[Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Pour relier les luttes entre elles et les étendre...

[Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar Marcia » Jeudi 28 Mai 2009 0:58

Deux semaines de solidarité internationale avec tous les inculpés de la guerre sociale

Condamnés à suer pour un patron ou à se débrouiller avec des bouts de ficelle, à survivre dans des quartiers organisés selon les besoins de l’économie et de la police, à gober des heures entières les leçons d’un prof sans broncher, à se justifier devant l’assistante sociale pour quelques miettes, à livrer son corps aux blouses blanches, il y a toujours quelque chose de jouissif à attaquer ce qui nous oppresse et à savoir qu’on n’est pas seul. Que des ouvriers saccagent le siège d’une entreprise, que des mômes se révoltent contre leur maître ou que des sans-papiers incendient un centre de rétention, montre que la conflictualité n’est pas prête de s’éteindre.

Contrairement à ce qu’affirment les politiciens de tous poils à propos de la « crise » mondiale, l’Etat n’est pas séparé du Capital : ce sont les deux sales gueules d’un même système. Non seulement l’Etat garantit la pacification armée, mais il assure aussi des fonctions essentielles au bon fonctionnement d’un rapport social basé sur l’exploitation et le contrôle qui va avec. Comme il est vain d’humaniser la torture et l’incarcération, la seule réforme possible de toute domination ne peut être que sa destruction.

La prison n’est pas un monstre lointain, tapi derrière de hauts murs et des miradors. Non seulement elle engloutit toujours plus de personnes, mais elle est déjà dans nos vies. C’est la menace permanente qui plane au-dessus de la tête de celles et de ceux qui refusent l’ordre de ce monde. De gré ou de force, on voudrait nous faire accepter de rester confinés dans les cages qui nous sont imposées. Car la prison sociale enferme, contrôle et gère les corps et les esprits, de l’école au turbin ; des frontières palpables lors de la moindre rafle au quadrillage policier ; de la camisole chimique aux gardiens de la religion et de la morale.
En instillant la peur d’un enfermement plus effroyable encore, il s’agit de nous garder tous prisonniers d’une société où l’atomisation et la privation de liberté sont une des nécessités du règne de la marchandise.

Depuis plus d’un an en France, nombreux sont ceux qui se retrouvent enfermés et inculpés d’ « association à but terroriste », dont l’objet serait notamment « la haine de l’Etat, du capitalisme et de ses appareils ». Le dernier exemple en date étant trois camarades de Chambéry incarcérés au prétexte de l’explosion accidentelle d’un engin artisanal.
Plus largement, le pouvoir tente d’effrayer tous ceux qui ne baissent pas la tête, qui décident de renvoyer un peu de la violence qu’on nous fait tous subir au quotidien, qui luttent sans médiation et hors du cadre institutionnel (des émeutes dans les cités aux révoltes dans les centres de rétention). Peu importe qu’ils soient « coupables » ou « innocents » -laissons ces catégories à l’ennemi-, le pouvoir n’arrivera jamais à briser un certain rêve de liberté ancré dans les cœurs et les tripes, ni à endiguer la lutte sans concession contre ce système de guerre, d’oppression et de misère.

Parce que ces affaires ne sont que des exemples parmi d’autres d’un serrage de vis qui se généralise, parce que la solidarité active est aussi une occasion d’échanger et de partager notre rage pour s’en prendre à ce qui exploite et enferme, nous appelons à deux semaines de solidarité internationale avec tous les incarcérés de la guerre sociale, du 15 au 28 juin 2009.

Que chacun, de la manière qu’il jugera la plus opportune (des manifs aux occupations, des blocages de l’économie aux sabotages des intérêts de l’Etat et du Capital, des tags aux banderoles, des feux d’artifice aux fumigènes,…), exprime son antagonisme contre toutes les formes de l’écrasement quotidien.

Attaquons tout ce qui nous détruit,
Feu à toutes les cages


solid(a)riseup.net
Marcia
 
Messages: 22
Inscription: Vendredi 09 Jan 2009 3:14

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar NOSOTROS » Samedi 30 Mai 2009 13:31

Un peu de sarcasme pour commencer :

il y a toujours quelque chose de jouissif à attaquer ce qui nous oppresse et à savoir qu’on n’est pas seul.


comme disaient les matons récemment sur leurs barricades enflammés, derrière leur cagoule ... Quel pied de se fritter avec les CRS. Car "
Que des ouvriers saccagent le siège d’une entreprise, que des mômes se révoltent contre leur maître ou que des sans-papiers incendient un centre de rétention, montre que la conflictualité n’est pas prête de s’éteindre.
"

Plusieurs choses qui sont à côté de la plaque dans ce texte :

Tout d'abord sur les modes d'action proposés :

Que chacun, de la manière qu’il jugera la plus opportune (des manifs aux occupations, des blocages de l’économie aux sabotages des intérêts de l’Etat et du Capital, des tags aux banderoles, des feux d’artifice aux fumigènes,…),


Il s'agit - encore une fois - de rendre visible la contestation, sous forme d'actes plus ou moins à la marge de la légalité.

C'est stratégiquement digne des lapins crétins. Quel l'objectif de ces deux semaines ? faire du prosélitysme pour montrer qu'une résistance et possible et inciter d'autres à rejoindre la lutte ? Mais cela va être une fois de plus contre productif : il va encore y avoir de nouveaux fichés, de nouvelles gardes à vue, éventuellement de nouvelles incarcération ... ce qui n'incite certainement pas à rejoindre le mouvement.

Ceux qui veulent sincèrement en finir avec ce système savent bien que ce sera un travail de sape long, patient invisible, et avant tout un travail de sape moral. Bon il y a eu des tonnes d'échanges là dessus sur ce forum, je vais éviter de radoter.

En plus, il ya une incohérence fondamentale dans toute cette littérature dont on nous abreuve en ce moment :

- d'un côté on revendique des actions d'éclat, voire dure (on se revendique d'émeutes)

- d'un autre côté on se plaint que l'Etat réprime.

