PLATEFORME INTERCO23

Pour relier les luttes entre elles et les étendre...

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar NOSOTROS » Jeudi 22 Oct 2009 23:21

Euh ...

j'ai bien peur que ce soit plutot de la lucidité ?

(il y avait peut être un trait d'humour mais je reconnais ne pas l'avoir compris ?)
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar anarced » Vendredi 23 Oct 2009 17:06

Je pense qu'il y a beaucoup de faux-cul dans le monde et qu'il n'y a pas de raisons raisonnables de cibler particulièrement le mouvement anar...
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar NOSOTROS » Samedi 24 Oct 2009 0:58

Ah OK ! J'avais pas compris !

En effet, la bétise est certainement la chose la mieux partagée du monde.

Cependant on peut quand même regretter que le mouvement anarchiste ait du mal à échapper au tropisme du monde qu'il est censé combattre ...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar NOSOTROS » Mardi 27 Oct 2009 1:45

Message pour Pepper

je pense qu'il y a eu un malentendu dans mes interventions. Il ne s'agit pas de prendre position sur des évènements survenus en 1993 que bien peu ici on vécu, mais bien de prendre position sur ce qui se fait AUJOURD'HUI, ICI et MAINTENANT.

Par exemple que penses tu de cete initiative à Angoulême :

Vendredi 23 Octobre 2009
--------------------------------------------------------------------------------

ANGOULÊME. Une trentaine de manifestants, en blouse blanche et masque anti grippe « P », ont dénoncé « l'infection sociale »

Un nouveau collectif


Ils dénoncent le sort réservé aux chômeurs. (photo isabelle louvier)
«La grippe P comme pré- carité tue plus que la grippe A. » Elles étaient une trentaine de personnes à manifester devant le Pôle emploi, hier après-midi à Angoulême. En blouse blanche et masque anti-grippe, elles voulaient symboliquement « décontaminer » le Pôle emploi, fusion de l'ANPE et des Assedic. Et surtout marquer officiellement l'existence d'un nouveau collectif anti-précarité, né dans la foulée des États généraux du chômage, tenus les 16 et 17 mai à Bobigny, et officiellement créé en Charente il y a trois semaines

Syndicats et partis politiques de gauche (à l'exception du PS) composent ce nouveau collectif : on retrouve AC !, Attac, le collectif anti-précarité dans l'éducation, le collectif des sans-papiers, le Parti de gauche, le PCF, le NPA, le SNUIPP la FSU, la CGT Pôle emploi, la Confédération nationale du travail (CNT) Interpro 16, la CNT ANPE.

Un énième collectif de lutte ? Ses porte-parole, Fanny Luteau et Francis Paltingeas, s'en défendent. L'union fait la force, rappellent-ils. Et il en faut, pour lutter contre cette « infection sociale » qui infiltre toutes les couches de la société, des services publics (l'Éducation nationale notamment qui a remercié en juin dernier 350 EVS) à la grande distribution en passant par la santé. La précarité touche d'abord les femmes, les jeunes, les salariés pauvres et les handicapés.

Colère et désespérance

« Moi je suis à plein temps, seule avec deux enfants, et je ne m'en sors pas. À la CAF, on m'a même dit d'arrêter de travailler, que ce serait mieux pour moi », témoigne cette mère de famille qui rêve d'un emploi de qualité.

