Un texte de téléologues

Faut-il vraiment en préciser le contenu ?

Un texte de téléologues

Messagepar douddu » Mercredi 21 Jan 2009 19:35

Voilà j'ai lu un truc , une blague ou un texte j'ai du mal a choisir (? ) , qu'un membre du forum , miguelito , vient de nous indiquer comme une référence ,

Le titre est évocateur :
Henri Simon, d’Échanges et Mouvement, est une crapule


Que personne, ou presque , ne connaisse Henri Simon n'effraye pas nos téaléogogues , visiblement il s'agit d'un vieux militant qu'il ont du identifier comme un peu isolé . Alors , comme n'est pas Don Quichotte qui veut , nos précieux ont trouvé leur moulin a vent , ce sera Henri Simon .

A défaut, peut-être, d’autre chose, la téléologie moderne est au moins un excellent révélateur des incapacités à la critique qui s’étendent depuis les pauvres les plus démunis, mais qui ont soudain accès à la publicité par l’Internet, jusqu’aux micro-vedettes, qui font parfois autorité dans un secteur particulier.


Et on verra qu'en l'occurence n'y a pas que la vedette qui est micro ....

C’est dans cette dernière catégorie qu’il faut ranger un certain Henri Simon. Ce conseilliste de toujours, en effet, est né à l’époque même où les conseils jouaient la révolution russe partout en Europe, et continue, avec obstination, d’animer un « réseau » appelé Echanges et Mouvement. Le peu que nous en croyons est que ce groupe compile essentiellement des récits de « luttes » récentes dans une revue éponyme. Mais il ne s’agit pas ici de discuter cette activité
,

Il m'est arrivé de parcourir cette "revue ", plutôt un bulletin , je ne n'y ai pas lu le nom d'henri simon . Il faut croire que les téléoloques parcourent les publications militantes avec une loupe a leur main libre .

mais seulement de l’opinion émise par le vénérable HS en octobre 2007, dans un texte intitulé ‘Les téléologues et la « Bibliothèque des émeutes »’, pour répondre à un correspondant qui se disait intéressé par la téléologie moderne et qui ajoutait, dans sa présentation, les adresses Internet des sites Téléologie ouverte et Belles Emotions.


Notons le "seulement" . ..... il suffit donc de peu pour déclencher leur logorrhée vengeresse

Signalons, en préambule, que Simon ne connaît pas de téléologues, ni personnellement ni apparemment autrement, et qu’au moins dans son titre il confond téléologues et téléologie, dont il a vaguement entendu parler ; par ailleurs, il confond également Bibliothèque des Emeutes et téléologie moderne, comme si les téléologues, justement, n’avaient pas publiquement expliqué la différence.


Putain quel salaud !

La première phrase du texte donne le ton et le but de cet honnête répliquant : « Nous ne connaissions pas les “téléologues” et la “téléologie” tout au moins dans ces termes qui sonnent à mes oreilles comme une sorte de secte. » Nulle part n’est évidemment expliqué pourquoi « téléologues » et « téléologie » sonnent comme une secte. Cela ne peut pas venir du terme lui-même puisque Simon donne aussitôt après la définition de téléologie, dans son acception classique, telle qu’il l’a trouvée dans le dictionnaire, et qu’il n’y a là rien qui ramène à une secte. Il faut donc supposer que le caractère vient de deux non-dits : d’une part, la vague ressemblance phonétique entre téléologie et théologie, qui indique le religieux, et qui est un amalgame courant chez les imbéciles hâtifs ; c’est comme si on disait « Echanges et Mouvement », pour moi ça fait très banque suisse, en tout cas ça pue le fric, ou bien ça sonne comme cul + rafting, gros rire ; d’autre part, la volonté de nuire à ce dont on vient pourtant d’affirmer qu’on ne le connaît pas.


Là franchement il a aggravé son cas .

Cette malveillance construite sur des préjugés est justement l’une des attitudes que la téléologie moderne rencontre assez couramment. Il s’agit souvent des conservateurs, et des vieilles façons de penser qui se trouvent fort embarrassés par la téléologie parce qu’elle taille en pièces quelques-uns de leurs présupposés fétiches : lorsqu’on leur demande leur avis sur la téléologie, ils n’arrivent pas à contourner l’obstacle, ils n’arrivent pas non plus à le réfuter. Il ne leur reste donc plus que la diffamation, comme celle de ce HS.


