La honte ! La Cgt Valéo et Marine le Pen…

Les luttes en France...

La honte ! La Cgt Valéo et Marine le Pen…

Messagepar crazy » Lundi 27 Avr 2009 21:17

J'ai vue ceci sur un sites
je site :
- "Des gens qui souffrent, c’est du pain béni pour le Front National et sa récupération puante…Le plus inquiétant dans ce reportage c’est l’attitude du “camarade” de la GGT qui accueille Marine Le Pen… sans aucune animosité !

Comment un syndicat de classe peut-il accepter de laisser l’extrême droite récupérer ainsi le désarroi des salariés, comment peuvent-ils laisser s’exprimer ceux et celles qui divisent la classe ouvrière au grand bénéfice des patrons !

La question est posée, la CGT a t-elle oublié qui elle était ?"

en video

http://luttennord.wordpress.com/2009/04 ... grettable/

"Pas de fachos dans nos quartiers !pas de quartiers pour les fachos ! pas de fachos dans nos luttes !"
:x "Resistance Antifashiste"
crazy
 
Messages: 1
Inscription: Lundi 27 Avr 2009 17:47

Re: La honte ! La Cgt Valéo et Marine le Pen…

Messagepar NOSOTROS » Lundi 27 Avr 2009 23:55

Comment un syndicat de classe peut-il accepter de laisser l’extrême droite récupérer ainsi le désarroi des salariés


Peut être parce que le discours quand il est uniquement "de classe" n'est pas nécessairement antinomique d'un discours nationaliste ?

Cela fait quand même des années que la CGT à un discours "de classe ... mais français". Faut il rappeler que c'est la CGT qui a lancé le slogan "produisons français" ?

Et ça ne date pas d'hier : par exemple, Pataud, qui a écrit avec Pouget le fameux "comment nous ferons la révolution" a fini ... à l'Action française (royalistes puants). De même de nombreux syndicalistes "révolutionnaires" de la CGT se sont ralliés à l'Union sacrée en 1914... Faut il également rappeler le rôle joué par les syndicalistes révolutionnaires italiens dans la création du fascisme italien ?

Par ailleurs, pourquoi serait il plus tolérable que la CGT reçoive le PS ou même le NPA, et pas le FN ?

Pour les anarchosyndicalistes, la réponse à cette question est simple : tous les partis politiques, sans exception, sont des ennemis des travailleurs et à ce titre doivent être traités comme tels. Il ne serait être question d'aucun compromis avec aucun, quelque soit son étiquette.

Mais nos "pseudo syndicalistes de classe", pr leurs pratique habituelle, font accepter l'idée qu'il est "normal" que les politiciens viennent faire leur discours et promettre la lune devant les caméras. Pourquoi dès lors s'étonner, les mauvaises habitudes étant prises, que quand le rapport de force idéologique n'est plus celui souhaité, les mauvaises habitudes persistent néanmoins ?

Bien sur qu'il faut virer les fachos de nos luttes, à commencer par ceux du PS ou du NPA ...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: La honte ! La Cgt Valéo et Marine le Pen…

Messagepar wiecha » Mercredi 29 Avr 2009 10:40

Je ne sais pas si on peut généraliser au point de considérer comme équivalent l'accueil réservé à un parti ouvertement raciste et antisémite, avec celui qui est fait à la gauche et à l'extrême gauche.

Je suis totalement d'accord avec la nécessité de poser l'autonomie totale et le rejet des partis comme une base de l'organisation des luttes, un préalable nécessaire mais pas suffisant cependant.

Mais quand tu dis

Peut être parce que le discours quand il est uniquement "de classe" n'est pas nécessairement antinomique d'un discours nationaliste ?

Je pense que la qualification "discours de classe" est totalement erronée quand au discours syndicaliste actuel, malheureusement encore intégré par beaucoup, même quand ils ont par ailleurs des pratiques d'action directe.

