[Erich Mühsam] Fédéralisme contre centralisme

Les courants, les théoriciens, les actes...

Re: [Erich Mühsam] Fédéralisme contre centralisme

Messagepar l autre » Vendredi 31 Jan 2014 16:18

je ne visais personne c'est une impression générale. je crois comprendre ce que pense frigouret mais je ne craint pas débat . C est un des problème l interprétation Proudhon moi je me situe sur le communisme anarchiste ; je ne dit pas anarchiste c est trop vague mais après tout il y a des pour Proudhon dans les orgas spécifique . nous devons éclairé chacun pour qu il se fasse une idée. Je sais lambros que nous sommes plus proches idéologiquement mais convaincre encore et encore une des taches de la période. Puis le débat et sérieux qu avons nous a perdre d exposer une autre vision des choses, conclue pas trop vite on verra.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: [Erich Mühsam] Fédéralisme contre centralisme

Messagepar frigouret » Vendredi 31 Jan 2014 16:21

l autre a écrit:
frigouret a écrit:Le capitalisme c'est la situation où les capitalistes contrôlent l'État, et où l'État intervient sur le marché en leurs noms.

dans le cas contraire quant l Etat est l instrument des marches comme dans le libéralisme économique comment appels tu cela?


C'est pas le cas contraire , l'État est l'instrument de certains acteurs du marché, les capitalistes, qui se servent de lui pour intervenir sur le marché.
La situation actuelle est exemplaire , les capitalistes se servent des États pour contraindre les population à payer l'usure qu'ils pratiquent sur la monnaie.
frigouret
 
Messages: 399
Inscription: Vendredi 10 Jan 2014 23:40

Re: [Erich Mühsam] Fédéralisme contre centralisme

Messagepar frigouret » Dimanche 02 Fév 2014 21:31

J'ai une idée marante sur le thème fédéralisme et territoire.
Le principe c'est que le territoire existe indépendamment de l'administration du territoire. Je me base sur une constante universelle la gravitation.
La gravitation appliquée à la surface terrestre se matérialise par les bassins versants, qui forme une architecture fractale englobant chaques points de la surface terrestre dans un réseau de bassins jusqu'à l'universel.
En tant qu'habitant de la planète je suis le.centre d'une série de territoires s'englobant et dont chacun peut prétendre à l'auto administration dans l'égalité politique.
frigouret
 
Messages: 399
Inscription: Vendredi 10 Jan 2014 23:40

Re: [Erich Mühsam] Fédéralisme contre centralisme

Messagepar Lambros » Lundi 03 Fév 2014 8:28

Te casses pas la gueule sur une frontière quand même. Remarque si elle est libérale ça devrait le faire.
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: [Erich Mühsam] Fédéralisme contre centralisme

Messagepar l autre » Lundi 03 Fév 2014 13:09

l autre a écrit:certains pensent que l Etat a crée le marché d autre que cela est l inverse je ne sais pas mais de nos jours Etat et marché sont liés. Mais ce que nous savons c'est que l Etat peut exister dans une économie planifier et centralisée comme dans les systèmes capitalisme d'Etat.


il importe peu de savoirs qui de la poule ou l oeuf est premiers . Ont peu poster des milliers d articles, de thèses, de travaux contradictoires sur l origine du capitalisme . certaines penchent sur son origine étatique d autres pour l inverse, il y a mêmes des thèses sur une existence séparée des deux qui se seraient unifier, englober, fusionner vu que l un et l autre se nourrice de l existence de l autre. Ce que nous pouvons dire c est que de nos jours les deux sont lier. je suis convaincu qu un système économique ne peut exister sans le cadre idéologique et juridique qui le justifie. Ce qui fait que la propriété fussent elle individuelle de moyens économiques ne peut exister sans le cadre étatique qui la légitime. Si le capitalisme c'est l étatisme , est que la propriété privée de moyens économiques c est le socialisme. Je repose la question la propriété privés de moyens économiques est elle une le définition du capitalisme type libéral ? merci de répondre frigouret .
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: [Erich Mühsam] Fédéralisme contre centralisme

Messagepar Denge » Mardi 04 Fév 2014 22:19

pour répondre à cette question du role de l'Etat dans la création et la perpetuation du capitalisme, voici un lien avec des extraits, c'est un peu long, ça vient de la faq anarchiste :

http://faqanarchiste.free.fr/secF8.php3
F 8 Quel rôle l'État a-t-il pris dans la création du capitalisme ?

