Feu à toutes les prisons.

Les courants, les théoriciens, les actes...

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar l autre » Vendredi 29 Mar 2013 17:43

bref Proudhon est pour la contrainte, mauvaise pioche de celui qui ne répond jamais car il concédera se qu"il réfute? Chacun choisie son contradicteur a sa taille. méfies toi Elqui du sophiste Aristote les détestés . demande a celui qui tient de beau propos qu'il nie en sous-jacent ;que fait il concrètement pour défendre la liberté de l'autre? . J ai connu qui était de Tarbe un qui avait affaire avec l asilaire. Je crois l'avoir considéré comme mon égal? quant le anar répondra au question on pourra discuter . A défaut pourquoi perdre son temps en soliloque . Si la raison pratique c'est a dire se saisir et répondre aux question sociales n'est pas le but? autant discuter si dieu existe et autres injustifiables. Candide j'aime ce passage :pourquoi il y a des marées ,pour que les bateaux rentrent au port. S'il suffit de poster un passage philo, la philo n'est plus qu'une illusion.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar JeanGuy » Vendredi 29 Mar 2013 18:09

Je ne te rejoins pas sur ton idée qu'enfermement signifie réapparition d'une caste dominante anarced. Comme je l'avais évoqué précédemment, on peut imaginer un règlement des questions de crimes et délits par la communauté dans laquelle ils surviennent, en faisant en sorte que ce ne soient pas les mêmes personnes qui s'en chargent à chaque fois ( on pourrait appeler ça des jurys populaires par exemple ). Si l'on parvient à appliquer un tel modèle il est difficile voire impossible que se reconstitue une telle caste, et d'autant plus que dans une société libertaire on peut imaginer les citoyens très attentifs aux moindre abus de pouvoirs de leurs représentants. Mais c'est clair que le risque existe et qu'il faudra développer des moyens pour éviter que cela n'arrive.

De plus, tu assimiles l'enfermement au droit que s'arroge une partie de la population sur une autre, en rappelant le fait que de telles décisions se font contre le volonté des individus ( et cela inclut aussi le post de elquico du coup ). Je pense que le vrai sujet est la question des droits et des devoirs en arrière plan. A partir du moment où une communauté se vit en tant que telle ( autrement dit chaque individu a conscience de faire partie du tout qu'est la communauté ) il existera forcément des règles pour administrer la vie en commun. Si ces règles, librement fixées en théorie par les individus, ne sont pas ou plus respectées par certains d'entre eux, alors il faut que l'individu frondeur s'y voit opposer un désavantage quelconque, sans quoi il persévère et peut nuire à l'équilibre communautaire. Il n'y a donc pas une partie de la communauté qui s'arroge le droit de dominer une autre : il y a un individu, faisant partie de la communauté, qui transgresse les règles de celles-ci et qui rend compte de ses actes devant elle. A ce moment là, soit il répare ses fautes, soit il quitte la communauté non ? Comme le rappelait l'autre, la question des droits et des devoirs est incontournable lorsque l'on parle du social. Et il arrive que liberté individuelle et liberté collective s'opposent parfois, il faut alors bien trancher.Je ne reviens pas sur les raisons qui m'amènent à penser que bien que l'enfermement soit à réduire à son maximum, il ne peut être totalement proscrit ( je pense l'avoir suffisamment détaillé ). Comme tu le rappelles, l'enjeu est de trouver d'autres moyens et d'autres voies : j'espère que ce fil de discussion y contribuera !

Merci pour les infos sur les CASP, excellentes initiatives !
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar lucien » Vendredi 29 Mar 2013 18:27

Et puis si on écoute Gaston Leval, on trouvera un Bakounine légitimant la défense et la réaction contre l'offensive de l'être antisocial.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar elquico » Samedi 30 Mar 2013 15:18

s'agissant du rapport de domination ,il est celui qui s'exerce sur les personnes par les uns ou par les autres et a pour conséquence l'oppression;c'est le caid dans la pégre et le maton qui refuse une visite,le patron qui exploite.C'est un grand classique de ressortir toujours les mêmes trucs concernant les prisons et 'ce n'est pas le vrai probléme ,comment faire pour se débarasser des gens dangereux;je préfère la solidarité sur un parking qui a largement prouvé une chose simple: la dignité de l'homme en ressort toujours grandie .
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar JeanGuy » Dimanche 31 Mar 2013 9:11

C'est un grand classique de ressortir toujours les mêmes trucs concernant les prisons et 'ce n'est pas le vrai probléme ,comment faire pour se débarasser des gens dangereux;je préfère la solidarité sur un parking qui a largement prouvé une chose simple: la dignité de l'homme en ressort toujours grandie .


