Notre-Dame des Landes Projet d'Aéroport

Les luttes en France...

Notre-Dame des Landes Projet d'Aéroport

Messagepar JeanGuy » Vendredi 07 Déc 2012 20:25

Salut à tous

J'imagine que nombreux sont ceux qui sur ce forum ont entendu parler du projet de nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes, près de Nantes. Ce sujet est assez souvent traité dans les médias classiques, où on nous relate les évènements sur place : manif, expulsions,...

Sur Caen, c'est en ce moment LA lutte à la mode et l'on voit diverses orgas monter des comités de soutien, en l'occurrence 2 : un comité de soutien à la ZAD plus ou moins tenu par la FSE locale même si ce n'est pas clairement avoué et où viennent quelques " libertaires ", et un autre comité plutôt de type " institutionnel " ou " citoyenniste " regroupant EELV, le PG, le NPA, la Confédération Paysanne, la FASE et Solidaires. Pour l'instant se sont tenues quelques AG, on note aussi des diffusion de tracts, collages, co-voiturages pour aller à la ZAD notamment le 17/11 quand il y a eu la manif' de réoccupation, pour le comité type FSE, l'autre je ne sais pas trop...

Tout cela pour avoir vos impressions : savoir si vous avez constaté par chez vous ce genre de choses ? Si oui comment est-ce que cela se passe ?

On peut en effet s'interroger sur ce genre de mouvement : Larzac, le retour ? Pourquoi ces milieux militants se jettent sur NDDL alors que personne ne bronche sur le cas Florange, très médiatique lui aussi pourtant ? Quelle est la dynamique de ces mouvements, les objectifs, les contradictions ( et il y en a ! ),... ?
Dernière édition par JeanGuy le Mercredi 12 Déc 2012 17:04, édité 1 fois.
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: NDDL

Messagepar l autre » Dimanche 09 Déc 2012 16:29

J attend plus d'infos ;je me suis baladé sur ce lieux avant sa médiatisation j'était sceptique sur les acteurs car ils divergent sur les buts et motivations.En fait peu de gens du cru sont actifs dans cette lutte parce que la zone est pratiquement vider de ses ex habitants . certains qui restes présents jouent la lutte pour les indemnités ( classique dans une lutte de riverain); ceux qui vivent dans les arbres défendent leur utopie arboricole et n'ont rien a cirer des riverains. En fait chacun utilise la lutte pour son propre intérêt. Reste une question ces luttes peuvent elles créer un espace de politisation . Tout les groupes,partis,orgas vont se jeter sur cette lutte pour leur besoin.Le front gauche pour se renforcer dans un espace extra parlementaire, les verts pour reprendre la main et se dédouaner d'être au pouvoir, l'ext-gauche reprendre le terrain perdue aux élections. Au départ ils laisseront les groupuscules gauchistes agir car il faut des noyaux mobilisables pour créer la situation, mais dès la mobilisation massive et la mise en place des comités nationaux ils vont marginaliser voir condamner les autonomes ou les anti-capitalistes. Ces derniers sont ils capables d'unirent leurs et des forces pour peser je ne sais pas . C'est la question que tu poses, A Caen l'existence de deux comités préfigure les clivages a venir? Si les libertaires sont capables de s'unirent ils peuvent peser, pour cela leurs dires doivent êtres claires et assumer une position net.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: NDDL

Messagepar JeanGuy » Lundi 10 Déc 2012 18:24

Ton analyse de cette mobilisation me semble pertinente et c'est justement là où je voulais en venir concernant NDDL :