La conscience de classe, c'est celle d'appartenir à un ensemble qui dépasse celui du groupe constitué par une usine, une unité de production , mais aussi celui des catégories crées par ceux qui s'approprient le processus de production à notre place.

Or dans la plupart des grèves actuelles, avec séquestration, sabotage ou pas, je vois surtout deux niveaux de conscience très en deça de ça.

1) celui ou l'on se mobilise avec le sentiment d'appartenir à une boite précise: les Valéo, les EDF, les ceci et les cela. Avec des revendications qui sont de l'ordre de la sauvegarde de l'état antérieur de l'exploitation : notre usine doit vivre, nous pouvons générer des profits, être rentables, on vient en manif avec des objets fabriqués dans la boite, des T shirts à son effigie. Le patron est perçu non pas comme celui qui exploite de toute façon la force de travail, mais comme celui qui "gâche" cette exploitation possible avec ses conneries.

2) celui ou l'on se vit comme l'"honnête ouvrier ", opposé à un reste du monde qui inclut non seulement les "patrons voyous", les "politiciens corrompus", mais aussi les "profiteurs du système" instauré par ces patrons et ces politiciens, les " parasites" , Rmistes ou jeunes "racailles", les "étrangers" qu'on laisse entrer et bousiller la protection sociale.

Il ne s'agit pas d'un discours de classe, mais d'un discours corporatiste et travailliste , une tentative dérisoire de préserver un restant d'"aristocratie ouvrière". Mais cette aristocratie ouvrière n'est même plus le contremaitre, ou celui qui a un savoir complet ou spécifique, mais celui qui est à la chaine , mais en CDI.

Si tous ces licenciés avaient une conscience de classe, alors cela se traduirait forcément par une révolte qui ne s'arrêterait pas au moment ou finalement l'unité de production est fermée, avec ou sans contreparties. Les licenciés rejoindraient immédiatement des collectifs de précaires ou de chômeurs, ou d'autres luttes en rapport avec leur nouveau statut.

Nous ce qu'on constate dans les permanences téléphoniques notamment, c'est exactement comme dans les années 90, lors des précédentes vagues de licenciements massifs, un effondrement total des licenciés, qui se laissent presque tous happer par le processus destructeur d'individualisation de Pôle Emploi, notamment parce que l'identité de chômeur est tellement chargée négativement pour eux que s'en revendiquer collectivement parait inconcevable.
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Re: La honte ! La Cgt Valéo et Marine le Pen…

Messagepar douddu » Mercredi 29 Avr 2009 15:04

Oui ce que tu écris là est vrai et signifie que le pouvoir a réussi , pour le moment j'espére, a encadrer idéologiquement le terrain social .
douddu
 

Re: La honte ! La Cgt Valéo et Marine le Pen…

Messagepar NOSOTROS » Mercredi 29 Avr 2009 21:35

Oui complètement d'accord avec Wiecha. C'est pour celà que j'avais mis des guillemets, mais ce que tu exprimes est autrement plus clair !
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: La honte ! La Cgt Valéo et Marine le Pen…

Messagepar goldfax » Jeudi 30 Avr 2009 10:25

NOSOTROS a écrit:Cela fait quand même des années que la CGT à un discours "de classe ... mais français". Faut il rappeler que c'est la CGT qui a lancé le slogan "produisons français" ?


Je crois que c'est le PCF, mais c'est bonnet blanc et blanc bonnet...

Sinon, je suis entièrement d'accord avec l'intervention de Wiecha. Le véritable problème au dépassement des luttes actuelles, c'est le trade-unionisme et le corporatisme qui persistent dans les boîtes. Le monopole syndical d'organisations comme la CGT ne change rien à l'affaire.
Quant à "interdire" les gens du NPA a rendre visite à la CGT, il faut prendre en compte que des membres du NPA sont syndiqués à la CGT, si ce n'est dans d'autres syndicats merdiques comme SUD ou la CFDT...
goldfax
 


Retourner vers Actualité hexagonale

cron