CNT-AIT, qui sommes nous ?

Sommier théorique et affinités idéologiques !

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar lucien » Lundi 06 Jan 2014 23:06

Je crois que tout le monde ici souscrit ou à conscience des contradictions dans lesquelles le système met les révolutionnaires. Maintenant, soit on tente de faire quelque chose dans la configuration dans laquelle on se trouve, soit il devient même inutile de se revendiquer anarchiste.

De révolution que certains sentiraient venir, je vois plutôt une guerre civile vu le niveau de conscience politique actuel. Et d'ailleurs, de quelle révolution entendent-ils ? Sans doute pas le grand soir et la réaction est à mon avis trop puissante pour en espérer une sortie heureuse. Spontanément donc, cette « révolution » prendrait sans doute une sale tournure et, malgré quelques éléments déclencheurs, l'exemple des bonnets rouges a laissé plus d'un breton dubitatif.

Je trouve qu'on élude trop souvent les apports d'une lutte, qu'elle soit victorieuse ou non d'ailleurs, dans l'apprentissage qu'elle offre à celles-ceux qui la mène : sortir de l'individualisme et mettre en œuvre le collectif (pour ne pas dire le communisme) dans le quotidien de la lutte - réfléchir, décider, agir (pour reprendre une affiche cénétiste) ensemble. Je ne vais pas développer ça ici (avec tout ce qui nous sépare, Claude Berger a écrit un bouquin intéressant sur la question, disponible au local et évoqué il y a fort longtemps ) mais la promotion des luttes autogérées me paraît une contribution essentielle de l'anarchosyndicalisme à un hypothétique changement qui ne se fera pas spontanément...

Quant à la participation à l'illusion de la réforme, j'invite à lire deux exemples de tract diffusé par le groupe de Caen de la CNT-AIT, on ne peut plus clair sur la question des revendications corporatistes :

Combien de temps allons-nous endurer ça ? [2009]

Plus que jamais, barbarie ou résistance populaire autonome ! [2010]

Ils n'existent semble-t-il pas sur le forum ; je vais tacher d'y remédier.

Ah! et puis, c'est évoqué ici ou là (y compris dans la discussion sur Claude Berger) : je suis persuadé que les anarchosyndicalistes sont les moins portés à s'aplatir devant les prises de pouvoir et autres crapuleries que pourraient amener leur organisation, aujourd'hui ou demain (lors de l'instauration par décret officiel du paradis sur terre), quitte à en sortir pour mieux la défoncer. Citer en exemple quelques coquins ne suffit pas à masquer le travail de libération inédit des dizaines de milliers en action.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar lucien » Lundi 06 Jan 2014 23:12

lucien a écrit:Combien de temps allons-nous endurer ça ? [2009]

Plus que jamais, barbarie ou résistance populaire autonome ! [2010]

Ils n'existent semble-t-il pas sur le forum ; je vais tacher d'y remédier.


Version anarsonore pour le premier.

Et version forum rouge & noir pour le second.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar kuhing » Mardi 07 Jan 2014 10:09

lucien a écrit:


Serait-il possible de préciser le sens exact de cette formulation tirée du tract "combien de temps ..." et, notamment la notion de "statut unique" :

"La seule manière d’empêcher la mise en concurrence de la force de travail est d’imposer un statut unique. Pour obtenir cela, il faut avancer un cadre revendicatif unifiant qui permette une réelle convergence et massification des luttes actuelles et futures."
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar lucien » Mercredi 08 Jan 2014 0:08

C'est un peu l'histoire de plombier polonais... Ou comment lutter contre la mise en concurrence des travailleurs par delà les entreprises, par delà les frontières. Il me sera difficile ce soir de te livrer l'état de nos réflexions d'il y a 4 ans mais, à l'instar par exemple du revenu universel - qui pourrait également entrer dans la boîte à outils anarchosyndicaliste parce que pouvant fragiliser le système -, le concept est surtout intéressant dans ce qu'il amène en débat. Tu as déjà réfléchi à ces questions-là et je te vois déjà venir sur "la nature foncièrement réformiste et sans issue" de la proposition mais ces concepts, dans des mouvements démarrant sur des bases corporatistes, sont des pavés dans la mare des assemblées générales qui voudraient s'y maintenir.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar kuhing » Mercredi 08 Jan 2014 9:36