- tout d'abord le côté très Larzac dans l'imaginaire des militants : José Bové de retour, la Confédération Paysanne... Seulement ce n'est plus du tout le même contexte : durant le Larzac, on est juste après 68, les milieux militants d'extrême-gauche sont relativement bien développés, et même si je n'étais pas là à l'époque j'imagine un niveau de conscience politique plus élevé dans la population générale ( à vous de me dire le contraire si je me trompe ). Aujourd'hui, le départ de la contestation vient de riverains qui ne veulent tout simplement pas être expulsés de chez eux : c'est plutôt légitime, et cela n'empêche pas d'avoir des idées concernant la défense de l'environnement, et plus globalement des idées critiques voire subversives envers le système capitaliste. Mais a priori le gros de la contestation initiale vient des agriculteurs du coin, propriétaires fonciers, traditionnellement plutôt à droite et défenseurs de la propriété privée : tout le contraire des utopistes arboricoles comme tu les nommes à juste titre... Quand on voit les auto-médias réalisés sur place, ce qu'il en ressort c'est beaucoup de mièvrerie, du sentimentalisme où des hippies s'émerveillent devant une chouette ou un vieux chêne.

- ensuite, on note qu'il y a tout de même beaucoup de gens extérieurs à la lutte : comment les militants peuvent-ils s'ancrer dans la lutte s'ils n'habitent pas dans le coin ? Qui peut se permettre d'aller s'installer à NDDL pour la lutte, ne serait-ce que temporairement ? Si on rajoute à cela les divers courants que l'on retrouve dans ce mouvement, et qui en plus d'être différents sont pour certains opposés idéologiquement, ça commence à devenir plutôt artificiel comme lutte... Quand on tient ce genre de discours, les zadistes de Caen répondent que les clivages idéologiques bougent durant une lutte, le niveau de conscience s'élève, et que de toute façon si on ne luttait qu'avec des gens d'accord avec nous sur une majorité d'idées, on ne lutterait jamais ; cela n'est pas tout à fait faux, mais cela revient surtout à dire que pour unir et massifier sur cette lutte, il faut la vider de son contenu idéologique, il faut s'allier aux réformistes et même à un parti gouvernemental (EELV) pour vaincre : tout le contraire ce qu'ils prétendent d'habitude. Ils se retrouvent donc coincés entre leur dénonciation des institutionnels et leur absence de clarté sur leurs positions anti-capitalistes.
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: Notre-Dame des Landes Projet d'Aéroport

Messagepar lucien » Vendredi 14 Déc 2012 16:01

Pas certain que traiter ceux qui luttent d'"utopistes arboricoles" (une vieille technique de résistance) ou de "hippies émerveillés par une chouette [quand il n'y en aura plus que sur les tracts, nous aurons peut-être perdu] ou un vieux chêne" renforce le propos...

Dans le dernier Anarchosyndicalisme ! :
http://www.cntaittoulouse.lautre.net/sp ... article554

N O T R E - DA M E - D E S - L A N D E S
UN PROJET PHARAONIQUE TOUT À FAIT REPRÉSENTATIF DES « RÊVES » CALAMITEUX D’UN MONDE ABSURDE


Les grands travaux pharaoniques du Système ont eu en général pour but de créer des structures permettant soit de produire de l’énergie (barrages, centrales nucléaires...) afin d’augmenter la quantité de marchandises disponibles, soit d’accélérer la circulation de ces mêmes marchandises (tunnels franchissant des montagnes, autoroutes, trains à grande vitesse, aéroports). La vitesse à laquelle se réalisent les échanges est gage de profit.

C’est dans cette tentative de réduire l’espace en gagnant toujours plus de temps (puisqu’en système capitaliste le temps c’est de l’argent, la vitesse du profit), que s’est développé de façon dramatiquement exponentielle le trafic aérien (trafic apportant sa quote-part au réchauffement climatique, c’est-à- dire : recrudescence des ouragans, montée des eaux, etc.). Drapé dans ses atours démocratiques, le Système présente toujours ses grands et faramineux projets comme devant servir l’intérêt général, et les populations concernées par les « modifications » voire les destructions de leur lieu de vie sont mises devant le fait accompli. Le système ne connaît qu’une seule loi, un seul credo, la recherche du Profit envers et contre tout : le projet d’aéroport numéro deux de Nantes s’inscrit bien dans cette course au profit qui semble en l’occurrence pour le moins hasardeuse et qui est de toute façon complètement suicidaire.

