La Rage du Peuple, Keny Arkana

De l'Assiette au beurre à Rapaces...

Messagepar Dan » Mercredi 13 Juin 2007 17:46

j'ai pas du tout dis qu'elle était islamiste (?!)
juste que le mix kefieh/drapeaux palestiniens/rappeurs derrieres des barreaux genre martyrs me fait penser aux délires pro-hezbollah/hamas de la gauche francaise, style JCR.

maintenant si vous souhaitez la defendre bec et ongles et que vous kiffez les drapeaux...
Dan
 

Messagepar michel » Mercredi 13 Juin 2007 17:49

retourne écouter des groupes nazis :twisted:
michel
 

Messagepar tomatok » Mercredi 13 Juin 2007 17:51

j'suis désolé mais victoria est super fort comme clip et comme morceau, la mère des enfants perdus aussi... c'est parce que le rap de skyrock c'est précisément pas ce genre de trucs que j'ai cessé d'en écouter quand j'étais au lycée, mais je trouve que ces clips sont excellents.
tomatok
 
Messages: 1851
Inscription: Vendredi 20 Jan 2006 1:48

Messagepar Dan » Mercredi 13 Juin 2007 18:09

michel a écrit:retourne écouter des groupes nazis :twisted:


toi-meme!

j'suis désolé mais victoria est super fort comme clip et comme morceau, la mère des enfants perdus aussi... c'est parce que le rap de skyrock c'est précisément pas ce genre de trucs que j'ai cessé d'en écouter quand j'étais au lycée, mais je trouve que ces clips sont excellents.


je parlais du clip anti FN. aprés j'ai tiré aucune conclusion sur le rap hein, ya quand meme des trucs biens comme la rumeur
Dan
 

entre ciment et belle étoile

Messagepar comatoc » Mercredi 11 Juil 2007 19:52

bon, j'ai finalement récupéré cet album, et je dois dire que je suis très embêté, car je trouve tout à la fois cet album fabuleux ET décevant.
fabuleux, car ce qui constitue grosso modo les 10 premiers titres de l'album sont excellents, la musique comme les textes sont super touchants, en fait musicalement je déteste quand il y a des voix chantées, ça fait trop variét' mais le reste est incroyable. mention spéciale à "j'viens d'l'incendie", et aussi à "cueille ta vie", car c'est la première fois depuis le fabuleux "où je vis" de shurik'n, et avant lui le morceau "un cri court dans la nuit" d'I am, qu'un truc de rap me touche autant. bref, je suis absolument fan.
par contre, la deuxième partie du CD est vraiment pourrie (à part victoria) : textes politiques clichés à deux balles qui recrache du discours alter façon PCF à deux balles, références à dieu, des voix chantées beaucoup plus présentes, ça devient complètement inbuvable !
voilà, ceci dit rien que pour les 10 premiers titres cet album vaut largement le coup (mais certainement pas le coût, arf arf) !
comatoc
 

Messagepar NOSOTROS » Jeudi 13 Déc 2007 11:29

Pour mémoire, article de Libération du vendredi 23 novembre 2007

Keny Arkana : Môme pas peur


Elle est la sensation rap du moment, révélée par un titre emblématique,«la Rage».Une petite pasionaria venue de Marseille, vagabonde et alter- mondialiste.

La scène est surréaliste. Genève, ville des banquiers. Le public qui vient au concert Manu Chao, l’icône rock de l’altermondialisme, est plutôt familial. Sur la scène, en première partie, un petit bout de femme, pantacourt, sweat à l’effigie du sous-commandant Marcos, un slogan sur le foulard qui orne son front «La rabia del pueblo» («la rage du peuple», en espagnol), lance à la foule : «Ça va la famille ? Je veux voir les poings en l’air si vous le voulez bien.» Au départ, ils ne veulent pas trop, les Suisses, et puis finalement, ils l’attrapent, la Rage que leur chante Keny Arkana, 24 ans. En France, beaucoup ont été contaminés comme ça, sans que la télé ou la radio ne matraquent le refrain «La Rage, on restera debout quoiqu’il arrive/La Rage, on ira jusqu’au bout, là où veut bien nous mener la vie». Un peu neuneu sur le papier, la rengaine a convaincu à force de concerts, de forums. Au point que Keny joue à guichets fermés à l’Olympia avec juste un album au répertoire.