Ah.....Les anciens contre les modernes : le théme aurait pu passer pour désuet , mais non le voilà remis au goût du jour ! C'est la bataille d'Hernani revue et corrigée par le professeur Choron . Admiraaaaaaable

Mais contrairement à la plupart des autres conservateurs limités qui sentent bien que la confrontation s’annonce plutôt difficile pour eux, ce Simon croit devoir rendre publique sa malveillance si transparente. Au soutien d’une telle crapulerie, ce pédant ennuyeux, en effet, semble ne même pas avoir eu le courage d’aller voir ce qu’est la téléologie moderne ; il n’a pas trouvé non plus l’honnêteté de se taire et de se déclarer incompétent : l’ignorance la plus crasse ne l’a pas empêché de pérorer publiquement comme s’il était un expert. Car n’émettre aucun jugement ne semblait pas possible dans le contexte d’une correspondance qui ressemble à un exercice de séduction, à une sorte de retape vers jeune recrue. .


Interdit de partouze , henri, voilà ce que t'as gagné . Répéte aprés moi la téologie c'est bien ......

Car après cette brillante phrase d’introduction, le reste est un tissu consternant d’approximations, d’extrapolations, de faussetés ouvertes. Evidemment, la description du dictionnaire de ce qu’est la téléologie est, sur le fond, en contradiction avec ce qu’est la téléologie moderne. Il suffit pour s’en convaincre de lire le texte intitulé ‘Téléologie moderne et téléologie classique’
,

Non seulement le lire , mais l'apprendre par coeur , non je rigoles...


.....fort bien en vue sur le site qu’indiquait à HS son correspondant. Même quelqu’un d’aussi désintéressé que Simon ne pouvait penser que les trois définitions qu’il donne de cette notion correspondent à ce que peut revendiquer, dans son nom, la téléologie moderne. En retenant un pack de définitions recopiées dans un dictionnaire plutôt qu’en allant voir ce qu’en disent les téléologues eux-mêmes, Simon donne d’entrée une base fausse à la discussion, et il le fait en pleine connaissance de cause]
Ensuite, la mise en avant de la révolution iranienne le fait se souvenir d’une rencontre avec une fondatrice de la Bibliothèque des Emeutes. Il est vrai qu’ils ne trouvèrent pas de base commune en matière de collecte d’informations, mais il est faux de laisser entendre que ce désaccord entraîna une cessation des relations. Après cette entrevue, les deux formations ont échangé leurs publications pendant plusieurs années, sur la demande de la Bibliothèque des Emeutes comme leur correspondance en atteste. Plus juste est le souvenir que la Bibliothèque des Emeutes refusait le concept de « lutte de classe ». HS, bien incapable de dire pourquoi, est obligé de faire comme si ce refus n’avait pas été fondé, notamment dans les choix méthodologiques. Quelques années plus tard, en 1996, à la suite du mouvement de grève en France de la fin de 1995 et de la critique de la Bibliothèque des Emeutes, ce groupe proposa à Echanges et Mouvement un débat sur le prolétariat, expliquant les raisons de la divergence sur ce point. Le débiné HS s’est alors défilé, jusqu’à aujourd’hui. En effet, pour ceux qui endossent cette invention de gestionnaire, le prolétariat, enclos économiste pour parquer les pauvres, ne se discute pas. Heil Staline. Et c’est là qu’ont cessé les relations, effectivement déjà bien distendues, entre les deux organisations.


Rossinante au galop ! "Relations " ; Un brin de causette (sur l'iran où ils ne vivent pas ) et ils se sont échangé trois articles (au sujet d'ouvriers qu'ils ne connaissent pas) . ........" entre deux organisations", ouarf !

Il y a dans cette évacuation de la dispute sur le prolétariat tout le manque de courage si caractéristique des organisations dogmatiques.


Où la " micro vedette" , henri simon, devient l'espace d'un instant une "organisation dogmatique" , rigolo .

Quand elles sont mises en cause sur un point concret de leur dogme, elles évitent d’argumenter, et même d’expliquer leur propre point de vue, le fondement même du dogme. Tous les Henri Simon sentent bien, en effet, que si une Bibliothèque des Emeutes met en cause un dogme comme le prolétariat, c’est en connaissant les positions de l’adversaire.


Merde, si Bibliothéque des Emeutes le fait c'est qu'elle , elle Sait , henri tu déconnes là , la B des E , avec un B majuscule et un E majuscule .

Il faudrait donc une introspection déchirante, un débat complexe, dans lequel on part en infériorité alors qu’il porte sur un point qu’on a, par préjugé, mis au-delà de tout examen. Et pour une telle mise en cause, il faut un courage que ce petit peuple, résigné au confort relatif des défaites mineures, n’a pas.