« La précarité frappe tous ceux qui travaillent, les cadres et les autres. Moi, je suis en colère. Je suis là pour ma fille qui travaille de 9 h à 20 heures et mes petits-enfants », déclare Marie-Jeanne, retraité de l'enseignement. Pour Christelle Mula, du Pôle emploi, « la désespérance est des deux côtés », celui des manifestants et celui des salariés du Pôle emploi en grève mardi. « Nous dénonçons les conditions d'accueil du Pôle emploi, la plateforme téléphonique 39-49, créée pour fluidifier les entrées, mais qui en réalité les freinent. »

Tous de pointer la forte hausse des radiations de chômeurs enregistrées en France pour non-actualisation de situation mensuelle sans qu'il y ait de reprise de travail équivalente. Le collectif organisera un rassemblement ouvert à tous samedi 7 novembre à 14 heures, à la Maison des associations au Nil. Objectif : décider des modalités de participation à la marche unitaire nationale, programmée le 5 décembre à Paris et relayée à Bordeaux.


http://www.sudouest.com/charente/actual ... 73490.html



Est ce que tu te retrouves dans cette unité de la gauche - ou pas ?

La gauche fait elle partie de la maladie ou bien du remède ?

C'est une question importante pour savoir sur quelle base on peut continuer à discuter.

Tu disais qu'avant de rejoindre ce forum tu étais toto par dépit, sans attache partisane. Ce genre de texte exacerbe t il ton dépit ou bien au contraire favorise t il ta joie militante retrouvée ?
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar pepper » Jeudi 29 Oct 2009 17:32

Là je parle à titre perso, hein ?

Je pense qu'une praxis émancipatrice est étrangère à la social-démocratie et a pour tâche, entre autre, de se désateliser des planètes de gauche. Des fois ça peut etre utile de faire semblant, mais c'est pas une stratégie en soi.
Au contraire.
Les gens d'école émancipée qui se sont fait voler leur journal en 2003 en savent quelque chose. Même si je suis pas sur qu'ils en aient tiré les conséquences...
pepper
 
Messages: 61
Inscription: Mardi 25 Nov 2008 20:03

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar NOSOTROS » Jeudi 29 Oct 2009 23:08

complètement d'accord

à la fois sur le rapport à la sociale démocratie

et sur la remarque concernant l'ëcole émancipée. Que c'est difficile de rompre avec des habitudes ancrées ...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar pepper » Samedi 31 Oct 2009 18:11

On a toujours pas débattu du sujet de ce fil.

Savoir les 3 points de la plateforme.

Savoir aussi si les orgas dépassent leur différences de praxis vers une nouvelle forme de communication évitant le piège de la critique mutuelle et multipliant leurs approches contre un commun dénominateur

Savoir enfin, si dans le cadre de cette nouvelle approche de la relation entre orgas (ou non) à propos des évènements du système contre lequel on est parait-il les révolutionnaires, on déclenche quelque chose qui ressemblerait enfin, à l'échelle des moyens totaux, à une offensive dans la lutte idéologique contre le système politico-médiatique ET à une mobilisation vers des formes de luttes à définir (classiques ou inédites à voir avec les praxis des uns et des autres) et des objectifs clairs et praticables à la fois.
pepper
 
Messages: 61
Inscription: Mardi 25 Nov 2008 20:03

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar anarced » Samedi 31 Oct 2009 19:41

Ce genre de plate-forme, en plusieurs points (3 ou plus), j'en ai vu d'autres, par exemple, lors des mouvements lycéens/étudiants post-CPE. Je comprends l'intérêt que peut susciter ce genre de plate-forme pour mobiliser des troupes dans une aventure militante. On peut se dire que certes, il y a des éléments qui clochent un peu dans cette plate-forme mais que néanmoins, il y en a d'autres qui sont plus intéressants et que finalement, l'aventure est tentante. Je pense que ce genre d'expérience peut-être intéressante mais on n'est pas obligé d'y aller pieds et mains liés en fermant sa bouche sur tout ce que l'on trouve suspect dans ce qui pourrait être le début d'un mouvement. Et le point 2 me semble très suspect de manipulation du genre LCR/NPA (ou autres). Brièvement, revendiquer un salaire unique, c'est s'enfermer dans la société marchande or le rejet de cette société marchande est une revendication bien plus populaire que cette sombre idée de "salaire unique"! Dans d'autres plate-formes, cela m'y fait penser, j'avais remarqué un "Réengagement financier de l'état dans les services publics" qui était à peu près du même tonneau: Demander la charité à l'état au lieu de le détruire ! Je pense qu'il faut toujours dénoncer ce genre de pratique, de tentative de manipulation. En général, les gens n'aiment pas être manipulés.
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar lucien » Samedi 31 Oct 2009 23:44