... Le capitalisme est né de l'intervention de l'Etat. Selon les termes de Kropotkine, "l'État... Et le capitalisme... se sont développés côte à côte, se soutenant mutuellement et se renforcant les uns les autres"[1].

De nombreux auteurs ont fait cas de ce point. Par exemple, dans le chef-d'œuvre "La Grande Transformation" de Karl Polanyi, nous lisons que "la route vers le marché libre a été ouverte et reste ouverte par une énorme augmentation continue, organisé sur un mode centralisé et contrôlé par l'interventionnisme" de l'État[2]. Cette intervention a pris de nombreuses formes - par exemple, les aides de l'État au cours du "mercantilisme", qui a permis à la "fabrique" (c'est-à-dire l'industrie) de survivre et de se développer, aux enclosures des terres communes, et ainsi de suite. En outre, la traite négrière, l'invasion brutale et la conquête des Amériques et d'autres nations "primitives", et le pillage de l'or, des esclaves, et des matières premières en provenance de l'étranger a aussi enrichi l'économie européenne, en donnant au développement du capitalisme un coup d'accélérateur. Ainsi Kropotkine:

"L'histoire de la genèse du capital a déjà été dit de nombreuses fois par les socialistes. Ils ont décrit comment il est né de la guerre et du pillage, de l'esclavage et du servage, de la fraude et de l'exploitation moderne. Ils ont montré à quel point il s'est nourri par le sang du travailleur, et comment peu à peu il a conquis le monde entier... la loi... a suivi les mêmes étapes que le capital... ils ont progressé de pair, se soutenant les uns les autres avec les souffrances de l'humanité"[3].

Ce processus est ce que Karl Marx appelle "l'accumulation primitive" et qui était marquée par une violence de l'Etat. Le capitalisme, comme il l'a dit mémorablement, "vient des gouttes de la tête aux pieds, de tous les pores, avec le sang et la saleté" et le "point de départ du développement qui a donné lieu à la fois à l'ouvrier salarié et au capitaliste a été la mise en esclavage du travailleur"[4] Or, si Marx et Kropotkine semblent trop engagés pour être honnête, nous avons le résumé de John Stuart Mill que les "arrangements sociaux de l'Europe moderne a commencé de par la distribution de propriété qui sont le résultat, pas d'un juste partage, ou d'acquisition par l'industrie, mais de conquête et de violence"[5].

On peut en dire autant de tous les pays. Ainsi, lorsque les partisans du capitalisme "libertarien" disent qu'ils sont contre l'"initiation de la force," il s'agit seulement de nouvelles initiations de la force: pour le système qu'ils soutiennent est né de nombreuses initiations de la force dans le passé (d'ailleurs, il faut aussi l'intervention de l'État pour la tenir en exercice - la section D.1 aborde ce point de détail). En effet, de nombreux penseurs ont fait valoir que c'est précisément ce soutien et cette coercition de l'Etat (en particulier la séparation des gens de la terre) qui a joué le rôle clé permettant de développer le capitalisme plutôt que la théorie selon laquelle les "économies précédentes" l'auraient fait. Comme le penseur de gauche allemand Franz Oppenheimer (que Murray Rothbard a cité sélectivement) l'a fait valoir, "le concept de «l'accumulation primitive», ou d'un magasin d'origine de la richesse, des terres et des propriétés meubles, ont étés apportés par des moyens de pures forces économiques" tandis que "tout en semblant plausible" c'est en fait "tout faux, c'est une 'histoire étalonné' ou c'est une théorie de classe utilisé pour justifier les privilèges des classes supérieures"[6]. En tant qu'individualiste anarchiste, Kevin Carson a résumé dans le cadre de son excellent aperçu, ce processus historique :

"Le capitalisme n'a jamais été mis en place par le biais du libre marché. Il a toujours été établi par une révolution d'en haut, imposée par une classe dirigeante avec ses origines dans l'Ancien Régime... Par une classe dirigeante pré-capitaliste qui a été transformé d'une manière capitaliste. En Angleterre, c'était l'aristocratie fonciére, en France, la bureaucratie de Napoleon III, en Allemagne, les Junkers, au Japon, l'ère Meiji. En Amérique, la plus proche pour une approche bourgeoise de l'évolution «naturelle», l'industrialisation a été faite par une aristocratie de mercantiliste fédéraliste magnats de transport et des propriétaires"[7].

