anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout court ?

Faut-il vraiment en préciser le contenu ?

anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout court ?

Messagepar kuhing » Mercredi 05 Nov 2014 9:04

Je suis tombé sur cet appel récent de la CNT-ait ( UL de Pau ) qui suscite ( je crois et tout de même ) pas mal d'interrogations :

-D'abord comment se fait-il que cette UL, même si elle ne fait plus partie de la tendance qui anime ce forum, ne poste pas ce texte ici ? ( alors qu'il y a peu elle était dans la même organisation que l'UL de Caen, Toulouse, Clermont.. )
Les amis d'hier sont-il devenus à ce point ennemis d'aujourd'hui ?
Apparemment oui mais qu'elle en est la raison profonde ? ( je ne crois pas qu'elle se situe sur un désaccord d'idées )

Ensuite
-Comment se fait-il qu'il suffise d'habiter la même ville pour être tous d'accord sur un même texte ?

Enfin
-On expliquait il y a peu que l'anarcho-syndicalisme à travers les luttes avait pour but de participer à l'élévation du niveau de conscience en ouvrant la perspective d'une société sans classes.
Mais personnellement je ne distingue aucune différence entre cet appel signé CNT-ait et ce qu'aurait pu écrire la CGT, FO, SUD (...)
On réclame de l'Etat les miettes qu'il donnera ou pas ( et au dépend d'autres secteur s'il le fait ), dans l'attente , finalité révolutionnaire ultime ( ! ), d'une reconnaissance de sa part "des travailleurs et travailleuses qui accompagnent les élèves en situation de handicap"

Je ne vois dans ce texte que le réformisme le plus plat que quelques termes radicaux comme "exige" ont bien du mal à masquer.

l'appel en question :

AESH : L’Education Nationale renforce la précarité.

Avec le nouveau statut d’Assistant des Elèves en Situation de Handicap, le gouvernement se targue d’avoir sorti de la précarité les anciens EVS et AVS. Si ce nouveau statut peut être proposé en CDI, les conditions sont inadmissibles.

Alors que dans la loi, rien n’oblige à le faire, le Ministère n’entend proposer de CDI qu’aux AVS ayant fait 6 ans en CDD. Pour les EVS, il leur faudra faire 2 ans en CUI en temps qu’EVS, puis 6 ans d’AESH en CDD, pour se voir (peut être) proposer un CDI. Cela équivaut à établir une période d’essai de 6 à 8 ans ! C’est inadmissible. Par ailleurs, les contrats proposés ne sont que rarement de 35 heures, mais plutôt de 18 ou 24 heures… payées au SMIC ! Les AESH se retrouvent avec des revenus en dessous du seuil de pauvreté, ou juste au dessus. Enfin, les conditions d’embauches ne sont pas définies. A l’heure actuelle, cela se fait au petit bonheur la chance, voire à la tête du client. Certains AVS n’ont pas eu de proposition d’embauche, d’autres avec des horaires si bas et à des distances si éloignées de chez eux qu’ils ne peuvent pas accepter. C’est une honte !

La CNT-AIT exige :
1) Que tous les contrats AESH proposés soient des CDI payés à temps pleins, même si le nombre d’heures effectives passées en cours avec les élèves sont inférieures, afin de prendre en compte le travail que les AESH fournissent en dehors des cours.
2) Que les frais de déplacements pour se rendre au travail soient remboursés.
3) Que les procédures des conditions d’embauches soient clarifiées.
4) Que tous les AVS et anciens AVS ainsi que tous les EVS et anciens EVS se voient proposer un contrat dans ces conditions.
5) Que le statut d’AESH soit intégré au corps de la fonction publique et en respecte les règles.
6) Que tous les élèves en situation de handicap qui ont besoin d’un accompagnement, bénéficient de l’aide d’un AESH.

Ces revendications immédiates répondent à l’urgence de la situation. Elles ne sont qu’un premier pas vers la reconnaissance des travailleurs et travailleuses qui accompagnent les élèves en situation de handicap. Elles ne pourront être obtenues que si nous nous mobilisons pour créer un rapport de force conséquent. C’est la passivité des AESH, AVS et EVS et le manque de solidarité des travailleurs de l’Education qui permet aujourd’hui à l’Education d’adopter des attitudes de négriers. Depuis plus de dix ans, le comité des précaires de l’Education Nationale construit ce rapport de force, nous devons lui apporter un soutien sans faille.

Ne les laissons plus faire !

