La lutte contre l'autonomie des universités à Caen

Manifestations, assemblées générales, actions en cours... les luttes en normandie !

Messagepar Paul Anton » Vendredi 30 Nov 2007 17:57

Ouest-France parle de 2000 personnes ...

Image
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Messagepar tomatok » Vendredi 30 Nov 2007 18:06

Ouest France... ils ont fait un article très drôle en début de semaine ou la semaine dernière je ne sais plus, où ils présentent AL JCR et compagnie comme étant les fameux "totos"... Soit le journaliste n'y comprend rien, soit il a fait exprès (mais dans quel but ?) mais en tout cas, je connais des "militants anonymes" et autres CNT-FAU qui ont du bondir ! :lol: si je remets la main sur l'article je le poste, c'est trop fandard
tomatok
 
Messages: 1851
Inscription: Vendredi 20 Jan 2006 1:48

Messagepar Paul Anton » Samedi 01 Déc 2007 12:14

:lol: :lol: Les zozos guignolesques ... :lol: :lol:

Bon ...

La fin du conflit se profile ...

Université : reprise des cours en douceur sur les campus 2 et 3
Retour à la normale au campus de l'IUT à Ifs (400 étudiants) où la reprise a été votée. Hier, les enseignements ont redémarré après deux semaines de blocage. « Nous sommes fatigués et choqués par l'évacuation du rectorat par les forces de l'ordre », témoignent trois étudiants en pause à l'extérieur des locaux. Ils se disent toujours « en grève pour montrer qu'on est encore mobilisés contre la loi Pécresse, même si on est retournés en cours ».

Martin, Perrine et Jennifer étaient favorables au blocage des locaux. « Nous sommes déçus par la reprise mais notre lutte n'a pas été inutile. On a défendu une cause et on a réussi à entraîner les lycées. » Pendant le conflit, les étudiants se sont serré les coudes. « Ça a créé des liens entre les élèves des différentes disciplines qui d'habitude ne se parlent pas. » Et sur le plan « gestion de crise », « on a appris plus qu'en cours ! » sourient les deux étudiantes en communication.

A l'intérieur des locaux, Thibault pianote sur son ordinateur portable. Pro-blocage, « je venais ici tous les matins. Mais bon, il faut bien reprendre un jour... » philosophe l'apprenti informaticien. « Et puis, les profs sont compréhensifs. Ils nous aident à reprendre le rythme. On aura juste des cours supplémentaires le samedi pour rattraper le temps perdu. »

Des cours délocalisés

Baptiste, lui, n'a jamais varié. Il a voté à chaque assemblée générale contre le blocage. « Je n'avais pas vraiment d'opinion sur la loi. J'ai toujours pensé que Sarkozy ne lâcherait pas. »

Sur le campus scientifique à Côte-de-Nacre, les cours ont aussi repris après trois semaines d'arrêt. Pour certains, comme les étudiants en pharma, les perturbations ont été restreintes. « Une partie des travaux dirigés ont été délocalisés à la fac de pharma. Et l'amphi du campus 2, où on a cours, n'était pas bloqué. On rattrapera le temps perdu au long de l'année », indiquent trois d'entre eux. Les étudiants en première année de sciences ont passé leurs examens « déplacés ailleurs ». Ils ont juste loupé quinze jours d'enseignement.

Sur le site, un peu désert en cette fin de semaine, Mélinda, Lucie et Marie-Charlotte discutent. Opposées à la loi Pécresse et au blocage, elles sont restées chez elles pendant le conflit. « On venait juste aux AG pour s'informer. » En première année de maths appliquées et sciences sociales, elles saluent l'attitude des étudiants bloqueurs. « On a pu passer nos examens. Il n'y a jamais eu de problème, ça se passait bien. »


Isabelle LÊ.


Le déblocage du campus 1 sera évoqué mardi en assemblée générale. Le point sur les cours sur www.unicaen.fr

Ouest-France


Université : vers un retour à la normale à Caen
Les cours ont repris sur deux des trois campus de l'université bloqués. La décrue du mouvement contre la loi Pécresse s'amorce.

Deux campus débloqués

La reprise a été votée sur deux des trois campus caennais bloqués. Les cours ont redémarré hier matin vendredi aux campus 2 et 3. Le point sur les enseignements sur www.unicaen.fr La situation du campus 1 sera examinée mardi en assemblée générale.