C'est une attitude particulièrement puérile que de revendiquer que l'Etat nous laisse l'attaquer sans qu'il ne se défende ...

Ou alors c'est que tout le discours sur "l'offensive" n'est en fait qu'une posture littéraire, et qu'on ne pense pas le moins du monde attaquer réellement l'Etat ... (à ce sujet, lire le texte de coupat paru dans le monde et les communiqués des comités tarnac ... Un monde les sépare. Le premier assume toute la responsabilité de ce qu'il dit ; les seconds n'y croient pas une seconde ... A la rigueur leur attitude est beaucoup plus insultante envers Coupat que celle de l'Etat ...)

Peu importe qu’ils soient « coupables » ou « innocents » -laissons ces catégories à l’ennemi-,


Certainement pas ! Ca c'est faire le jeu du système de la domination : puisqu'il n'y a ni coupable ni innocent, il n'y a pas de responsable ...

C'est trop facile. Ca permet à tous ceux qui sont du côté de la domination à ne pas devoir rendre de compte de leurs méfaits.

Or, sans responsabilité, pas de liberté, dans rendre de compte pas de justice possible dans la Communauté.

Au contraire, il me semble qu'il faut le dire haut et fort : oui, nous sommes innocents, oui le capitalisme, l'état sont coupables. Oui ils sont terroristes. Oui il faut accentuer la lutte contre le terrorisme, c'est à dire contre tout ce qui nous opprime et nous domine !

PS :

endiguer la lutte sans concession


On verra si tu prendras un avocat le jour où tu passeras en procès ...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar lucien » Dimanche 31 Mai 2009 10:23

Tout cela me fait penser à l'appel à "manifestation nationale contre la répression d'état" qui finissait par un "Contre l’interdiction de porter des cagoules et de garder l’anonymat dans nos manifs" (quand tu viens en manif' avec une cagoule, c'est pas pour le folklore, donc tu ne t'embarasses pas d'une interdiction de cagoule).

Y'aurait des choses à dire, tant sur le fond que sur la forme, mais ça serait surtout intéressant d'en discuter avec les intéressés.

Image
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar NOSOTROS » Dimanche 31 Mai 2009 17:10

Manipulations : A qui profite le crime ?


Le 30 mars dernier dans le département des Pyrénées Orientales, deux militaires de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure, des services secrets) ont trouvé la mort dans une séance d’entraînement.

L’exercice consistait à faire exploser une voiture, soit les conditions aujourd’hui tristement banales de ce qu’il est convenu d’appeler un "acte terroriste". L’actualité est ainsi émaillée depuis des dizaines d’années de sombres attentats à la voiture piégée dont seraient tour à tour responsables diverses organisations clandestines dite de lutte armée.

Le fait que des agents spéciaux des services secrets de l’état français aient trouvé la mort dans un exercice qui ressemble comme deux gouttes d’eau à ce type d’attentat n’a pas fait les gros titres des journaux, n’a pas appelé non plus les commentaires d’experts militaires et curieusement n’a pas encore fait frémir les adeptes de la théorie du complot.

Pourtant cet accident qui s’est produit quelques jours à peine avant les manifestations anti-OTAN de Strasbourg et les bien troubles événements qui les ont accompagnés auraient pu interroger à plus d’un titre. Car si la DGCSE s’entraîne à la préparation d’attentats, c’est bien sur l’ordre de l’Etat. Pourquoi donc l’Etat français ressent-il le besoin que ses agents secrets soient exercés à la pratique de tels actes terroristes ? Il nous semble que le fait que nous vivions actuellement une période de crise sociale inédite appartient à la réponse : Cette crise est aussi et surtout, une crise idéologique dans laquelle la croyance au système est profondément remise en cause et en tant que telle ne peut évoluer que dans deux grandes directions : La maturation des esprits ou le pourrissement de la situation.

La première voie est nécessaire à la mise en route d’un processus d’élaboration et de réflexion collective autour d’une nouvelle société. Le pourrissement de la situation permet le renforcement de l’appareil de gouvernance au travers de sa re-légitimation morale. Il va de soi que dans le but de se sauver lui-même le pouvoir ne peut adopter que cette dernière stratégie. Si la temporisation que nous voyons mise en oeuvre par les politiciens et les syndicats est un procédé pour y arriver, un autre moyen, qui reste très classique, est l’exacerbation d’un sentiment d’insécurité dans la population. C’est comme cela que le pouvoir peut obtenir la ré-adhésion de l’opinion publique en la faisant passer de la révolte à la lassitude. Il se trouve que les diverses officines étatiques ou para-étatiques largement subventionnées possèdent un éventail considérable de techniques et de moyens pour aller dans ce sens. L’histoire nous fournit suffisamment d’exemples. Parmi les plus récents citons la manipulation de groupes de jeunes révoltés par un mouchard de la police lors de la provocation dite de la SCALA en 1978 à Barcelone (voir notre précédent numéro), ou bien l’attentat de la gare de Bologne en 1990 perpétré par des fascistes italiens en connexion avec des services secrets de ce pays. Ces actes qui ont provoqué des dizaines de morts nous montrent bien de quoi est capable le pouvoir pour influencer la population et la jeter dans les bras de ses oppresseurs.

Tout cela doit nous faire regarder attentivement les incidents survenus à Strasbourg le 3 et 4 avril dernier. Le fait qu’ils étaient largement prévisibles et l’exploitation démesurée qui en a été faite suggèrent déjà la préméditation de leur instrumentalisation par le pouvoir. Une autre chose accentue cette impression : Il s’agit de l’incendie d’un hôtel Ibis. La préfecture a justifié dans un communiqué de presse le 6 avril l’absence de réaction des autorités par la volonté de privilégier "la sécurité des personnes par rapport à la sécurité des biens". Ce choix avait été fait de longue date : les "biens sacrifiés" d’un côté, les "personnes en sécurité" de l’autre. Or, la préfecture ne pouvait pas ignorer qu’à l’hôtel Ibis, en plein milieu des "biens à sacrifier" elle avait sciemment logé six flics de la BAC, qui, ayant été de service la nuit, y dormaient au moment des affrontements et de l’incendie déclenché par on ne sait par qui. Ils ont eu le temps de fuir, mais avouez que, dans le cas inverse, 6 flics carbonisés par des manifestants, ça, cela aurait été de l’info et cela aurait justifié des mesures d’exception par le gouvernement.