CNT-AIT de Pau

La CNT-AIT de Pau appelle au rassemblement organisé par le Comité des Précaires de l'Education Nationale le jeudi 6 novembre au Palais beaumont à partir de 13H30 à l'occasion de la venue de Neuville, la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion. Appel du comité consultable sur le site de la CNT-AIT: http://www.cnt-ait.fr/mobilisation-des- ... tion-a-pau
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar JeanGuy » Jeudi 06 Nov 2014 6:41

Je ne suis pas le mieux informé sur la séparation entre secteur Gap ( auquel appartient Pau ) et secteur Toulouse, certains ici te renseigneront surement mieux que ça, de la même façon que je ne connais pas personnellement les gens de Pau. Donc difficile de répondre à ta question.

Sur le côté réformiste de ce texte je suis d'accord avec toi, peu de différences avec un tract CGTiste lambda...

Sur le fait de la même ville pour être d'accord, leur UL a peut-être écrit le tract collectivement et signe donc " CNT-AIT de Pau ". Pratique courante à Caen quand des tracts s'écrivent collectivement par exemple, si le tract est individuel la signature peut être plutôt " un militant de la CNT-AIT de Caen ". Question de formule quoi...
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar Lambros » Jeudi 06 Nov 2014 15:47

Bah la séparation s'est aussi faite pour ça.

Localement (syndicat de Clermont) on a choisi l'autre côté aussi pour ça : on est tombé sur un tract palois sur Pôle Emploi réclamant dans le fond un meilleur tri des chômeurs-euses, tract que diffuse en gros ici la CGT. On a mené des luttes contre PE, bah leur tract était pas AS du tout. Pis le collectif dont illes font parti réclame l'intervention de l'Etat à partir de là...

Pour poster ici ? Bah illes font ce qu'illes veulent non ? Il est posté sur tous les sites/blogs/forums anars sauf ici ? J'ai pas à intervenir dans les décisions de trucs dont je fais pas parti, c'est aussi ça être pour l'autonomie.

Ensuite : la CNT-AIT est pas un groupe affinitaire d'ami-es, c'est une organisation de classe pour aboutir à la destruction de l'Etat. J'ai quelques ami-es dedans, le reste c'est des compagnes-ons. Donc j'ai pas d'ami-es à Pau (ou en tout cas pas de la CNT-AIT que je sache)

Sinon, c'est ta 11e demande de pourquoi la scission, j'ai l'impression que tant que la réponse te plaira pas tu redemanderas, mais la réponse changera pas :wink:
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar kuhing » Jeudi 06 Nov 2014 17:20

C'est pas que ça ne me plait pas c'est que ce sont toujours des réponses de clans qui sont faites et effectivement elles ne me satisfont pas ou plutôt elles me confortent dans l'idée que ce qui prime avant tout c'est de s'adapter à ses relations les plus proches pour ne pas se retrouver seul.
C'est le groupe qui compte et pas l'orientation et, je trouve ça plutôt dangereux.
Parce que ce que tu dis des gars de la CNT-ait de Pau ou Gap ou Bordeaux ( qui s'appellent donc aussi CNT-ait ) , ils le disent pareil ou à peu près des "réseausites" de Caen, Clermont ou Toulouse dont tu fais partie.

En fait pas exactement : pour eux ce sont les réseauistes qui ont choisi ce mode de fonctionnement parce qu'ils ne voulaient pas perdre le pouvoir vis à vis des fédéralistes majoritaires ( je simplifie mais ça revient à ça )
Il s'agit donc toujours de luttes de pouvoir.
Qui va gagner le titre de CNT-ait en France ? ( suite au prochain épisode )

Et ce que je ne comprends toujours pas ( ce qui veut dire, tu auras saisis : " je comprends bien " ) c'est que tous les membres d'une Union Locale soient d'accord avec l'UL et, qu'il n'y ait pas dans une même ville des pro-Lambros et des anti-Lucien ( ou des pro Jipé et des anti-Jipé )
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar JeanGuy » Jeudi 06 Nov 2014 18:44

Et ce que je ne comprends toujours pas ( ce qui veut dire, tu auras saisis : " je comprends bien " ) c'est que tous les membres d'une Union Locale soient d'accord avec l'UL et, qu'il n'y ait pas dans une même ville des pro-Lambros et des anti-Lucien ( ou des pro Jipé et des anti-Jipé )


Les positions d'une UL sur telle ou telle question sont discutées collectivement, et on prend des décisions après en avoir débattu et voté. Du coup, ça ne me choque pas si par la suite, les gens de l'UL ayant pris part à ce processus défendent tous une position commune. C'est clair que parfois les gens sont pas d'accord, voient que les compagnons sont contre leur proposition, y'en a peut être que ça fait chier parfois mais c'est ça aussi je pense la démocratie...
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar lucien » Jeudi 06 Nov 2014 22:27

Le titre du sujet est inexact, puisqu'il ne s'agit pas là d'anarchosyndicalisme... Pour quelqu'un d'aussi intransigeant intellectuellement, t'as eu une petite faiblesse.