lucien a écrit:C'est un peu l'histoire de plombier polonais... Ou comment lutter contre la mise en concurrence des travailleurs par delà les entreprises, par delà les frontières. Il me sera difficile ce soir de te livrer l'état de nos réflexions d'il y a 4 ans mais, à l'instar par exemple du revenu universel - qui pourrait également entrer dans la boîte à outils anarchosyndicaliste parce que pouvant fragiliser le système -, le concept est surtout intéressant dans ce qu'il amène en débat. Tu as déjà réfléchi à ces questions-là et je te vois déjà venir sur "la nature foncièrement réformiste et sans issue" de la proposition mais ces concepts, dans des mouvements démarrant sur des bases corporatistes, sont des pavés dans la mare des assemblées générales qui voudraient s'y maintenir.


Bah, je ne cherche pas à dénigrer ton organisation, je cherche à comprendre la stratégie syndicaliste de la frange anarchiste que vous représentez entre autres, donc je pose des questions.

Maintenant c'est vrai que les réponses que je reçois ne me convainquent pas plus que ça et, plus ça va plus je me place comme étant anti-syndicaliste.

Parce que dans le cas présent, puisque qu'il est extrêmement peu probable, pour ne pas dire impossible, d'obtenir "un revenu universel" ( qui correspond donc à un salaire et, géré par qui ? et, calculé de quelle façon ? ... ) et que cela reste donc un mot d'ordre de propagande, pourquoi ne pas avancer simplement la perspective immédiate de disparition de toute quantification du travail donc de la disparition de tous échanges monétaires ?

Ce qui est par ailleurs réalisable tout de suite par la grande masse de la population si elle comprend qu'elle peut le faire .
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar l autre » Mercredi 08 Jan 2014 11:05

la discussion sur la quantification a eu lieu dans la rubrique vers la communisme, nous pourrions la reprendre plus tard. Parce que le revenu universel est sous tendu par une forme de non quantification. Comme quoi il ne faut pas tirer trop rapidement de conclusions y compris syndicales. La position de Lucien est logique car au constat que le corporatisme divise et créer une impasse; il ne faut pas agir sur les diverses conventions collectives qui mettent en concurrence la force de travail. Cela abouti a la même logique que l armée de réserve ( Marx ). Mais combattre pour un statut unique non pour des futilités consuméristes mais sur les besoins fondamentaux . Ceux ci étant socialiser dans leurs fournitures. Bien sure cela ne règle pas tout et surtout la possibilité du capitalisme d y répondre. Mais cela pose quelques interrogations.
Si le système ne veut ou peu pas répondre il y a conflit
les besoins fondamentaux ne peuvent être soumis aux aléas des crises capitalistes
Le ici maintenant de ces besoins s oppose a la logique de paupérisation
les besoins fondamentaux seront satisfaits dans le cadre d un autre système
La lutte sur ces fondamentaux peut unifier surtout les moins argentés et les soustraire a de néfastes influences.
La lutte permet une prise de conscience et peut être un mouvement spontanée qui ouvre des possibles

Kuhing qui s y connait en marxisme quelques questions
si la condition matérielle détermine( je préfère influe) la conscience structure/superstructure. le fait que la lutte de survivance soit dépassée ou atteint un niveau suffisant qui permet que la condition objective autorise des questions superstructurelles. si on préfère que la satisfaction du bol alimentaire libère pour des questions idéologiques. La lutte pour des revendication immédiates rentrent dans cette dialectique conditions de vie objectives et idéologies la matérialisme même historique ne peut faire opposition a l usage des revendications par l' anarco-syndicalisme . Reste comme nous avons concédé précédemment que de revendications de ce types sont délicates de maniement et fortement contextuelles donc tactiques.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar kuhing » Mercredi 08 Jan 2014 12:46

l autre a écrit:Parce que le revenu universel est sous tendu par une forme de non quantification. .


Non, qui dit revenu dit calcul et échanges monétaires ( comment ?et par qui ?)

Et si on obtient le même revenu quel que soit le travail fourni et sa quantité, en quoi est-il nécessaire ?
Par ailleurs même si au départ tout le monde a le même revenu, tu le monde ne dépensera pas obligatoirement la même chose d'où une accumulation du capital et impossibilité de sortir du système capitaliste lui-même.