Tout ceci invite à la vigilance : Que chacun fasse ce que lui dicte sa conscience et sa réflexion en se méfiant des "actions" dont on ne connaît ni les tenants ni les aboutissants ! Et surtout qu’en toute circonstance sensible, il se pose chaque fois la question de savoir si ce qu’il va faire va dans le sens de la maturation des esprits ou bien dans celui du pourrissement d de la situation.

Théo

(publié dans Anarchosyndicalisme !112)
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar Marcia » Dimanche 05 Juil 2009 22:39

Début de chronologie d’actions réalisées autour des "Deux semaines de solidarité internationale avec tous les inculpés de la guerre sociale"

19 juin, Sants-Montjuich (Barcelone) : "Vers 16h30 l’après-midi du 19 juin, un local du PSOE [Parti socialiste espagnol] a été attaqué dans le quartier de Sants-Montjuich à Barcelone. Les vitres de la porte ont été détruites, la façade a reçu de la peinture rouge, et l’entrée a pris feu.
Cette action est une réponse à la politique répressive d’extermination que ce parti et son gouvernement appliquent dans tout l’Etat espagnol. Les détentions, les tortures, la dispersion, les peines perpétuelles déguisées, les régimes d’isolement et les lourdes peines ne peuvent arrêter notre détermination d’affronter avec tous les moyens nécessaires cette société d’exploitation et de misère. Et si ce n’est pas clair pour certains, l’attaque de ce soir est venu le démontrer.
- Liberté pour les prisonniers/ères anarchistes !
Lutte dans la rue contre les prisons et la société qui les produit !". Source

20 juin, Chambéry : "Dans le cadre des deux semaines de solidarité international de solidarité aux inculpes de la guerre social, nous avons décidé de faire des diffs de tracts sur le marché (samedi 20 juin) et une table de presse au repas du collectif contre la haine et le rascisme.
Collectif de soutien aux inculpés de Chambéry" Source

22 juin, Apumanque (Chili) : "A travers ce mail, nous prenons la responsabilité de la pose d’une charge explosive contre la Banco Edwards-City Bank à Apumanque. L’engin était constitué d’une charge de 1 kilo d’explosifs activée par un système d’horlogerie qui activait à son tour une mèche à combustion lente pour éviter des accidents ou que quelqu’un soit touché, en tout cas chaque fois que l’objectif sera de provoquer des dégâts matériels à cette institution capitaliste putride. Malheureusement, un gardien s’est aperçu de l’existence du colis et a prévenu les gardes des riches, qui ont désamorcé le colis, nous privant des belles images d’une banque détruite.
Cette action manquée se voulait un hommage au frère mort il y a exactement un mois, en plus d’adhérer à une campagne internationale pour les prisonniers de la guerre sociale.
Pour Mauricio, pour tous ceux qui sont tombés, pour nos frères prisonniers et pour les inculpés, convertissons notre douleur en rage, et notre rage en poudre !
Nous continuerons, ils ne nous arrêterons pas !
Grupo Autónomo Mauricio Morales Duarte". Source

22 juin, Cuauhtémoc (Mexico) : "Au cours de la nuit d’hier (lundi 22 juin), et comme réponse active aux deux semaines de solidarité avec les prisonniers de la guerre sociale, nous avons placé un engin incendiaire sous un voiture de l’Etat, dans le district de Cuauhtémoc. Le dispositif a été posé sous la roue avant d’une voiture de patrouille du PGR (parquet général de la république). Nous avons vérifié que tout fonctionne, et cette voiture de patrouille a bien été réduite en cendres..." _ Source.

Paris, 25 juin : "Communiqué d’une Attaque. Jeudi 25 Juin, à l’aide d’un objet pointu, nous avons crevé les pneus de 16 voitures dans les 18e, 19e, 10e et 3e arrondissements :
- 1 Renault cabriolet
- 2 camionnettes de la mairie de Paris
- 2 berlines BMW
- 3 berlines Mercedes
- 2 utilitaires (Axa et Star & Service)
- 6 4*4 (Range Rover, Land Rover, Mercedes)

Nous avons systématiquement veillé à ce qu’au moins deux roues soient crevées afin que la roue de secours ne soit d’aucun secours

Cette modeste attaque, au-delà de s’inscrire dans le cadre d’un appel à deux semaines de solidarité sans frontières avec tous les inculpés de la guerre sociale, est notre façon de dire "bon vent !" aux compagnons Ivan et Bruno, en cavale, et d’encourager Mike à garder la force qui lui sera nécessaire face à l’ennemi.

Que chaque enragé sache qu’il suffit d’objets pointus et facilement accessibles pour occasionner des milliers d’euros de dégâts aux bourreaux qui nous exploitent.

Quelques esclaves en cours d’émancipation." Source


http://cettesemaine.free.fr/spip/articl ... ticle=2328
Marcia
 
Messages: 22
Inscription: Vendredi 09 Jan 2009 3:14

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationa

Messagepar NOSOTROS » Lundi 06 Juil 2009 0:49

super ca va peut etre relancer l industrie du pneu et empecher les licenciements de continental et michelin

bon et a  part ca, de quelles pratiques sociales rupturistes sont porteurs ces galejades de collegiens ? (A  cote de la violence reelle des rapports sociaux induits par la domination tout ceci n est pas bien serieux ...)
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar Marcia » Lundi 06 Juil 2009 0:56

oui tu as raison,
il vaut mieux se syndiquer, attendre les masses, et se pendre.

bonne continuation, tu arrive bientôt au troisième palier.
Marcia
 
Messages: 22
Inscription: Vendredi 09 Jan 2009 3:14

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar Paul Anton » Lundi 06 Juil 2009 11:00

Marcia a écrit:oui tu as raison,
il vaut mieux se syndiquer, attendre les masses, et se pendre.

bonne continuation, tu arrive bientôt au troisième palier.


