De Bad tripes et de l'amour

Faut-il vraiment en préciser le contenu ?

De Bad tripes et de l'amour

Messagepar OgRuR » Mercredi 01 Avr 2009 20:51

Je vous invite là. Un portrait d'Eva Braun par le groupe Bad Tripes. Et quelle meilleure condition à la condition de femme que celle d'Eva Braun?

http://www.myspace.com/badtripes0

L'interprétation est très impliquée et le texte au cordeau. J'aime particulièrement parce que c'est bien visé cette alternance entre la rage à l’évocation du sexe d'Eva B. et les références à l'innocente Alice. Pourquoi? Parce qu’est bien saisi l'essentiel: si dans le spectacle passé les despotes et leurs compagnes étaient asexués, alignés sur un modèle patriarcal primitif, le despote est aujourd'hui couillu et il est même la référence suprême de l'étalonnage majoritaire. En témoignent les exhibitions spectaculaires, qui puent littéralement de couilles criminelles dont l’odeur ne témoigne plus de l’amour mais de la bandaison qui relève d’une allégeance commune et présidentielle pour la prédation et la rapine. Contre tous.



Une femme trouve souvent à s'accompagner, généralement bien plus mal que bien accompagnée, mais elle trouve. Un homme qui le voudrait ardemment en a bien moins l'assurance.
Mais le problème n'est pas là, dans ces rapports tronqués.
La séparation est un projet qu'essaye de mener à son terme le pouvoir et pour se faire il propose au féminin mais aussi au masculin des modèles de paraître. L'apparat n'est pas l'être et c'est précisément en quoi il accroît la séparation. Dans ces modèles disposés sous un étalonnage majoritaire pratiquement personne ne peut s'aligner et c'est pourtant une course effrénée que chacun y mène. C'est toute la nouveauté spectaculaire des biopouvoirs que d'avoir substitué aux despotes traditionnellement alignés sur un modèle sexué familial primitif, le modèle du despote couillu. C'est un projet politique qui a gagné un terrain considérable puisque Althusser a tué sa femme tandis que le despote baise la sienne et l'affirme avec fracas. Où est l'amour, de part en part, dans le sang?
Dans la critique révolutionnaire de la séparation dont on doit une large contribution à Guy Debord. La classe dominée doit s'y affirmer comme le pouvoir de la conscience, de laquelle seule naissent les potentialités infinies de créativités humaines, y compris dans l'amour.
Pour l’heure les meilleurs clients de cette société sont autorisés à nommer "amour" des rapports d'intérêts, d’ailleurs de plus en plus provisoires. Rien n'indique qu'on autorisera longtemps à l'appellation d'origine contrôlée. Ainsi quiconque parle d'amour c’est à quelle sorte d'ineptie il nous entretiendra que va seulement notre attention...
Imperceptiblement les hommes et les femmes s'organisent en conséquence du retournement des amours de Tristan et Iseult en des logiques marchandes et ce qu'il y a de subversif dans l'amour c'est de ne pas en détourner à son seul avantage l'inconvénient majeur contemporain: le billet d’octroi pour le grand frisson n’est qu’un billet qui réserve l'intégralité de l'appellation à la mesure de sa reconnaissance spectaculaire et marchande. Ainsi que le suggèrent fortement les démonstrations du couple des charognards, Sarkozy-Bruni dont les exhibitions participent de l’affirmation d’un modèle sur lequel personne ne peut rigoureusement s’aligner et la séparation universelle s’accroît en conséquence de l’aliénation à cette image.
Julien Coupat et Yldune Lévy en prison en est un signe avant coureur et gare à ceux qui n'y prêteraient pas assez d'attention, les naïfs et plus encore gare aux stipendiés et aux débiles qui diversion. Pour la raison que ces amoureux "maudits" attentaient ainsi aux projets de séparation achevés ils ont été incarcérés. Mais la plus belle démonstration de l'irréductibilité de l'amour c'est Yldune Lévy qui la donne au prétoire car dit-elle alors qu'ils étaient suivis sans cesse par les R.G, ils ont stationné leur voiture dans un coin sombre de campagne pour y faire l'amour... comme dit-elle la plupart des jeunes...et c'est ce dernier point qui me semble uniquement critiquable de son point de vue car de façon générale la séparation atteint considérablement dans les interstices de résistances les rapports générationnels.
OgRuR
 
Messages: 300
Inscription: Dimanche 06 Jan 2008 15:48

Re: De Bad tripes et de l'amour

Messagepar NOSOTROS » Jeudi 02 Avr 2009 0:32

bad trip en effet ... Pourquoi fallait il qu'il revienne ? :lol:
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15


Retourner vers Fourre-tout

cron