Lycées : toujours des blocages

Hier, huit lycées du Calvados étaient toujours en situation de blocage, indique le rectorat dont Malherbe, Rostand ou Camille-Claudel à Caen. Les mesures de suspension de cours prennent toutes fin lundi matin. En début de semaine, tous les établissements seront ouverts aux élèves.

Six interpellés relâchés, deux nouvelles interpellations

Les six manifestants, essentiellement lycéens, interpellés jeudi ont été relâchés. Deux étudiants ont été placés en garde à vue, vendredi.

Le rectorat évacué jeudi à Caen : des réactions

Le syndicat étudiant Unef dénonce les « violences inacceptables face aux manifestants. » Il déplore « les arrestations de plusieurs lycéens et étudiants et demande l'interdiction de l'usage systématique des flashball. » L'Unef demande que « la surenchère policière s'arrête entre les charges lors des manifestations, les interventions dans les lycées et les contrôles ou pressions policières. »

Le syndicat Sud exige « la levée de toute sanction et poursuite, l'arrêt de tout fichage à l'égard des lycéens, y compris les intimidations et conseils de discipline. » Ainsi que « l'arrêt total de l'utilisation de la brigade anti-criminalité dans les conflits sociaux et l'arrêt de tirs (notamment de flashball) sur des manifestants pacifiques. »

Les parents d'élèves Peep opposés aux blocages

Les parents d'élèves Peep, association de Parents d'élèves de l'enseignement public, demandent que « leur droit à l'éducation et leurs efforts pour assumer la scolarité des lycéens soient respectés ». Ils s'élèvent contre le « blocage des lycées depuis le début des troubles, évènements qui semblent maintenant se répéter périodiquement au cours de chaque année scolaire. Faut-il rappeler les conséquences de ces débordements ? Une ambiance délétère voire violente entre les jeunes, l'impossibilité de finir un mouvement dont les enjeux dépassent largement les compétences des établissements. Des dégradations éventuelles dans les lycées qui n'ont pas besoin de dépenses supplémentaires, des heures perdues. La cantine, ouverte, qui doit être payée par les familles alors que les enfants n'y mangent pas. »

Ouest-France
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Messagepar Paul Anton » Dimanche 02 Déc 2007 23:18

AG du jeudi 29/11/07


60 personnes ... Discussion sur le blocage, déblocage et sur la proposition de la présidente de l’université de journées banalisées.
Déblocage : vote sur le campus 2

Point de vue de Diogène

On sent la fin, on presse un vote contre le blocage. Certes, on peut bricoler l’AG. Mais la vraie question est éludée.
Le blocage au départ a crée un petit plus. Pour autant, les étudiants ne sont pas investis dans la lutte. Beaucoup d’étudiants, visiblement, contre la loi Pecresse sont opposés ou gênés, dubitatifs sur le blocage. Les anti-bloqueurs ont manœuvré cette masse et se sont renforcés par conséquent. La jonction avec des extérieurs (salariés, chômeurs, etc.) ne sait pas produites. Les enseignants, les BIATOSS ne sont pas ou peu mobilisés. Ils n’entendaient pas se joindre au comité de lutte (très critique sur le blocage et son vécu)
Le vide d’une présence réelle a renforcé les jeux des groupuscules. L’ambiance détestable (calomnies, menaces, violences verbales, attaques personnelles, les pugilats entre bloqueurs, l’absence de réflexions de fond) a gagné le comité de lutte puis les AG, vidant ces espaces des bonnes volontés et de la masse. Cela aboutit à des coquilles vides et des caricatures de démocratie. Les magouilles et les jeux de rivalités dans la coordination ont fini par dégoûter pas mal de gens.
Si des personnes ont agi pour maintenir une cohésion, tenté d’unifier, voir de faire des compromis ou dialoguer, etc. Trop n’ont que recherché qu’à flatter leur ego, ou tout simplement mener l’activité qui leur plaisait. Se servir d’une lutte non pour la vitaliser mais prendre ce qui sert personnellement. Critiquer la marchandise, le système pour au final et en pratique n’être que son produit est la figure du gauchisme naissant.