De l’aveu même de Manu Chao, difficile de résister à la petite pasionaria : «Elle a le feu qui sort de partout.» Le directeur de sa maison de disques, ex-grand patron de la major EMI, est aux petits soins, apporte une tisane au romarin. Pour Emmanuel de Buretel, qui a lancé les carrières de Daft Punk, IAM, Doc Gynéco, etc., sa Keny, c’est sa petite Edith Piaf : «Bon d’accord, elle n’a pas la même voix. Mais elle a la même gouaille. Et elle choisit ses compositeurs avec le même soin.» Comme la Môme, c’est aussi une enfant des rues, qui ne quitte pas sa copine de galère, «Clem», encore plus sauvage. On la dit instable, difficile, et au premier contact, elle donne effectivement l’impression d’un petit animal farouche, qui se cache derrière son attachée de presse pour mieux vous observer. Puis elle tend la main, l’œil coquin. Et elle se livre facilement, ponctue ses phrases de «rien à carrer».

Sur la scène rap, elle occupe une place un peu à part. C’est la petite Marseillaise qui ne revendique pas la filiation d’IAM mais celle des Parisiens, les politiques Assassin ou les hargneux NTM. Elle fait des trucs pas très hip-hop. Elle a refusé de participer à l’émission incontournable Planète Rap sur Skyrock, ne boit pas de Coca-Cola, ne va pas au McDo, préfère faire du stop en Amérique du Sud plutôt que du shopping à New York. Elle dit des trucs bizarres pour la génération bling bling : «Le bonheur, il n’est pas dans l’avoir, il est dans l’être.» Et quand elle est en tournée, elle dort dans des squats. Explication : «Dans une chambre d’hôtel, j’ai l’impression d’être en cellule. Les squats, c’est la famille, ça me rappelle les copains des foyers.»

Le vagabondage, Keny Arkana assure en avoir fait un mode de vie, elle en vante d’ailleurs les mérites sur un beau reggae acoustique de l’album, J’me barre, siffloté à la mode d’un gavroche en goguette. C’est aussi un héritage familial. Sa mère, née à Marseille de parents méditerranéens (espagnol, italien, grec), a aussi taillé la route à sa majorité pour l’Argentine. Elle s’y marie une première fois, puis rencontre le père de ses deux enfants, dont Keny est l’aînée. Cette dernière manque de naître au Brésil, où sa mère travaille pour une compagnie aérienne. Elle rentre en France, accouche par accident à Boulogne-Billancourt, puis retour au bercail, à Marseille. La petite ne connaît pas son père, ni sa famille argentine.

Après le décès de son beau-père, sa mère déménage régulièrement, et Keny fait ses premières fugues à 9 ans. Au début, un après-midi, puis deux, trois jours : «Je me revois dans des cages d’escalier en train de me faire mon petit nid douillet, à trouver des trucs dehors pour faire ma chambre. Et puis finalement, une fois que la colère s’était estompée, je rentrais chez moi, vers ma mère. Ce n’était pas à cause d’elle que je partais.» A cause de quoi, alors ? Elle refuse de le dire.A 11 ans, un juge pour enfants décide de la placer en foyer.«C’est là que j’ai compris l’hypocrisie du système. On te parle de droits de l’homme alors qu’on ne respecte pas les droits de l’enfance. Ils nous disaient : “Tu ne prends pas tes gouttes, tu as une piqûre dans le cul.” Forcément, c’est plus facile de surveiller trente légumes que trente agités.» A l’école, elle n’aime que les maths, «bien carrées», mais se fait virer régulièrement à force de sortir des cours intempestivement. A 12 ans, elle est déscolarisée. A 15, les foyers, là où elle a commencé à rapper pour «les copains», ne déclarent plus ses fugues. Elle vit dans la rue, fait des «restos baskets» [part sans payer, ndlr], se sert dans les invendus au marché,vole ses vêtements : «Au bout de deux jours, je les donnais. Il manquerait plus que j’ai à me trimballer une valise.» Elle se souvient aussi des nuits glaciales, des envies «de se mettre une balle».