On ne peut pas réduire le débat sur la prison à la simple question " comment se débarrasser des gens dangereux ". On dirait que le terme "dangereux" ou "dangerosité" en gêne certains depuis le début, comme si ce terme avait été inventé de toute pièce par les oppresseurs et exploiteurs actuels : c'est en partie vrai ( puisque les capitalistes et les étatistes de toutes sortes qualifient de dangereux toute personne nuisant à leurs intérêts ) mais ça ne l'est pas totalement ( dans toute communauté il y a des individus qui sont dangereux car menaçant son équilibre ). De plus, je ne vois comment tu peux dire que tu préfères " la solidarité sur un parking " à " comment se débarrasser des gens dangereux " : c'est mélanger le débat de fond sur le rôle social de la prison et les moyens pratiques pour y trouver des alternatives. A moins qu'il n'y est un raccourci qui m'échappe.
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar elquico » Dimanche 31 Mar 2013 23:40

Je vois tu oublies une partie importante de mon message,qui est un tout et qui m'appartient,je ne vois pas pourquoi sur ce forum des gens peuvent prenant des petites phrases se permettre d'interpréter voire de juger et rejetter l'autre ,je ne parle pas pour toi en particulier mais en général .Pour en revenir à mon propos parlant de la domination et de l'oppression du peuple et de son instrumentation par le biais des prisons,je citai le travail en prison à Muret,lorsqu'il s'agit de débattre sur les prisons ce théme revient toujours" celui de la dangerosité d'individus ,et quelque part de la justification de l'enfermement" Le CASP s'est prononcé clairement non seulement contre la prison,mais contre cette société qui emprisonne,et au contact des familles sur les parkings a vu et constaté les injustices qui leur sont faites pour les visites,la question des prisons pour moi c'est comment répondre à ces injustices ,parce qu'elles sont quotidiennes et lutter pour une société autre et sans prison où nous nous émanciperons tous de l'oppression et de la domination.
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar JeanGuy » Lundi 01 Avr 2013 9:17

Je n'ai pas oublié une partie de ton message, j'ai seulement relevé la partie qui me posait problème puisque que j'étais d'accord avec le début. C'est aussi cela l'intérêt de relever et de citer une partie de message, cela permet de cibler les points de désaccord et d'en discuter : ce n'est pas une volonté de rejeter ou juger l'autre, personne ne détient la vérité absolue et tout le monde a besoin du débat pour avancer.

La lutte contre l'enfermement peut effectivement représenter un angle d'attaque dans la critique du modèle social actuel et dans l'expérimentation de nouvelles pratiques. Je vais aller jeter un œil sur le Net voir si je trouve plus d'infos sur le travail de Muret dont tu parles.
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar anarced » Mardi 02 Avr 2013 13:29

J'ai démontré que l'enfermement ne peut jamais être l'oeuvre de la communauté tout entière puisqu'il se fait toujours contre ceux qu'on enferme, en premier lieu, et contre ceux qui ne veulent pas qu'on les enferme, en second lieu. L'enfermement crée donc, de fait, une division de la communauté en castes séparées. Il n'y a aucun prophétisme là dedans, c'est mathématique.
Un jury populaire est un petit groupe, insignifiant devant l'ensemble de la population. Son opinion, son jugement lui est propre, il ne peut pas être regardé comme le jugement de l'ensemble de la communauté. S'il s'arroge le droit d'imposer son jugement, alors il agit en tyran.
La distinction entre crime et délit appartient à un spiritualisme tout particulier. Qu'est-ce qui me permet d'affirmer que telle violation de la loi est plus grave que telle autre, sinon une interprétation toute particulière de la justice?
La loi actuelle est fondée sur cette distinction arbitraire qui lui permet de définir toute une échelle des peines. Cette échelle est très révélatrice du spiritualisme sur lequel se fonde cette "justice". Les pauvres sont systématiquement criminalisés quand les riches sont, au mieux, coupables de délits. Faut-il vraiment maintenir une telle distinction?
Une société où on enferme n'est pas une société libertaire, même si c'est la révolution et que les libertaires sont en situation de force. Tant que toutes les prisons ne sont pas ouvertes, on ne peut pas considérer que l'objectif d'une société libertaire est atteint.
Aucune révolution ne s'est faite en un jour. Si le premier jour tous les prisonniers ne peuvent pas être libérés, alors il faudra qu'ils le soient le deuxième, et ainsi de suite...
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar l autre » Mardi 02 Avr 2013 17:42