L’après-midi

2000 personnes, la grande majorité sont des lycéens. On défile puis on tente d’envahir le rectorat. Les gardes mobiles ont gazé. Des échauffourées ont émaillé le retour de la manifestation vers l’université. Des personnes ont été blessées ou interpellées.
C’est l’éternel réalité de fin de mouvement. Les organisations "responsables" sont conviées à des négociations. Le pouvoir lâche quelques miettes. La lutte s’essouffle de trop durée et de ne point s’amplifier. Les forces de l’ordre se montrent, ça chauffe le dernier carré de résistants. Le pouvoir organise une petite bataille pour élever d’un degré sa répression. Le dernier acte est une manifestation plus chaude, ça dégonfle la tension et s'ensuit une action judiciaire pour les plus teigneux. Le rideau tombe, la pièce est jouée. La prochaine nous l’espérons sera grandiose …
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Messagepar tomatok » Lundi 03 Déc 2007 12:47

les mots de diogène me semblent extrêmement justes, c'est le truc le plus intelligent que j'ai pu lire sur ce mouvement.
tomatok
 
Messages: 1851
Inscription: Vendredi 20 Jan 2006 1:48

Messagepar Paul Anton » Mardi 04 Déc 2007 23:08

Alors les nouvelles ...

Jeudi 29 novembre, lycéen-ne-s, étudiant-e-s, chômeurs et travailleurs ont occupé le rectorat de Caen qui avait depuis quelques jours ordonné l'expulsion de nombreux lycées (Rostand, Malerhbe, Dumond d'Urville, Fresnel..). Les premier-e-s occupant-e-s sont rapidement repousé-e-s par des gaz lacrymogènes, des coups de matraque et des tors de flash-ball. La foule est ensuite chassée de la cour par des grenades lacrymogènes, puis se scinde en dexu cortèges. les manifestants se dirigent ensuite vers la mairie puis la préfecture.. Là, au préxtexte d'un feu de poubelle les forces de l'ordre interviennent: des membres de la BAC (brigade anti-criminalité) fendent la foule à coup de matraques et de tris de flash-ball pour arrêter quelques manifestant-e-s. Bilan de la journée: une demi-douzaine d'interpellations, au moins une demi-douzaine de personnes blessé-e-s (dont deux par tir de flash-ball, une par tir tendu de grenade lacrymogène...).

Vendredi 30 novembre nous nous sommes rassemblé-e-s à une cinquantaine devant le commissariat pour exiger pacifiquement la libération des manifestant-e-s arrêté-e-s la veille. Seuls quelques slogans sont lancés. En à peine quinze minutes, des membres de la police munis de leur attirail au complet, nous chargent (sans sommation) et nous pourchassent jusque devant le marché des Fossés saint julien. Deux arrestations sont à déplorer.

Partout la situation se durcit entre police et manifestant-e-s; lycées et facs sont virés à coup de matraque; proviseurs et présidents d'université menacent étudiants et lycéens de sanctions (quand ils n'en viennent pas au poing comme M. gontard à Rennes); à Nantes un lycéens a pris un tir de flash-ball dans l'oeil durant la manifestation du mardi 27 novembre etc.

Les médias se contentent de relayer les communiqués officiels des Autorités, les informations ne sont que partiellement et partialement retranscrites (ainsi il paraitrait qu'il n'y aurait pas eu de tir de flash-ball jeudi dernier). C'est pour cela que nous passons un appel à témoignages à Caen. Vous pouvez les déposer au sous-sol du bâtiment lettre du Campus I occupé, où lors de nos assemblées générales.

La stratégie du pouvoir est de criminaliser celles et ceux qui luttent, sans doute pour nier tout caractère social à la contestation. Or il ne peut y avoir de paix sociale tant que l'ordre social restera injuste, que ce soit à Villiers le Bel ou au sein du secteur de l'éducation !

Aussi, nous réaffirmons nos revendications:
- Retrait inconditionnel de la loi LRU
- Accès libre et gratuit aux services publics assurant la satisfaction des besoins sociaux fondamentaux (nous en excluons la répression!)
- La défense des statuts de la fonction publique (idem)

Nous exigeons la libération et l'arrêt des poursuites à l'encontre de nos camarades interpellé-e-s partout en France.

MARDI 4 DECEMBRE:
10 H: AG DU CAMPUS I (HALLE DES SPORTS)
14 H: MANIF'-ACTION (DEPART PHENIX)

JEUDI 6 DECEMBRE
10 H: AG DE LUTTE (AMPHI 2000,CAMPUS I)
14 H: MANIF'-ACTION (DEPART PHENIX)


Pour le comité de lutte, la commission texte du 01/12/2007.