Quant à ta question je vais d'ailleurs relire quelques passages de Guy Debord pour essayer de la comprendre et, je t'en reparle :)
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar jeannetperz » Mercredi 08 Jan 2014 14:01

si capte bien le débat c est que l ' anarcho-syndicalisme est O-k pour dire que la vraie solution est un changement société. Pour ça des anars pensent qui faut une utopie concrète et font dans débat idéologique. Les anarcos sont dacs mais y pensent que certaine revendications permettent le mouvement pour ça. Bref sont pas très éloignées les positions . Sait ti bien jlais lu dans cahier de l anarcho-syndicalisme: techniques de luttes?
jeannetperz
 
Messages: 171
Inscription: Lundi 30 Déc 2013 17:23

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar kuhing » Mercredi 08 Jan 2014 16:03

jeannetperz a écrit:si capte bien le débat c est que l ' anarcho-syndicalisme est O-k pour dire que la vraie solution est un changement société. Pour ça des anars pensent qui faut une utopie concrète et font dans débat idéologique. Les anarcos sont dacs mais y pensent que certaine revendications permettent le mouvement pour ça. Bref sont pas très éloignées les positions . Sait ti bien jlais lu dans cahier de l anarcho-syndicalisme: techniques de luttes?


C'est marrant le nombre de gens qui s'expriment en morse ici. :mrgreen:

Disons, pour clarifier encore plus ma position sur cette question, que je considère que la révolution sociale dépend exclusivement de l'élévation du niveau de conscience global des populations qui elle-même est en relation avec les conditions matérielles, selon un rapport dialectique.

Je crois que l'influence des anarchistes dans ce processus n'est que quantité négligeable pour diverses raisons même si je suis favorable au fait de tisser un réseau entre anarchistes.
J'ai d'ailleurs participé et je participe à la mise en place de contacts de ce type sur ma région.

Sinon, une fois le seuil de la conscience collective et individuelle suffisamment atteint, les gens pourront alors mettre en place d'eux-mêmes, sans guides idéologiques ni transition institutionnelle, un fonctionnement social non-marchand c'est à dire sans quantification monétaire du travail , " à chacun selon ses possibilités et ses besoins"

Si les anarchistes ont un rôle à jouer dans tout cela, même minime, c'est au moins, comme on le retrouve dans la formule d’Hippocrate destinée aux praticiens médicaux de: "primum non nocere" .
C'est à dire " d'abord ne pas nuire".

Or je pense, sans vouloir vexer ni agresser personne ici, que faire un préalable de la revendication immédiate dans le cadre du système actuel même s'il s'agit de réclamer un revenu identique pour tout le monde, n'aide pas à cette élévation du niveau de conscience.
Au contraire, cela alimente l'illusion que le système actuel est en mesure de satisfaire ces demandes sans globalement en prendre une contrepartie ailleurs.
Donc cela veut dire que ce système peut encore objectivement ( et donc subjectivement ) perdurer.

Et, si je puis dire, c'est "contre-productif ".

J'espère être clair dans l’énoncé de ce que je pense (à l'étape actuelle ) .
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar jeannetperz » Mercredi 08 Jan 2014 17:15

En fait c est qul on ma prie le tête ailleurs alors fait la morse sur, c est pas la fin de Herrico mais a qui veut piger ça sra bonne compagnie.
jeannetperz
 
Messages: 171
Inscription: Lundi 30 Déc 2013 17:23

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar Lambros » Mercredi 08 Jan 2014 20:35

Très intéressant...

Le revenu universel est pour moi au contraire quelque chose qui ne ferait que renforcer le capitalisme, surtout en ce moment. Il est d'ailleurs défendu par des grands banquiers et des théoriciens néo-libéraux. Première remarque qui m'est venue à ce sujet, ça te relance la consommation quelque chose de solide... c'est unificateur certes mais pas rupturiste... Je suis bénévole à un festoch de films, on va projeter un film là-dessus, le débat va être très intéressant.
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar lucien » Jeudi 09 Jan 2014 1:03

Beaucoup de choses à dire sur les échanges de la journée !

Si un changement révolutionnaire ne peut certes s'obtenir que par une prise de conscience globale, cette dernière n'est pas strictement ou uniquement dépendante des conditions matérielles (ça se saurait !) et ça impliquerait, puisque nous n'avons pas les moyens d'appauvrir nous-même toute la population, d'attendre que le système s'en charge... Faut vraiment aimer Marx pour dire des choses pareilles.