Jean Guy tu perds ton temps quant la pensée est la caricature est se croie profondeur, tes propos justes seront par certains présentés comme délirants.
La psychose touche 1 a 2% de la population qui perd le lien a la réalité, les personnes classées de cette sorte ne peuvent plus décider pour la cité, comme ceux atteints au niveau du système nerveux central,les maladies congénitales( triso etc). dire qu'il sont libres de décider pour la cité dont ils ne savent mêmes pas l'existence est le propos d'un fou. Pour autant comme nous l'avons dits ils conservent leur qualité de personnes humaines a ce titre ce n'est pas de liberté politique qu'ils ont besoin mais de la solidarité de la communauté c'est donc l'éthique qui intervient comme principe du lien. La communauté comme la société est plus que la somme de ses parties. Le fait qu un individu subit a juste raison( au sens libertaire) la pression de la communauté ou du groupe ou comme on voudra. C'est au non du principe de tous dans ce cas le tyran est l'individualisme contre le collectif.

Lire du Michéa qui est anti liberal libertaire .

Rions l'idée de justice est un dogme , le crime ou délits aussi il n'y a aucun fondement a ces mots.

question pourquoi ils sont ils. Par convention des hommes.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar JeanGuy » Mardi 02 Avr 2013 20:26

Dans la continuité du post de l'autre:

Ton renvoi vers la pensée de Michea et son analyse du " libéral libertaire " est intéressante dans ce débat, puisqu'elle nous permet de mieux comprendre certains propos. On peut voir que depuis le début de ce fil, certains pensent l'enfermement à l'échelle sociale ( quel est son rôle, comment concilier liberté individuelle et liberté collective, quelles alternatives par exemple ) alors que d'autres semblent l'aborder beaucoup plus à l'échelle individuelle ( l'enfermement vécu par l'individu subissant une décision collective, injuste par essence et devant être aboli ). On retrouve donc une part d'individualisme "forcené" comme disent certains : la centralisation du propos sur l'individu, sur sa pensée, son vécu, ses désirs, avec en arrière-fond toujours cette idée que la société, la collectivité le bride et le limite dans son épanouissement, mais aussi qu'il n'a pas besoin de la collectivité pour se construire. Et c'est bien de la pensée libérale.

L'éthique nous impose de tenir compte du vécu et de l'épanouissement de chaque personne ; les anarchistes veulent, dans l'idéal, annihiler toute injustice et voir tous leurs semblables heureux. Oui, il y a aujourd'hui des gens enfermés alors que ce n'est pas la solution adaptée ; oui l'enfermement crée des frustrations, prive l'individu de sa liberté, engendre la récidive, s'oppose bien souvent à la réinsertion et isole l'individu. Personne ici ne semble remettre en cause ce constat, et tous semblent souhaiter que le recours à l'enfermement soit limité au maximum, voire banni.

A voir certaines réactions, on croirait qu'une partie des gens participant à ce débat sont d'affreux tyrans voulant mettre sous clefs tous les déviants. C'est faux : certains envisagent seulement la question à l'échelle sociale tandis que d'autres se bornent à une analyse individuelle du problème. Comme le dit l'autre, certaines personnes ne sont pas en état de décider de leur sort ou de celui de la collectivité : la trisomie 21, les maladies dégénératives comme Alzheimer, les psychoses sont des exemples de situations où sont altérées les capacités de jugement, de raisonnement, de perception de la réalité. Ne pas décider pour ces personnes est un manque de solidarité et l'autre le rappelle en affirmant que l'éthique devient le principe du lien. De la même façon, ne pas empêcher d'agir certaines personnes ( par l'enfermement en l'occurrence ) complètement barrées et incontrôlables vous apaise la conscience vis-à-vis de ces personnes, mais que répondre aux gens victimes de leurs agissements ?