Elle voyage, fait le tour de l’Espagne, de l’Italie, passe un accord tacite avec sa mère : la liberté contre des nouvelles régulières. Elle s’intéresse à l’Argentine : «Souvent chez les métis, on a tendance à se retourner vers la racine qu’on connaît le moins. En plus, avec ma tête de rebeu, je me mangeais toutes les insultes racistes.Il y a ceux qui ne comprenaient pas pourquoi je ne parlais pas arabe, et à qui il fallait que je justifie que j’étais argentine.»

Keny assiste à une conférence d’exilés argentins qui racontent la faillite du pays. Elle y entend pour la première fois les mots OMC, FMI : «Quand tu comprends ce qui s’est passé là-bas, tu réalises ce qui va se passer partout.» En Italie, elle squatte un centre social tenu par des Kurdes, qui paie les billets de train pour le contre-sommet du G8 à Gênes. Elle n’y va pas mais participe à l’effort de guerre pour acheter les tickets «en détroussant les touristes». «Je ne leur ai pas dit [aux responsables du centre social], je ne voulais pas qu’ils aient des ennuis. De toute façon, à chaque fois que j’arrivais dans un pays, je faisais de fausses déclarations de perte de papiers, et je me donnais plus que mon âge.»

Elle se prétend anarchiste mais croyante, sans obédience précise. Elle vote depuis sa majorité «même aux cantonales, alors que je ne sais pas à quoi ça sert», «parce que des gens sont morts pour ça». Elle s’est abstenue à la dernière présidentielle pour la même raison : «Ils ne sont pas morts pour qu’on choisisse entre le pire et le moins pire.» Dans les squats, elle s’est imprégnée du discours altermondialiste, l’a ensuite affiné en allant en Amérique du Sud, en Argentine, au Brésil et puis au Chiapas : «Mexico-Chiapas, en stop, plus jamais ça. J’ai dormi dans des bidonvilles, mais c’est moins dangereux là-bas que dans une cité en France. Ils n’ont pas la “malatripa”, la haine.» Elle en est revenue avec la conviction que la révolution ne peut pas être que politique mais humaine : «Je me suis dit : “Tu veux renverser le pouvoir pour quoi faire, tu veux mettre quoi à la place ?” Tant que nous-mêmes, on n’est pas redevenus humains, tant que le bonheur des autres n’est pas aussi important que le nôtre, on ne construira rien de différent.» Elle a annulé sa première tournée à la dernière minute pour se consacrer à l’organisation de forums citoyens, «L’appel des sans voix» : «Des assemblées populaires où on libère la parole, met les gens en connexion. On y parle autogestion.» C’est en ça qu’elle est hip-hop, Keny Arkana : elle prône la prise en main, ne remet pas en cause le système. En revanche, c’est inédit, presque punk, elle ne réclame pas sa part du gâteau.
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Messagepar Dan » Jeudi 13 Déc 2007 12:20

ouais super les assemblées populaires à 30€ l'entrée à l'olympia!


bon, puisque vous continuez à vous illuminer devant la nouvelle star du milieu militant, quelques morceaux choisis


Le Hezbollah n’est pas du tout une organisation terroriste. C’est une organisation qui défend et protège le peuple libanais contre l’agresseur israélien

cette phrase vous pouvez la trouver dans une interview donnée à ses copains des JCR que vous pouvez consulter ici: http://www.jcr-red.1901.org/spip.php?article225


autre chose,
Monsieur R célèbre Che Guevara avec Olivier Besancenot & Keny Arkana

elle collabore au disque LCR de monsieur R
Pour accompagner la sortie du livre Le Che, une braise qui brûle encore d'Olivier Besancenot sur Che Guevara, Monsieur R sortira un album de 12 titres composés spécialement pour cette occasion

Besancenot y fait un slam (ouais ouais) et keny arkana un morceau.
mais ca c'est rien du tout comparé au premier element posté sur le Hezbollah et je pense pas avoir besoin de faire une presentation du Hezbollah ici?