La charte de l'union locale de Caen a écrit:En conséquence, l'anarcho-syndicalisme appelle les opprimés et les exploités à agir en dehors des structures de collaboration, des appareils politiques et syndicaux, qui concourent au maintien de l'ordre bourgeois, en créant des comités indépendants de lutte : seul moyen permettant de dépasser les clivages, l'emprise des jeux politiciens, les divisions induits par les partis et syndicats. Ces comités unifient donc les exploités dans leurs intérêts communs au delà des sensibilités particulières. Les comités doivent se lier selon les principes du fédéralisme anti-autoritaire, de façon à établir une véritable résistance populaire autonome, seule capable de créer un véritable rapport de force.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar pepper » Dimanche 01 Nov 2009 13:49

Anarced, mettons qu'on enlève le point 2.
le salariat demeure.
Car le temps de travail réduit jusqu'à disparition du chomage est bien du travail, sous le régime du capital.
Dans ces conditions; d'ailleurs, le complexe militaro-industriel qui veut muter pour sauver son pouvoir et le capitalisme qui va avec, n'a aucune raison d'être démantelé.

Donc effectivement, notre plateforme est un beau merdier réformiste. je ne m'attendais pas à être comparé aux trotskos (qui eux ne demandent qu'une augmentation uniforme des salaires qui est une réforme plus faible que celle de notre plate forme ; mais je suppose que c'est le réformisme tout court qui nous place dans cette comparaison).

En même temps, vous voyez un parti ou un syndicat de la CIS soutenir un de ces trois points ? Vous voyez quelle société suppose l'ensemble de ces trois points ? Vous croyez qu'un système qui récupère même les acquis sociaux d'antan lacherait sur un truc pareil ? Bref, vous croyez qu'on risque de se retrouver piéger par l'acceptation de cette plateforme réformiste ?

Il s'agit d'une réforme révolutionnaire.

Son objectif est de dépasser le corporatisme; de donner des points identifiables, clairs, compréhensibles, mémorisables ( faible nombre de propositions), bref, de pouvoir s'adresser à tout le monde dans un souci de sortir du désespoir, de la dépression et au mieux des petits arrangements individuels, faute de mieux.

Bref il s'agit de mobiliser les masses ( nous ne sommes pas des coucous; peut-etre avons nous tort mais nous l'assumons) dans un langage correspondant à la situation.

Pour cela nous démarchons tous les "révolutionnaires" ayant pignon sur rue; donc aussi l'AIT.

Sauf à être spontanéiste (auquel cas on remballe tout et on attend le grand soir en s'occupant mieux de nos problèmes courants ou bien allons voir ailleurs), nous souhaitons mobiliser sur la situation présente ; pas sur celle d'un temps hors du temps.

La réalité la voici : nous avons testé individuellement plein de gens sur ces trois points :

le point 3 n'est pas compris. Le vaccin fait peur. Les OGM aussi. Mais le lien n'est pas fait à partir de notre formulation.
Le point 2 : il y a votre réaction : ouais c'est du salariat ! et il y a l'autre : ouais c'est du communisme façon sovietique. C'est chaud. On nous propose plutot d'encadrer les revenus. Voilà la réalité que nous avons vécue jusqu'ici.
Le point 1 passe mieux, beaucoup mieux; excepté chez une frange libertoïde post-68tarde qui se trouve bien aise avec des subsides d'Etat et a le temps de cultiver son jardin ( nous sommes en Limousin donc à la campagne, OK?). Mais ils sont pas nombreux les petits bobos qui peuvent se payer ce luxe. certes ils ont le temps et les moyens d'écrire et de nous casser la baraque localement, mais ils sont pas bien méchants à l'échelle nationale et internationale. Nous avons du rompre avec eux.

