Anti hiérarchie : Stage évaluations nationales et EPEP 12/01

Pour relier les luttes entre elles et les étendre...

Anti hiérarchie : Stage évaluations nationales et EPEP 12/01

Messagepar Nico37 » Jeudi 25 Déc 2008 18:05

Collectif Anti-Hiérarchie (CAH)

Stage sur les évaluations nationales et les EPEP... Une initiative Cah, CNT, Sud-éducation et Icem-pédagogie Freinet

Stage du CAH à la Bourse du travail de Paris (rue du Château d’eau, M° République) les 12 & 13 janvier 2009

Lundi 12 janvier : Face aux nouvelles évaluations nationales Les évaluations bilan ont été inventées pour être un comparateur des écoles. à quoi serviront-elles ? Les informations contradictoires que diffusent les IA entretiennent le doute sur leur utilisation future. Ce qu’on sait de ces évals est scandaleux. Alors qu’elles sont annoncées comme particulièrement discriminantes, elles donneront lieu á un classement des élèves en 4 groupes ; les derniers (1/3 de bonnes réponses ou moins) seront bons pour l’aide individualisée et les stages de vacances. Les premiers auront-ils droit au tableau d’honneur ? Leurs familles seront-elles encouragées à détourner la carte scolaire ? On va droit au massacre dans les ZEP. Pour en être bien sûr, l’erreur aux évals n’est plus permise : c’est tout bon ou tout faux. Et puis, histoire d’augmenter encore la pression sur tous, parents, enfants et enseignants, on va jouer au bac : les livrets arriveront sous pli scellé directement dans les écoles. Enfin, n’oublions pas la cerise sur le gâteau : les "performances" des élèves serviront á notre propre notation. Les évaluations bilan n’aideront en rien les élèves dans leurs apprentissages et elles n’en ont pas l’ambition. Elles sont un "outil incontestable"de tri social et d’inégalité entre les écoles. Elles sont la clef de voute de la contre-réforme Darcos. Soyez prêt à leur réserver l’accueil qu’elles méritent.

Mardi 13 janvier : EPEP, la fin des conseils des maitres. Le projet de loi EPEP (établissements publics d’enseignement primaire) veut transformer les écoles en établissements soumis à un conseil d’administration où représentants de la commune et parents seront majoritaires. Ces structures pourront embaucher, dans un premier temps des vacataires (pour un remplacement...) ou des AVS á 500 euros par mois, puis directement les enseignants. Elles permettront la mise en concurrence des écoles où nous travaillerons quotidiennement sous l’autorité hiérarchique d’un "super directeur". Ce n’est pas un cauchemar, c’est à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale.
Nico37
 
Messages: 846
Inscription: Jeudi 12 Jan 2006 18:23

Messagepar non defini » Jeudi 19 Fév 2009 11:25

je n'arrive pas à comprendre pourquoi on crée un collectif anti-hiérarchique puisque la hiérarchie n'existe pas. Ne comprenez-vous pas que c'est un formatage de l'esprit humain venu de la nuit des temps, du temps où nous étions des animaux et où le chef est celui qui impose son point de vue?
Actuellement, vu les outils qui ont été crées et la possibilité d'échanger des idées, les citoyens réfléchissent par eux-mêmes et ne s'en laissent pas compter (sauf si c'est leur désir égotique)
Karim a quelque part, expliquer que les classes n'existent que par les bourgeois. De la même façon, le gouvernement n'existe que par la volonté de domination. Qu'est-ce qui vous fait croire que dominer est un service à rendre?
De ma vie, je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui veuille être dominé, classé, manipulé. Alors pourquoi encombrer les esprits des gamins et des profs par l'obéissance aux autorités de tutelle? Parce que ce serait un ordre de l'administration? Mais l'administration est devenue un outil aux mains d'un politique: Darcos. Que nous en chaut ! les chefs ne sont chefs que parce qu'ils croient encore au pouvoir et que les médias les encensent.
Et vous, vous y croyez au pouvoir?
non defini
 
Messages: 79
Inscription: Samedi 10 Jan 2009 14:01
Localisation: 19100 Brive la gaillarde

Messagepar Nico37 » Jeudi 19 Fév 2009 11:32

Concernant la hiérarchie, elle existe, la preuve elle sanctionne dans tous les sens : salaires mais ça peut aller jusqu'à la révocation.
Quant aux différences sociales, elles existent et tenter de les oublier n'aboutira pas à l'égalité :!:
Nico37
 