Je remarque ensuite que tes analyses pêchent par leur manque de fond : tu tires des conclusions sur la base d'éléments glanés ça et là sur Internet. C'est pas très rigoureux !
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar kuhing » Vendredi 07 Nov 2014 12:51

lucien a écrit:Le titre du sujet est inexact, puisqu'il ne s'agit pas là d'anarchosyndicalisme... Pour quelqu'un d'aussi intransigeant intellectuellement, t'as eu une petite faiblesse.

Je remarque ensuite que tes analyses pêchent par leur manque de fond : tu tires des conclusions sur la base d'éléments glanés ça et là sur Internet. C'est pas très rigoureux !


Ah je vois que tu défends ton organisation ( et ça me conforte dans mon opinion sus-décrite )
Quant au fait que le tract qui ouvre ce fil ne serait pas anarcho-syndicaliste, il est signé de la CNT-ait ( UL de Pau )
La CNT-ait n'est pas une organisation anarcho-syndicaliste ?
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar JeanGuy » Vendredi 07 Nov 2014 13:47

Ah je vois que tu défends ton organisation ( et ça me conforte dans mon opinion sus-décrite )


C'est reparti :) chacun vient sur ce forum pour débattre, défendre et/ou confronter ses idées avec celles des autres. Kuhing est contre les orgas, n'y adhère pas et formule des arguments pointant leurs travers, Lucien semble pour et défend la CNT-AIT ( en tout cas le secteur Toulouse ) qui correspond surement le plus à ses idées. Je vois pas vraiment où est le problème... Je veux pas tomber dans le relativisme mais chacun voit la vérité où bon lui semble ; d'où l'intérêt de confronter les idées pour distinguer, par le raisonnement, le vrai du faux...

Si après vous voulez rester dans les chicanes anarcho-anarchistes c'est votre problème ( certains dénoncent pourtant ce genre d'attitude sur d'autres fils... )
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar kuhing » Vendredi 07 Nov 2014 14:42

JeanGuy a écrit:
Ah je vois que tu défends ton organisation ( et ça me conforte dans mon opinion sus-décrite )


C'est reparti :) chacun vient sur ce forum pour débattre, défendre et/ou confronter ses idées avec celles des autres. Kuhing est contre les orgas, n'y adhère pas et formule des arguments pointant leurs travers, Lucien semble pour et défend la CNT-AIT ( en tout cas le secteur Toulouse ) qui correspond surement le plus à ses idées. Je vois pas vraiment où est le problème... Je veux pas tomber dans le relativisme mais chacun voit la vérité où bon lui semble ; d'où l'intérêt de confronter les idées pour distinguer, par le raisonnement, le vrai du faux...

Si après vous voulez rester dans les chicanes anarcho-anarchistes c'est votre problème ( certains dénoncent pourtant ce genre d'attitude sur d'autres fils... )


Meu non; pas de chicanes ici.
On échange des idées et des expériences et, chacunes d'elles sont respectables; même si on a des désaccords.
Personnellement je préfère les désaccords francs que le accords simulés et forcés (voire manœuvriers)
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar lucien » Vendredi 07 Nov 2014 22:08

C'est marrant : en écrivant mon précédent post, je visualisais déjà la réaction de kuhing qui, comme à son habitude, ne comprend que ce qui l'arrange quand il s'agit de la CNT-AIT ! :lol:

Je ne sais pas où vous lisez ici que je défends une organisation : je défends l'anarchosyndicalisme, le concept, et c'est bien le titre de ce fil qui me pose problème.

Si demain les anarchosyndicalistes caennais écrivent une grosse connerie à cent lieux de l'anarchosyndicalisme, on ne pourra pas pour autant affirmer que l'anarchosyndicalisme est une connerie : ce n'est pas parce qu'il s'appelle PS que ce parti fait du socialisme. Ce qui compte, ce sont les positions et les actes, pas les étiquettes, et c'est en cela que je défendais un concept, pas une organisation.

Et je maintiens que de tirer des conclusions ou faire de la psychologie collective sur la base d'une simple consultation du net au sujet de la vie de groupes qu'on ne connaît pas est pour le moins burlesque. Comme si le groupe de Caen pouvait être compris par la seule lecture du forum : qui ? Combien ? Cohérence ? Quelle blague ! Des conneries, il s'en pond de temps en temps (de gens qui se réclament de l'anarchosyndicalisme ou de ceux qui le critiquent) et on ne réagit pas pour autant, simplement parce qu'on ne se sent pas concernés. C'est peut-être en soit une erreur, parce qu'on nous accusera bientôt de défendre une organisation même quand on n'en parle pas : serait-il possible d'admettre que certains sont ici des moins prosélytes, bien qu'un peu "chez eux", et ne discutent que du fond ? Moi comme d'autres, on ne se préoccupe pas du "prochain épisode", un épiphénomène : on se concentre sur ce qui nous semble utile pour le développement de l'anarchosyndicalisme.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar kuhing » Samedi 08 Nov 2014 8:58

lucien a écrit:
Si demain les anarchosyndicalistes caennais écrivent une grosse connerie à cent lieux de l'anarchosyndicalisme, on ne pourra pas pour autant affirmer que l'anarchosyndicalisme est une connerie