On ne sait pas encore si ce projet (si par malheur il venait à se concrétiser) générera un jour de « l’activité économique » (du profit pour certains, de la misère pour les autres) mais ce qui est sûr, c’est qu’il engendre déjà une intense activité policière. Ainsi, le 14 octobre 2012, la République déclenche l’opération « CESAR » (fine allusion policière au célèbre petit village gaulois ?) : 1 200 flics sont lancés à l’assaut de la zone occupée par 200 opposants au projet. Malgré les barricades défensives et les tranchées creusées en travers des routes, les forces de « l’ordre » son parvenues à détruire six maisons abandonnées et réoccupées et des cabanes d’occupants. Les « légionnaires » de CESAR ont opéré violemment avec la finesse et le discernement habituel, c’est-à-dire des violences multiples. La manifestation du 17 novembre a eu pour but la réoccupation des sites. On peut noter par ailleurs que les derniers recours juridiques ne sont pas encore épuisés.

Mais pourquoi diable un nouvel aéroport ? Nantes, ville dont personne ne songerait à sous-estimer l’importance (surtout depuis que J.M.A. a troqué son écharpe de député-maire con- tre le costume de Premier ministre est déjà pourvue d’une structure aéroportuaire qui peut accueillir jusqu’à trois millions et demi de passagers par an et qui ne semble pas, pour l’instant, tourner à plein régime, loin s’en faut. Ce ne sont pas tant les plaintes des riverains de l’actuel aéroport qui ont poussé les politiques à envisager la création d’une deuxième structure que les projets de création d’une conurbation, une mégapole régionale qui réunirait Nantes à Saint-Nazaire. Dans les années 70 un sénateur, un certain Chauvy, avait rêvé d’un second Rotterdam ! Quelques décennies plus tard, la mégalomanie frappe toujours le personnel politique qui est d’autant plus sujet à développer ce type de pathologie qu’il s’élève dans la hiérarchie.

L’idée générale qui se trouve au cœur même de cette volonté de construire un aéroport n°2, c’est que, de par son existence même, il susciterait du trafic aérien : une espèce d’aéroport-appât en quelque sorte, un attrape-avions conçu sur le modèle de l’attrape-mouches... une logique imparable qui considère que l’organe crée la fonction ! Par ailleurs, l’actuel aéroport Nantes-Atlantique resterait en fonction puisque l’usine Airbus, située à proximité, a impérativement besoin d’une piste.

Ce « pari pascalien » (choper de l’activité économique au vol) a un coût énorme. Ce gigantesque chantier devrait surtout rapporter un maximum de blé à des marchands de béton bien placés. Si l’on tient compte des accès ferroviaires et routiers nécessaires au fonctionnement d’un tel site, la réalisation du projet avoisinerait les 5 milliards d’euros. Dans ces temps d’austérité imposée, voici une folie impériale – ou CESARienne- des plus coûteuses.

Quant au coût écologique (disparition d’un bocage de 2 000 hectares –classé zone humide- abritant une biodiversité remarquable) il est tout simplement inchiffrable. Les risques d’inondation qu’entraînent ce genre de travaux sont bien connus, mais passés sous silence par les décideurs bien qu’ils fassent régulièrement la une des journaux : plus on bétonne les zones humides, plus on assèche les tourbières, plus on fait disparaître les sur- faces boisées et plus les risques d’inondation augmentent, avec, à la clé, toujours des dégâts importants et coûteux.

Plus ou moins placardisé dans les années 70 pour cause de crise pétrolière et d’opposition paysanne imprévue, le projet renaît à la vie grâce à Jospin, le célèbre prince charmant, en 2000. Les promoteurs s’engagent même à livrer un aéroport alliant l’extrême modernité à une qualité environnementale exceptionnelle. Incroyable mais vrai, nous disent les tenanciers du PS (Pays des Songes), ce sera une sorte d’aéroport-vert. Malgré le Grenelle de l’environnement (vaste fumisterie) qui prévoyait le gel de toute nouvelle construction aéroportuaire, le projet est maintenu puisque garanti vert à 100 % et il est déclaré d’utilité publique le 10 février 2008.

