d'autres alors qu'il ne fait que condamner la révolution sociale. Il n'y a là d'ailleurs plus qu'un prétexte pour se faire mousser à bon compte et surtout condamner le mouvement révolutionnaire, et anarchiste dont il se fait fort à tort d'être un porteur en forme de tampon AOC alors qu'il n'est qu'un charlatan.

Notre espace collectif, en forum anarchiste révolutionnaire, n'est pas dans ce trip et on tente de rassembler autour de luttes et projet qui ne renverse pas la dynamique comme il tente de le faire, en bon bourgeois réactionnaire qui s'est trouvé un dada plus qu'interrogeable. La condition humaine et son amélioration, et dans une dynamique qui ne peut être que révolutionnaire, ne peut pas être mise de côté parce que des bobos désœuvrés vont trouver plus important une "libération animale" dont on se demande bien qu'elle en sera les contours et le contenu. Et s'il n'est pas question non plus de négation d'une partie de la condition animale dénonçable (une partie, car pour exemple on ne mange pas des lions, qui eux mangent d'autres animaux, et on ne veut pas les éliminer pour autant), et des question rapportée à un système consumériste qui transforme certains animaux en objets juste consommables, cet angle de vue antispéciste qui en vient, comme il le fait en bourgeois indifférent, à placer celle-ci au dessus de la lutte concernant la condition humaine est tout simplement parfaitement réactionnaire.

Beaucoup de végétariens-nes ne sont pas pour autant antispéciste, et le raccourci entretenu par ce faussaire ne permet aucun débat. Il n'y aura que bordées d'insultes et d'injures venant de ce monsieur, qui par là même pense que c'est faire œuvre de super radicalité alors qu'il n'y a qu'escroquerie, une escroquerie qui ferait passer un libéral pour un libertaire.
pit
 
Messages: 7
Inscription: Jeudi 25 Déc 2014 18:49

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar Lambros » Mercredi 01 Avr 2015 1:50

vu que tu piges rien, et qu'en parlant de lutte des classes c'est l'Etat qui finance ton syndicat, je te le refais:

l'antispé ne place pas la libération animale au dessus de celle de l'animal humain. Comme le disait un compagnon de l'ABC (un affreux réac aussi lui donc): "l'objectif dans ma vie est de créer le moins de souffrance possible". Bouh le méchant réac qui est même pas lutte des classes. Bollocks.

en insultes, je t'ai jamais dit que tu étais réac. Mais par contre, ton discours ces celui de tes potos d'Aoste.
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: Antispécisme, pratiques alimentaires et anarchisme

Messagepar Mala » Mercredi 01 Avr 2015 6:43

Lambros a écrit:Perso je passe au veganisme. Oui en fRance c'est très dur. Mais c'est être en cohérence avec ce que je pense.

Et plutôt que "bouh les antispé fachos", je préfère discuter avec des gens capables de dialogue. Remarque, ce serait pas la 1e fois que je me ferais traiter de nazi alors...

(d'ailleurs les abattoirs and co ça s'inspire beaucoup d'un truc à la mode dans les années 30-40).

Sinon, les pro-carnés auront toujours les bons bourgeois d'Aoste à leurs côtés, leur dernière pub est un monument.


tu vois la par exemple c'est le genre d'arguments que j'entends souvent venant des végés. Les abattoirs c'est la même chose que les camps d'extermination nazis. C'est un argument qui me fait peur, qui me gène. Ca revient à dire que la vie d'un enfant juif est égale à la vie d'une vache... Est-ce que si tu devais choisir entre la vie de ton chien et celle de ton père par exemple tu choisirais ton chien ? Il me semble que la est la principale limite au mouvement de libération animale actuel.
Mala
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Discussions diverses

cron