Mais qui décide si c'est de l'anarcho-syndicalisme ou pas ?
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar l autre » Samedi 08 Nov 2014 12:25

le problème c est justement comme le dit Lucien que ce n est pas le concept qui est discuter , comme nous essayons sur ce forum parler du fond. C est cela qui éclaire sur l identité. Trop de personnes a défaut de comprendre une pensée , trouvent dans l action politique de quoi satisfaire leur égo et caractère conflictuel. Il ai pour ces personnes plus facile de produire des attaques contre d autres, plutôt que disserter sur le fond. La question est de savoir si on se laisse polluer par ce type de faire ou si on expose le fond. la difficulté d ailleurs vient que le fond et soit occulté ou que l objectif et de changer. Il sera temps si besoin d éclairer la dessus. Pour ce qui est de la anarchosyndicalisme ceux de Caen dans les divers postes l explicite clairement; IL Y A UN SUJET SUR L ANARCHOSYNDICALISME SI TOUS LES SUJETS DE DÉBATS DOIVENT ÊTRE TRUFFÉS DE CETTE UNIQUE CELA DEVIENT NÉGATIF. lA SITUATION EST SIMPLE , LE CAPITALISME EST DANS UNE PHASE NOUVELLE , QUI REND CADUC L USAGE DE CRITIQUE D UN SIECLE PASSÉ. CERTAINS COMBATTENT CE PRÉSENT AVEC LES ARMES DU PASSÉ. jE PENSE QUE CEUX DE CAEN TENTENT D ÉLABORER UNE THÉORIE POUR NOTRE ÉPOQUE. iL Y A CEUX QUI RESTE SUR UN ANARCHHOSYNDICALISME PASSÉISTES D AUTRES QUI ADAPTENT . CELA D AILLEURS S APPLIQUE A TOUTES LES IDÉES POLITIQUES , EN EFFET PARTOUT LA GLOBALISATION MONDIALISATION A FAIT VOLER EN ÉCLAT LES DISCOURS ; ÉLABORÉS DANS LA PHASE 1945-80 PUIS 1980-08 DU CAPITALISME. pAR EXEMPLE COMMENT PEUT GANER DES REVENDICATION IMMÉDIATES AU NIVEAU NATIONAL DANS UNE ÉCONOMIE MONDIALISÉ LIBRE ÉCHANGISTE.L AIT A RÉFLÉCHIT LA DESSUS ; MAIS CELA DOIT CE DISCUTER DANS CONVERGENCE DES LUTTES . l ANARCHOSYNDICALISME SE DOIT D ETRE CONCRET . ALORS NOUS AURONS DU DÉBAT QUI PAR LÀ MÊME ÉCONDUIT LE JEU DES QUI FAUTENT D ARGUMENT SE PLAISENT EN DE SOTTES ENTREPRISES. MON PROPOS NE VISENT CE FORUM MAIS CEUX QUI AILLEURS ET CACHÉS SE LIVRENT AUX MENSONGES , RAPIDEMENT ILS SERONT CONFRONTÉS .
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar lucien » Samedi 08 Nov 2014 22:52

kuhing a écrit:
lucien a écrit:
Si demain les anarchosyndicalistes caennais écrivent une grosse connerie à cent lieux de l'anarchosyndicalisme, on ne pourra pas pour autant affirmer que l'anarchosyndicalisme est une connerie


Mais qui décide si c'est de l'anarcho-syndicalisme ou pas ?
C'est quoi cette question ? :shock:
T'as besoin d'une autorité pour le savoir ou tu nous fais le coup du relativisme ?

T'es anarchiste, tu sais ce que ça signifie et t'es capable de voir du réformisme dans un tract : il te faut quoi de plus ? La charte de l'union locale de Caen ? :lol:

http://cnt.ait.caen.free.fr/?Accueil:Ch ... le_de_Caen

Charte de l'Union locale de Caen

Les organisations anarchosyndicalistes ont une double fonction. Premièrement, la lutte révolutionnaire pour l'amélioration économique et sociale dans la société capitaliste existante. Deuxièmement, l'éducation par eux-mêmes des exploités et opprimés afin qu'ils puissent accomplir la complète autogestion de la production et de la distribution par la socialisation des richesses.