Cela, l'histoire réelle du capitalisme, sera discuté dans les sections suivantes. Il est donc paradoxal d'entendre des "libertariens" chanter les louanges d'un capitalisme qui n'a jamais existé et demande instamment son adoption par toutes les nations, en dépit de la preuve historique qui suggère que seule l'intervention de l'État capitaliste a fait des économies viables - même dans ce haut lieu de la «libre entreprise», les États-Unis.... Cette ingérence de l'Etat dans l'économie est souvent dénoncé et rejeté par les "libertariens" comme du mercantilisme. Toutefois, affirmer que le "mercantilisme" n'est pas le capitalisme n'a pas beaucoup de sens. Sans mercantilisme, le "bon" capitalisme ne se serait jamais développé, et toute tentative de divorce d'un système social d'avec ses racines est ahistorique et est une blague pour la pensée critique (notamment le fait que le "bon" capitalisme se transforme régulièrement en mercantilisme).

De même, c'est un peu ironique quand les "anarcho"-capitalistes et autres "libertariens" font des allégations selon laquelle ils soutiennent la liberté des individus de choisir leur manière de vivre. Après tout, la classe ouvrière n'a pas eu ce choix lorsque le capitalisme s'est développé. Au lieu de cela, leur droit de choisir leur propre mode de vie a été constamment violé et privé - et justifiée par les principaux économistes capitalistes de leur temps. Pour atteindre cet objectif, la violence de l'Etat a un objectif général, à déposséder les gens qui travaillent de l'accès aux moyens d'existence (en particulier la terre) et de les rendre dépendants des propriétaires et des capitalistes pour gagner une vie. La coercition d'état, "qui crée la relation-capital peut être rien d'autre que le processus de divorce entre le travailleur et le possesseur des conditions de son propre travail, c'est un processus qui exploite deux transformations, par laquelle les moyens sociaux de subsistance et de production sont transformé en capital, et les producteurs sont immédiatement transformés en ouvriers salariés. La dite 'accumulation primitive', donc, n'est rien d'autre que le processus historique de divorce entre le producteur et les moyens de production"[9]. Donc, pour prétendre que maintenant (après que le capitalisme ait été créé), nous avons la chance d'essayer et de vivre comme nous aimons est insultant à l'extrême. Les options disponibles dont nous disposons ne sont pas indépendantes de la société dans laquelle nous vivons et sont mis en forme de manière décisive par le passé. énoncer que nous sommes "libres" de vivre comme nous aimons (dans le cadre des lois du capitalisme, bien sûr) fait valoir essentiellement que nous sommes en mesure (en théorie) d'"acheter" la liberté de chaque individu en raison de celles qui nous ont étés volées en premier lieu. ça ne tient pas compte des siècles de violence de l'Etat requis pour produire le travailleur «libre» qui fait un accord "volontaire" contraint par les conditions sociales que cela a créé.

