Réflexion sur mécanismes de l'engagement:théorie des jeux

Pour relier les luttes entre elles et les étendre...

Réflexion sur mécanismes de l'engagement:théorie des jeux

Messagepar NOSOTROS » Lundi 26 Nov 2007 0:16

Une réflexion intéressante qui essaye d'objectiver les mécanismes de l'engagement militant :

Grève chez PSA et théorie des jeux
Par Vil le lundi 16 avril 2007, 13:21 - réflexions ou tentatives - Lien permanent

Un des cas d'école de la théorie des jeux, développé par M.Shubik, est celui du dollar aux enchères. Un billet d'un dollar est mis aux enchères à 1 cent. Le meilleur enchérisseur remporte le billet, mais le deuxième meilleur enchérisseur doit s'acquitter de son enchère sans rien en retour. Résultat de l'expérience : les participants enchérissent jusqu'à 99 cents, puisque jusque là ils sont gagnants - ils ont un dollar pour moins d'un dollar. Arrivant là, celui qui avait placé une enchère à 98 cents se résoud à enchérir 1$, sinon il perdra ses 98 cents. L'enchérisseur à 99 cents ne peut laisser filer ainsi le billet, et enchérit 1,01$ afin de perdre 1cent plutôt que 99. Etc... Les surenchères se poursuivent longuement, chacun ayant déjà trop investi dans l'enchère pour abandonner, et cherchant à limiter ses pertes - mais par là les augmentant. En moyenne, les enchères s'arrêtaient vers 3 ou 4 dollars, lorsqu'un des protagonistes finissait par réaliser l'absurdité et l'irrationalité de la partie dans laquelle il s'était engagé.


La grève engagée par les ouvriers de PSA d'Aulnay fin février, qui s'est achevée la semaine dernière, présente une bonne illustration du cas théorique du dollar aux enchères. En effet, la grève coûte cher aux ouvriers grévistes (qui, soit dit en passant, réclamaient une augmentation de 300€... font pas les choses à moitié) : ils n'ont touché en moyenne que 300 ou 400€ en mars, au lieu des 1300€ net habituels. Le coût pour PSA était tout aussi important : 12000 voitures de moins sortant de l'usine, des centaines de voitures en attente d'être terminées, entreposées sur un parking, des ouvriers spécialement dépêchés d'autres usines PSA pour assurer la production, moyennant une indemnité hebdomadaire de 750€.


Dès lors, chaque jour de grève supplémentaire coûte un peu plus et aux ouvriers, et à PSA. Le premier qui cède aura perdu tout ce qu'il aura investi pendant la grève, sans rien en retour. Comme le résume un des grévistes : On est allé trop loin pour arrêter le mouvement sans rien avoir obtenu. Ce seront finalement les syndicats qui mettront fin à l'escalade, en renonçant aux prétentions salariales.


Que préconise la théorie des jeux dans le cas du dollar aux enchères ? Soit de ne pas jouer, dès lors que la première enchère a été placée. Ce qui reviendrait ici pour PSA à céder dès la première minute de grève... Soit de placer directement une enchère élevée, de façon à décourager l'autre à suivre - comme au poker lorsqu'on place un big bet en bluffant, sachant qu'il sera dur pour les autres joueurs de suivre une grosse somme. Dans le cas d'une grève, cette enchère prend une forme différente, matérialisée par la détermination des deux parties mais aussi par leur capacité financière à résister à la montée des enchères - pour garder l'analogie avec le poker, par la taille du tapis de chacun. Ici, PSA venait de signer un accord salarial avec les autres syndicats, et était vraisemblablement déterminé à ne pas céder à de nouvelles exigences. De plus, c'était manifestement PSA qui disposait du plus gros tapis, des plus grandes ressources pour résister au conflit (malgré la mobilisation d'associations et de collectivités locales qui ont organisé une collecte de fonds pour soutenir les grévistes).


Les ouvriers ont parié, se sont fait relancer, ont surrelancé, se sont fait de nouveau revenir dessus et ont dû jeter leurs cartes. Au vu du rapport de forces assez évident, ils auraient dû se douter que la main était perdue d'avance.

http://www.optimum-blog.net/post/2007/0 ... e-des-jeux

Lire les commentiares associés dont celui ci, particulièrement intéressant :


On peut à ce sujet reprendre les arguments signalant la perte de capacité des salariés à faire entendre leur opinion par la grève énoncés dans : http://ideas.repec.org/p/pse/psecon...

Et constater tout simplement qu'effectivement, les salariés auraient intérêt à "arrêter de jouer" et recourir à des méthodes n'ayant pas pour eux les inconvénients de la double enchère, comme, par exemple, le sabotage, la désertion optimisée pour favoriser le maximum de dégats (et l'éventuel recrutement d'un opportun homme providentiels), les réseaux d'agents doubles analysant les actions des autres acteurs de la concurrence ou des produits de complément, etc. .

Résumons : la grève, c'est dépassé.
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3773
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Retourner vers L'approche globaliste

cron