Conscient que la lutte en entreprise est importante, l'anarchosyndicalisme ne limite pas son action à celle-ci mais l'étend à tous les rapports et modes : production, consommation, administration… car c'est l'ensemble du champ social qui est visé.

L'anarchosyndicalisme est opposé à tout monopole social ou économique. Il ne recherche pas la conquête du pouvoir politique, mais plutôt l'abolition complète de toute fonction étatique dans la vie de la société. En conséquence, il rejette toute activité parlementaire et autre collaboration avec le corps législatif. Il représente des organisations en lutte sur le lieu de travail et une communauté indépendante opposée à tous les partis politiques et les bureaucraties syndicales.

En conséquence, l'anarchosyndicalisme appelle les opprimés et les exploités à agir en dehors des structures de collaboration, des appareils politiques et syndicaux, qui concourent au maintien de l'ordre bourgeois, en créant des comités indépendants de lutte : seul moyen permettant de dépasser les clivages, l'emprise des jeux politiciens, les divisions induits par les partis et syndicats. Ces comités unifient donc les exploités dans leurs intérêts communs au delà des sensibilités particulières. Les comités doivent se lier selon les principes du fédéralisme anti-autoritaire, de façon à établir une véritable résistance populaire autonome, seule capable de créer un véritable rapport de force.

L'anarchosyndicalisme a pour moyen l'action directe sous toutes ses formes : occupations, grèves, boycotts, sabotages, grèves générales, etc. Pour assurer la participation complète de tous, aussi bien dans la lutte actuelle que dans la future autogestion de la société, il s'oppose au centralisme dans ses organisations et s'organise sur la base du fédéralisme libertaire. A tous les niveaux, il s'établit sans hiérarchie et avec une entière liberté d'initiative aux groupes locaux et régionaux. Toutes les instances de la confédération des travailleurs consistent en délégués révocables et mandatés pour une action déterminée par les assemblées locales de travailleurs.

L'anarchosyndicalisme rejette toutes les frontières politiques et nationales arbitrairement créées. S'opposant à l'idée d'Etat-nation et constatant que l'espèce humaine est une, il rejette toute forme de nationalisme. Il se réclame de l'universalisme libertaire : les mêmes droits, devoirs, libertés, et l'égalité pour tous. Reprenant le principe "prolétaires du monde : unissez-vous !", l'anarcho-syndicalisme œuvre donc pour que les exploités, les opprimés construisent une "fédération des terriens " sur les bases de l'égalité, tant des droits qu'économique et sociale.

L'anarchosyndicalisme s'oppose à toutes attitudes et institutions faisant obstacle au principe d'égalité et combat les idéologies légitimant tout système social hiérarchique de domination et d'exploitation. Il défend une idéologie égalitariste d'éthique libertaire.

Constatant que les ordres politique, économique et idéologique sont consubstantiels au système actuel, il affirme qu'il ne saurait exister de transformations sociales sans modification de ces ordres.

L'anarchosyndicalisme fait sien le principe de pensée et d'action globale. Il propose de substituer à l'économie capitaliste, une économie socialisée et planifiée ; au mode politique étatique, quelque soit le régime, une organisation politique basée sur le fédéralisme libertaire ; aux idéologies autoritaires et de domination, une idéologie égalitariste ; de façon que s'accomplissent les droits de tous et de chacun, en tous lieux, afin de décider, contrôler sa vie et son environnement.

Caen, le 19 mars 2005.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar kuhing » Dimanche 09 Nov 2014 8:58

Voyons , ce n'est pas au vieux singe qu'on apprend à faire la grimace.
Tout le monde sait bien que les textes sont les supports pour être interprétés et créer des courants pour ne pas dire des églises.
Les gars de la CNT ait fédéraliste qui ont fait scission avec vous se disent aussi anarchistes et anarcho-syndicalistes.
Et en plus en référence tu envoies la charte de l'UL de Caen.
C'est un peu gros non ? ( même si le texte de l'UL de Pau est un concentré de réformisme )
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar lucien » Dimanche 09 Nov 2014 22:41

L'emballement et la méprise ne sont pas non plus l'apanage des plus jeunes...

J'ai posté la charte (qui d'ailleurs ne parle que d'anarchosyndicalisme et d'anarchosyndicalistes, sans référence à une quelconque organisation) par provocation vis-à-vis de toi (et, malgré le smiley, tu y vois encore un comble) mais aussi pour celles-ceux qui passeraient par là et que ça pourrait intéresser de comprendre ce qui peut s'entendre derrière le concept et donc réfuter ton accusation de réformisme.