Messages: 846
Inscription: Jeudi 12 Jan 2006 18:23

Messagepar non defini » Jeudi 19 Fév 2009 13:41

la hiérarchie est dans les structures, pas dans les individus.
Si votre contre-maitre fait une remarque injustifiée ou non-comprise à un tiers, alors que vous êtes présent, il vous appartient de lui rappeler l'exigence de fraternité. Je crois que c'est parce que nous avons oublié que nous sommes des citoyens que l'absurde s'est installé. Il est de notre devoir de réveiller tous les citoyens.
Je viens de vous transmettre la méthode pour détruire le pouvoir "sur" les autres. Regardez bien. Il faut avoir " conscience et sensibilité à la conscience du groupe". Si vous avez entendu la remarque et comprenez quelle est humiliante pour quelqu'un, il faut ne pas laisser classer l'affaire. Mais attention, il faut au préalable analyser en quoi la remarque est injustifiée ou blessante ou fausse. Car celui qui a été blessé risque de se retourner contre vous (à défaut d'oser le faire contre le" bien aimé" dominateur). Vous ne savez jamais à quel point les individus semble avoir besoin de faire allégeance à la domination. Il semble que ce soit tout le problème des femmes battues.
non defini
 
Messages: 79
Inscription: Samedi 10 Jan 2009 14:01
Localisation: 19100 Brive la gaillarde

Messagepar Nico37 » Jeudi 19 Fév 2009 23:11

Les structures n'existent pas ex nihilo, ce sont des individus qui les font vivre :!: Quand le DRH au rectorat licencie des profs (une bonne 20aine par an au moins entre les stagiaires et titulaires sur Orléans Tours) il s'en fout de la fraternité...
Et justement, je ne suis pas un citoyen, je suis un prolétaire qui s'oppose à la bourgeoisie :!:
Ce n'est pas en faisant de la psy de comptoir et de la CNV que nous arrêterons la boucherie sociale en cours...
Nico37
 
Messages: 846
Inscription: Jeudi 12 Jan 2006 18:23

Messagepar non defini » Vendredi 20 Fév 2009 8:37

Ce n'est pas en étant en colère qu'on fait avancer le schlimblick.

Je viens de prendre conscience que ce sont les structures, les organisations que nous avons créées, qui détruisent les efforts. Nosostros posait la question du travail.
Quelle finalité donnons nous au travail? Pour moi le travail doit permettre à tous les hommes et femmes, un jour, d'agir selon leur conscience et pour la joie et la liberté de tous. Le travail doit répondre à un acte de justice. Les profs et enseignants licenciés sont la preuve (quelque part) que ce sont les structures qui commandent et non l'être humain.
Si tous les humains disaient: "je ne travaille plus parce que l'effort que je fais pour rendre ce monde plus juste ne va qu'en régressant et donc je préfère me retirer", je crois que le foutoir mondial s'effondrerait (sauf du côté des armes et de la drogue.)
Le seul lien qui unit le monde économique est l'argent. Supprimons l'argent ou trouvons un autres système économique. (puisque économie signifie échanges et que l'on ne peut pas rester vivant sans échanges) Je vous invite à lire l'analyse de ce lien
http://economiedistributive.free.fr/spip.php?article19
non defini
 
Messages: 79
Inscription: Samedi 10 Jan 2009 14:01
Localisation: 19100 Brive la gaillarde

Messagepar NOSOTROS » Vendredi 20 Fév 2009 11:12

Le seul lien qui unit le monde économique est l'argent. Supprimons l'argent ou trouvons un autres système économique.


C'est vrai.

La question est donc : comment mettre s'affranchir de ce lien.

A mon avis il y a plusieurs lien tissés par l'idéologie dominante qui agissent un peu comme des élastiques : ces liens tendent à nous ramener dans le giron dominant dès que nous aurions la velleité de nous en écarter.

La hiérarchie est un autre de ces liens.

Donc s'affranchir dans sa tête de la notion de hiérarchie, comme le propose ce collectif, c'est déjà faire un pas dans la direction de la libération (enfin je crois).

Bref, vous êtes complémentaires...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: Anti hiérarchie : Stage évaluations nationales et EPEP 12/01

Messagepar non defini » Samedi 21 Fév 2009 9:29

Nous changerions les données du problème en travaillant dans un autre esprit que celui qui nous a été inculqué. Voici par exemple une autre méthode en attendant un autre esprit.
Le consensus a ses exigences : il faut du temps, de la souplesse et de la créativité pour trouver une solution qui convient à tous. Mais une fois qu’elle a été prise, cette décision a toutes les chances d’être appliquée avec succès puisqu’elle s’appuie sur l’accord du groupe, l’engagement et la compréhension de la question. Quand il est utilisé avec sérieux, le consensus a l’avantage de rassembler les individus dans une vision commune qui dépasse le problème du moment. C’est le processus de la résolution de conflit qui unit les gens, non un résultat en particulier. Alors que la règle de la majorité fonctionne en supprimant le conflit et en ignorant ou en niant la position des minorités, le consensus amène le conflit à la surface pour qu’il soit abordé ouvertement et résolu.