C'est ce passage qui m'est supect , son ubris me fait hésiter sur le fait de savoir si c'est un truc pour faire rire ou pas .......

Ensuite HS s’en prend à la conception de l’émeute de la Bibliothèque des Emeutes, dont il n’a jamais fait la critique entre 1992 et 1996, alors qu’il était en échanges et mouvement avec cette organisation. Son descriptif de l’émeute indique d’abord que, comme beaucoup de gauchistes, il n’a pas compris ce que c’est,


Donc ils vont l'expliquer : Comprendre ? on est plutôt prié de croire .

ni ce que les téléologues en disent aujourd’hui à la suite de la Bibliothèque des Emeutes. L’émeute est un moment clé, parce qu’il est le seul où les pauvres modernes se battent sans encadrement, et hors de la médiation de l’Etat, de la marchandise et de l’information dominante. Dans l’émeute, il y a un début de débat possible sur le monde. Nous avons toujours pris soin de signaler que toutes les émeutes ne réalisent pas cette possibilité, mais que nous ne connaissons pas d’autre situation, libre, où les pauvres se rencontrent en critiquant pratiquement les trois moyens de communication dominants, ne sont pas encadrés, et commencent à se battre dans le seul forum historique du débat, la rue.


Amen

S’il y a d’autres moments qui correspondent à cette définition minimum de ce que devrait être le débat public qui nous intéresse, qu’on nous les indique. Le seul autre moment historique, où, depuis, une telle ouverture semble avoir permis d’envisager la question de la totalité, a été un dépassement de l’émeute, les assemblées en Argentine en 2002 (cf. Naggh).


Moi je dis rien , je tiens pas a lire un truc intitulé
"Douddu , du forum rouge et noir , est une crapule " ou pire encore

Simon traduit cette hypothèse dans son langage lourdement idéologisé : « Il est évident que toute lutte, tant qu’elle dure, présente des caractères qui l’apparentent à une libération totale et peuvent faire penser à ce que serait un monde communiste. » A cela nous répondons premièrement, il n’y a là rien d’évident, sauf le manque d’arguments et d’exemples, deuxièmement, ce n’est certainement pas le cas de « toute lutte », troisièmement, le terme de « libération totale » n’a pas de sens ; quatrièmement, le monde communiste est un fantasme idéologique dont nous savons, heureusement, qu’il n’est dans l’émeute que lorsqu’il y a des militants dans l’émeute. « Mais ce n’est nullement spécifique à l’émeute », ajoute HS qui se garde bien, là encore, d’exemples concrets. Nous renouvelons notre question : si d’autres moments, d’autres luttes, d’autres situations historiques portent en elles les conditions d’un début de débat sur l’humanité, nous ferons très volontiers amende honorable de notre ignorance, car ce sont ces moments – comparables pour leur phénomène de pensée à l’amour dans la sphère non publique – qui nous intéressent.


l 'histoire est un vaste champ mais l'homme a une courte vue .

Simon signale que les émeutes ont des caractéristiques très différentes selon les différents pays où elles ont lieu. La Bibliothèque des Emeutes a été un vaste recensement de ces différences, dont l’accentuation est souvent utilisée pour diviser les émeutiers du monde entier. Car ce que signifie la différenciation de Simon et de la plupart des gauchistes, c’est qu’il y a en fait deux sortes d’émeutes : celles au loin, grandes, belles mais loin, qui nécessitent donc un levier trop long, et celles qui sont proches de chez nous, mais qui seraient courtes, laides et sottes, car elles n’ont pas attendu l’arrivée des conseillistes, et elles sont même terminées quand nos valeureux militants essoufflés prennent enfin pied sur un terrain dévasté où rien ne ressemble plus à la beauté immémoriale du monde communiste de nos rêves. C’est leur impuissance et leur absence que l’émeute révèle, c’est qu’ils sont révolutionnaires de salon, et qu’il ne suffit pas de la volonté pour être présent au bon endroit au bon moment. Et ils ne peuvent donc pas admettre que le moment clé de l’émeute, celui où tout est possible, peut avoir lieu aussi près d’eux à leur insu complet ou aussi loin d’eux, si manifestement hors de leur portée. Car pour eux l’émeute est toujours l’émeute Blanqui, organisable d’avance, un outil dans un attirail de gauchiste, dont on peut se servir comme d’une grève, d’une manif, d’une pseudo-fête, d’une occupation. Ils n’ont jamais compris, les braves lutteurs dépassés dont ce Simon fait partie, que la Bibliothèque des Emeutes, puis les téléologues, n’ont jamais appelé à l’émeute, non parce que la loi l’interdit, mais parce que ce n’est rien à quoi on appelle : l’émeute moderne est justement celle qui ne découle pas d’une volonté, d’une conscience particulière, et cette manifestation d’inconscient