Il ne s'agit pas d'attendre mais d'agir ici et en maintenant.

Cela implique de poser la question stratégique...
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar Marcia » Lundi 06 Juil 2009 11:28

Paul Anton a écrit:
Marcia a écrit:oui tu as raison,
il vaut mieux se syndiquer, attendre les masses, et se pendre.

bonne continuation, tu arrive bientôt au troisième palier.


Il ne s'agit pas d'attendre mais d'agir ici et en maintenant.

Cela implique de poser la question stratégique...


la stratégie n'a rien à faire avec la révolte.
et si votre stratégie est de rediriger la révolte vers le syndicalisme, on vous laisse être les fonctionnaires de la pacification sociale.

D'ailleurs quelle est votre stratégie? l'assistanat social de choc?
Marcia
 
Messages: 22
Inscription: Vendredi 09 Jan 2009 3:14

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar Paul Anton » Lundi 06 Juil 2009 11:42

Tu oses insinuer que nous sommes des jaunes !?
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar zebulon » Mardi 07 Juil 2009 10:35

Bordel, mais bien sûr que vous les insurgés du moment vous en avez du cran, bien sûr que vous en voulez et que vous ne voulez pas attendre ! Et vous avez raison !
Mais ça ne veut pas dire faire tout et n'importe quoi !
Pourquoi crois-tu Marcia que même la Fox Tv fasse votre pub ?
C'est parce qu'elle sait que cette voie est une impasse, elle vous canalise pour mieux vous instrumentaliser, pour mieux se servir de vous pour "justifier" son Intolérance Totale, autrement dit l'Etat d'urgence mondial. Vous êtes le fer de lance non pas de la Révolution Sociale Mondiale, mais bien de la Dictature Mondiale Officialisée.

Bien sûr qu'au départ nous avons les mêmes intentions, mais si on élabore pas des stratégies cohérentes alors nos combats en viennent petit à petit à se séparer et très vite à s'opposer.

Bien sûr votre ferveur est belle, mais elle est faussement porteuse d'espoir et véritablement porteuse de mort. La votre en premier et ce que veut le Pouvoir par sa canalisation (diversion) c'est entrainer dans la mort avec vous un grand pan des forces révolutionnaires.
Le Pouvoir est en train de jouer, sous les projecteurs du spectacle, avec la jeunesse révolutionnaire (et donc avec l'avenir des forces révolutionnaires) l'histoire du "Joueur de Flûte" de Hamelin. Putain c'est gros comme... enfin c'est énorme quoi, et on arrête pas de vous le dire, mais non allez hop vous foncez vous sprintez vers la mort et le désespoir pour les uns et les ministères pour les autres...

C'est insuportable, et c'est vrai que c'est aussi un constat d'echec que nous devons nous faire à nous aussi. Car nous n'avons pas su faire preuve de pragmatisme et nous n'avons pas su dynamiser ou redynamiser le processus de la Révolution Sociale.
Bordel, je sais pas là, y faut en discuter sérieusement, même si vous n'êtes pas d'accord avec cette analyse, au moins essayez d'en débattre entre vous. Pas seulement sur le ton de la moquerie du genre : Ah ouais ça c'est un débat pour les ringards de l'Anarchosyndicalisme ou pour les curés de la Révolution.

Nous sommes dans l'ère de tous les possibles. C'est pour ça que vous, nous et eux vivent tous ce que nous vivons en ce moment. Il n'y a pas toujours des rendez-vous comme ça avec l'Histoire. Sachons tous nous remettre en question. Il n'est pas trop tard, bien au contraire, ce sont les premières accélérations que nous sentons, vivons construisons là. Sachons garder le cap et ne laissons pas les chantres de la Tolérance Zéro nous télécommander !

Quand je dis gardons le cap, je te donne un exemple : ne tolérons à aucun moment que quelqu'un ne méprise les masses. Ceux qui poussent vers le mépris des masses, et qui persistent et signent, sont porteurs du concept de la Domination sur ces masses. Nous faisons partie de la masse, ne nous considérons pas en dehors, ça c'est le code génétique du fascisme ! Non travaillons là où nous sommes, c'est à dire en son sein, l'élan révolutionnaire doit être contagieux certes mais au sein de la masse pour pouvoir vivre et construire la Révolution Sociale Globale et pas pour en extraire les nouveaux éléments contaminés par cet élan révolutionnaire vers un Endehors ou des commandos de crevage de pneus et autres poseurs de bombes !
Alors si vraiment c'est trop Kool trop fun trop joie, trop excitant, tout comme la première boum ou la première sortie à DisneyWorld alors allez y... foncez ! tombez ! décrédibilsez la pensée révolutionnaire ! mais aumoins autorisez nou la critique ! Ce n'est pas parce que vous faites la une des journeaux bourgeois que nous on tire le châpeau et on s'écrase...

Franchement ce serait bien sans rentrer dans la pensée unique que nos combats soient complémentaires et non ennemis... À vous à nous de construire ce possible là !



____________________________________________
La liberté des uns se conjugue AVEC celle des autres
Avatar de l’utilisateur
zebulon
 
Messages: 798
Inscription: Mardi 17 Oct 2006 22:19

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar Marcia » Mardi 07 Juil 2009 13:10

Paul Anton a écrit:Tu oses insinuer que nous sommes des jaunes !?


