[FAQ]Quelles sont les implications politiques des élections?

Rubrique dédiée à l'abstention.

[FAQ]Quelles sont les implications politiques des élections?

Messagepar apar » Samedi 27 Mar 2010 22:15

-> http://faqanarchiste.free.fr/secJ2.php3#secj23

À la base, le droit de vote implique un accord avec le statu quo. Il est intéressant de citer longuement le socialiste libertaire écossais James Kelman sur ce point:

« La propagande d'Etat insiste sur le fait que la raison pour laquelle au moins 40 pour cent des électeurs ne votent pas du tout serait qu'ils n'ont pas de sentiments dans un sens ou dans un autre. Ils disent la même chose aux États-Unis, où quelques 85 pour cent de la population seraient apparemment "apolitique", car ils ne prennent pas la peine d'enregistrer leur vote. Le rejet du système politique leur est irrecevable dans la mesure où c'est l'État qui est en cause... Bien entendu, la seule chose qui peut arriver quand vous votez, c'est que quelqu'un d'autre ait approuvé un système politique injuste... Un vote pour un parti ou une personne est toujours une voix pour le système politique. Vous pouvez interpréter votre vote de la façon que vous voulez, mais cela reste une approbation de l'institution... Si il y avait une quelconque possibilité que l'institution puisse effectuer un changement du système alors il serait démantelé immédiatement. En d'autres termes, le système politique est une institution de l'Etat, qui vise à perpétuer et affiner sa propre existence. L'autorité décisionnelle fixe l'ordre du jour par lequel le public est autorisé "à entrer dans l'arène politique" et c'est le correctif unique sur lequel ils se sont établis [Some Recent Attacks, p.87]

On nous enseigne dès le plus jeune âge que le vote aux élections est un droit et un devoir. Aux États-Unis: dans les écoles, les enfants de la classe élisent les présidents et autres membres du bureau. Souvent, des mini-élections générales sont tenues pour «éduquer» les enfants à la «démocratie». Périodiquement, la couverture électorale monopolise les médias. On nous fait nous sentir coupable de se dérober à notre "responsabilité citoyenne" si nous ne votons pas. Les pays qui n'ont pas d'élections, ou des élections truquées, sont considérés comme des échecs [Benjamin Ginsberg, The Consequences of Consent: Elections, Citizen Control and Popular Acquiescence, Addison-Wesley, 1982]. En conséquence, les élections sont devenues un rituel quasi religieux.

Comme Brian Martin le souligne, cependant, «les élections dans la pratique, ont bien servi à maintenir la puissance dominante des structures telles que la propriété privée, les militaires, la domination masculine, et les inégalités économiques. Aucunes d'entre elles n'ont étés sérieusement menacés par le vote. Du point de vue de la critique radicale, les élections sont des plus limitantes. ["Democracy without Elections," Social Anarchism, Reinventing Anarchy, Again, Howard J. Ehrlich (ed.), p. 124]

Benjamin Ginsberg a noté d'autres façons dont les élections servent les intérêts du pouvoir étatique. Tout d'abord, le droit de vote permet de légitimer le gouvernement, d'ailleurs souvent le suffrage a été étendu à des moments où il y avait peu de demande populaire pour cela, mais quand le soutien de masse au gouvernement a été crucial, comme pendant une guerre ou une révolution. Deuxièmement, puisque le vote est organisé et supervisé par le gouvernement, il vient à être considéré comme la seule forme légitime de participation politique, ce qui rend probable que les révoltes des opprimés ou des groupes marginalisés seront considérés par le public comme illégitime. [The Consequences of Consent]

En outre, Ginsberg fait valoir que, historiquement, en élargissant le nombre de personnes qui participent à la 'politique', et par la transformation de cette participation dans des activités de campagne électorale et de scrutin "sans danger", les élections ont permis de réduire le risque d'actions directe plus radicales. Voilà, le vote dé-responsabilise la base en détournant leur énergie de l'action de base. Après tout, l'objectif de la politique électorale est d'élire un représentant qui agit pour nous. Ainsi, au lieu de prendre des mesures concrètes pour résoudre les problèmes nous-mêmes, l'action devient indirecte, de par le gouvernement. Il s'agit d'un piège insidieux dans lequel il est facile de tomber, puisque nous avons étés conditionnés dans une société hiérarchique à partir du premier jour sur des attitudes de passivité et d'obéissance, qui donne à la plupart d'entre nous une profonde tendance à laisser des questions importantes aux «experts» et aux «autorités ».

Les anarchistes critiquent également les élections qui donnent aux citoyens l'impression erronée que le gouvernement sert, ou peut servir le peuple. Comme le dit Martin, «la fondation de l'État moderne, il y a quelques siècles, a été accueillie avec une grande résistance : les gens se refusaient à payer des impôts, d'être enrôlés ou d'obéir aux lois votées par les gouvernements nationaux. L'introduction du droit de vote et l'élargissement du suffrage ont grandement favorisé l'expansion du pouvoir de l'État. Plutôt que de considérer le système comme un, avec des dirigeants et des dirigés, les gens voient la possibilité d'utiliser le pouvoir de l'État pour s'en servir. Comme la participation électorale a augmenté, le degré de résistance à la fiscalité, le service militaire, et l'immense diversité des lois régissant le comportement, a été considérablement atténué "[op. Cit., P. 126]

Paradoxalement, le vote a légitimé la croissance du pouvoir d'État, à tel point que l'Etat est désormais au-delà de tout réel contrôle populaire par la forme même de participation qui a fait que sa croissance a été possible. Néanmoins, comme l'observe Ginsberg, l'idée que la participation électorale signifie le contrôle populaire du gouvernement est si profondément implanté dans les esprits "que même les plus ouvertement sceptiques ne peuvent pas se libérer de cela" [The Consequences of Consent, op. cit., p. 241].