Quelle découverte ! On sent là toute la , portée , l'originalité, la modernité du message losqu'on sait qu'autrefois " émeute" se disait "émotion" .

qui fait naître de la conscience au travers d’une situation de rencontre, au sens situationniste du terme, est ce qui permet à l’émeute, dans toute sa diversité, d’être un moment particulier et étrange, où le possible est immédiatement dans sa perspective la plus grande, même si, la plupart du temps, de la Creuse à l’Indonésie, elle n’est pas perçue par les émeutiers.


Non les émeutiers sont trop cons seule B des E Sait .

Bibliothèque des Emeutes et téléologie moderne ont voulu systématiser le constat de ces moments, faute de mieux. Dans cette démarche il y avait deux volontés croisées : montrer l’unité de ces événements, leur identité malgré les différences, car grâce à la propagande ennemie dont Simon fait donc partie, les différences sont mises en avant, ce qui empêche l’un des dépassements envisageables de l’émeute, celui de l’alliance des émeutiers de différents terrains de bataille entre eux ; et montrer le monde du point de vue de l’émeute, l’immensité de la perspective qui se dégage ainsi, avec la totalité comme point de mire et comme déclencheur, comme médiation et comme aboutissement.


Esprit de Ségoléne Royal es tu là ?

Car c’est évidemment une stupidité qui n’a qu’un nom, Henri Simon, que de soutenir « Il semble y avoir un certain paradoxe à décréter que seuls les premiers moments d’une émeute valent la peine d’une considération et d’y consacrer des pages et des pages d’analyses sur leur signification ». Comme toute la démarche entreprise depuis la mise en évidence de l’émeute en témoigne, c’est le dépassement de celle-ci qui est le but, et ce ne sont donc pas « les premiers moments de l’émeute » qui valent peine et considération, mais d’une part les moments où elle se décide qui parfois sont les premiers, parfois les derniers, d’autre part les moments où elle se forme, donc antérieurs à elle, enfin les moments de dépassement, s’il y en a, et quelque fois il y en a. La malveillance bornée de ce commentateur vient assez logiquement de ses préjugés : il croit ici brocarder une sorte de fétichisme de l’émeute, là où il ramène des analyses qui porte sur l’histoire de notre temps à quelque chose d’aussi réduit que le concept d’émeute dans sa vulgate post-blanquiste.
Même au milieu de son court texte, on trouve la volonté de Simon d’insinuer des calomnies : « A relire ce que les “téléologues” pouvaient écrire il y a plus de quinze ans sur les émeutes de ce temps, on peut relativiser ce qu’ils peuvent dire aujourd’hui. » Notons qu’il s’agit là d’un commentateur qui d’une part ne veut pas faire la différence entre les téléologues et ceux qui s’exprimaient dans la Bibliothèque des Emeutes il y a quinze ans, et qui ignore complètement ce que disent les « téléologues » aujourd’hui. Néanmoins, il conseille d’appliquer ses propres jugements dont on admire la clairvoyance et la probité. Nous pourrions, avec plus de justesse, réclamer un jugement rétroactif sur ce Simon, et prétendre qu’il y a probablement quatre-vingt-six ans qu’il dupe le monde de ses petites rancœurs dissimulées. Mais nous n’en ferons rien : Echanges et Mouvement avait, il y a encore quinze ans, cette modestie qui laisse supposer que les révoltés eux-mêmes découvrent leurs propres moyens de lutte, et que c’est d’eux qu’il faut apprendre. C’est un point de vue suffisamment rare, que les téléologues continuent de partager aujourd’hui, et par respect pour lui, nous préférons supposer que Simon n’est devenu une salope que fort récemment.


"le concept d’émeute dans sa vulgate post-blanquiste" ........

Avec la sentence « [Remarquons par ailleurs leur absence de réaction après novembre 2005.] » il faut traiter Simon de simple menteur, ou selon un mot à la mode, parfaitement applicable ici, de désinformateur. Cf. Hiver 2005-2006, publié un an avant la lettre de Simon à son correspondant, en octobre 2006.