L'histoire de la coercition et de l'intervention de l'Etat est indissociable de l'histoire du capitalisme : il est contradictoire de célébrer ce dernier tout en prétendant condamner le premier. Dans la pratique, le capitalisme a toujours signifié l'intervention sur les marchés pour aider les entreprises et les riches. C'est ce qui a été appelé par les partisans du capitalisme le "laissez-faire" qui n'était rien de tel et représentait le programme politico-économique d'une fraction de la classe capitaliste plutôt que d'un ensemble de principes de "mains invisible du marché". Comme l'individualiste anarchiste Kevin Carson a résumé, la "nostalgie de ce qui est appelé « laissez-faire » est en fait un système d'intervention continu de l'Etat, pour subventionner l'accumulation, garantir le privilège, et maintenir la discipline au travail"[10]. En outre, il y a d'apparentes réticences par ces défenseurs du "marché libre" (c'est-à-dire les partisans du capitalisme de "libre marché") de faire la distinction entre l'historique et l'actuel capitalisme non libre et l'autre économie de marché réellement libre qu'ils demandent de leurs voeux. Il est courant d'entendre les "anarcho"-capitalistes pointer à l'état fondé sur le système capitaliste comme la justification de leur point de vue (et même plus surréaliste de les voir pointer des systèmes pré-capitalistes comme des exemples de leur idéologie). Il devrait être évident qu'ils ne peuvent pas faire dans les deux sens.
... L'action de l'État soutenu par les secteurs de la classe capitaliste a, pour utiliser le jargon économique, des externalités positives pour le reste. Ils ont, en général, bénéficié en tant que classe, comme la souffrance collective des personnes de la classe ouvrière, car il limite leur choix disponible par ceux souhaités par la situation économique et politique des maîtres (généralement les mêmes personnes). ... Il va sans dire que certains gouvernements s'ingérent plus dans l'économie que d'autres. Les sociétés n'investissent pas ou n'achetent pas à des fournisseurs basés dans des régimes autoritaires par accident. Ce n'est pas le fruit du hasard si ils sont là, bénéficiant passivement de l'étatisme et de l'autoritarisme. Ils ont plutôt choisis entre des États pour y trouver, en fonction précisément du bon marché de l'offre de la main-d'œuvre. En d'autres mots, ils préfèrent trouver dans les dictatures et les régimes autoritaires en Amérique centrale et en Asie du Sud-Est parce que ces régimes s'ingérent le plus dans le marché du travail - alors que, bien sûr, parler du très "libre marché" et de "la liberté économique" à ces régimes qui le refuse à leurs sujets.

à la fois les anarchistes et les marxistes ont souligné, l'argent et les produits de base ne définissent pas le capitalisme, pas plus que la propriété privée des moyens de production. Il est donc important de se rappeler que, d'un point de vue socialiste le capitalisme n'est pas identique au marché. Comme nous l'avons souligné dans la section C.2, à la fois les anarchistes et les marxistes font valoir que, lorsque les gens produisent pour eux-mêmes, ce n'est pas la production capitaliste, c'est-à-dire quand un travailleur vend les produits de base ce n'est pas la production capitaliste. Ainsi, les partisans du capitalisme ne parviennent pas à comprendre qu'une grande partie de la contrainte d'état est nécessaire pour transformer des sociétés pré-capitaliste d'artisans et de paysans vendant le produit de leur travail dans une société capitaliste de travailleurs salarié se vendant eux-mêmes aux patrons, aux banquiers et aux propriétaires.

Enfin, il convient de souligner que ce processus d'accumulation primitive ne se limite pas au capitalisme privé. Le Capitalisme d'État a également eu recours à ces techniques. La collectivisation forcée des paysans et l'industrialisation brutale impliqués dans les plans quinquennaux de Staline dans les années 1930 sont l'exemple le plus évident. Ce qui a fallu des siècles en Grande-Bretagne a été condensée en des décennies dans l'Union soviétique et d'autres régimes capitaliste d'état, avec un impact correspondant sur le labeur de l'homme. Toutefois, nous n'allons pas discuter de ces actes de coercition d'état ici, comme nous sommes concerné principalement par les actions nécessaires pour créer les conditions requises pour le capitalisme privé.