Je ne vois pas le rapport.

zebulon a écrit:Bordel, mais bien sûr que vous les insurgés du moment vous en avez du cran, bien sûr que vous en voulez et que vous ne voulez pas attendre ! Et vous avez raison !
Mais ça ne veut pas dire faire tout et n'importe quoi !
Pourquoi crois-tu Marcia que même la Fox Tv fasse votre pub ?


Mais de quoi parle tu? c'est qui ce "nous"?
J'imagine que tu fais référence à "l'insurrection qui vient" sur fox news?
C'est totalement confus zebulon, et tu devrais faire attention aux filiations que tu invente. Je ne pense pas que tes intentions soient mauvaises, mais peut être faudrait il tourner sa langue plusieurs fois avant de pérorer de la sorte.
Je n'ai rien à voir avec l'IQV, je n'ai rien à voir avec la pensée qui s'y exprime et je n'ai rien à voir avec les stratégies qui y sont défendues: je suis anarchiste. Et je ne supporte pas que tu mette, à la façon des flics, tout le monde dans le même sac. alors restons sérieux et on pourra discuter sereinement, même si je sais que nosotros va bientot ramener ses guêtres à coup de calomnies, de diffamations ad hominem et d'accusations graves qui feront que le debat sera impossible et que la seule réaction possible sera de lui foutre une torgnole ou de me retirer du débat. En attendant cela, nous pouvons discuter.

Bien sûr qu'au départ nous avons les mêmes intentions, mais si on élabore pas des stratégies cohérentes alors nos combats en viennent petit à petit à se séparer et très vite à s'opposer.

Je ne suis pas sure que nous ayons les mêmes intentions puisque je ne veux ni fédérer, ni gérer la société future. Et puisque tu parle de stratégie, sache que je ne porte pas la stratégie dans mon cœur, en ce qu'elle découle directement d'une militarisation et d'une negation totale de l'individu, c'est meme dans le cadre de l'anarcho-syndicalisme le meilleur moyen de temporiser la révolte, et dans le cadre de la tiqqounerie le meilleur moyen d'envoyer ses petits soldats obéissants au casse-pipe.
Donc encore une fois, ne te méprend pas sur moi.

Quand je dis gardons le cap, je te donne un exemple : ne tolérons à aucun moment que quelqu'un ne méprise les masses. Ceux qui poussent vers le mépris des masses, et qui persistent et signent, sont porteurs du concept de la Domination sur ces masses.

c'est intéressant... Mais zebulon, quel plus grand mépris des "masses" que l'utilisation du terme "masses". Non, les gens ne sont pas des masses, des races ou des classes. Avant de donner la leçon sur la stratégie face aux "masses", peut être faudrait-il arrêter de nier l'individualité et l'unicité de chaque individu en l'enferment dans des catégories politiques dignes du communisme le plus dégénéré.
Au delà de ça, et puisque beaucoup de vous se réclament du communisme libertaire, je suis étonnée de voir un avant-gardisme aussi éclairé de votre part.
Mais pourquoi osez vous vous placer en exteriorité de ce que vous appelez la masse? Cette extériorité est avant-gardiste. Avec cette pensée la, les rapports humains se resument à "nous ET les exploités". Moi je suis une exploitée, pas une militante que la lumière a touchée et qui maintenant va évangéliser les masses.
A force de donner dans la stratégie, on finit par faire des erreurs stratégiques impardonnables. La rage me suffit, et j'ai l'espoir qu'elle se communique le plus largement possible. En cela, stratégiser (comprendre "placer mes petits pions sur l'échiquier de la révolution sociale"), revient à pacifier, à anesthésier ma revolte dans le but de la transformer en un rêve inatteignable: le mythe apocalyptique, messianique et millénariste de la révolution sociale et du combat pour "les générations futures" (les masses II le retour). Tout cela n'est qu'un prétexte à l'inertie, à une transformation de la rage en un défilé dominical et un virement bancaire de cotisation mensuelle.
Et qui aime bien châtie bien, si je dis tout cela et que je suis prête à établir un dialogue avec toi, c'est que la CNT-AIT en ce qu'elle garde un fondement anarchiste, est l'organisation permanente envers laquelle j'ai le moins de haine, et le plus de sympathie. Et cela malgré le fait que nos perspectives soient différentes et que nos modes d'organisations soient diamétralement opposés.

Et ce qui est le plus drôle (car je te répond au fur et à mesure que je te lis) c'est que juste après tu me dis:
Nous faisons partie de la masse, ne nous considérons pas en dehors, ça c'est le code génétique du fascisme !

A partir de la comment peux tu te considérer comme faisant partie de la masse, tout en étant un "conscientisateur" de celle-ci?
Aussi je voudrais rectifier une autre chose, je ne me sens absolument pas comme "en-dehors". Je suis exploitée par ma patronne, rackettée par mon proprio, harcelée par les services sociaux et régulièrement agressée par la justice de ce bout de terre sous domination de l'Etat français. En bref, je suis à peu prés "comme tout le monde", à ceci prés que je souhaite attaquer la domination qui m'est infligée et que je ne suis pas résignée. Donc cesse de me traiter "d'en-dehors".
Aussi, mais c'est un autre débat, ton analogie avec le fascisme (de racine socialiste/travailliste/ouvriériste, un peu comme l'anarchosyndicalisme) est le résultat d'une très mauvaise analyse. Nous pourrons y revenir ailleurs.

Alors si vraiment c'est trop Kool trop fun trop joie, trop excitant, tout comme la première boum ou la première sortie à DisneyWorld alors allez y... foncez ! tombez ! décrédibilsez la pensée révolutionnaire ! mais aumoins autorisez nou la critique ! Ce n'est pas parce que vous faites la une des journeaux bourgeois que nous on tire le châpeau et on s'écrase...



là par contre il va sérieusement falloir que tu calme ton ardeur.
Déja, MAIS DE QUI TU PARLE LORSQUE TU DIS "VOUS"???? :evil:
Je n'ai jamais fais la une des journaux bourgeois et je possède un profond mépris envers tout ceux qui ont choisis la voie mediatico-spectacularo-innocentiste!
Alors ne t'abaisse pas au niveau de Nosotros, s'il te plait.