On a ensuite une sortie pour le moins convenue sur la place attribuée à la révolution iranienne. D’abord apprend-on, « aucun événement n‘est historiquement fondateur de quoi que ce soit ». Chez ce redoutable théoricien, ce ne sont donc pas les événements qui sont fondateurs de, ou dans l’histoire. Si ce ne sont donc pas les événements qui font et qui fondent l’histoire, ce ne sont donc pas les humains dans leur activité. Il y aurait donc quelque force mystérieuse ou abstraite, que Simon hélas n’explicite pas, qui fonde l’histoire. Si nous voulions être insultants, cela nous paraît là un beau portail d’entrée pour une secte.

Les exemples que donne Simon montrent au moins qu’il ne connaît pas la conception de l’histoire de ceux qu’il prétend critiquer, et qu’il ignore ce qu’est une révolution. Il réduit en effet la révolution iranienne, puis la française, puis la russe, à des dates. C’est bien sûr pour faire la leçon sur les process fort longs dans lesquels ces événements seraient imbriqués : vieille resucée de la conception gaucho-annale de l’histoire, qui vient de faire son entrée dans les cursus scolaires, ce qui semble bien une preuve que la théorie de l’histoire process, marxiste, visant à minimiser l’événement, le ici et maintenant, le vécu comme critique du quotidien, ne dérange pas tant la société en place qui a appris à se fonder sur cette conception de l’histoire.


................
La téléologie moderne a repensé l’histoire en faisant des révolutions ses moments déterminants
.
Bravo, quelle originalité là aussi !


Il a fallu, au cours de ce cheminement, montrer que l’histoire s’est révélée n’être pas celle de Marx, et que les révolutions sont des événements fort différents de ceux que Lagarde et Michard et Simon appellent ainsi (cf. ‘Révolution et contre-révolution’). Pour savoir cela, il aurait fallu que Simon se renseigne ; mais Simon, là encore, a préféré pérorer sans savoir. Le bouquet de cette ignorance est dans la prétention suivante : « D’ailleurs, considérant l’événement en question (la révolution iranienne) en lui-même, nous ne pensons pas qu’il ait été fondateur de quoi que ce soit à l’échelle du développement capitaliste mondial. » Le « développement capitaliste mondial » est sans doute le tricot de quelques gestionnaires à la retraite. Et on pourrait en effet se soucier qu’une révolution ne mette pas fin à de pareilles marottes ; mais on peut également s’en féliciter, si cela signifie qu’avec un embryon de responsabilité, elles ont consacré leur temps très concentré à des questions beaucoup plus urgentes et déterminantes. On ne peut pas, du reste, dire que les autres révolutions, la française, ou la russe, aient été fondatrices de quoi que ce soit dans le fameux développement en question. Ce qui serait intéressant, c’est que Simon nous enseigne ce qui est fondateur en la matière.

......................
Nous aimons bien rire.

..................
Ce grand connaisseur de la téléologie continue ainsi : « Le rôle que les téléologues attribuent à l’information, comme une sorte de processus autonome entièrement détaché de tout le système capitaliste. » Nous n’avons nulle part parlé d’un « système capitaliste », mais il est facile de vérifier que l’information dominante est pour nous entièrement imbriquée dans la gestion dominante. Et son rôle s’est considérablement accru, quand un Simon s’interroge toujours sur le lien de cette entité avec le capitalisme. Il suffit de lire les ouvrages téléologiques : l’information est un troisième moyen de communication dominant, entre l’Etat et la marchandise. Tout comme pour Etat et marchandise, l’autonomie d’un pareil moyen de communication est fort relative, mais elle permet de comprendre ce qu’ignore Simon. Il prétend qu’on a vu récemment l’information dominante obéir à la domination du « capital », et il prend l’excellent exemple des présidentielles dans la petite province à claques qu’on appelle la France ; mais sur ce point précis, on peut facilement renverser sa position en montrant à quel point les candidats de ce match à enjeu limité se sont conformés au format, au contenu, à toutes les règles du jeu imposées par l’information, jusque dans les « idées » de leurs programmes et dans le vocabulaire avec lequel elles ont été présentées ; et que leurs discours se confondent au point d’être des variantes très pauvres du même discours dominant, taillé sur mesure par l’information. On peut certes attribuer cette pauvreté à la domination du capital ; on peut aussi l’attribuer à Chupa Chups ; à la présence de Dieu ; ou à l’intelligence et au charisme du vainqueur du reality show appelé présidentielles.