Il va sans dire que cette section ne peut espérer aller dans toutes les formes d'intervention de l'Etat dans le monde entier qui ont servi à créer ou à imposer le capitalisme sur une population non consentante. Tout ce que nous pouvons faire est de fournir un aperçu de l'histoire brutale du capitalisme et fournir suffisamment de références pour ceux qui sont intéressés à poursuivre la question plus en avant. Le premier point de départ devrait être la partie VIII (de la "soi-disante accumulation primitive") du volume 1 du Capital de Marx. Ce classique analyse les origines du capitalisme et doit être complétée par de plus récentes analyses, mais son analyse de base est correcte. Des auteurs Marxistes ont développés l'analyse de Marx, avec les études de Maurice Dobb sur le développement du capitalisme et David McNally contre la valeur de marché sont de faux conseils, de même que Michael Perelman sur l'invention du capitalisme. l'"entr'aide" de Kropotkine est un bref résumé de l'action étatique dans la destruction des institutions communales et la propriété commune des terres, de même que "l'Etat: Son rôle historique". "nationalisme et culture" de Rudolf Rocker est aussi une lecture essentielle. Les études de l'Individualiste anarchiste Kevin Carson dans "économie politique mutualiste" offre un excellent résumé (voir partie 2, "Le capitalisme et l'Etat: Passé, Présent et Futur") de même que son essai "The Iron Fist derrière la main invisible".

F.8.1 Quelles sont les forces sociales derrière la montée du capitalisme ?

La société capitaliste est d'un développement relativement récent. Pour Marx, tandis que les marchés existent depuis des millénaires, "l'ère capitaliste date du XVIe siècle"[23]. Comme Murray Bookchin a pu le relever, pour une "longue période, peut-être de plus de cinq siècles", le capitalisme "coexiste avec des relations à base simple et féodales" en Europe. Il a fait valoir que ce délai "ne peut tout simplement pas être traité comme 'transitionnel' sans relire le présent dans le passé" [24]. En d'autres termes, le capitalisme n'était pas une conséquence inévitable de "l'histoire" ou de l'évolution sociale.

Bookchin est allé à noter que le capitalisme a existé "de plus en plus en importance dans l'économie mixte de l'Occident du XIVe siècle jusqu'au XVIIe", mais qu'il a "littéralement explosé en existant en Europe, particulierement en Angleterre, au cours du dix-huitième et spécialement au dix-neuvième siècle"[25]. La question se pose, qu'est ce qui se trouvait derrière cette "importance croissante" ? Le capitalisme a-t-il "explosé" en raison de sa nature plus efficace ou existe-t-il d'autres, non économiques, forces en travail ? Comme nous allons le montrer, c'est très certainement la deuxième - le capitalisme est né non pas de forces économiques, mais de l'action politique de l'élite sociale que son usure a enrichi. Contrairement à la production de l'artisan (simple marchandise), le travail salarié génère des inégalités et de la richesse pour quelques-uns et qui seront sélectionnés, protégés et encouragés par ceux qui contrôlent l'État dans leurs propres intérêts économiques et sociaux.

Le développement du capitalisme en Europe a été favorisée par deux élites sociales, l'augmentation de la classe capitaliste au sein de la dégénérescence des villes médiévales et les État absolutiste. La ville médiévale a été "complètement changé par l'augmentation progressive de la puissance du capital commercial, principalement en raison du commerce extérieur... En cela, l'unité intérieure de la commune a été assouplie, ce qui donne lieu à de plus en plus un système de castes et conduit nécessairement à une progressive inégalité des intérêts sociaux. Les minorités privilégiés pressent de plus en plus nettement vers une centralisation des forces politiques de la communauté... Le Mercantilisme dans les républiques de ville périssantes conduit logiquement à une demande pour de plus grande unités économiques [c'est-à-dire à nationaliser le marché], et par cela, le désir de renforcer les formes politiques a été sensiblement étoffé... Ainsi, la ville est devenu progressivement un petit État, ouvrant la voie à l'État national à venir"[26]. Kropotkine a souligné que, dans cette destruction de l'auto-organisation des communes, l'état non seulement a servi les intérêts de la haute classe capitaliste, mais aussi des siens propres. Tout comme le propriétaire et le capitaliste cherche une main-d'œuvre et un marché du travail composé d'atomisés et d'isolés, il en va de même de l'État cherchant à éliminer tous les concurrents potentiels à son pouvoir et s'opposant à "toutes les coalitions et de toutes les sociétés privées, quelle que soit leur objectif"[27].