Un rassemblement à l'appel de la FCPE et de la coordination inter-lycées a eu lieu samedi 1er décembre pour protester contre la brutalité de la police .... Quelques centaines de personnes ont répondu.

Image

:arrow:

Comité de lutte du 3/12/07

20 à 25 personnes débattent à propos du blocage, devenu le point cardinal de la lutte, ça tourne en rond.

Un de la CNT-AIT :

Blocage ou pas : cela n’a plus d’importance, tant le blocage ne sert plus la lutte. Nous n'avons nous même analysé son impact et son effet, ni d’ailleurs constaté l’essoufflement et l’isolement de notre action. C’est l’enlisement le plus complet. N’en déplaise à ces puérils contradicteurs, la présidente de l’université a parfaitement saisi la situation. En proposant des journées banalisées, elle reprend la main pour une sortie de crise. Certains qui ont poussé au blocage hypothèse maintenant un risque aux élections étudiantes. Dès lors, ils se contorsionnent en le soutenant mais en acceptant les journées banalisées. Pourtant, nous n’ignorons pas que ces journées banalisées sont proposées pour obtenir le déblocage et déboucher sur une fin de la lutte. Il faut donc proposer une "AG bilan" permettant à tous de s’exprimer dans l’optique d’étudier les points forts ou faibles, les erreurs, les disfonctionnements, les magouilles et l’égotisme, afin de ne pas reproduire une illusion de lutte. Vérifions si cela va permettre de conserver une base mobilisable pour affronter les nouvelles attaques prévues après les municipales. Le bougisme bloque la réflexion. Les invectives et les déclarations grandiloquentes révèlent une faiblesse d’argumentation, voir un défaut d’analyse politique

...


Aujourd'hui, mardi 4 décembre, le déblocage a été voté au campus 1 tandis que l'inverse s'est produit au campus 2 ... Puis environ 2000 personnes sont parties en manifestation qui s'est soldée par quelques échauffourées ...
Dernière édition par Paul Anton le Dimanche 09 Déc 2007 23:31, édité 2 fois.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Messagepar Paul Anton » Samedi 08 Déc 2007 23:27

AG du 4/12/07

Une large majorité vote le déblocage

Point de vue de Diogène :

Les syndicats du personnel et des professeurs de l’université hostiles aux blocages n’en disent rien. Les militants les plus connus n’interviennent pas. Quelques courageux défendent encore le blocage. Mais il n’y a pas l’ombre d’une analyse sur l’impact du blocage. Au final, seul un militant de l’UNEF fera une analyse du blocage en concluant : je l’ai voté. Maintenant, il nous discrédit.

L’après-midi, 2000 personnes défilent dans la ville. Des poubelles et des pneus brûlent. Les pompiers ne peuvent intervenir. Les gardes mobiles gazent et ils font reculer la manifestation jusqu’à l’université. Là, nouvelle flambée, les gardes mobiles prennent à revers la manifestation. Tout le monde s’est réfugié sur l’esplanade du phœnix. La franchise interdit aux gardes mobiles d’y pénétrer. Face à face, quelques quolibets pleuvent. La manifestation s’amenuise petit à petit. L’ordre est rétabli.

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Dernière édition par Paul Anton le Dimanche 09 Déc 2007 23:36, édité 2 fois.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Messagepar Paul Anton » Dimanche 09 Déc 2007 23:10

AG du 6/12/07

Echanges sur les journées banalisées. Il faudra insister pour qu’il ait un bilan de la lutte. Le blocage (le négatif : les dégradations et le peu d’investissement des pro blocages - le positif : l’augmentation du nombre des personnes dans les AG du mardi) et le fonctionnement de la lutte seront abordés. Cela entraînera des propos vifs, des réponses gênés et des franches explications.

L’après-midi 2000 personnes ont répondu présente pour cette manifestation qui bifurquera devant le siège du patronat. Les mobiles se sont cantonnés à distance.

Image

Image

Comité à 18 h :

Peu de monde, ça discute sur la manifestation.