Je n'en reste pas moins bluffé par ta posture générale vis-à-vis des organisations (ici ou dans le fil convergence des luttes) que je trouve plutôt faiblarde et ta répartie sur un texte qui servirait donc à construire des chapelles idéologiques... Mais en fait j'irai dans ton sens : dans un monde où on nous sert de la bouillie idéologique et où tout devient relatif (et quelque part ton questionnement sur l'autorité pouvant décréter ce qui est A-S ou ne l'est pas ainsi que cette attaque sur la construction de chapelles participent à tout ça), où des organisations ou individus s'affirmant anarchistes ou anarchosyndicalistes s'engagent dans des voies peu "orthodoxes" (pour rester sur ton vocable religieux) - et sur ce point on ne peut pas te reprocher de ne pas participer à cette critique - , alors oui, ce texte a effectivement pour but de mettre à plat ce que nous considérions comme le socle de notre action. Élaboré collectivement, il a construit le groupe qui s'en est ensuite servi pour s'affirmer. Mais, encore une fois, ce qui compte, c'est la cohérence entre l'étiquette qu'on se colle et nos actes. Tu demandes à savoir ce qui nous distinguerait d'une autre organisation se revendiquant de l'anarchosyndicalisme mais publiant des positions réformistes : tu l'as, ta réponse...
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar kuhing » Lundi 10 Nov 2014 10:40

Mouais.
J’espère que tu considéreras que mes désaccords profonds se situent uniquement sur le fond.

Donc ne parlons pas de chapelles mais

La charte de Caen a été écrite en 2005 date qui correspond à peu près à l'ouverture de ce forum.
Elle a été donc, tu le précises, "élaborée collectivement" .
Mais combien reste-t-il de membres qui ont écrit ce texte à part Lucien ?

Et quid des lourdes imprécisions de cette charte qui laissent bien des portes ouvertes comme :

- "la lutte révolutionnaire pour l'amélioration économique et sociale dans la société capitaliste existante" qui n'est rien d'autre que du réformisme ( à mon sens bien sur )

-"égalitarisme" qui peut très facilement se gérer de façon bureaucratique et, d'ailleurs je ne vois pas comment cela peut être organisé autrement .

" une économie socialisée et planifiée" : même chose si on ne précise rien d'autre parce que même le fédéralisme peut-être contrôlé par une bureaucratie et le capitalisme l'utilise aussi.

Enfin aucune remise en cause claire des échanges monétaires ni de l'argent lui même. On reste donc, dans le projet, dans le cadre d'échanges marchands.

Je ne suis pas étonné alors que les fédéralistes de Pau ( qui faisaient partie de la même structure à l'époque ) sortent aujourd'hui un appel qui n'a rien à envier à ce que ferait la CGT ou FO.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar JeanGuy » Lundi 10 Nov 2014 18:56

Et quid des lourdes imprécisions de cette charte qui laissent bien des portes ouvertes comme :

- "la lutte révolutionnaire pour l'amélioration économique et sociale dans la société capitaliste existante" qui n'est rien d'autre que du réformisme ( à mon sens bien sur )
-"égalitarisme" qui peut très facilement se gérer de façon bureaucratique et, d'ailleurs je ne vois pas comment cela peut être organisé autrement .
" une économie socialisée et planifiée" : même chose si on ne précise rien d'autre parce que même le fédéralisme peut-être contrôlé par une bureaucratie et le capitalisme l'utilise aussi.
Enfin aucune remise en cause claire des échanges monétaires ni de l'argent lui même. On reste donc, dans le projet, dans le cadre d'échanges marchands.


Pour la 1ère phrase : ce n'est du réformisme que si on se limite à la revendication immédiate elle-même. La suite du texte précise que non pour qui l'a lu ^^ :

Les organisations anarchosyndicalistes ont une double fonction. Premièrement, la lutte révolutionnaire pour l'amélioration économique et sociale dans la société capitaliste existante. Deuxièmement, l'éducation par eux-mêmes des exploités et opprimés afin qu'ils puissent accomplir la complète autogestion de la production et de la distribution par la socialisation des richesses.
Conscient que la lutte en entreprise est importante, l'anarchosyndicalisme ne limite pas son action à celle-ci mais l'étend à tous les rapports et modes : production, consommation, administration… car c'est l'ensemble du champ social qui est visé[/b].