Pour lucien maintenant :

la question posée n'est pas, on le rappelle, la question de l'auto-organisation. outre qu'il y a toujours des années lumière entre la théorie et la pratique,[b] parce qu'il y a toujours des moyens concrets de retarder et perturber la démocratie directe[/b], c'est vrai, et c'est un bon point pour les totos, s'ils exsitent.

La question posée est de mobiliser vers des actes qui soient efficaces. Donc bien sur éviter les canalisations politico-syndicales. OK. Quitte à se couper ensemble la moitié du bras puisque interco23 est un syndicat et la CNT6AIT une confédération de syndicats. Mais passons. OK pour les CRAP et autres (vous voyez je vous lis).

Il y adeux composantes : la communication, sur laquelle, décidément, j'ai insisté plus que lourdement; aussi bien via la plateforme de réformes révolutionantes; la lutte idéologique pour donner un cadre à la praxis de cibles qui sont supposées immobiles, attentistes, même en serrant le dents, jusqu'à la mort. Il faut trouver dans les esprits et les coeurs le point d'où jaillit l'envie de dépasser toute cette merde, toute cette soumission, l'envie de tout foutre en l'air ( elle existe puisqu'on en arrive au meurtre et au suicide dans la question sociale).

Bref il faut allumer la mèche ensemble parce qu'on est faibles, vraiment tres faibles.

Ensuite il y a l'action. Là nous ne voulons meme pas entendre parler de comités et biçen sur pas de syndicats ou de partis.

Nous vivons dans une société de surveillance TOTALE ! La participation aux "AG" ( non seulement de structures syndicales mais aussi de lutte ces dernières années ont montré qu'il y avait, en face, un savoir défaire les AG, un savoir retarder, un savoir produire du spectacle, même radical. ce savoir a été développé par des communistes stal en perte de vitesse en 2003 puis en 2005. Plus récemment par un SUD aliéné au NPA et en rupture de ban avec une CNT Vignolles somme toute pas en core assez "mûre" ( c'est leur point de vue ). Le champ syndical est, parait-il, comme tous les autres champs de sociologie : impitoyable !

En conséquence, pour les actes, on ne peut rien dire d'efficace. C'est triste mais nous sommes condamnés ( par ce système) à commenter des actes commis par"d'autres". L'exemple des coucous ou de Tarnac montre que du seul point de vue de la communication , de l'idéologie, du climat intellectuel et moral, on est collectivement TRES EN DESSOUS de notre potentiel.

Si nous parvenions à cela, alors il y aurait une chance de neutraliser les médias, partant, de libérer l'action.

je vais vous donner un exemple dans la réponse ci-après...
pepper
 
Messages: 61
Inscription: Mardi 25 Nov 2008 20:03

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar pepper » Dimanche 01 Nov 2009 14:44

Je continue donc dans une deuxième partie ce que j'ai dit dans la réponse cidessus et qu'on peut résumer ainsi :

"NOUS DISTINGUONS LA PRAXIS EN DEUX VOLETS : ACTION ET COMMUNICATION. COLLECTIVEMENT LES REVOLUTIONNAIRES AYANT PIGNON SUR RUE, DONC PRATIQUANT LA COMMUNICATION SONT TRES EN DESSOUS DE LEUR POTENTIEL PARCE QU ILS PARTENT DU PRESUPPOSE QU ILS LEUR FAUT ETRE HEGEMONIQUE ET PASSENT LEUR TEMPS A SE CASSER DU SUCRE MUTUELLEMENT. UNE PROPOSITION CITEE SUR LE LIEN DE POITIERS 5 ACTUALITE HEXAGONALE DONNE QUELQUES DIRECTIVES A MEDITER POUR ESSAYER DE COLLABORER PAR DE LA LES DIFFERENCES DE PRAXIS EN RETOURNANT CE QUI FAIT PROBLEME (NOS DECHIREMENTS) CONTRE CE QUI NOUS DECHIRE : le systeme.