Point de vue de Diogène :

Je crains que le bilan dont l’objectif était un recadrage pour permettre de mieux continuer la lutte ne soit suivi d’aucun effet. Cela va nuire à maintenir un mouvement de lutte.
Les réalités sont niées par une espèce d’exaltation gauchiste, un jusqu’au boutisme.
Par exemple : vouloir rebloquer et signaler la fatigue ou la nécessité de produire ses devoirs scolaires, alors qu’il n’y a pas de relève pour bloquer ou prendre part à la lutte. C’est comme de vouloir que d’autres étudiants s’impliquent mais sans analyser le pourquoi et le comment d’un si faible investissement de la part de la masse étudiante sympathisante du mouvement.
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Messagepar diogène » Dimanche 16 Déc 2007 21:09

Comité du 10/12/07

Infos, suite de la lutte avec ou sans blocage ?

Le mouvement continue sur certaines facs parisiennes… Aucune personne n'était présente ce matin pour tenir des tables d’informations. Demain matin, une AG est prévue dans le hall des sports. L’idée de rebloquer est remis sur le tapis. Quelques interventions vont avoir lieu à ce sujet … Un membre de "fac verte" pense que rebloquer serait une erreur. Un autre de la "CNT-AIT" stipule qu’il faut prendre en compte que les groupes de droite font leurs choux gras du blocage et que beaucoup d’étudiants y sont hostiles. A ce propos, une info circule sur le fait que sur une fac les étudiants en grève et le personnel se seraient bousculés.
Avatar de l’utilisateur
diogène
 
Messages: 91
Inscription: Mercredi 13 Avr 2005 21:15
Localisation: un tonneau

Messagepar diogène » Dimanche 16 Déc 2007 21:31

AG du 11/12/07

500 personnes sont là et rejette un éventuel reblocage. La direction de l’université ne s’oppose pas à laisser un amphi ouvert dans la journée pour la lutte. Mais elle refuse catégoriquement qu’il soit ouvert le soir et la nuit, vu les dégradations et l'ambiance tumultueuse du blocage au bâtiment lettres.

Après-midi

Vers 14 h, 700 personnes se rassemblent pour la manifestation. Le rectorat est visé. La moitié de la manifestation s’évanouie et le reste retourne dans le centre ville.


Image

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
diogène
 
Messages: 91
Inscription: Mercredi 13 Avr 2005 21:15
Localisation: un tonneau

Messagepar diogène » Dimanche 16 Déc 2007 22:13

AG du 13/12/07

Il n’y a que 30 à 40 personnes … Un espèce de débat sur le revenu social se déroule …

Après-midi

300 personnes défilent en ville avec les slogans classiques.

Point de vue de Diogène :

Le bilan fait auparavant en AG semble ne pas avoir exister. On prend les mêmes et on recommence. L’autisme s’avère hélas le trait d’un certain militantisme. C’est pire car ça change de positions encore plus vite qu’un politicien.

A ce jour, nous ignorons quelles sont les commissions qui subsistent et qui les composent. L’opacité vire à l’obscure.

Sur ce forum a été lancé un appel à la solidarité pour Hugo, j’en profite pour faire un rappel à tous.

A ce propos, plusieurs membres de la CNT-AIT ont demandé des explications. Cela a suscité des réactions énervées, des renvois multiples sur des personnes et des silences gênés, mais point d’explications et de propositions pour aider Hugo. Dernière info, il y plusieurs caisses tenues par des personnes qui n’en disent rien. Il subsisterait un fond de caisse du CRAP et du comité anti-sarko tenu par S, une caisse anti-répression par M et une autre caisse par AL qui aurait de son propre chef remonter une caisse. Il resterait du fric sur le compte de la FSE et de la première caisse anti-répression (100 à 200 Euros + 80 Euros du CRAP + solde FSE) La FSE aurait remis l’argent à AL. L’impression est que sa magouille sec et que tout ce petit monde qui se connaît et se méfie pratique l’omerta. Le trésorier de la FSE nous a contacté pour dit-il effectuer des recherches et nous donner toute info utile. Les autres évitent soigneusement de répondre.
Avatar de l’utilisateur
diogène
 
Messages: 91
Inscription: Mercredi 13 Avr 2005 21:15
Localisation: un tonneau

Messagepar NOSOTROS » Dimanche 16 Déc 2007 22:30

si on comprend que S et M désignent des individus est ce que AL est un individu aussi ou l'organisation éponyme ?
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Messagepar lucien » Dimanche 16 Déc 2007 23:18