Pour la 2ème phrase : je ne pense pas que le mot égalitariste signifie ici que tout le monde doive avoir strictement la même chose. Je le comprend plutôt comme une égalité entre les individus qui chacun participe à la production des biens et services de la communauté, et qui en conséquence peuvent tous en jouir librement. Si les anarcho-syndicalistes défendaient une bureaucratie, pourquoi écriraient-ils cette phrase ?
L'anarchosyndicalisme est opposé à tout monopole social ou économique. Il ne recherche pas la conquête du pouvoir politique, mais plutôt l'abolition complète de toute fonction étatique dans la vie de la société


Pour la 3ème phrase : c'est vrai que le concept de fédéralisme n'est pas développé, peut-être du fait du format nécessairement restreint d'une charte. On voit tout de même qu'il s'oppose à la bureaucratie quand on lit ceci :
Pour assurer la participation complète de tous, aussi bien dans la lutte actuelle que dans la future autogestion de la société, il s'oppose au centralisme dans ses organisations et s'organise sur la base du fédéralisme libertaire. A tous les niveaux, il s'établit sans hiérarchie et avec une entière liberté d'initiative aux groupes locaux et régionaux. Toutes les instances de la confédération des travailleurs consistent en délégués révocables et mandatés pour une action déterminée par les assemblées locales de travailleurs.


Enfin, pour l'abolition de l'argent et la fin des échanges marchands, rien de mentionné clairement en effet. Certains anarcho-syndicalistes considèrent que l'abolition de l'argent ne va pas forcément de paire avec la fin du capitalisme et de l'exploitation, et que ces 2 derniers peuvent très bien persister sans. D'où le fait peut être qu'ils soient moins focalisés sur ce point que tu ne peux l'être, à eux d'en répondre.

Bref, je comprend tes interrogations mais j'ai l'impression que les réponses étaient toutes dans le texte que tu venais de lire...
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar kuhing » Mardi 11 Nov 2014 9:18

Tout texte peut être interprété et, toute proportion gardée, Staline parlait d'internationalisme dans un des siens en expliquant que celui ci passerait par l'addition des socialismes dans chaque pays.
Pour ma part, je trouve cette charte trés floue et laissant la porte ouverte à beaucoup de dérives notamment concernant l'égalitarisme que tu interprètes à ta chaçon mais qui pour moi m'envoie immédiatement l'image des gardes rouges habillés dans la même tenue.
Quant aux délégués élus et révocables, les bolcheviks ne disaient pas autre chose et, on a vu le résultat.
Par contre ce qui est clair pour moi, malgré la suite que tu soulignes, est que si on dit que "l'amélioration économique et sociale est possible dans la société capitaliste existante" par la lutte syndicale (qualifiée ici de révolutionnaire ), on entretient l'illusion que le capitalisme peut donner sans reprendre et qu'il est en mesure "d'habiller Paul sans déshabiller Pierre".
Et si c'est le cas pourquoi aller plus loin ?
Pour moi ça n'aide en rien à la compréhension de ce qu'il est de façon globale, et donc à l'élévation du niveau de
conscience qui permettra d'en finir avec lui.
Quant à l'argent et aux échanges marchands, malgré la longue discussion qu'on a eu ailleurs, j'attend toujours de voir des arguments valables qui assurent qu'il est possible de les conserver tout en sortant du cycle capitaliste privé ou d'Etat. J'ai fait de mon côté le tour de la question et je n'en ai toujours pas trouvé.
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar l autre » Mardi 11 Nov 2014 12:32

Si toute forme organisé est Stal c est un peu fort. On peut si la rhétorique n est que l essence du discours; Dire que les individualistes sont autant de chapelles qui se bouffent ex les libertarien et les individualiste anti- capit..., les individualiste asociaux et les contratualiste etc. Je pourrai dire que les bolchos étaient communiste on a vu ce que cela a produit . Je pourrai dire que l individualiste incapable de faire avec les autre entant soumettre tout groupe a sa dictature. Je pourrai dire prenez deux individualistes il se taperont dessus etc etc. Je peux dire que personne n a le monopole de la défense d l individu et moi je suis communiste parce que suis individualiste. faut quand même être dialectique pour ne pas opposé ce qui se contient. Le réformisme est autant un posture individuelle que collectif tout autant pour le révolutionnarisme.

Réformisme = anti syndicalisme
syndicalisme = révolutionnaire
réformisme = révolutionnaire
individu = syndicalisme
syndicalisme= bolchos
syndicalisme= anarchisme
bolchos= anarchistee
individualisme= petit bourgeois
bourgeois= révolutionnaire etc etc.
je peux démontrer cela la pensée slogan le permet . Par exemple le syndicalisme est un individualisme car il a pour but la défense des intérêts individuelles des ses membres .... et peux dire le contraire le syndicalisme est là pour la défenses des intérêts collectif des ses membres. Peux dire aussi que la critique du syndicalisme et fait par les patrons. Je peux dire aussi que les révolutionnaire autoritaires et et Etatiste sont anti syndicaliste tout comme le critique la plus violent du syndicalisme fut faite par Lénine et ses épigones qui dirent le syndicalisme= mouvement réformiste et conservateur (trade_unionisme) et on a vu ou cela a conduit. pour moi le syndicalisme n est par essence reformiste ou révolutionnaire mais ce qu en font ses membres . partant de la soit on part sur un présupposé arbitraire ou on comprend le fond et ce que chacun dit sur ce mode d organisation. Moi je suis anarchosyndicaliste et si par cela on veut ne cataloguer réformar ou bolcho faut s attendre a la réplique. Si certains trouve que d autres vu leurs positions sont réformars ou anarco-réformiste qu ils s adressent a ces promoteurs . Moi ici je suis anarchiste révolutionnaire et donc anarco-syndicaliste révolutionnaire. Tout comme Lucien et J -G et quelques autres si d autre point vus sont exposés cela se doit sans disqualifier . Je renvoi a mon poste sur convergences des luttes.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: anarcho-syndicalisme = syndicalisme réformiste tout cour