Un exemple : Pierrot le Fou, violeur et tueur récidiviste, enfermé depuis plus de 35 ans me semble-t-il. Il est injuste que ce pauvre homme soit enfermé, on le prive de ses droits,... on le libère : on satisfait donc à notre exigence de liberté pour tous ; mais s'il récidive en violant et tuant une gamine ( comme il l'avait fait lors de son évasion ) on répond quoi à la famille de cette gamine ? Le but n'est pas de la jouer France Détective et de faire peur aux petites vieilles dans les chaumières pour justifier le tout sécuritaire. Mais c'est un exemple parlant, concret, de questions à résoudre par une collectivité.

Et oui ce n'est pas facile comme débat, le relativisme abstrait a ses limites et ne répond pas toujours aux exigences de la vie réelle...
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar lucien » Mardi 02 Avr 2013 22:58

anarced a écrit:J'ai démontré que l'enfermement ne peut jamais être l'oeuvre de la communauté tout entière puisqu'il se fait toujours contre ceux qu'on enferme, en premier lieu, et contre ceux qui ne veulent pas qu'on les enferme, en second lieu. L'enfermement crée donc, de fait, une division de la communauté en castes séparées. Il n'y a aucun prophétisme là dedans, c'est mathématique.
Un jury populaire est un petit groupe, insignifiant devant l'ensemble de la population. Son opinion, son jugement lui est propre, il ne peut pas être regardé comme le jugement de l'ensemble de la communauté. S'il s'arroge le droit d'imposer son jugement, alors il agit en tyran.
Deux remarques.

Tu emploies le mot caste - terme qui, dans un forum anarchosyndicaliste, ne peut a priori être perçu très positivement -, ceci afin de montrer ton désaccord sur le fait qu'une partie de la communauté puisse aller à l'encontre d'une autre partie. Là tu parles d'enfermement mais cela te pose problème par ailleurs et ça t'amène à parler de légitimité et de guerre imposant une morale. Avec une telle posture refusant finalement la domination, comment justifier la lutte de classe (vue du coté des exploités) ou la guerre sociale ? Aurais-tu des scrupules à imposer le communisme aux bourgeois ?

Sur le second paragraphe précité. Je pense que l'hypothèse de JeanGuy devait se comprendre dans une société libertaire, sauf à ce qu'il confonde un forum anarchosyndicaliste avec un TP en fac de droit. Bref, il va de soit qu'un groupe mandaté en société libertaire ne s'autonomise pas et ne saurait devenir un tyran. Mais s'il faut apporter des précisions complémentaires, ça peut se faire.

Je crois que ton problème réside dans une recherche de pureté absolue, récusant par un vocable dégradant toute tentative de projection et finissant par ne plus te permettre d'avancer. Ce n'est pas une attaque personnelle, simplement le constat que tu te situes à mes yeux à l'opposé de l'anarchiste béat à l'idée du grand soir, ce qui n'est pas courant. Je préfère me situer entre les deux : utopiste mais désireux de frotter les idées à la dure réalité. Anarchosyndicaliste ?

Bravo à JeanGuy pour ses posts synthétisant, recadrant et tentant de faire avancer le débat !
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar apar » Mercredi 03 Avr 2013 9:37

(je viens de voir qu'il y a eu des posts depuis la dernière fois ou j'ai lu ce topic, ce que j'ai écris en dessous, c'est écrit avant que je n'ai lu les derniers posts, il y a donc peut être répétition, mais j'envois quand meme)

