OCCUPATIONS d'ECOLE

Pour relier les luttes entre elles et les étendre...

OCCUPATIONS d'ECOLE

Messagepar NOSOTROS » Mardi 02 Déc 2008 19:44

Un article du monde pour info

A Sainte-Geneviève-des-Bois, des professeurs occupent leur lycée la nuit

LE MONDE | 02.12.08

Une vingtaine de professeurs, lundi 1er décembre vers 22 heures, s'apprêtaient à passer la nuit dans le lycée Albert-Einstein de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), où ils enseignent, en signe de protestation contre le "projet Darcos" pour le lycée, qui doit réformer la classe de seconde à la rentrée 2009. Classé en ZEP, l'établissement est un lycée général et technologique qui accueille un millier d'élèves. Une de ses particularités est d'avoir pour proviseur Gilbert Longhi, connu pour avoir été longtemps à la tête d'un lyçée expérimental . Lequel revendique, en pareille circonstance, une "application rigoureuse des textes" et a rappelé aux enseignants leurs obligations et le respect de consignes de sécurité. L'occupation nocturne est appelée à se poursuivre et, espèrent ses participants, à rallier d'autres établissements.

Décrire ces occupants comme un noyau de militants syndicaux ou politiques serait totalement erroné : la plupart ne sont pas syndiqués. Parmi eux, "il y en a même qui ont probablement voté Sarkozy", assure discrètement un participant. Quoiqu'il en soit, ils ne souhaitent pas donner de détails personnels et tiennent même à rester anonymes. Leur parole est "collective", insistent-ils. Côté positif, c'est une façon d'idéaliser leur solidarité. Côté négatif, le signe d'une crainte sincère quant au respect des libertés par l'administration de l'éducation nationale et l'actuel gouvernement.

Ils ont lancé leur mouvement en dehors des syndicats, même si un adhérent FO a fait en sorte que son organisation cautionne leur action. Les syndicats, explique un professeur de sciences économiques et sociales (SES), "ont leurs propres stratégies" que ce mouvement pourrait déranger. L'idée d'occuper l'établissement leur est venue le jour de la grève nationale du 20 novembre. "On s'est réunis et on s'est demandé ce qu'on allait faire après la grève", explique une jeune enseignante, elle aussi professeur de SES. Il faut dire que "la grève", depuis celle du printemps 2003 qu'ils ont pour la plupart suivie, est frappée à leurs yeux du sceau de l'inefficacité : prélèvements sur salaires trop douloureux, surtout pour des couples d'enseignants, et mauvaise humeur garantie des parents d'élèves.

"Nous voulions nous échapper d'un système où nous avons toujours le mauvais rôle", explique une enseignante de lettres modernes, qui résume à sa façon le discours gouvernemental : "Soit on fait grève et on passe pour un tas de fainéants, soit on ne fait pas grève et alors on est pour Darcos !"



"AUCUN SIGNE NÉGATIF"