Après l’appel (de forme) d’offres de rigueur, c’est VINCI qui emporte le morceau, c’est-à-dire la construction et la gestion pendant 55 ans. Anecdote amusante : il paraîtrait qu’un préfet qui fit, dit-on, beaucoup pour que ce projet aboutisse, exerce maintenant ses talents incontestés d’organisateur et de décideur au sein de la hiérarchie de l’entreprise VINCI. C’est certainement ce qu’il est convenu d’appeler un hasard de la vie professionnelle. Les étatistes chroniques et invétérés qui psalmodient à longueur de temps leur credo en un État régulateur et impartial, protecteur de la veuve et de l’orphelin, seraient bien avisés de noter la facilité avec laquelle les grands commis de l’ État passent des sommets de l’administration à ceux de l’entreprise et inversement (la fameuse « valse des casquettes que rien n’arrête sauf quand ça pète »).

Il y a ceux qui deviennent « super cadres sup » ou même premier ministre et ceux qui perdent tout, dans le « respect » de la fameuse égalité des chances de notre belle démocratie, cela va sans dire) : les paysans de Notre-Dame-des-Lande (et les occupants du site après le 14 octobre). 50 exploitations agricoles vont être touchées et 11 d’entre elles sont appelées à disparaître entièrement. Maisons d’habitation, bâtiments, terres cultivées, tout ça risque d’être englouti sous du béton.

Les Pouvoirs sont toujours urbains et méprisent copieusement les paysans (tout comme ils méprisent le « bas peuple » des villes, pas de jaloux !) et autres ruraux qui habitent des espaces assimilés à des zones vides d’intérêts et de sens, dans lesquelles on peut donc construire à tout va des autoroutes, des voies ferrées, des zones artisanales et industrielles, des camps militaires et autres joyeusetés, sans tenir compte de la vie et de l’avis des premiers concernés.

Mais voilà, il y a des traditions de lutte paysanne en Loire-Atlantique. C’est d’ailleurs le berceau d’un mouvement jadis relativement radical (en tout cas, plus que l’actuelle Confédération paysanne) qui avait manifesté une forte solidarité avec les salariés en apportant un soutien sans faille aux ouvriers en grève de Nantes et de Saint-Nazaire pendant tout le mouvement de mai 68.

Les paysans de Notre-Dame-des-Landes et des communes avoisinantes se sont groupés au sein de l’ADECA (Association de défense des exploitants concernés par l’aéroport) dès 1972 et la lutte a repris lors du réveil du projet en 2000. Des tas d’associations écologistes et citoyennistes ont vu le jour, mais des collectifs nettement plus radicaux ont rejoint la lutte. Une coordination des associations opposées au projet se constitue en 2007 et en août 2009 l’occupation de la ZAD (« Zone d’aménagement différé », terme bureaucratico-administratif désignant une zone porteuse d’un magnifique futur projet, que les occupants ont détourné en « Zone à défendre ») est lancée. Petit à petit, les « zadistes » ont aménagé à leur façon la zone : réappropriation et remise en état des maisons vides, construction de cabanes (de relativement précaires à super-classieuses) au sol et dans les arbres, création de petits élevages, construction d’une boulangerie, etc. Ils fonctionnent en assemblée générale en s’inspirant de principes anti-autoritaires. Les bureaucrates des Verts ainsi que les politiciens de tous poils n’y sont pas les bienvenus. La manifestation du 17 novembre, dont l’objectif était la réoccupation du site a parfaitement réussi. De 14 à 40 000 personnes (suivant les différentes estimations) y ont participé avec l’appui de 400 tracteurs, preuve d’une réelle participation paysanne. Les occupants pourront reconstruire les cabanes et autres lieux d’habitation grâce au soutien de la population : les tracteurs ont amené le matériel nécessaire. Rappelons sur ce point qu’en mars 2012, 10 000 manifestants et 200 tracteurs avaient défilé dan les rues de Nantes.