Le consensus s’utilise dans des groupes petits ou grands. Mais pour qu’il fonctionne bien, il importe que tous les participants connaissent les ingrédients des rapports harmonieux. Les voici :
1) Respect des différences et des autres point de vue :
2) Honnêteté et ouverture dans la discussion du problème
3) Capacité d’écouter et de ne pas rester sur la défensive ou rigide dans sa position
4) Courage d’exprimer le fond de sa pensée ;
5) Engagement à travailler en tout bonne foi en vue d’un but commun ;
6) Disposition à abandonner l’idée qu’on a La bonne réponse et à explorer de nouvelles avenues ;
7) Conscience et sensibilité à la conscience du groupe.

En résumé, le cercle et la prise de décisions par consensus constituent de bons moyens de répartir également le pouvoir. Les groupes communautaires ne fonctionnent pas tous de cette façon, et plusieurs finissent par aliéner les personnes mêmes qu’ils avaient pour objet de servir, du seul fait de leur structure hiérarchique qui est intimidante et inaccessible. Dans un monde régi par des institutions qui exercent le « pouvoir » sur nous, notre plus grand défi consiste à trouver de nouvelles façons d’abolir les structures de domination elles-mêmes. Si nous n’y parvenons pas, ceux qui ont été opprimés par le « système » deviendront à leur tour des oppresseurs, perpétuant ainsi le cycle de la domination et de la violence. Comme l’exprime Starhawk, « Si nous voulons survivre, la question à nous poser est :Comment allons-nous renverser, non pas ceux qui détiennent le pouvoir, mais le principe même du pouvoir « sur » les autres ?
non defini
 
Messages: 79
Inscription: Samedi 10 Jan 2009 14:01
Localisation: 19100 Brive la gaillarde

Re: Anti hiérarchie : Stage évaluations nationales et EPEP 12/01

Messagepar non defini » Samedi 21 Fév 2009 12:17

je viens à l'instant de trouver un texte de Roland Colin : Kénédougou au crépuscule de l'Afrique coloniale(présence africaine, 2004). Il écrit:

"Le choc du système colonial s'opérait aussi par l'assujettissement à l'impôt de capitation, exigeant l'accès à des revenus monétaires. Deux sources d'argent se mettaient alors en place : d'une part l'avènement d'une agriculture marchande, fondée essentiellement sur l'introduction en force de la culture du coton, exporté vers la "métropole", et, d'autre part, par l'émigration des jeunes allant gens allant vendre leur force de travail dans les colonies à l'économie plus riche, en l'occurrence la Côte d'Ivoire, et, dans une moindre mesure, le Sénégal.

Autrement dit, ce n'est pas depuis 30 ans que nous observons la violence de l'argent sur les populations mais ça se faisait ailleurs, ici, en Afrique. Et c'est de façon délibérée puisque l'Etat n'avait pas "besoin" d'impôt de capitation! c'était le plaisir de dire "c'est moi le chef"! et d'humilier les êtres humains devant "un Etat comme La france!"
Je vois le slogan: contre l'Etat et le Capital : grève générale, pour pas finir à poil. Il faudrait peut-être se demander pourquoi les syndicalistes français ont choisi le 19 mars alors que les british ont choisi le 18 mars. Pourquoi ne pas faire la jonction? Pourquoi laisser croire que chacun, en fonction des nationalismes, on va .... Si tous les salariés, décidaient de se donner la main, les Etats feraient plouf entraînant le capitalisme parce que ces idéologies (capitalisme; nationalisme, argent, salariat etc.) vient tous du même esprit: esprit de domination qui vient de notre égo. L'Etat représente au niveau symbolique notre souveraineté individuelle, non ?

Kool, Raoûl, nous sommes tous limités, fragiles, ne nous laissons pas berner par les officiels et leur patenôtres. Peut-être que les Guadeloupéens pourraient être de bons conseils?
non defini
 
Messages: 79
Inscription: Samedi 10 Jan 2009 14:01
Localisation: 19100 Brive la gaillarde

Re: Anti hiérarchie : Stage évaluations nationales et EPEP 12/01

Messagepar lucien » Samedi 21 Fév 2009 14:13

non defini a écrit:Le consensus s’utilise dans des groupes petits ou grands. Mais pour qu’il fonctionne bien, il importe que tous les participants connaissent les ingrédients des rapports harmonieux. Les voici :
1) Respect des différences et des autres point de vue :
2) Honnêteté et ouverture dans la discussion du problème
3) Capacité d’écouter et de ne pas rester sur la défensive ou rigide dans sa position
4) Courage d’exprimer le fond de sa pensée ;
5) Engagement à travailler en tout bonne foi en vue d’un but commun ;
6) Disposition à abandonner l’idée qu’on a La bonne réponse et à explorer de nouvelles avenues ;
7) Conscience et sensibilité à la conscience du groupe.
Compilation intéressante !
Ton post fait écho à des discussions qui se déroulent actuellement, sur le forum et ailleurs. Il est possible que nous ayions à nous en resservir !
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen


Retourner vers L'approche globaliste

cron