il est évident, en tout cas pour celleux qui ont une perspective révolutionnaire, que la societe actuelle imprime des comportements antisociaux de par des politiques/économies antisociales, qui ne s'evaporeront pas par magie. que durant la période de rupture, il y aura à poser des solutions immédiates correspondant à une organisation libertaire dans les décisions (assemblées populaires, democratie directe, ou autres), notamment sur ce genre de comportements et de politiques/ économies (car les pathologies du système actuel perdureront). tout cela dépendant évidemment du rapport de force, si la force reste aux mains des antisociaux, il y aura une dictature, le temps qu'ils remettent le capitalisme en fonction. il n'y a donc pas de recettes miracles (révolution qui efface toute traces du passé ou une solution organisationnelle pour tout le monde)... mais il faut au minimum penser ce qui est envisageable, pour la liberation des prisonniers, dans le cas d'une révolution soudaine, dans la situation actuelle...
Actuellement, il est estimé à 90% de personnes emprisonnés pour des raisons économiques, il est donc évident que 90% des personnes pourront être libérés sans délais... Pareillement Pour les 10% restant, la plupart sont des infractions mineures liés à une légalité moribonde, donc apriori sans danger non plus, et d'après des chiffres dont je ne me souviens plus la source, seuls 2 ou 3 % sont emprisonnés pour des raisons d' atteinte à la vie/ liberté/dignite d'autrui (et/ou possiblement des recidivistes), et on devrait se poser la question de moyens adaptés pour ces personnes, et déjà en parler durant les assemblées populaires pour trouver des moyens à hauteur du projet libertaire..
Cette question sociale est assez semblable à la question technologique, tel le nucléaire et ses dangers, si ce n'est que ce ne sont pas des Humains, et que les solutions doivent être trouvés pour gérer ça durant des milliers d'années... Alors que pour les humains ce serait temporaire... Malgré une volonté évidente de vouloir fermer les centrales nucléaires du fait qu'elles centralisent un outil de dépendance, qui de plus est nocif, je vois mal un libertaire ne rien prévoir si une situation révolutionnaire survient quant au nucleaire (faut il attendre un millier d'années avant de penser à faire la révolution ?). Actuellement le mvt libertaire est trop petit pour se poser de telles questions, car les forces actuelles ne sont pas globalement adaptés à de telles possibilitées, mais localement cela est possible. Mais c'est bien aussi de ne pas se fourvoyer dans des idées complètement hors lien de la réalité. On peut voir à long, moyen et court terme...
Après, d'ici une hypothétique révolution sociale, le capitalisme étant ce qu'il est, je doute qu'il y ait une moindre criminalité, des moyens techniques permettront peut être la gestion minimale du nucleaire ?
Quoiqu'il en soit les problèmes et les solutions doivent venir de la société en revolution, et non des élites / specialistes. Dans une révolution sociale (des quelques révolutions passées) il y a toujours des choix difficile à faire... Trouver des solutions pour des personnes ne pouvant décider complètement pour elles mêmes (jeunes enfants, personnes grabataire, handicapés mental, accidentés graves, ...), ou de personnes possiblement "dangereuses" ( aliénés, psychotiques, ...) est une nécessité, et doit être le fait des communautés sociales qui ont à vivre avec ces personnes...
Et ce qui permet de décider pour d'autres qui n'ont pas cette possibilité pour elles mêmes (ou sont incapables de vivre "avec" les autres), c'est l'éthique, selon le principe de justice sociale, liberté, dignité et unicité pour la personne.
Et ce n'est pas du reductionnisme ou je ne sais quelle idée abstraite, mais le principe de réalité vis à vis de la societe actuelle, qui produit en partie une societe d'aliénés. Si chacun reste dans sa bulle, il est certain qu'il n'y a pas, subjectivement, de problème (en apparence), cependant une bulle ça ne protège pas des coups...
On peut envisager que dans une societe libertaire, ces problèmes dimueront sans doute du fait d'une éducation libertaire, d'un cadre de vie à échelle humaine libéré des chaînes du capitalisme, et qu'une telle societe ne rejettera plus la parole ni l'existence des personnes... Mais avant ça, il y a encore beaucoup à faire...
"tout ce qui provoque la haine contre l'oppression et suscite l'amour entre les hommes, nous approche de notre but" Malatesta.
Avatar de l’utilisateur
apar
 
Messages: 242
Inscription: Mercredi 08 Juil 2009 6:34

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar elquico » Mercredi 03 Avr 2013 11:47

ok ,c'est important,le point de vue sous lequel on se place,alors disons je suis individualiste;sortir de l'opinion ,discussion de salon qui n'engage à rien,ou du dogme,opinion qui ne tolére pas la critique peut être est ce le juste milieu que je cherche;entendre à propos de l'enfermement parler des trisomiques ou des psychotiques cela me fait hurler,surtout qu'à leur actuel bien des trisomiques vivent de façon autonome et qu'il y a des psychotiques qui sont philosophes reconnus(jolien) ,d'autres qui ont réussi à communiquer avec le monde extérieur .Peut être ces gens là ont déjà fait la révolution,en tout cas je rejoins l'opinion selon laquelle il y a des castes et en tant qu'individu ,anarchosyndicaliste,je ne vois pas en quoi une assemblée pourrait se constituer contre ceux qu'on enferme et ceux qui ne veulent pas qu'on enferme;la prison telle qu'elle est aujourd'hui a vécu ses jours,mais sa fonction reste la même "surveiller et punir";mon ouvrage de réference je le laisse à votre méditation "pourquoi être solidaire sur le parking des prisons?"
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar apar » Mercredi 03 Avr 2013 12:06

elquico a écrit:entendre à propos de l'enfermement parler des trisomiques ou des psychotiques cela me fait hurler,surtout qu'à leur actuel bien des trisomiques vivent de façon autonome et qu'il y a des psychotiques qui sont philosophes reconnus(jolien) ,d'autres qui ont réussi à communiquer avec le monde extérieur .Peut être ces gens là ont déjà fait la révolution