Bon Appetit
:roll:
Dan
 

Messagepar tomatok » Jeudi 13 Déc 2007 13:38

Elle vote depuis sa majorité «même aux cantonales, alors que je ne sais pas à quoi ça sert», «parce que des gens sont morts pour ça». Elle s’est abstenue à la dernière présidentielle pour la même raison : «Ils ne sont pas morts pour qu’on choisisse entre le pire et le moins pire.»

Sa dernière phrase est très juste mais ça colle pas du tout avec celle d'avant, soit elle raconte un peu n'importe quoi soit le journaliste à compiler n'importe quoi.

Dan a écrit:bon, puisque vous continuez à vous illuminer

encore et toujours, tout dans la nuance ! :lol:
tomatok
 
Messages: 1851
Inscription: Vendredi 20 Jan 2006 1:48

Messagepar NOSOTROS » Jeudi 13 Déc 2007 14:04

en fait j'ai juste mis ce texte en copié collé pour archive, de façon à pouvoir le retrouver si un jour on en a besoin (c'est pour ça que j'ai mis en en tete "pour mémoire") .

Je ne savais pas ce truc sur le Hezbollah mais ça ne m'étonnes qu'à moitié. Elle est à l'image totalement confuse du mouvement. De plus, on peut penser qu'il s'agisse d'un argument soufflé par son directeur marketing pour plaire à une certaine partie de ses parts de marché potentiel ...

Elle est peut être humainement sympathique cette chanteuse qui va de squat en squat. Mais je me dis qu'avec derrière un manager qui a lancé IAM, Daft Punk et cie, ca sent un peu l'innocence frelatée et la candeur rance ...

En plus le fait d'être associée à Manu CHAO, c'est déjà se condamner soit même à l'ooprobe générale ...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Messagepar p'tit écolier » Vendredi 14 Déc 2007 10:18

j'aime bien daft punk et IAM. (pas les peronnes, mais ce qu'elles font sur le plan musical) :oops:
p'tit écolier
 
Messages: 112
Inscription: Vendredi 19 Oct 2007 17:37

Messagepar NOSOTROS » Vendredi 14 Déc 2007 10:26

Moi aussi je te rassure.

Je pense que tu es d'accord que ce n'est pas parce que Daft Punk a fait un titre intitulé "Révolution" dans leur premier album que ça en fait un brulot politique pour autant.

La politique c'est une chose, le show bizness une autre.

Ce qui me gene c'est ceux qui se servent d'arguments politiques comme en fait des éléments de promotions pour leur marketing ... Et pas besoin d'être un groupe de stature internationale pour cela...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Messagepar p'tit écolier » Vendredi 14 Déc 2007 10:33

tout comme le "revolution" des beatles, groupe super marketing mais qui a tout de même révolutionner la musique.
D'ailleurs j'en profite pour m'écarter du sujet, mais pourquoi la musique "subversive" (pour reprendre le qualificatif de la rubrique) est-elle rarement de bonne qualité ?
p'tit écolier
 
Messages: 112
Inscription: Vendredi 19 Oct 2007 17:37

Messagepar NOSOTROS » Vendredi 14 Déc 2007 10:36

Moi je suis plutot Rolling stones alors ...

Ceci dit, Mozart c'était un punk à son époque ... Sa musique était subversive ! les temps changent ...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Messagepar p'tit écolier » Vendredi 14 Déc 2007 10:42

oui, mais autant on pouvait déjà à son époque qualifier Mozard de Géni, autant qualifié Loran guitariste des bérus de géni me semble difficile (même dans 2 siècles)
p'tit écolier
 
Messages: 112
Inscription: Vendredi 19 Oct 2007 17:37

Messagepar NOSOTROS » Vendredi 14 Déc 2007 12:00

euh si : génie sans bouillir, la lessive qui détache à froid ! :lol: je sors ...
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Messagepar Dan » Samedi 15 Déc 2007 21:23

p'tit écolier a écrit:D'ailleurs j'en profite pour m'écarter du sujet, mais pourquoi la musique "subversive" (pour reprendre le qualificatif de la rubrique) est-elle rarement de bonne qualité ?


peut etre parce que ta definition de la "bonne qualité" est (trés) subjective...

par ailleur, on te parle de "musique subversive" et la premierre chose qui te viens à l'esprit c'est les.... Bérus?!