Enfin, cette brillante tentative de discréditer ce qu’a dit la Bibliothèque des Emeutes, surtout, se termine à nouveau par une sorte de petit coup bas : Simon prétend que les « téléologiens » assemblent beaucoup trop de choses qu’il faudrait dissocier pour qu’on puisse le faire, les bras lui en tombent, au malheureux. Mais avec le terme « téléologiens », issu de sa seule hostilité, la crapule essaye de ranimer par la bande le caractère de secte par lequel il avait commencé sa belle entreprise d’amalgames, de calomnies, et de mensonges.


Et c'est la lecture de ce genre de prose qui me fait hair le plus la technologie tant le papier journal était autrefois utile pour parcourir tout cela d'une fesse distraite .

Henri Simon, nous te crachons à la gueule.

Quel courage !

http://www.teleologie.org/TO/turnover/0 ... _simon.htm
douddu
 

Messagepar wiecha » Mercredi 21 Jan 2009 21:30

Quelle tristesse surtout.


si d’autres moments, d’autres luttes, d’autres situations historiques portent en elles les conditions d’un début de débat sur l’humanité, qu'on nous les indique


Euh, je sais pas moi j'aurais dit le fait de construire ensemble un lieu de débat et d'expression qui s'appelle "Bibliothèque des émeutes ", par exemple, enfin si j'avais été à la place de l'auteur du texte .

Parce que si l'émeute est le SEUL moment qui porte les conditions d'un début de débat sur l'Humanité, mais pourquoi écrire, que diable, pourquoi se réunir pour écrire ?

Mais bon, ce qui est encore plus triste c'est de voir miguelito nous faire ce qu'il prétend que d'autres lui font: faire de Mondialisme.org, une "bande " et aller nous ramener un texte qui réduit Echanges et Mouvements à un "chef " supposé, alors que le txte qui l'a tant irrité émane d'une revue qui s'appelle "Ni Patrie Ni frontières".

Mais ils partagent un site, c'est la même "mouvance", inutile d'entrer dans le détail et toute mouvance a son "gourou", c'est plié.
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Messagepar miguelito » Jeudi 22 Jan 2009 9:50

c'est la même "mouvance", inutile d'entrer dans le détail et toute mouvance a son "gourou", c'est plié.

comme le disait le procureur Marin et Alliot-Marie.
On a les affinités qu'on peut...
miguelito
 
Messages: 510
Inscription: Mercredi 08 Mar 2006 13:54

Re: Un texte de téléologues

Messagepar AUSO » Vendredi 27 Mar 2009 9:22

................

    La téléologie moderne a repensé l’histoire en faisant des révolutions ses moments déterminants

.
Bravo, quelle originalité là aussi !


Si ce n’est pas original, c’est que d’autres, aujourd'hui, ont repensé l’histoire en faisant des révolutions les moments déterminants de l’histoire. Question à Douddu et à tous ceux qui ont laissé passer sa remarque : qui?

Questions complémentaires: quand? où? pourquoi?
AUSO
 
Messages: 4
Inscription: Vendredi 27 Mar 2009 9:06

Re: Un texte de téléologues

Messagepar douddu » Vendredi 27 Mar 2009 10:28

bonjour AUSO

La téléologie moderne a repensé l’histoire en faisant des révolutions ses moments déterminants


C'est même tellement peu original que cela en est tautologique ........
Une révolution qui ne serait pas un moment déterminant de l'histoire n'est pas une révolution .
douddu
 

Re: Un texte de téléologues

Messagepar AUSO » Samedi 28 Mar 2009 18:13

Votre humilité vous honore. Mais il n’était pas nécessaire de nous démontrer à nouveau combien vous lisez mal ; vos commentaires ci-dessus en attestaient déjà bien suffisamment.

Quand les téléologues disent que les révolutions sont les moments déterminants de l’histoire, cela signifie comme il est aisé de s’en assurer en vérifiant dans leurs textes (Révolution et contre-révolution, De l’histoire) que seules les révolutions sont déterminantes. Et, par conséquent, que la révolution iranienne est un événement plus important dans l’histoire et pour l’humanité entière que la Deuxième Guerre mondiale pour ne prendre qu’un exemple.

A la lumière de cet éclaircissement malheureusement nécessaire, répétons la question sur l’originalité, à laquelle vous n’avez pas eu le courage de répondre : QUI d’autre, aujourd’hui, a développé une pareille conception de l’histoire ? Car aux personnes peu instruites comme nous une telle hypothèse semble unique.