Tout psychotique n'est pas dangereux, tout trisomique n'est pas dépendant. Et il n'y a pas de solutions générale d'enfermement, les solutions doivent être laissées à la communauté. Et il est certain que la plupart des solutions seront ouvertes (comme ça l'est déjà pour certains), à part sans doute pour quelques exceptions (pourquoi éviter d'en parler ?)... l'exception n'existe pas ?
"tout ce qui provoque la haine contre l'oppression et suscite l'amour entre les hommes, nous approche de notre but" Malatesta.
Avatar de l’utilisateur
apar
 
Messages: 242
Inscription: Mercredi 08 Juil 2009 6:34

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar JeanGuy » Mercredi 03 Avr 2013 14:38

Elquico tu as raison de rappeler que les maladies mentales ou psychiatriques ne sont pas incompatibles avec l'intégration sociale, j'ai moi-même un exemple de ce genre dans mon entourage. Mais il existe malheureusement des exceptions comme le dit apar pour lesquelles ce n'est pas possible, en tout cas temporairement. Même si on retrouve des caractéristiques communes dans certaines affections, il n'empêche qu'une personne ne fait pas l'autre ( c'est en particulier le cas pour les psychoses ) et qu'il faudra trouver des solutions appropriées pour chaque individu. D'où cette idée de s'en remettre à la collectivité à laquelle appartient l'individu pour, en contextualisant les faits, prendre la décision la plus appropriée.
De plus, une solution apportée n'est pas une solution à vie et ne peut être qu'une étape dans la prise en charge de la personne. Pour revenir sur l'exemple dont je parlais, cette personne est passée par la case HP, a été enfermée quelques temps, a été prise en charge à la fois par une thérapie comportementale et une thérapie médicamenteuse : bref, enfermement + médocs ; y'a de quoi en faire hurler plus d'un ! Et pourtant, il semblerait que si cette personne a retrouvé un équilibre familial, social, dans ses études aujourd'hui, cette étape l'y ait grandement aidée ( de son aveu même ). Cela ne reste qu'un exemple, n'en tirons aucune généralité. L'exemple n'est là que pour illustrer une idée, ou la réfuter, mais en aucun cas il ne peut la rendre nécessaire.
" Et vivre, c'est ne pas se résigner. " Camus
JeanGuy
 
Messages: 207
Inscription: Samedi 07 Jan 2012 11:40

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar elquico » Jeudi 04 Avr 2013 9:32

Il est necessaire d'aller plus avant,et de construire aujourd'hui cette société où la necessité de "surveiller et punir "ne soit plus liée a une décision de la communauté dans des cas exceptionnels me ditent vous ?????????Aujourd'hui même les prisons sont saturées les HP viennent à leur secours ,est ce que le code pénal et le soin résolvent les problémes ,quels sont ils?Il faudrait peut être se poser des questions avant de déléguer à des corps professionnels eux mêmes dépassés;de plus même pour les prisons,la notion de consentement de la personne est mise en avant,que ce soit pour la peine ou le soin;n'est ce pas un peu simple d'en réferer à l'exception et à déleguer à la communauté ?
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar l autre » Jeudi 04 Avr 2013 10:16