Par conséquent, le vote a l'implication politique importante d'encourager les gens à s'identifier avec le pouvoir de l'État et à justifier le statu quo. En outre, il nourrit l'illusion que l'Etat est neutre et que les partis electoraux dans les bureaux signifie que les gens ont le contrôle sur leur propre vie. En outre, les élections ont tendance à rendre les gens passifs, cherchant un sauveur au dessus d'eux et non pas de leur propre auto-activité. Comme tel, cela produit une division entre dirigeants et dirigés, avec les électeurs transformées en spectateurs de l'activité, et non pas en participants de celle-ci.

Tout cela ne signifie pas, évidemment, que les anarchistes préfèrent la dictature ou une monarchie "éclairée". Loin de là, démocratiser le pouvoir de l'État peut être un pas important vers son abolition. Tous les anarchistes sont d'accord avec Bakounine quand il fait valoir que "la plus imparfaite république est mille fois mieux que même les plus éclairés monarchie." [cité par Guerin, Anarchisme, p. 20]. Mais pas plus à dire que des anarchistes se joignent à la farce électorale, en particulier quand il y a des moyens plus efficaces pour faire changer les choses pour le mieux.
Dernière édition par apar le Vendredi 07 Fév 2014 22:25, édité 1 fois.
"tout ce qui provoque la haine contre l'oppression et suscite l'amour entre les hommes, nous approche de notre but" Malatesta.
Avatar de l’utilisateur
apar
 
Messages: 242
Inscription: Mercredi 08 Juil 2009 6:34

Re: [FAQ]Quelles sont les implications politiques des élections?

Messagepar anarced » Dimanche 28 Mar 2010 10:42

"la plus imparfaite république est mille fois mieux que même les plus éclairés monarchie." [cité par Guerin, Anarchisme, p. 20]


Je ne sais pas où il a pêché ça Guérin mais ça me semble un peu simpliste.
La 5ème république française, par exemple, accorde infiniment plus de pouvoir à son président que toutes les monarchies mondiales à leur monarque.
Les rois peuvent être élus, comme les présidents. Le roi de Pologne, par exemple, a longtemps été élu par une assemblée.
La frontière entre monarchie et république est donc très floue.
Sarkozy nous montre très bien qu'une "république" peut très bien préférer le despotisme au parlementarisme. C'est la république despotique.
A l'inverse, la plupart des monarchies aujourd'hui sont des monarchies parlementaires.
Si Bakounine a vraiment dit ça, je pense qu'il voulait opposer le parlementarisme, même le plus imparfait, au despotisme, même le plus éclairé.
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

Re: [FAQ]Quelles sont les implications politiques des élections?

Messagepar apar » Dimanche 28 Mar 2010 15:33

anarced a écrit:
"la plus imparfaite république est mille fois mieux que même les plus éclairés monarchie." [cité par Guerin, Anarchisme, p. 20]


Je ne sais pas où il a pêché ça Guérin mais ça me semble un peu simpliste.


ça se trouve page 119 dans "Fédéralisme, Socialisme, Antithéologisme" : http://en.calameo.com/read/00008686679bf993ba756
il s'agissait d'indiquer qu'il préférait une république démocratique où il pouvait exister des espaces publics de liberté, à la différence de régimes monarchiques/dictatoriaux (que bakounine connaissait bien) plus limitatifs quant à la liberté d'expression ou à la propagande dans les espaces publics, permettant une diffusion des idées plus facilement (sans trop de risques).
république n'est qu'un mot dont on peut mettre le tout et son contraire... ici, dans la FAQ, il est question de la république en lien avec les valeurs de la liberté d'expression, de dignité humaine, etc... et non du soutien de l'exploitation existant encore dans ce genre de régime... ni de l'organisation politique existante qui est pratiqué quasi de la même manière (représentativité au lieu de l'héredité) que les monarchies. que ce soit par rapport aux écrits de Bakounine cités ou à cette section de FAQ.

A lire pour préciser le sujet : il y a eu dans les années 20, dans ummanita nova, des discussions polémiques entre ansaldi (républicain) et malatesta, qui exprime assez bien les divergences (pratiques politiques) et convergences (valeurs de liberté, etc) existantes entre certains républicains (pas tous) et des anarchistes.
"tout ce qui provoque la haine contre l'oppression et suscite l'amour entre les hommes, nous approche de notre but" Malatesta.
Avatar de l’utilisateur
apar
 
Messages: 242
Inscription: Mercredi 08 Juil 2009 6:34

Re: [FAQ]Quelles sont les implications politiques des élections?

Messagepar NOSOTROS » Dimanche 28 Mar 2010 17:56

oui d'une part je pense qu'il faut resituer Bakounine dans le contexte historique de son temps ...

d'autre part, est on vraiment en république en France ? J'en doute ... tellement la res publica (chose publique) est devenue res privada ...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: [FAQ]Quelles sont les implications politiques des élections?

Messagepar Nico37 » Dimanche 26 Juin 2011 20:16

Nico37
 
Messages: 846
Inscription: Jeudi 12 Jan 2006 18:23


Retourner vers Ici, quelqu'un peut vous aider à arrêter de voter

cron