L'occupation, en revanche, permet de créer l'événement et de donner corps à une mobilisation. Lundi 24 novembre, une liste d'adhésion à cette action a été affichée en salle des professeurs. Sur une centaine de profs, une trentaine s'y est inscrit, affirment les occupants. "Aujourd'hui, nous approchons de la moitié", disent-ils, précisant que l'occupation se fait par roulement, et qu'ils n'ont perçu, venant de l'autre moitié de leur collègues, "aucun signe négatif". Un blog a été mis en place pour assurer la communication (collectifeinstein.blogspot.com). Les occupants expliquent qu'ils ne sont "pas contre le changement" mais qu'ils s'inquiètent, sur "plusieurs points fondamentaux". "Les horaires de la plupart des matières sont revus à la baisse, écrivent-ils, et les cours en demi-groupes disparaissent." Ils estiment que cette réforme aura pour conséquence une "réduction de l'offre éducative", un "accroissement des inégalités", une "dégradation du métier d'enseignant" et un "surcroît de problèmes d'organisation". Cet argumentaire, associé à l'affirmation répétée que "le projet Darcos consiste avant tout à faire des économies" a été décliné lundi en début de soirée dans la salle de réunion du lycée devant une centaine de personnes : professeurs, parents et certains élèves. Les occupants ont insisté sur leur choix d'un mode d'action "ne pénalisant pas les élèves" et ont exprimé d'avance leur désaccord envers toute tentative, par ces derniers, de blocage du lycée. Le maire de Sainte-Geneviève-des-bois, Olivier Leonhardt (PS), et le député de la circonscription, Julien Dray (PS) sont venus exprimer leur soutien. Les protestataires ont l'objectif de tenir jusqu'au 10 décembre, date d'une prochaine journée nationale d'action à l'appel des syndicats. "Nous, on voudrait que ça se propage", résume une enseignante. Une tentative de blocage de l'entrée par quelques lycéens, mardi matin, a tourné court.

Luc Cédelle
Dernière édition par NOSOTROS le Mardi 02 Déc 2008 23:16, édité 1 fois.
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Messagepar anarced » Mardi 02 Déc 2008 21:16

complètement tarés!
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

Messagepar NOSOTROS » Mardi 02 Déc 2008 21:45

euh .. je sais pas je pensais que - dans la contradiction inhérente à la lutte - il se dégageait des tendances intéressantes :

Décrire ces occupants comme un noyau de militants syndicaux ou politiques serait totalement erroné : la plupart ne sont pas syndiqués. ... Quoiqu'il en soit, ils ne souhaitent pas donner de détails personnels et tiennent même à rester anonymes. Leur parole est "collective", insistent-ils. Côté positif, c'est une façon d'idéaliser leur solidarité. Côté négatif, le signe d'une crainte sincère quant au respect des libertés par l'administration de l'éducation nationale et l'actuel gouvernement... Ils ont lancé leur mouvement en dehors des syndicats,


Après ils ont des illusions sur les politicards et le vote, surement, mais bon faut voir d'où on part.

Non ?

(après effectivemnet on peut objecter que là aussi ils n'occupent pas l'école pour réaliser le communisme mais pour essayer de sauvegarder l'existant ... Ce genre d'action peut il permettre de dépasser la situation ? Si l'action en elle même ne permet pas le dépassement idéologique, c'est alors c'est que prend toute son importance la "préparation préalable du terrain" ? )
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Messagepar wiecha » Mardi 02 Déc 2008 22:47

Salut,

Suis allée piocher dans la chrono de l'année dernière du mouvement dans l'Education Nationale; le 4 avril notamment, les lycées de Sainte Geneviève des Bois avaient eu l'excellente idée de bloquer la Francilienne.

A mon avis, cette occupation se fait dans des conditions intéressantes notamment parce que les mouvements sont de fait de moins en moins éloignés les uns des autres, et celui de l'année dernière avait déjà vu des mobilisations locales massives et imaginatives à partir de janvier pendant que les syndicats freinaient des quatre fers jusqu'au moins la fin février. Il y avait déjà eu des occups suite au refus des profs et des élèves de s'en tenir aux journées d'action non reconductibles, à la grève simple et aux manifs.

Là ça redémarre, et on peut penser que les acquis des luttes précédentes vont payer. J'ai vu aussi que des lycées ont été bloqués à Marseille aujourd'hui.
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Messagepar lucien » Dimanche 07 Déc 2008 17:18

Des blocages, AG et manifs à Granville, des interruptions de cours ailleurs dans la région...
Toulouse, Marseille, Sainte Geneviève des Bois, la Normandie : faut-il créer un sujet spécifique ?
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Messagepar NOSOTROS » Lundi 08 Déc 2008 1:32

Euh ... C'est pas ce qu'on fait là ?
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15


Retourner vers L'approche globaliste

cron