Et puisque nous y sommes, permettez-nous de vous rafraîchir la mémoire avec les questions subsidiaires, qui ont leur importance, comme une brève plongée dans le sujet vous le confirmera : Quand ? Où ? Pourquoi ?

Et merci de nous expliquer en quoi le fait qu’une chose soit peu originale la rendrait tautologique.
AUSO
 
Messages: 4
Inscription: Vendredi 27 Mar 2009 9:06

Re: Un texte de téléologues

Messagepar NOSOTROS » Samedi 28 Mar 2009 23:01

Et, par conséquent, que la révolution iranienne est un événement plus important dans l’histoire et pour l’humanité entière que la Deuxième Guerre mondiale pour ne prendre qu’un exemple.


Mais y aurait il eu de révolution iranienne sans la seconde guerre mondiale ?



A la lumière de cet éclaircissement malheureusement nécessaire, répétons la question sur l’originalité, à laquelle vous n’avez pas eu le courage de répondre : QUI d’autre, aujourd’hui, a développé une pareille conception de l’histoire ?


Patrick Sébastien peut être ? A moins que ce ne soit Annie Cordy ?
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: Un texte de téléologues

Messagepar douddu » Dimanche 29 Mar 2009 18:08

merci de nous expliquer en quoi le fait qu’une chose soit peu originale la rendrait tautologique.


Exact , que ce qui n'est pas original n'est pas forcément tautologique . Par contre la tautologie , la lapalissade , est du domaine de la banalité et malgré tout votre vernis , vous en êtes là .

Je vous rappelerai que le fait de comprendre que les révolutions sont les éléments détérminants de l'histoire n'est ni un trait de génie ni une spécificité des révolutionnaires . La bourgeoisie , hier comme aujourd'hui, le sait par exemple parfaitement , et pour cause .
douddu
 

Re: Un texte de téléologues

Messagepar AUSO » Lundi 30 Mar 2009 19:55

Vous parlez de ce que vous n’avez pas lu. Quand vous lisez, que ce soit une correspondance ou une conception de l’histoire, vous ne comprenez pas ce que vous lisez. Quand vous répondez à un interlocuteur vous ne savez pas de quoi il parle, vous ne l’écoutez pas. Mais qu’est-ce que vous êtes content de vous !

Les téléologues ne sont pas des génies. Mais vos manières et vos capacités vous placent parmi les derniers à pouvoir en juger. Ils ont attaqué votre monde, celui que vous défendez tout comme ce que vous appelez la « bourgeoisie », à partir d’une double exigence : apporter aux révoltés de leur temps, qui montraient tant de courage dans la rue, le courage qui nous manquait dans la théorie, courage si nécessaire pour que nos brèves victoires puissent trouver quelques lendemains ; et confronter ces propositions issues de la révolte avec leurs alliés potentiels.

Leur différend avec Henri Simon, qui leur fait dire qu’il est une crapule, tient en ces deux points. Henri Simon, qui pérore sur eux, manque de courage intellectuel et de droiture, il l’a prouvé avant, pendant et depuis cette dispute, et ce n’est pas à partir de l’insatisfaction fondamentale des pauvres, ni de sa propre insatisfaction, qu’il se bat, mais à partir des marottes d’une époque révolue. Vous êtes assez proche de lui : approximatif, lourd, satisfait, pratiquant l’amalgame et l’extrapolation, imperméabilisé à l’argument par une épaisse couche d’idéologie. En plus de Simon vous gloussez comme une vieille poule qui cherche à impressionner sa basse-cour en battant de ses grosses ailes fripées.

Vous parlez de révolutionnaires, mais vous ne savez pas ce qu’est un révolutionnaire. Un révolutionnaire est quelqu’un qui a fait une révolution, donc pas quelqu’un qui voudrait seulement en faire une, et ni vous ni les téléologues n’ont fait une révolution. Pour lourdement souligner que vous n’avez pas compris la position des téléologues sur l’histoire, vous dites que la bourgeoisie sait parfaitement cette position. Mais la bourgeoisie est une abstraction, elle ne « sait » rien. Vous ne pouvez pas reconnaître l’originalité des téléologues sur ce point, ni sur aucun autre, parce que votre antipathie prime sur votre honnêteté. Répondez donc un peu sur pièces : qui, dans la bourgeoisie qui sait, comprend ces positions, quand, où et pourquoi, avec quelles motivations. Donner des noms, des exemples, des arguments, vous en êtes bien incapable. Vous ressemblez à votre jargon : goguenard et grossier, là où vous ne savez pas vous insinuez, là où vous ne comprenez plus, vous ricanez.