L'augmentation du pouvoir économique des proto-capitalistes les mettra en conflit avec celui des seigneurs féodaux, ce qui signifie que le premier a besoin d'aide pour consolider sa position. Cette aide est venue sous la forme monarchique de l'Etat qui, à son tour, a besoin de soutien contre les seigneurs féodaux. Avec la force de l'absolutisme derrière elle, le capital pouvait entamer le processus d'augmentation de son pouvoir et son influence en élargissant le "marché" à travers l'action de l'Etat. Cette utilisation de la contrainte d'état est nécessaire parce que, comme Bookchin le notait "dans toutes les sociétés pré-capitalistes, les forces du Conseil... existaient pour restreindre l'économie de marché. Non moins significative, de nombreuses sociétés pré-capitalistes ont soulevé ce qu'ils croyaient être d'insurmontables obstacles à la pénétration de l'État dans la vie sociale". Il a noté que le "pouvoir des communautés villageoises pour résister à l'invasion du commerce et des formes politiques despotique dans le respect de la société communales substrat". La violence de l'État était nécessaire pour briser cette résistance et, sans surprise "une classe qui bénéficiera le plus de lexpansion de l'Etat-nation était la bourgeoisie européenne... Cette structure... a conditionné la base pour le prochain grand système de mobilisation du travail : l'usine"[28]. L'État absolutiste, a noté Rocker, dépendait de l'aide de ces nouvelles forces économiques, et vice versa, et il a "tout d'abord favorisé les plans de capital commercial" puisque ses coffres sont remplis par l'expansion du commerce. Ses armées et ses flottes ont "contribués à l'expansion de la production industrielle, car ils ont demandé un certain nombre de choses dont la production à grande échelle, que les boutiques des petits commerçants ne sont plus adaptés. Ainsi, peu à peu se pose la soi-disant fabrique, les précurseurs de la dernière grande industrie"[29]. En tant que tel, il est impossible de sous-estimer le rôle de l'Etat à créer les conditions préalables pour à la fois le capitalisme agricole et industriel.

Certaines des plus importantes actions de l'État du point de vue de la petite industrie sont les soi-disant lois des enclosures, par laquelle la « mise en commun » - la libre partage en commun des terres agricoles par les paysans dans la plupart des villages ruraux - a été « fermé » ou intégré dans la succession des différents propriétaires en propriété privée (voir la section F.8.3). Cela a assuré un bassin de travailleurs sans terre qui n'a pas eu d'autre choix que de vendre leur force de travail pour les propriétaires et les capitalistes. En effet, la généralisation de l'indépendance causé par la possession de la majorité des tenants des terres a causé la hausse de la classe des capitalistes à se plaindre, comme un l'a dit, "que les hommes qui devraient travailler comme des travailleurs salariés s'accrochent au sol, et que dans leur cœur préfèrent l'indépendance tel des squatters à l'emploi par un maître"[30]. Une fois au service d'un maitre, l'État était toujours prêt à réprimer tout signe de "coeur[31]" et "d'indépendance" (telles que les grèves, émeutes, syndicats et autres). Par exemple, le dix-septième siècle en France a vu un "certain nombre de décrets... Qui interdit les travailleurs de changer d'emploi ou qui interdit les assemblées de travailleurs ou les grèves, sous peine de châtiments corporels ou même de mort. (Même la Faculté de Théologie de l'Université de Paris s'est prononcé solennellement contre le péché de l'organisation des travailleurs)"[32].

En outre, d'autres formes d'aides d'État ont assurés que les entreprises capitalistes aient une longueur d'avance, afin d'assurer leur domination sur les autres formes de travail (comme les coopératives). Un moyen important de créer un pôle de ressources qui pourrait être utilisé pour l'investissement a été l'utilisation de politiques mercantilistes qui ont utilisés des mesures protectionnistes pour enrichir les capitalistes et les propriétaires au détriment des consommateurs et de leurs travailleurs. Par exemple, une des plaintes commune de la plupart des petits capitalistes, c'est que les travailleurs ne se présentent pas au travail régulièrement. Après avoir travaillé quelques jours, ils disparaissent puisqu'ils avaient gagné assez d'argent pour vivre. Avec des prix plus élevés pour l'alimentation, causé par des mesures protectionnistes, les travailleurs doivent alors travailler plus longtemps et plus durement et ils sont devenu tellement habitué au travail d'usine. En outre, le mercantilisme a permis le développement d'industries en limitant la concurrence étrangère, ce qui a permis aux industriels de tirer des bénéfices excédentaires dont ils pouvaient alors se servir pour accroître leurs investissements. Selon les paroles de l'historien marxiste de l'économie Maurice Dobb :

"En résumé, le système mercantile était un système d'exploitation régulé par l'État de par le commerce qui a joué un rôle très important dans l'adolescence de l'industrie capitaliste : c'était essentiellement la politique économique d'une ère d'accumulation primitive"[33].