Depuis le début de la résistance à la construction de l’aéroport, le pouvoir a cherché à criminaliser les opposants. En juin dernier, le porte-parole des paysans qui participait à une manifestation devant la mairie de Notre-Dame-des-Landes a été accusé de violence sur les gendarmes avec usage d’une arme. L’« arme » en question : son tracteur et sa remorque, qui ont été immédiatement saisis. Le Pouvoir n’a pas non plus lésiné sur les tentatives de décrédibilisation du mouvement. Trois jours avant la grande manifestation du 17 novembre, un vigile est agressé par des inconnus. Les médias imputent immédiatement cette agression aux opposants, au lieu d’envisager une possible provocation policière. Malgré ces manœuvres indignes, ceux qui ont localement perdu tout crédit, ce sont les Verts, empêtrés dans leurs promesses électorales et leur participation gouvernementale. Leurs tentatives de récupération de la lutte sont sans avenir.

Un aéroport inutile et dévastateur. Des politiciens mégalos alliés à des marchands de béton avides. Un déploiement policier gigantesque avec des violences systématiques. Des opposants qui ne manquent ni de courage ni de persévérance mais qui ont besoin de soutien. Un vieux monde à l’agonie. Mais on pressent, hélas, que sa fin sera longue.

Un paysan, 18 novembre 2012.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: Notre-Dame des Landes Projet d'Aéroport

Messagepar JeanGuy » Vendredi 14 Déc 2012 20:02

Pas certain que traiter ceux qui luttent d'"utopistes arboricoles" (une vieille technique de résistance) ou de "hippies émerveillés par une chouette [quand il n'y en aura plus que sur les tracts, nous aurons peut-être perdu] ou un vieux chêne" renforce le propos...


Il n'y avait aucune insulte là-dedans ( comme semble le suggérer le verbe "traiter" ). Juste une impression au regard des extraits d'auto-médias parvenus de la ZAD, qui ne représentent bien entendu qu'une petite partie du mouvement et des individus sur place.
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: Notre-Dame des Landes Projet d'Aéroport

Messagepar l autre » Vendredi 14 Déc 2012 20:26

Excuse si j est donné une mauvaise impression mais je faisait le constat des diverses positions et pas des miennes. pour le reste sa conflite dur pour les soutiens tout le monde est solidaire unitaire et tout et tout mais sa ferraille dans la coulisse. Je pense que le poste de J guy et assez juste faisant un constat de la réalité . La suite dira l histoire , merci pour l'article de votre journal l'Anarcosyndicaliste. Que dit la CNT-AIT de Notre dame des Landes?
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: Notre-Dame des Landes Projet d'Aéroport

Messagepar Lambros » Mercredi 19 Déc 2012 18:31

Localement le Comité se définit comme "Un conglomérat d'individus au service d'une lutte, et des occupant-es de la ZAD". Il y a bien sur des politcards aux réus, mais pas en nombre... Bref ça marche pas mal. C'est pas un comité inter-orga...

Perso, en tant que militant CNT-AIT, je trouve très bien ce qui se passe à la ZAD : s'opposer, proposer, et mettre en place un autre futur...
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: Notre-Dame des Landes Projet d'Aéroport

Messagepar elquico » Dimanche 30 Déc 2012 17:53

ouaf, ouaf ouaf! heureusement qu'il y quelques illuminés et des sourires aussi sur leur visage,heureusement on n'est pas encore tous codes barrés,enfin presque pas,et on peut avoir quelques sentiments en voyant des bulldozers détruire des habitations ,tristesse ,colére qui sont loin de l'appartenance à tel ou tel groupuscule;et je crois que la solidarité entre les gens,personne ne parlent des paysans qui luttent contre leur expulsion ,les riverains qui sont des gens qui ne veulent pas l'exportation de cet aeroport,sort des cases où la politique veut les enfermer en les exploitant.
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Notre-Dame des Landes Projet d'Aéroport

Messagepar lucien » Mercredi 13 Fév 2013 23:31

Image
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen


Retourner vers Actualité hexagonale

cron