Franchement ce serait bien sans rentrer dans la pensée unique que nos combats soient complémentaires et non ennemis... À vous à nous de construire ce possible là !

Il faudra d'abord que tu commence par arrêter de me stigmatiser et de me mépriser en me comparant à quelques guignols qui s'amusent à Libé. Je te le rappelle, comme disait une lettre écrite par quelques compagnons italiens: "L'insurrection qui vient ne lit pas Libé".
Marcia
 
Messages: 22
Inscription: Vendredi 09 Jan 2009 3:14

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar douddu » Mardi 07 Juil 2009 18:18

Sur la question des révoltes générées par cette société , je fais le constat qu'il n'y a pas de différence entre ceux qui pétent les plombs et ceux qui crévent les pneus , je comprends leurs raisons (qui sont une réaction ) mais j'ai du mal a percevoir les perspectives a long terme .

Mais, marcia peut être tu t'en fiches , tu es dans l'instant , l'immédiatisme , peut être as tu raison et même sur le probléme des manipulations que soulevait zebulon ce ne serait pas la premiére fois qu'elle se retourneraient contre leurs auteurs . On verra bien .

Il y a toujours a la CNT AIT cette tendance a vouloir analyser les conséquences de nos écrits et actes , et cela fait surgir des insuffisances , sur la question de chambéry si cela avait été en discussion dans mon groupe :
Le dernier exemple en date étant trois camarades de Chambéry incarcérés au prétexte de l’explosion accidentelle d’un engin artisanal.


Moi j'aurai eu tendance a dire que "au pretexte d'une explosion accidentelle " était suffisant .
douddu
 

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar wiecha » Mardi 07 Juil 2009 18:37

Moi je suis une exploitée, pas une militante que la lumière a touchée et qui maintenant va évangéliser les masses.


Pourquoi ne pourrait-on pas être exploitée et militante ? Pourquoi toujours cette peur des mots, qui ne change rien aux faits ?
Faire des tracts, organiser des semaines d'actions coordonnées de telle à telle date, coller des affiches, pour moi, ça s'appelle du militantisme et des choix stratégiques. Après ce qui nous distingue de la LCR ou de l'orga tartempion, c'est le contenu des tracts, celui des actions, mais toujours est-il qu'il y a ces formes communes d'activité, ce n'est pas en refusant les mots qu'on peut faire abstraction de ces activités particulières qui nous distinguent effectivement d'une partie des prolétaires, ce qui ne signifie en rien qu'on est à l'extérieur. A mon avis, la spécificité se situe dans la volonté de partager son regard sur le monde, de le confronter avec d'autres, il y a plein de gens qui bousillent des bagneules, seul le militant communique à ce sujet.

A force de donner dans la stratégie, on finit par faire des erreurs stratégiques impardonnables. La rage me suffit, et j'ai l'espoir qu'elle se communique le plus largement possible. En cela, stratégiser (comprendre "placer mes petits pions sur l'échiquier de la révolution sociale"), revient à pacifier, à anesthésier ma revolte dans le but de la transformer en un rêve inatteignable: le mythe apocalyptique, messianique et millénariste de la révolution sociale et du combat pour "les générations futures" (les masses II le retour). Tout cela n'est qu'un prétexte à l'inertie, à une transformation de la rage en un défilé dominical et un virement bancaire de cotisation mensuelle.


Je ne sais pas ce que tu appelles la rage, sans doute en avons nous une définition différente, je ne vois pas comment elle pourrait suffire, en tout cas ne partager que ça ne mène pas loin, et l'anesthésie que tu évoques , je crois qu'elle peut être aussi provoquée par la rage pure comme moteur, on se contente de détruire, de hurler contre. Mais est ce vraiment ça qui peut détruire les rapports sociaux tels qu'ils sont, et pas seulement les rapports de classe ?

Les mythes sont un moteur, celui d'un monde qu'on ne connaitra peut-être pas, celui de construire pour ceux qui viendront après. C'est aussi ce qui te fait tenir et rire quand même, dans les périodes de creux, quand action directe au milieu du désert des années 90, dit "La taupe creuse encore ", est ce autre chose qu'un mythe ( et pourtant action directe n'est pas ma tasse de thé ), quelque chose qui permet de donner du sens à ta vie, même au coeur du marasme et de la répression ? Et même si ce sont des illusions, qu'est ce que ça peut faire, on n'est jamais sûr de rien, de ce qui anime les gens et pourtant on dresse des chronologies d'actions éparses, on essaie de dessiner une trame, tous autant qu'on est.

Sinon, "assistanat social de choc", c'est un concept qui revient toujours, une attaque récurrente dont je n'ai jamais vraiment compris le sens.
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar douddu » Mercredi 08 Juil 2009 8:47

Pourquoi crois-tu Marcia que même la Fox Tv fasse " votre" pub ?


oui, intéréssant de voir que le gars qui parle de IQV comme d'un livre "dangereux" pendant cinq minutes ne l'avait pas encore lu .
http://www.dailymotion.com/video/x9rfkv ... insur_news
douddu
 

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar Paul Anton » Mercredi 08 Juil 2009 11:29

Salut Marcia,

Je part du principe que je vis dans un système post-totalitaire qui résulte d'une synthèse de la démocratie bourgeoise et du totalitarisme classique mais qui possède la particularité d'avoir d'autres fondements. Le point de départ est l'analyse de l'homme unidimensionnel. Je t''avouerai que je ne suis plus très affirmatif sur le fait qu'il puisse y avoir un sujet de prédilection.

Je me considère comme en état de guerre permanent parce que ce système est insupportable à mes yeux. Je suis confronté dans mon existence quotidienne au contrôle social comme toi.

