Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Les courants, les théoriciens, les actes...

Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar Khlane 63 » Dimanche 07 Fév 2010 22:04

Noam Chomsky est tout simplement une vermine fasciste .

A la fin des années 1970 Robert faurisson , ( professeur de littérature a l'époque ) nia l"existence des chambre a gaz
, des camps d'extermination et, plus généralement de la réalité du génocide commis par les nazis
. Il a été condamné à plusieurs reprises en France pour contestation de crime contre l'humanité et fut
suspendu de ses fonctions .
En réponse a cette condamnation les fascistes rédigèrent une pétition pour défendre sa " liberté d"expression " ,
une pétition qui fut signer par Chomsky . Sa signature suscita des réactions et il rédigea un texte sur la "pseudo liberté d'expression "
qui doit laisser libre court aux idées des tous .......... Il donna son texte a son ami Serge Thion ( Actuellement membre du MDI , le partie
antisémite et fasciste de Kemi Seba ) pour qu'il l'utilise a sa guise .

Noam Chomsky est donc de l'autre coté des barricades ! celui qui défend la " liberté d'expression " du fascisme est un ennemi
de classe que nous devons traiter de la même manière que le fascisme et la bourgeoisie .

Khlane , militant du groupe Cheitanov
Khlane 63
 
Messages: 22
Inscription: Mardi 22 Déc 2009 13:27

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar wiecha » Dimanche 07 Fév 2010 22:56

Bonjour,

Pour ceux qui ne connaissent pas cette histoire, elle va un peu plus loin que la simple défense de la liberté d'expression de Faurisson, prise alors et depuis, malheureusement pas seulement par des fascistes, mais par une partie de l'extrême gauche.

La pétition en elle même prenait position sur Faurisson, notamment dans une phrase qui disait
"Depuis 1974 il a entrepris une recherche historique ind�pendante et approfondie sur la question de l"'holocauste""

Naturellement qualifier les saloperies de Faurisson de recherche historique , c'est déjà prendre parti, car sa méthode n'a absolument rien d'une recherche.


Il indique "ne pas avoir lu Faurisson" et ne pas "connaitre suffisamment le sujet abordé".

Mais dans le même texte, il déclare:

"Faurisson est accusé d'être un antisémite : � Comme je l'ai dit, je ne connais pas très bien ses travaux. Mais d'après ce que j'ai lu, en grande partie à cause de la nature des attaques portées contre lui, je ne vois aucune preuve qui appuierait de telles conclusions � (Préface, p. XV)"

A part aux fans de mauvaise fois, il est évident qu'un intellectuel comme Chomsky, par ailleurs assez imbu de sa personne, ne signe pas une pétition sans savoir qui est la "victime" et sans connaître le sujet de ses recherches. Concernant Faurisson, il n'y a pas besoin de lire cent pages , ni même d'être chercheur pour voir l'antisémitisme et l'imposture scientifique à chaque ligne.

On peut lire, notamment, l'article écrit par Vidal Naquet à l'époque
http://www.anti-rev.org/textes/VidalNaquet81a/

Enfin de toute façon, Chomsky n'a jamais été une référence pour TOUT le mouvement anarchiste, et l'est pour beaucoup de gens qui ne sont pas spécialement les compagnons de route de ce mouvement.
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar NOSOTROS » Dimanche 07 Fév 2010 23:48

Salut compagnon (1) et bienvenu !

A mon sens, il y a un problème de révisonnisme avec Chomsky et il est bien plus grave que celui de la préface au livre de Faurisson (2). Il s'agit de son révisionnisme de l'anarchisme !

Sur l'affaire Faurisson, Chomsky a eu l'occasion de s'expliquer et de dire qu'il s'était fait abuser. On peut trouver la défense faiblarde, mais elle est surement réelle (on ne peut pas taxer Chomsky de négationniste, ce serait ridicule et faux). En tout cas elle peut donner l'objet à des discussions sans fin qui ne seront jamais tranchées.

Parce que la polémique ne porte jamais à mon sens sur la vraie nature du problème. Si il y a eu des discussions sans fin pour savoir si Chomsky ci ou ça, assez curieusement on ne parle jamais du processus qui a amené Chomsky à signer ce texte ! Chomsky lui même n'a jamais vraiment fait sérieusement cette autocritique du processus. Plutôt curieux pour quelqu'un spécialiste de l'analyse de la fabrique de l'opinion !