Vous êtes une décalcomanie de la défaite des pauvres depuis deux cents ans. Les pauvres ne sont pas essentiellement pauvres parce que les autres sont méchants, mais parce qu’ils pensent pauvrement, comme des Douddu. Par la misère plouc et matoise de votre réflexion et de votre expression, vous ressemblez à la défaite, acceptée, aménagée. Sauf que, malgré vos 1250 messages sur ce site, vous êtes encore plus insignifiant que Henri Simon, qui pue comme un demi-siècle de résignation.

Et puisque les choses essentielles semblent hors de votre portée, renseignez-vous au moins sur les détails : une tautologie n’est pas une lapalissade. Relisez Wittgenstein.
AUSO
 
Messages: 4
Inscription: Vendredi 27 Mar 2009 9:06

Re: Un texte de téléologues

Messagepar NOSOTROS » Lundi 30 Mar 2009 20:54

vous ne comprenez pas ce que vous lisez. Mais qu’est-ce que vous êtes content de vous !


Je confirme doublement :-)

Quant au courage qui consiste à cracher sur H Simon ... En effet, nous ne sommes pas à votre hauteur ...

Signé : Lou Ravi de la crêche

PS : méfiez vous des pensées trop riches. C'est comme le triple crème : ca reste pafrois sur l'estomac, ça embrume et on finit par faire un petit roupillon pour essayer de faire passer le trop plein de gras.
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: Un texte de téléologues

Messagepar wiecha » Vendredi 03 Avr 2009 19:32

Les pauvres ne sont pas essentiellement pauvres parce que les autres sont méchants, mais parce qu’ils pensent pauvrement, comme des Douddu


apporter aux révoltés de leur temps, qui montraient tant de courage dans la rue, le courage qui nous manquait dans la théorie, courage si nécessaire pour que nos brèves victoires puissent trouver quelques lendemains


Douddu, reste à ta place.

Toi, tu vas courageusement dans la rue, tu es nécessaire pour que d'autres puissent parler de "nos" victoires. Mais par contre, pour ce qui est de penser, au lieu de le faire par toi même, ce qui au vu de ton "essence" n'entrainera que des résultats médiocres, tu laisses faire les téléologues.

Bon, le problème, évidemment, c'est comment discerner qui est vraiment apte à penser pour que ton courage soit correctement exploité. Le NPA ou les téléologues ?

Moi, pour aller au bout de ma médiocrité de pauvre , je penche vers le NPA, les textes sont moins longs. Bon, en plus je ne suis pas très sportive et un peu lâche, et le téléologue pense uniquement à la place des émeutiers, donc définitivement recalée dans la catégorie des pauvres vraiment cons, encore plus à gerber que les riches, en fin de compte.
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Re: Un texte de téléologues

Messagepar AUSO » Samedi 04 Avr 2009 21:12


    Le message de Wiecha insinue que les téléologues parlent au nom des émeutiers. Quiconque s’intéresse aux positions prises par les téléologues sait qu’ils ont toujours pris un soin particulier à éviter une telle usurpation ; et qu’ils l’ont vivement critiquée chez les autres.

    S’ils ne peuvent pas se vanter de leur propre courage dans la rue, c’est qu’il n’avait effectivement rien d’extraordinaire à côté de celui des autres émeutiers parmi lesquels ils se sont battus. Cela ne les a pas empêchés de commenter les émeutes de leur temps ; puis de fustiger le manque de courage des émeutiers dans la théorie issue de ces émeutes. Ce qui est bien autre chose que de parler en leur nom.

    Toute l’intervention de Wiecha est une petite fourberie pour contourner et occulter les problèmes soulevés ici : l’originalité de la conception de l’histoire des téléologues, la bassesse des commentaires de Douddu, et la crapulerie d’Henri Simon dont elle partage les procédés - insincérité, amalgame, malveillance, ironie pauvre de ceux qui n’ont pas les moyens d’argumenter.

      AUSO
       
      Messages: 4
      Inscription: Vendredi 27 Mar 2009 9:06

      Re: Un texte de téléologues

      Messagepar NOSOTROS » Samedi 04 Avr 2009 21:29

      Moi je dis, toutes ces crapules de douddu, simon et wiecha (et même l'affreux nosotros), faudrait les pendre hauts et court !
      Capitalismo delenda est
      NOSOTROS
       
      Messages: 3770
      Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15


      Retourner vers Fourre-tout

      cron