Je ne rejette aucunement la tactique et la stratégie qui définissent un plan d'attaque. je veux réussir dans mon entreprise. Le but est bien de peser sur la réalité des choses pour vaincre. Alors je pose un moyen qui est l'anarchosyndicalisme auquel je tente de rattacher plusieurs courants de pensée pour l'enrichir : anarchisme, marxisme (communisme de conseils), existentialisme et situationisme.

Mais tu fondes ton raisonnement sur un préjugé axiologique : toute forme de syndicalisme est par essence réformiste. Or je pense que c'est commettre une erreur au regard des expériences du passé.

Ce qui nous différencie est de l'ordre du régime de la perception.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar soleilnoir » Jeudi 09 Juil 2009 7:19

une petite citation :

"Vaincre sans combattre est l'idéal de la stratégie."
SUN ZU, l'art de la guerre.


:D
No future? Future is now!
Avatar de l’utilisateur
soleilnoir
 
Messages: 433
Inscription: Dimanche 14 Mai 2006 9:08
Localisation: Dans le Human District....

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar zebulon » Jeudi 09 Juil 2009 11:28

Marcia a écrit: Mais zebulon, quel plus grand mépris des "masses" que l'utilisation du terme "masses". Non, les gens ne sont pas des masses, des races ou des classes. Avant de donner la leçon sur la stratégie face aux "masses", peut être faudrait-il arrêter de nier l'individualité et l'unicité de chaque individu en l'enferment dans des catégories politiques dignes du communisme le plus dégénéré.
Au delà de ça, et puisque beaucoup de vous se réclament du communisme libertaire, je suis étonnée de voir un avant-gardisme aussi éclairé de votre part.
Mais pourquoi osez vous vous placer en exteriorité de ce que vous appelez la masse? Cette extériorité est avant-gardiste. Avec cette pensée la, les rapports humains se resument à "nous ET les exploités". Moi je suis une exploitée, pas une militante que la lumière a touchée et qui maintenant va évangéliser les masses.




Si justement j'ai parlé de ne pas mépriser les masses, c'était directement en réponse à une citation de Marcia (toi) qui justement a "utilisé" ce terme de "masses" :



Marcia a écrit :

oui tu as raison,
il vaut mieux se syndiquer, attendre les masses, et se pendre.

[...].

Et j'ai justement aussi bien pris soin de signaler ce qui suit pour dénoncer l'avant-gardisme :

zebulon a écrit:ne tolérons à aucun moment que quelqu'un ne méprise les masses. Ceux qui poussent vers le mépris des masses, et qui persistent et signent, sont porteurs du concept de la Domination sur ces masses. Nous faisons partie de la masse, ne nous considérons pas en dehors, ça c'est le code génétique du fascisme ! Non travaillons là où nous sommes, c'est à dire en son sein, l'élan révolutionnaire doit être contagieux certes mais au sein de la masse pour pouvoir vivre et construire la Révolution Sociale Globale et pas pour en extraire les nouveaux éléments contaminés par cet élan révolutionnaire vers un Endehors ou des commandos de crevage de pneus et autres poseurs de bombes !


Plus clair que ça tu meurs...
Je suis pas toujours très clair, mais là faut vraiment vouloir ne pas comprendre !...
Aussi peut être faudrait-il lire les interventions dans leur ensemble avant de les commenter au fur et à mesure. Un autre conseil si tu permets : les relire plusieurs fois n'est pas un luxe...
Ça permet une meilleure compréhension et donc un meilleur débat.

Bref on dira qu'il ya eu incompréhension et que nous serions d'accord sur la condamnation de l'avant-gardisme ?


Aussi quant à mon coup de gueule plus haut, je ne m'adressais pas toi personnellement (que je ne connais pas) et pas non plus à l'IQV mais à toute la tendance insurrectionaliste dans son ensemble que j'appelle moi l'insurrection d'avant-l'heure (et j'aime rajouter ausi "mais l'heure avance...") et dans laquelle oui on retrouve l'IQV.
C'était en réponse directe à tes postes sur les actions crevages de pneux et poses de bombes...
Donc là non plus je ne crois pas avoir été hors sujet. En revanche si j'ai cru que tu en faisais la promotion parce que tu les avais posté, là je reconnais que j'ai été vite en besogne, mais de là à dire que ce sont des méthodes de flics, là c'est toi qui va vite en besogne.
J'en profite pour dire que tout le monde sur la planète parle des tendance et mouvances insurrectionnalistes, c'est un sujet public qui fait la une des journaux papiers et télés, alors il n'y a plus rien de clandestin là dans tout ça... Le "clandestin" il est sous les projos, et du Lumen c'est pas ce qui manque, y'a de quoi éblouir les... :) enfin éblouir qui veut bien l'être ou qui l'a toujours été... :wink:
Dans ce contexte on s'exprime comme tout le monde sans pratiquer l'auto-censure. Tout le monde ne cache pas une section de l'armée secrète de l'IQV dans sa garde-robe, donc stop à la nervosité extrème, dés qu'on parle d'eux et de tous les insurrectionalistes. Y'a pas que nous qui en parlons, mais bien tout le monde sur c'te planète, alors critiquons librement ce qu'il y a à critiquer :

Le mouvement insurrectionaliste d'aujourd'hui est en partie la créature du Pouvoir, en tous cas celui-ci l'encourage, fait sa pub et sa promotion, car il compte bien continuer de l'instrumentaliser pour pouvoir imposer de plus en plus rapidement son état d'urgence mondial. Hé là on peut plus dire le contraire non ? Si ?
Non ! Ça devient énorme comme manoeuvre.
La question qu'il devient logique de se poser, c'est :
Pourquoi le Pouvoir pousse-t-il dans cette voie ? Que craint-il de l'avenir ? Le Pouvoir Capitaliste a-t-il enfin compris que l'avenir est pour lui plus qu'incertain? Comment anticiper ses stratégies de mutation pour mieux les combattre et les contrecarrer ?
Car oui c'est possible !