NOSOTROS a écrit:si on comprend que S et M désignent des individus est ce que AL est un individu aussi ou l'organisation éponyme ?
La réponse est : AL est un individu !
C'est vrai que diogène aurait pu choisir d'autres lettres pour éviter la confusion avec une orga.... J'sais pas moi, "PT" par exemple... Nan, pas "PT" ! :mrgreen:
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Messagepar diogène » Jeudi 20 Déc 2007 22:41

AG du 18/08/07

50 personnes discutent sur la relance du mouvement après les fêtes

14 h : une centaine de personnes défilent dans la ville.

Point de vue de Diogène :

Un carré d’irréductibles maintient la pression. Serait-il la chrysalide primaverale ?

A propos de la première commission anti-répression. Cela fait un mois et demi que beaucoup de personnes demandent des comptes, la CNT-AIT fait de même. Nous avons contacté des individus et posé en AG des questions. Nous n’avons que des réponses contradictoires et partielles.
Nous nous posions la question d’une demande plus massive en AG ou par tracts. Nous avons préféré le forum. Nous avons quelques réactions.

Un militant de la FSE (S) nous a contacté. Il rappel que la FSE n’était que dépositaire des sommes anti-répressions (si ma mémoire est exacte cela est vrai). L’argent aurait été donné à A.L. Il confirme qu’un reliquat resterait sur le compte de la FSE, sur le CRAP et le comité anti-Sarko, que trois personnes dont Hugo percevront une aide. Arguant de sa bonne foi que nous reconnaissons, il entend être très clair.

La trésorière de la commission (A.L) un peu énervée nous informe des sommes perçues et versées et dit qu’elle confirmera par Tél. Nous lui disons que nous découvrons qu’elle était la trésorière et notre satisfaction d’un début de clarté.

Reste à déterminer pourquoi tous ces dépôts sur divers comptes, pourquoi ces dépôts n’ont pas transité par la FSE seule mandatée et reconnue par l’AG et seule possibilité d’une info précise.

En fait, c’est le fonctionnement même qui a commencé vers la fin de la lutte anti-CPE et que l’on a retrouvé actuellement et qui a pour origine plusieurs problèmes :

1) Le jeu des groupes constitués qui se vouent une certaine méfiance, voir une hostilité.

2) Pendant la lutte des personnes s’investissent en prenant des fonctions puis disparaissent en fin de lutte. Nous avons une discontinuité et une perte d’infos.

3) Les réunions multipliées et changées à la dernière minute rendent quasi impossible une connaissance de toutes les discussions, surtout si les CR de réunions sont peu fiables ou absents.

4) L’attitude de clan qui aboutit à tenir à l’écart, voir de ne pas parler à celui d’un autre groupe ou à une personne sans attache particulière, voir inconnue. Cela est renforcé par le délire du secret, une pseudo attitude conspiratrice.

5) La mauvaise volonté consciente de certains qui préfèrent jouir des situations malsaines qu’ils créent. C’est dans ce genre de situations que les malfaisants peuvent œuvrer. C’est dans la clarté que les bruissements et les calomnies sont combattus.

Dernière info de la trésorière qui nous indique le montant reçu et versé et le solde. Les niveaux de l’aide aurait été de 10 – 30 – 100% suivant la situation des personnes. Nous lui avons demandé qui a reçu et quel est le montant des aides. Cela devrait nous être communiqué et permettra de clore sainement.

Rappel, la CNT-AIT de Caen a décidé de lancer un appel à la solidarité pour Hugo condamné lors de la lutte anti CPE/CNE. Envoyez vos dons à l’ordre de CNT-AIT – Hugo et à l'adresse suivante CNT-AIT BP 2010 14089 Caen.
Avatar de l’utilisateur
diogène
 
Messages: 91
Inscription: Mercredi 13 Avr 2005 21:15
Localisation: un tonneau

Messagepar diogène » Jeudi 20 Déc 2007 23:21

Avatar de l’utilisateur
diogène
 
Messages: 91
Inscription: Mercredi 13 Avr 2005 21:15
Localisation: un tonneau

Messagepar Paul Anton » Vendredi 21 Déc 2007 11:46

On pourrait pu parler aussi du leadership dans cette lutte ....