(y'a du boulot!)


sinon rien à voir mais personellement je trouve ca con de parler de "génie".
Dan
 

Messagepar NOSOTROS » Dimanche 16 Déc 2007 10:27

Les béruriers noirs (avant qu'ils ne deviennent "les bérus" ...) ont certainement eu une dimension subversive. Mais je te parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre ... (ça nous rajeunit pas ...)

Après en ce qui concerne le génie de Mozart : bien sur que Mozart était un génie pour la musique ! Par contre pour le tricotage, c'était pas top (contrairement à ma grand mère). Mais en quoi est ce que ça pose un problème : de chacun selon ses capacités, donc pour un génie beaucoup dans son domaine de prédilection, mais à chacun ses besoins, et là il ya égalité avec ma grand mère (même si les besoins de l'un et l'autre ne sont pas les mêmes, ils sont équivalents et doivent être considérés de la même façon. Pas de priorité du génie sur ma grand mère dans l'allocation des ressources)
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Messagepar p'tit écolier » Dimanche 16 Déc 2007 14:19

peut etre parce que ta definition de la "bonne qualité" est (trés) subjective...


certes. Ce que j'entends par "bonne qualité", c'est une recherche sur le plan musical : autre chose que des rythmes binaires, nuance de ton dans les accords, des musiciens qui sont bien calés entre eux quand ils jouent sur scène.

Pour les bérus, oui, au début des années 80, c'était subversif.

sinon rien à voir mais personellement je trouve ca con de parler de "génie".


Par génie je veux parler de compositeurs qui ont révolutionner la musique (Mozart, Beethoven, Pink floyd, Magma, Franck Mickaël, Zappa). Après on peut ne pas les aimer (ce qui est mon cas pour Magma) mais au moins leur reconnaître ce talent.
p'tit écolier
 
Messages: 112
Inscription: Vendredi 19 Oct 2007 17:37

Re: La Rage du Peuple, Keny Arkana

Messagepar Léa » Mercredi 18 Mar 2009 15:13

Salut à vous tous,
Non je suis pas mort, pas encore... Y aurait tant à dire que ce serait trop long.
Ceci dit, je passais de temps à autres sur le forum, pour vous lire, sans pouvoir m'investir plus dans les débats.

Quoiqu'il en soit, et bien que cela fasse message publicitaire, le prochaine album hip-hop risquant de marquer 2009 est celui de Kerry James. La suite de son opus... La suite de son évolution personnel (et artistique), la suite logique de son combat...

Je vous laisse découvrir quelques clips en ligne déjà sur Dailymotion :
1 - Le retour du rap français (clip officiel)
2 - Banlieusards
3 - L'IMPASSE

Voilà, certes je garde ma critique quant à la religion sous entendu dans l'album à venir, je garde aussi ma critique de la lutte anti-colonialisme (du moins dans la manière de faire croire que tous les blanc ont profité de la colonisation).

Mais voilà peut être l'album de l'année qui va relevé le niveau du rap français dans la merde où il s'est vautrer depuis quelques années. Reste évidement l'étude des textes, et la profondeur du message ainsi lancé sur l'album.

NB 1 - Déjà disponible en DL :wink: Ne courrez donc pas à la Fnec.
NB 2 - Je ne suis pas encore habitué à la nouvelle version du forum.
NB 3 - Salut à Weicha
NB 4 - à Nosotros : Je suis arrivé trop tard à la réunion "secrète" des FM, mais j'ai pu en interpeler quelques uns : "Ni Dieu, Ni maitre, Ni être suprême."
Elu par cette crapule
Avatar de l’utilisateur
Léa
 
Messages: 2363
Inscription: Samedi 19 Fév 2005 21:16
Localisation: Pas très Loin. Derrière toi !

Re: La Rage du Peuple, Keny Arkana

Messagepar goldfax » Mercredi 18 Mar 2009 17:21

Ça fait plaisir d'avoir de tes nouvelles ! :wink:
goldfax
 

PrécédenteSuivante

Retourner vers Culture

cron