Pire que les prisons de béton les prisons de la pensée. Elq j ai lutter contre l'enfermement car biberonné a au discours des années 70 sur ces questions donc avant de juger une personne (discours de salon) tu te renseignes. Le débat a été piper car on porte ou projette sur certains le discours de la société actuel ce qui ne doit être. Tout le monde a lu Foucault. De plus relit bien je n'ai jamais parler d"enfermement mais de liberté politique. Le caractère de dangereux n'est pas obligé du psycho truc machin n'importe quel personne compétente sur ces questions le sait très bien. Bien que pas adhérent d'une orga anarchosyndicaliste ( bien que très proche) j en sais assez pour dire que cette position d'anarchisme social ou anarco communisme ne se réfère pas a l'individualisme. Mais comme on peut le lire y compris par des postes sur ce forum. Cherche le juste milieux entre espace public/privé, droit collectif/individuel tout en disant que c'est la communauté qui institue cela. On peut lire réflexions sur la démocratie journal l'anarcosyndicalisme N°131. de plus ce forum est un espace de débat c est pas par ce moyen que peut s'opérer une récupération faut pas de parano ! Peux t on juger irresponsable certains individus? Le principe d'égalité de droit n'implique nullement l'uniformité. Croire voir poste de Apar qu'une révolution anarco transforme par son éthique du jours au lendemain tout le monde en communiste libertaire c'est se tromper. La culture n'est pas affranchie de son rapport a la nature ; l 'idéologie sera confronté au altération biologique de la personne , la folie au bon sens du terme a quelques fois une origine autre que du social construit . Et là certains devront répondre quand une personne altéré dans ses moyens mentaux met en danger sa vie ou celle d'un autre. Dans ce cas de figure j observe que sentant la contradiction certains ne répondent plus. car il n'y a que deux réponse laisser faire ou se substituer a cette personne. Si la substitution y compris par contrainte ne peut être . Le résultat sera simple au droit de l'individu un autre dira je n ai pas a subir les délires qui ne nuise j'y met un terme en suppriment le fauteur du trouble. Voila ou la pensée magique de l'individualisme conduise quant on dit que que toute acte a de valeur ou fondement que par l'individu. La société ou la communauté n a pas de légitimité en la matière c'est la triomphe de l'individuel méthodologique cher au libéralisme. Je redit que la société est plus que ses parties? En se sens elle doit dire la loi ; La mienne est éthique égalitaire est libertaire, protéger être solidaire de celui qui ne peut agir a défaut on devient un nazi.
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar elquico » Vendredi 05 Avr 2013 9:44

S'agissant des prisons le débat est ouvert,et doit déboucher les vieux tuyaux usés concernant" la dangerosité" qui ne fait qu'encombrer les canalisations ;je n'ai pas l'habitude bien que défendant mon opinion d'attaquer les autres et donc je trouve que parler des dangereux prisonniers reléve d'une discussion de salon,qui n'éléve pas le débat et va plûtot dans le sens contraire;va sur les parkings et tu verras ce qu'est cet instrument qui cherche à briser les gens et leurs familles.Le danger est où ?
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar lucien » Mercredi 10 Avr 2013 22:28

APPEL A RASSEMBLEMENT - Prison de Lyon Corbas

La famille, les proches de Sofiane MOSTEFAOUI, décédé à la prison de Corbas le 11 mars 2013, et les associations, appellent à un rassemblement le

Samedi 13 avril 2013 à 15h
devant la maison d’arrêt de Corbas


pour demander que la lumière soit faite sur les conditions et les circonstances de la mort de Sofiane.

Contact :
Kheira MOSTEFAOUI
07 62 40 91 93

http://www.facebook.com/events/143086219205364/


A ce jour, 20 suicides ou morts suspectes connu(e)s en détention pour l'année 2013.
Le monde ne se compose pas d'anges révolutionnaires, de travailleurs généreux d'une part, de diables réactionnaires et de capitalistes cupides de l'autre.
Avatar de l’utilisateur
lucien
 
Messages: 3012
Inscription: Dimanche 31 Oct 2004 15:32
Localisation: Caen

Re: Feu à toutes les prisons.

Messagepar elquico » Jeudi 11 Avr 2013 12:27

Lautre je partage ton point de vue,et c'est avec tristesse que la réalité vient confirmer ma question à laquelle personne n' a répondu parce que les beaux parleurs ne répondent pas aux questions qui dérangent.Qui est dangereux ?Le systéme pénitentiaire,parce que il isole et que l'isolement conduit au suicide;l'isolement est de plus en plus grand car les prisons modernes clés en main(qui vend ces prisons the united states of liberalism) sont conçues pour cela et conduisent à cela;c'est la raison pour laquelle écrire à un prisonnier c'est le sortir de son isolement et que nous devons inventer des moyens non de juger et d'entretenir la peur mais de sortir de l'isolement.
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

PrécédenteSuivante

Retourner vers Sur la pensée révolutionnaire

cron