LE SECOND VOLET EST L ACTION. LES PROPOSITIONS POLITICO SYNDICALES EN LA MATIERE SONT DE LA MERDE Y COMPRIS EMBALLEE EN PAPIER ROUGE ET NOIR (SANS DISTINCTION) . MAIS IL EST PERMIS DE LE DIRE. ALORS QUE CE QUI EST PROBABLEMENT EFFICACE NE PEUT ETRE, POUR DES RAISONS TOTALITAIRES, QUE TRANSMIS ORALEMENT. AUTREMENT DIT PAR UN SECOND CANAL DE COMMUNICATION QUI A SEULEMENT BESOIN DU PREMIER POUR ETRE LEGITIME ET SE DEVELOPPER PLUS RAPIDEMENT GRACE A L AMBIANCE REVOLUTIONNAIRE ENTRETENUE PAR UN CONCERT D ORGAS TRES DIFFERENTES? SURTOUT TRES DIFFERENTES.

PAR CE SECOND CANAL, QUI DOIT BIEN EXISTER SI COUCOUS ET TOTOS NE SONT PAS DES FLICS QUI? AU PASSAGE? UTILISENT LA MEME STRATEGIE DE SERVICES SECRETS DEPUIS LE 911 ET MEME AVANT (COUPS EN DOUCE ET DISCOURS IDEOLOGIQUES A TUE TETE) PASSE ET PASSERA L ACTION POUR AUTANT QU UN CLIMAT SUPERFICIEL PLUS CHAUD S INSTAURE EN LIEU ET PLACE DES CHICANES ;


fin de resumé___________________________________________

EXEMPLE :

La cnt-ait de caen , pourtant un syndicat comme nous, interco23 de la vignolles, propose une forme d lutte plus autonome aux travailleurs en lutte : le comité autogéré; indépendant des syndicat et a fortiori des partis. Ceci, dit-elle, afin de sortir les trop rares tentatives de lutte de la canalisation cocotte minute où la maintiennent les chiens de garde patronaux que sont nos ex tres chers syndicats CGT, CFDT, FO et consorts CORROMPUS jusqu'à la moelle , l'affaire étant meme en justice ( voir l'affaire UIMM...)

Notre syndicat fait partie d'une confédération soeur, crée voici bien longtemps sur une broutille (la question de la protection de l'exercice du vrai syndicalisme par des manoeuvres électorales) à côté dece qui nous est fait comme sort aujourd'hui : le vrai syndicalisme est de toute façon impossible à tenir, étant donné que même un simple travailleur qui s'est tenu tranquille est pressuré et deshumanisé jusqu'à commettre un suicide ou un meurtre de patron. la réalité la plus courante étant le stress qui use les reins et le corps prématurémment et fait vieillir l'iorganisme ou bien la dpression ou autre révolte rentrée débouchant sur un cancer et la mort tout aussi bien.

Dans ces conditions nous ne pouvons que soutenir cette proposition d'agir par soi-même, en concertation entre travailleurs. Loin des indiscrétions des bureaucrates syndicaux et loin des clientelismes de partis corrupteurs autant que corrompus.

A la question du comité, excellente proposition de notre consoeur AIT, nous voulons ajouter un plus : nous sommes helas dans une société électronique sous controle d la technologie policière issue du complexe militaro-industriel que nous avons betement financé à larges poignées durant les décennies précédentes (et l'Etat sarkozyste, meme perclus de dttes ne s'arrete pas là, pour notre malheur à tous).
Cela signifie que la résistance populaire se doit d'etre autonome mais aussi tres discrete.