Dénoncer le leadership chez les autres pour mieux l'instituer ensuite comme mode de gouvernance ... Que ce pseudo-gauchisme crève !!
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Messagepar diogène » Mardi 05 Fév 2008 13:09

:arrow:

Point commission anti-répression

Depuis un certain temps, étaient demandées des
infos. La FSE nous a communiqué la comptabilité
de la commission anti-répression et cela produit
quelques observations.

1) Pourquoi et comment l'argent est passé de la
FSE à A-L (Pas dupes) ? Depuis ce passage, les
choses sont obscures.

2) Les chiffres FSE : Recettes : 3827 euros -
Versés : 2995 euros = Solde : 832 euros
A-L : Recettes : 4079 euros -
Versés : 3695 euros = Solde : 384 euros

3) Les niveaux indemnitaires étaient fixés à 10
ou 30 % de la condamnation selon les recettes et
la situation personnelle des inculpés. Le solde
serait régulé après le dernier procès. Hugo est
le dernier et le plus lourdement condamné (3000
euros), pour des faits mineurs.

4) 8 personnes ont été aidées, pour certaines en
plusieurs fois (458 euros, 105 euros, 1000 euros,
103,50 euros, 274,26 euros, 179,40 euros, 701,40
euros...). On observe que 3 d'entre elles
encaissent 2159 euros (dont un : 1000 euros) :
sur quoi furent établies ces indemnités ? A-L
s'était engagée à donner des explications mais
rien n'est fait à ce jour.

5) Suivant les comptes de la FSE, A-L aurait (à
vérifier) reçu 832 euros Solde + 162 euros (CRAP
??), soit 994 euros.

6) Quand Hugo demanda de l'aide, il lui fît dit
qu'il n'y avait plus d'argent. Face aux
réactions, on dit qu'il reste 200 euros, puis 384
selon A-L. Où sont donc les 994 euros du solde ?

7) La nouvelle comm' anti-rép' aurait reçu ces
994 euros, ce qui confirmerait bien les dires de
la FSE. Pourquoi A-L n'a jamais mentionné ces
1000 euros ? La nouvelle comm' pourrait-elle
éclairer ces points : a-t-elle reçu 994 euros ?
de quel solde dispose-t-elle actuellement ?

8) Ces 994 euros étaient liés à la lutte
anti-CPE. La condamnation d'Hugo est liée à cette
lutte. Si certains ont touché 30 % ou 100 %
d'aide, pourquoi rien n'est fait pour Hugo ?
Faut-il rafraîchir certaines mémoires, être plus
explicite et très clair sur certaines pratiques ?
Il semble tout à fait correct que ces 994 euros
reviennent à Hugo, selon les règles du 30 % (3000
euros de condamnation à 30 % d'aide = 900 euros).
Avatar de l’utilisateur
diogène
 
Messages: 91
Inscription: Mercredi 13 Avr 2005 21:15
Localisation: un tonneau

Messagepar Paul Anton » Dimanche 06 Avr 2008 21:49

Lu sur le forum de "Résistances"

:arrow:

Bonjour à tou(te)s !
Après plusieurs semaines inactives, nous vous informons qu'une AG va se tenir le Vendredi 11 avril à 13H30 (Campus 1,Amphi Dumont d'Urville, bâtiment Sciences).

L'AG aura pour but :

- de faire un bilan sur la lutte contre la réforme des universités et la casse des services publics,

- de préparer les Etats Généraux de l'Université (le principe sera expliquer lors de l'AG)

- et enfin nous déciderons si il faut BLOQUER LE CONSEIL D'ADMINISTRATION de l'université qui se tiendra à 15h sur le campus 1.
Ce C.A va voter les nouveaux statuts que la réforme à mis en place et contre laquelle nous avons lutter. Rappel : le dernier C.A devait déjà voter ces nouveaux statuts, et nous avons pu l'en empêcher.

AG / 13H30
ACTION / 15H (seulement si l'AG vote pour le blocage du CA)


ça le mérite d'être clair ... :roll:
"Salut Carmela, je suis chez FIAT ! Je vais bien... Si, si, nous pouvons parler tranquillement, c'est Agnelli qui paye !"
Paul Anton
 
Messages: 3191
Inscription: Lundi 01 Nov 2004 16:19

Précédente

Retourner vers Actualité caennaise et normande

cron