Le revenu universel mériterait un fil à part car je ne suis pas certain que tout le monde sache vraiment de quoi il est question. Pour ce qui est de la relance de la consommation, c'est à relativiser : si tous ceux qui se trouvent sous le seuil de pauvreté peuvent finir leur fin de mois plus tranquillement, je n'y vois pas d'inconvénient ; et si certains y trouvent leur compte et préfèrent vivre chichement sans se prostituer dans le salariat et en profiter ainsi pour VIVRE voire peaufiner leur bagage idéologique : j'applaudis. Et puisque je suis sur la prostitution, ça me semble bien plus rupturiste que la défense des travailleurs du sexe - je pense rejoindre kuhing sur la question, y compris sur la maladresse de l'article de l'A! de cet été. Pour revenir au revenu universel, je l'ai cité comme un concept intéressant (je constate d'ailleurs que kuhing me fait gentiment à chaque fois sauter d'un sujet à l'autre - l'illusion de la réforme > le statut unique > le revenu universel - sans que l'on puisse vraiment faire le tour de chacun : ça va trop vite pour moi) mais il est exact que le contexte économique n'est pas favorable à sa mise en place - quoi que -, même avec l'appui de Christine Boutin !

Je reviendrais peut-être plus tard sur l'impression d'un mélange entre ce qui relève du syndicalisme (= les techniques de luttes) et de la posture politique. Toujours est-il que je ne souhaite surtout pas me rapprocher des anarchistes et que je me déclare même anti-anarchistes puisque, c'est bien connu, ils appellent à voter ou au retour de la police de proximité, se syndiquent chez les réformards et sont de grands adeptes de la picole.

kuhing a écrit:Parce que dans le cas présent, puisque qu'il est extrêmement peu probable, pour ne pas dire impossible, d'obtenir "un revenu universel" ( qui correspond donc à un salaire et, géré par qui ? et, calculé de quelle façon ? ... ) et que cela reste donc un mot d'ordre de propagande, pourquoi ne pas avancer simplement la perspective immédiate de disparition de toute quantification du travail donc de la disparition de tous échanges monétaires ?

Ce qui est par ailleurs réalisable tout de suite par la grande masse de la population si elle comprend qu'elle peut le faire .
Encore faut-il qu'elle en prenne conscience et tu risques d'attendre le déclic longtemps...

Ca me fait indirectement penser à ce nanar pas loin de s'en prendre une bonne dans la tronche par le prolo fatigué par sa journée et par le reste parce qu'il (le nanar) vient beugler dans une AG de précaires qu'il faut arrêter de tourner en rond comme des moutons et par conséquent décréter l'insurrection sur le champ : t'as envie de le défendre ?

Maintenant, proposer telle ou telle revendication ne nous empêche pas d'y associer systématiquement une attaque en règle contre l'Etat, le Capital, le Parlementarisme : c'est même indissociable dans l'action anarchosyndicaliste.

En partant de la réalité matérielle concrète, les anarchosyndicalistes appuient un cadre revendicatif unifiant dépassant le corporatisme. C'est pour cela que nous défendons la satisfaction des besoins fondamentaux (logement, santé, nourriture, éducation...), ce qui implique de les soustraire à la logique marchande. Ce cadre revendicatif unifiant est le préalable d'une tentative de construction d'un rapport de force permettant une résistance populaire autonome.

Pour les anarchosyndicalistes, tous les problèmes sociaux et économiques sont interdépendants et découlent du
capitalisme, système résultant d'un processus socio-historique divisant la population en classes sociales. C'est bien la
« lutte des classes » qu'il faut remettre sur le tapis. Nonobstant, il s'agit de redonner force à une critique du
parlementarisme et de l'Etat.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar kuhing » Jeudi 09 Jan 2014 10:01

lucien a écrit:

Si un changement révolutionnaire ne peut certes s'obtenir que par une prise de conscience globale, cette dernière n'est pas strictement ou uniquement dépendante des conditions matérielles (ça se saurait !)


Vite fait :

Dire que la conscience est en rapport avec les conditions matérielles ne veut pas dire que plus on devient pauvre plus la conscience de passer à un autre système de fonctionnement , non marchand, s'aiguise.

Et je n'ai jamais dit ça.

D'ailleurs l'histoire et l'actualité montrent que la plupart du temps, c'est l'inverse qui se passe : la monté du nazisme en Allemagne en 33 était en rapport avec la misère grandissante du peuple allemand à cause notamment des conséquences du traité de Versailles.
Et aujourd'hui celle du Front National et du repli identitaire est certainement en rapport avec la paupérisation d'une frange importante de la société notamment les classes moyennes.