La dictature des marchés n'est pas que financière. Il faut analyser encore au grand jour, pendant que nous le pouvons, les aspects technologiques et sociologiques qui la soutiennent. C'est pourquoi nous avons trouvé les initiatives du groupe Pieces et main d'oeuvre tres interessantes, tres en pointe. Nous les avons contactés pour les feliciter de leur clairvoyance ; nous avons lu les articles sur leur site ( nanomonde...etc) et nous leur proposerions peut-etre un de ces jours d'organiser en commun un évenement sur notre département "nucléaire".

Les actions publiques sont destinées à la communication, étant donné que les médias de masse sont nos ennemis. là dessus nous sommes assez d'accord. Mais le lanomonde et la surveillance et l'esclavage qu'ils portent en eux sont en train d'acvancer. C'est pourquoi, nous privilégions cet aspect dans notre plateforme en trois points.

Bien sur , nos amis et camarades de l4ait ont une praxis differente, qui correspond à leur situation différente de la notre. Mais en aucun cas nous ne divergeons bien au contraire !
Leur praxis se fonde sur l'histoire espagnole de 1936 et ses répétitions malheureuses durant ces dernières décennies, avec la trahision des sociaux-démocrates ( la gauche officielle), y compris des appareils syndicaux. Leur but vont d'emblée beaucoup plus loin puisqu'ils considèrent que le peuple entrant en résistance dans les conditions d'auto-organisation qu'ils décrivent ( et les questions de discretion que nous ajoutons, s'ils le veulent bien) est en etat d'abolir le salariat directement. cette question n'est pas historiquement fausse puisque l'exemple espagnol, qu'ils ont avec nous en héritage (la CNT-FAI-AIT) a montré que c'était possible, même dans un contexte de guerre contre le fascisme.

Nous ne nous opposons bien évidemment pas à leur position. Nous serions heureux nous-même de dépasser l'esclavage qu'on nomme salariat.
Nous voulons surtout insister sur la nécessité de motiver un prolétariat trompé, déçu avant d'être broyé par la machine républicaine française ( mais c'est pareil ailleurs parait-il) asservie, depuis l'usurpation du Franc par Giscard en 1973 pour le compte des rois de la finance mondiale, organisation discrète quoique tres presente dans le sabotage de nos institutions déjà faiblement démocratiques et dans notre misere et exploitation par le travail forcé jusqu'au suicide ou au meurtre.

Cette démotivation, il nous arrive plus souvent qu'on e croit de la vivre nous meme; et c'est pour cela que nous nousépaulons entre freres et soeurs de malheur; pour résister à toute cette violence parfaitement silencieuse et étouffée par un vacarme médiatique qui confine à du matraquage auditif autant que visuel et émmotionnel.

Notre approche est destinée à donner des repères pour la lutte . des repères communs. Mais si cette résistance gonfle, enfle et finalement éclate à la face des rats capitalistes, alors oui, nous soutiendrons nous-meme l'abolition du salariat. ce qui sous-entend que nous devons avoir conçu et auto-organiser notre résistance commune sur un mode échappant à la surveillance policière humaine et technologique, et que nos esprits et nos coeurs ont la capacité retrouvée de continuer à prendre toutes nos affaires et toutes nos vies libérées en main.

Ne sachant à quelle vitesse ce processus a lieu ( puisqu'aussi bien il est sensé échapper à toute surveillance), nous préférons pour notre part continuer à proposer notre plateforme afin de donner un espoir concret pour motiver toujours plus de monde.

celma ne dispense pas bien sur de parler dans l'oreille du voisin. Nous ne sommes pas pucés comme des betes et nous avons encore le pouvoir de l e faire. ce qui est la moindre des choses dans un régime qui se proclame démocratique et républicain et héritier d'une révolution dont il se glorifie un peu trop ( la marseillaise à l'école et le drapeau tricolore) quant on sait à quoi le peuple en est réduit : à parler de bouche à oreille...