Comme Rocker l'a résumé :

"lorsque l'absolutisme avait victorieusement surmonté toute opposition à l'unification nationale, par sa promotion du mercantilisme et du monopole économique et elle a donné à l'ensemble de l'évolution sociale une direction qui ne peut que conduire au capitalisme"[34].

Les politiques Mercantilistes ont pris de nombreuses formes, y compris l'Etat fournissant des capitaux à de nouvelles industries, les exemptant des règles (de guild) et de taxes, la mise en place de monopoles locaux, de marchés étranger et coloniaux, et de la délivrance de titres et de pensions pour la réussite des capitalistes. En termes de commerce extérieur, l'État a assisté à l'agrandissement des capitalistes par l'imposition de droits de douane, des quotas, et des interdictions sur les importations. Ils ont également interdit l'exportation d'outils et de technologie ainsi que l'émigration de travailleurs qualifiés pour mettre fin à la concurrence (cela s'appliquant à toute colonie qu'un État spécifique peut avoir eu). D'autres politiques ont été appliquées selon les besoins de certains États. Par exemple, les État Anglais ont imposés une série d'actes de navigation, qui a forcé les commerçants à utiliser des navires anglais pour visiter ses ports et ses colonies (ce qui détruira le commerce de la Hollande, son principal rival). On ne devrait pas non plus réduire l'impact de la guerre au minimum, avec la demande d'armes et de transport (y compris les navires) pour l'injection de dépenses publiques dans l'économie. Il n'est pas surprenant, compte tenu de la faveur de cette branche de production nationale au détriment de ses concurrents et la population de la classe ouvrière dans la période mercantiliste a été de façon générale, en croissance rapide, en particulier en Angleterre.

Comme nous l'avons mentionné dans la section C.10, une sorte de mercantilisme a toujours été nécessaire pour un pays à industrialiser. Dans l'ensemble, comme l'économiste Paul Ormerod le dit lui-même, les "conseils à suivre les politiques de pur libre-marché semble... être contraire aux enseignements de la quasi-totalité de l'histoire économique depuis la révolution industrielle... Tous les pays qui ont évolués dans ... une forte et soutenue Croissance... l'ont fait en violation pure et simple, du pur principe du libre-marché". Ces interventions incluent l'utilisation de "barrières tarifaires" pour protéger les industries naissantes, "des subventions gouvernementales" et une "intervention active de l'État dans l'économie". Il résume : "Le modèle de l'activité des entreprises dans le produit du marché, avec un soutien judicieux de l'Etat et la répression sur le marché du travail, semble être un bon modèle de développement économique"[35].

Ainsi, les forces sociales au travail créant le capitalisme a été une combinaison de l'activité capitaliste et d'action de l'Etat. Mais sans le soutien de l'État, il est douteux que l'activité capitaliste aurait été suffisant pour générer l'accumulation initiale nécessaire pour lancer le bal économique. D'où la nécessité du mercantilisme en Europe et de ses cousins modifiés des aides d'État, les droits de douane et des "actes de maison"[36] en Amérique.

Denge
 
Messages: 184
Inscription: Dimanche 17 Oct 2010 15:17

Re: [Erich Mühsam] Fédéralisme contre centralisme

Messagepar Lambros » Mercredi 05 Fév 2014 21:14

"La naissance de l'Etat marque l'apparition des classes" Pierre Clastres, qui renverse ainsi toute l'histoire vue sous le prisme de Marx ("L'histoire de l'humanité c'est l'histoire de la lutte des classes").
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Précédente

Retourner vers Sur la pensée révolutionnaire

cron