Et, pour réfléchir, encore faut-il avoir l'esprit suffisamment libéré pour qu'il ne trouve pas un moyen de remplir un ventre creux.

En ce qui me concerne je crois plutôt que c'est l'évolution de la situation, la relativité des choses et ses conséquences matérielles qui sont à même de permettre une élévation du niveau de conscience. Aujourd'hui la courbe est négative et c'est ce qui peut éveiller les consciences : pourquoi l'est-elle alors qu'on fait tous les efforts en travaillant ou en cherchant du travail pour qu'elle ne le soit pas ? Comment résoudre cette contradiction ?

Encore faut-il qu'elle en prenne conscience et tu risques d'attendre le déclic longtemps...


Je ne l'attendrai pas plus longtemps que toi :)

Et, si les anarchistes, toutes nuances confondues, ou même l'extrême-gauche avaient un rôle aussi essentiel dans le déclenchement de la révolution sociale, ils ne se stabiliseraient pas à quelques centaines de personnes ( qui en plus se foutent sur la gueule ) sur des dizaines de millions de gens et, cela depuis des décennies.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar jeannetperz » Jeudi 09 Jan 2014 14:27

a lire pour pas bourrer pif dans cette même rubrique: des révoltes a la révolution,comment lutter, la charte d Amiens est morte. et même si le changement c est pas pour dmain. Allez kuhing te fais pas l avocat du diable; crois tout le monde est dac et veut pas l orga qui dirige . Tu fais bien pointer risque et danger mais croit qu ils sont conscient du problème.
jeannetperz
 
Messages: 171
Inscription: Lundi 30 Déc 2013 17:23

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar l autre » Vendredi 10 Jan 2014 9:53

le pour ou le contre sur les revendication immédiates étant exposer. Pouvons nous conclure que si certaine ne paraissent pas compatibles d'autres ne nuisent pas. Le contexte détermine le rapport a ces revendications. Dans un contexte en rupture type insurrection la revendication immédiate ne joue plus la prise de conscience déplace l affrontement sur le terrain idéologico-politique. Dans les cahier de l anarcho-syndicalisme techniques de luttes la question et abordée dépassement de la phase revendicatif par la phase grève générale expropriatrice. A ceux stade les conditions sont remplies pour dépasser les diverse positions sur les revendication immédiates ce qui permet de réconcilier les diverses positions a se sujet. je laisserai donc pour l instant ouvertes les deux positions qui devront se confronter au réelle pour vérifier de leurs opportunités. Les divers contradicteurs sur cette question des revendications ont un point commun la nécessité d une prise de conscience massive pour que ce produise une révolution sociale. Chacun y pouvoir avec ses moyens. Conservons en mémoire que les grand conflits révolutionnaire se sont produits quant la classe des exploiter contait dans ces rangs un forte proportion organisé type anarcho-syndicaliste.

Je propose de discuter sur quelles pratiques anarchiste dans les luttes sociales.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar l autre » Vendredi 10 Jan 2014 9:55

modifier contait par compter dans ces rangs pour éviter l illusion
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar Lambros » Samedi 11 Jan 2014 14:07

Lucien je suis pas anti-anarchistes, mais par contre anarchistes de France ça veut rien dire, ça passe son temps avec le NPA ou la GA, c'est délégué syndical, ça vote conte le FN.....

Après je pense pas que le salaire universel soit rupturiste, ni anticapitaliste (quant à être un pas vers l'abolition du salariat :wink: )
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar kuhing » Samedi 11 Jan 2014 15:41

Lambros a écrit:
Après je pense pas que le salaire universel soit rupturiste, ni anticapitaliste (quant à être un pas vers l'abolition du salariat :wink: )


ça sent la scission :mrgreen:
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar Lambros » Samedi 11 Jan 2014 23:32

:mrgreen: tain et si le centralisme démocratique c'était cool :lol:
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: CNT-AIT, qui sommes nous ?

Messagepar kuhing » Dimanche 12 Jan 2014 9:21

Lambros a écrit::mrgreen: tain et si le centralisme démocratique c'était cool :lol:


Topaze , t'as un nouveau pour la rue des boulets . :)
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

PrécédenteSuivante

Retourner vers L'anarchosyndicalisme

cron