FIN du message_____________

voilà mon exemple est terminé et fait à l'arrache et un peu volontairement appuyé, puisqu'il s'agit d'une simulation, d'un exemple.
pepper
 
Messages: 61
Inscription: Mardi 25 Nov 2008 20:03

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar anarced » Dimanche 01 Nov 2009 20:05

La réalité la voici : nous avons testé individuellement plein de gens sur ces trois points :

le point 3 n'est pas compris. Le vaccin fait peur. Les OGM aussi. Mais le lien n'est pas fait à partir de notre formulation.
Le point 2 : il y a votre réaction : ouais c'est du salariat ! et il y a l'autre : ouais c'est du communisme façon sovietique. C'est chaud. On nous propose plutot d'encadrer les revenus. Voilà la réalité que nous avons vécue jusqu'ici.
Le point 1 passe mieux, beaucoup mieux; excepté chez une frange libertoïde post-68tarde qui se trouve bien aise avec des subsides d'Etat et a le temps de cultiver son jardin ( nous sommes en Limousin donc à la campagne, OK?). Mais ils sont pas nombreux les petits bobos qui peuvent se payer ce luxe. certes ils ont le temps et les moyens d'écrire et de nous casser la baraque localement, mais ils sont pas bien méchants à l'échelle nationale et internationale. Nous avons du rompre avec eux.


Le point 3 mériterait peut-être d'être mieux détaillé en effet. Si les gens ne comprennent pas, ce n'est pas forcément parce qu'ils sont cons mais peut-être que vous (nous) n'êtes pas très au point sur le thème et qu'il reste un boulot de didactique à faire: synthétiser, structurer, etc.
Le point 2 en revanche me paraît très mauvais. En plus des objections que tu cites, j'en attends d'autre du genre: "mais si je travaille deux fois plus, je dois gagner deux fois plus!" ou l'inverse: "mais si j'ai besoin de deux fois moins, je veux travailler deux fois moins!", etc. C'est le genre d'idée qui pratiquement me semble inapplicables sauf effectivement sous la poigne d'une force militaire brutale et sanguinaire. Je maintiens que le rejet de la société de consommation induite par l'économie marchande me semble une revendication bien meilleure et qui ne sort pas de nulle part. C'est le genre de revendication que l'on entendait déjà en 68... Et il s'agit en lieu et place de bâtir une économie humaine fondée sur le besoin des gens et leur savoir-faire et non la recherche de profit.
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

Re: PLATEFORME INTERCO23

Messagepar lucien » Dimanche 01 Nov 2009 23:22

pepper a écrit:A la question du comité, excellente proposition de notre consoeur AIT, nous voulons ajouter un plus : nous sommes helas dans une société électronique sous controle d la technologie policière issue du complexe militaro-industriel que nous avons betement financé à larges poignées durant les décennies précédentes (et l'Etat sarkozyste, meme perclus de dttes ne s'arrete pas là, pour notre malheur à tous).
Cela signifie que la résistance populaire se doit d'etre autonome mais aussi tres discrete.
Populaire et discrète ne me semblent pas tout à fait compatibles, dans le sens où il faut tout de même aider au développement d'un mouvement social...

Quant aux mouchards et à la répression, leur "perfectionnement" est tout relatif (comment expliquer un 11/09, un Bin Laden toujours en fuite, la situation en Afghanistan ?). Bien que je te rejoigne sur les faiblesses des AG, surveillance et répression ont toujours existé et une vigilence adaptée est bien sûr à assurer - merci de me pousser dans le truisme. Maintenant, si la discretion signifie des actions organisées par on ne sait qui, avec on ne sait qui, pour on ne sait quoi, je cède ma place.

Tu verras que j'ai ajouté ailleurs un texte qui devrait pouvoir alimenter ta réflexion :

:arrow: Des revendications à l'utopie
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Précédente

Retourner vers L'approche globaliste

cron