Alors aussi comme dit Doudu la créature pourrait se retourner contre son créateur. Espérons le et aidons aussi à ce mouvement de Boomrang.
Tout ça c'est justement tout le propos de mon intervention plus haut : rechercher des pistes pour construire ce possible là ! Que le Pouvoir se prenne le boomrang en pleine gueule...
C'est pour ça aussi que je parle "d'insurrectionnaliste d'avant l'heure" et que je rajoute "mais l'heure avance..." Car en disant ça j'espère bien que l'insurrection ne soit plus anachronique mais qu'elle s'inscrive dans un véritable et solide processus révolutionnaire... Pour ça on ne peut et ne doit pas faire tout et n'importe quoi !
Pour l'instant, c'est vulnérable, archi vulnérable ! C'est encore le Pouvoir qui tient la télécommande. Maintenant si les insurrectionnaliste gagnent en maturité, par exemple en n'ayant plus la révolte et l'insurrection comme seul objectif, ce qui est l'incarnation du désespoir, mais bien la révolution sociale globale comme objectif, alors là on peut envisager les choses sérieusement... Il ne faut pas grand chose en fait, quand on y regarde bien. C'est pour ça que je parle de rendez-vous avec l'Histoire...

Donc Marcia comme tu vois, je ne te vouvoyais pas subitement, mon "vous" s'adressait à la tendance insurrectionaliste... T'aurais pu faire un effort quand même. On mettra ça sur le compte de l'obstacle numérique.

Je reviens pas sur le reste du débat que d'autres ont continué.

Salutations Anarchistes


_____________________________________________________
La liberté des uns se conjugue AVEC celle des autres
Avatar de l’utilisateur
zebulon
 
Messages: 798
Inscription: Mardi 17 Oct 2006 22:19

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar wiecha » Jeudi 09 Juil 2009 19:17

Aussi quant à mon coup de gueule plus haut, je ne m'adressais pas toi personnellement (que je ne connais pas) et pas non plus à l'IQV mais à toute la tendance insurrectionaliste dans son ensemble que j'appelle moi l'insurrection d'avant-l'heure (et j'aime rajouter ausi "mais l'heure avance...") et dans laquelle oui on retrouve l'IQV.


Mais y-at-il une tendance "insurectionnaliste " dans son ensemble ?

En ce qui me concerne, je ne peux pas sérieusement ranger dans le même sac des gens qui se réfèrent à Blanqui , qui parlent de "peuple" , qui à aucun moment n'évoquent la question de l'autorité comme un ennemi au sein du mouvement et des camarades qui parlent d'"exploités", qui se définissent et se vivent anarchistes, et dont la pratique est sans ambiguité aucune ( et bien moins que la mienne d'ailleurs ) vis à vis des médias et du pouvoir.

Qu'ils aient en commun une certaine vision de l'"insurrection", de l'émeute, ne me suffit vraiment pas.

Et le fait qu'ils aient malheureusement souvent les mêmes a priori contre nos pratiques , les mêmes critiques contre "l'assistanat social de choc" ou l'anarcho syndicalisme ne me suffit pas non plus. Chez les anarchistes, elles me paraissent au moins sincères , je ne les ai pas vus en France ou en Italie jouer les puristes pour ensuite manifester avec des partis politiques et ouvrir leur page perso sur Mediapart.

Et face à la répression, il y a quand même une ténacité et un refus de compromis même au prix de la liberté.

Personnellement, même si j'ai un paquet de critiques féroces vis à vis de la pratique comme de la pensée, je me sens quand même de nombreux points communs, et peu m'importe que ce ne soit pas réciproque, je me positionne par rapport à ce que les théories et les pratiques peuvent m'apporter dans ma réflexion, et tant pis si des préjugés font que ça ne marche pas dans l'autre sens, en tout cas dans la période actuelle.

Les analyses de la technologie, mais aussi la critique de la position attentiste classique qui dit qu'on doit attendre les masses pour se déterminer, en faisant abstraction du fait que nous sommes tous des prolétaires et qu'il faut bien que les uns commencent s'ils en éprouvent le désir ne me parait pas totalement dénuée de fondement même si elle peut se figer dans des postures avant gardistes et méprisantes.

De même, il me semble que ce courant développe des choses importantes sur l'individu et ses choix, sur ce que signifie concrètement vivre l'anarchie du mieux qu'on le peut dans l'affrontement permanent, qu'il n'y pas comme dans l'Insurrection qui vient cette illusion de la désertion, par la création de lieux plus ou moins clos, que le groupe affinitaire n'y est pas défini comme une entité immobile développant des rapports différents juste en le décidant, mais comme un mouvement collectif d'affrontement perpétuel qui, seul, permet de développer des complicités en rupture.

Bref, pour moi tout ça n'a à voir que de très loin avec le bla bla branché néo communautariste qui fait seul la une des médias, d'ailleurs
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Re: [Guerre Sociale] Deux semaines de solidarité internationale

Messagepar Marcia » Jeudi 09 Juil 2009 19:27

A mon grand étonnement (notamment sur la question de l'individu), je n'ai rien à ajouter de plus à ce que dit wiecha qui semble, elle, avoir lu autant ce qui sort de chez nous que ce qui sort de la tendance appelliste. En quelque sorte le contraire de ceux qui ici, dés que l'un d'entre nous ouvre la bouche, se sent systématiquement obligé de parler des appelistes avec qui nous ne nourrissons aucune affinité.

Il y a bien plus de différences fondamentales entre eux et nous, qu'entre la CNT-AIT et ses membres qui ont participé à un gouvernement.
Et la comparaison que vous semblez vouloir faire à tout prix est bien plus une marque de mépris envers moi et les miens qu'une forme de débat sans intentions de nuire, ce qui me pousse à m'en retirer.
Marcia
 
Messages: 22
Inscription: Vendredi 09 Jan 2009 3:14

Suivante

Retourner vers L'approche globaliste

cron