Messagepar kuhing » Mardi 11 Nov 2014 17:57

Il n'est pas question de disqualifier qui que ce soit.
Je donne mon point de vue ( il est différent , je n'y peux rien ! )
Et c'est le principe d'un échange d'idées.

Le point positif ici c'est qu'il est possible de le faire sans se faire censurer par un cyber-ayatollah ou un petit con comme on en trouve ailleurs et, malgré mes critiques sur le fond et la stratégie AS, c'est un élément qui me fait penser que c'est encore par ici qu'il y a le plus de gens qui ont un rapport avec l'anarchisme.

Tu admettras que c'est pas si mal pour un client difficile :)

Pour le reste, vu l'impact que les anarcho-syndicalistes ont sur le déroulement des événements actuels, tout comme le mien, on ne peut pas dire que la réalité me donne plus raison qu'à toi, Lucien, Jean-Guy ...

Donc tout va bien :)

NB : un petit extrait de texte de Malatesta qui on pourrait dire se situe à mi chemin entre ta position et la mienne

La tâche des anarchistes est de travailler à renforcer les consciences révolutionnaires des organisés et à rester dans les syndicats, toujours en tant qu'anarchistes.
Il est vrai que, dans bien des cas, les syndicats sont contraints de transiger et de faire des compromis, pour des raisons d'ordre immédiat. Je ne le leur reproche pas ; mais c'est précisément pour cette raison qu'il me faut bien reconnaître que l'essence des syndicats est d'être réformistes.
Les syndicats font un travail de fraternisation entre les masses prolétaires et ils éliminent les conflits qui, autrement, pourraient surgir entre travailleurs et travailleurs.
Alors que les syndicats doivent lutter pour conquérir des avantages immédiats - et d'ailleurs, il est juste et humain que les travailleurs demandent des améliorations -, les révolutionnaires vont au-delà. Ils luttent pour la révolution qui expropriera le capital et abattra l'État, tous les États, quel que soit leur nom. L'esclavage économique étant le fruit de l'esclavage politique, il faut en finir avec ce dernier pour éliminer le premier, bien que Marx ait soutenu le contraire.
Pourquoi le paysan porte-t-il le grain au patron ?
Parce que le gendarme est là pour l'y obliger.
La lutte devant être menée, y compris sur le terrain politique, pour détruire l'État, le syndicalisme ne peut donc pas être une fin en lui-même.
Les anarchistes ne veulent pas dominer l'U.S.I. ; ils ne le voudraient même pas si tous les ouvriers qui en sont membres étaient anarchistes ; et ils n'entendent pas non plus assumer la responsabilité des concessions.
Ce que nous visons, nous qui ne voulons pas le pouvoir, ce sont simplement les consciences. Ce sont ceux qui veulent dominer qui préfèrent avoir affaire à des moutons pour mieux pouvoir les mener où ils veulent.
Nous préférons des ouvriers intelligents, même s'ils étaient contre nous, à des anarchistes qui ne seraient anarchistes que parce qu'ils nous suivraient comme des moutons.
Nous voulons la liberté, pour tous ; nous voulons que la révolution, ce soit la masse qui la fasse, pour la masse.
L'homme qui pense avec sa propre tête est préférable à celui qui approuve tout aveuglément. C'est pourquoi, en tant qu'anarchistes, nous sommes pour l'U.S.I. : elle développe la conscience de la masse. Il vaut mieux une erreur commise par quelqu'un de conscient qui a cru bien faire plutôt qu'une bonne chose faite servilement.
Umanità Nova, 14 mars 1922
Errico Malatesta. Écrits choisis
Une révolution sinon rien
Fédérica Montseny : "En général, on croyait que la monnaie allait disparaître"
sur le coté, Fanny Kaplan à qui je rends hommage
Avatar de l’utilisateur
kuhing
 
Messages: 1428
Inscription: Lundi 05 Fév 2007 20:57

Suivante

Retourner vers Fourre-tout

cron