Pourquoi Chomsky au fond a t il signé ce texte ? Parce qu'il a fait confiance les yeux fermés à des gens qu'il pensait être si ce n'est des amis, au moins avoir un proximité intellectuelle si ce n'est politique (Guillaume et sa bande de l'époque n'était pas encore connu pour être des fiéffés salauds, ils n'avaient comme faits d'armes que leurs bagages d'ultra-gauche. Quant à Faurisson, ses textes de l'époque était beaucoup moins transparent que ceux d'aujourd'hui. Ils pouvaient encore prêter à confusion à l'époque, du moins pour quelqu'un qui ne prend pas la peine de les lire avec attention)

Or il se passe en ce moment exactement la même chose autour de Chomsky : il est devenu LA référence (du moins dans un certain milieu), l'étalon à l'aune (pour ne pas dire l'ombre ...) duquel il faut penser. Bref , tout ce que dit Chomsky c'est bon et beau. Chomsky est intouchable, incritiquable.

Or à la fin des années 90, il a finit d'abandonner tout simplement la défroque anarchiste pour endosser celle du réformisme le plus plat. C'est son fameux cri du coeur "élargir le plafond de la cellule", où il renonce à toute perspective révolutionnaire émancipatrice au profit d'un possibilisme creux. Dès lors qu'il abandonne le Nord de la révolution, pas étonnant qu'il se vautre de plus en plus, pour finir cet été par aller cirer les rangers de Chavez !

Tout ceci était prévisible ... Cf par exemple (ci après) un article que nous avions écrit en 2002 (il y a 8 ans ...) pour justement mettre en garde ceux qui voulaient faire de Chomsky un compagnon ...

Car au delà de ce cas là, c'est un processus commun dans le mouvement libertaire (voire plus ?) actuel : tout ce que peut écrire un tel qui a une visibilité médiatique est "formidable" sur la seule foi de sa signature, et par contre tout ce que produit tel autre est forcément nul ... Bref il n'y a plus d'esprit critique, que des moutons. Dès lors il n'est pas étonnant qu'ils se fassent mener en bateau par le premier jouer de pipeau venu ...

Et pourquoi une grande partie du mouvement libertaire s'est empressé de s'engouffrer dans les pas de Chomsky : tout simplement parce qu'il leur apporte la reconnaissance qu'au fond d'eux même ils recherchent ! On est ici bien loin des principes anarchistes de refus de la représentation et de la représentativité, cheval de bataille de bien de nos "libertaires modernes". Ce qui compte c'est d'afficher son petit drapeau rouge et noir à la télé, et tant pis pour le reste.

En tout cas je pense que c'est salutaire - en ces temps de grande confusion - de remettre les pendules à l'heure, comme tu l'as fait. Et je pense que cela aura encore plus de force si on attaque le problème à la racine et non seulement sur ses manifestations périphériques. Car du mouton à l'idiot utile il n'y a pas loin ...

Si Chomsky avait une conviction anarchiste fermement ancrée, pas plus en 70 qu'aujourd'hui il ne se serait fourvoyé.


=============

http://cnt-ait.info/article.php3?id_article=265

LIBRES OPINION : IMPRESSION D’UN SANS GRADE

A propos des soit disant élites intellectuelles

lundi 1er avril 2002

Nous connaissons l’importance des médias dans la véhiculation des idées. Surtout en milieu militant. Bourdieu, après les nouveaux philosophes et après Sartre... Le Diplo, Charlie, après Libération et après Combat. Tous ont ce point commun qu’il s’agit du point de vue de l’élite intellectuelle, qui n’est jamais en faute de se tromper. Le recul est cruel. Ainsi, il y a des paroles, un temps à la mode, qui vivent ce que vivent les roses. Rappelons simplement l’article "Septembre rouge" dans lequel "Le Monde Diplomatique" prévoyait une flambée de luttes sociales pour la rentrée 1996 ...

Cette tendance à se tromper avec son maître, nous devrions en être vacciné, nous qui ne connaissons pas de chef.

Ce que dit tel militant vaut, en effet, ce que dit tel autre et doit être passé au tamis de notre libre arbitre, au travers de la discussion et du débat collectif. C’est souvent une très bonne protection contre les idées reçues et les idéologies dominantes.

Comme cela a été vérifié dans notre fonctionnement, cette démarche nous a permis historiquement de résister au fascisme, de ne pas nous laisser séduire par les nationalismes, bolchevisme, religions, mysticisme et autres dogmes. Voilà pourquoi les titres universitaires, les décorations, les fonctions, les honneurs.... la vie a pu nous en affliger, mais c’est au vestiaire du syndicat que nous devons les laisser. Or, il est fréquent dans les milieux libertaires que, par une espèce de perversion, la soif de connaissance se transforme en appétit de reconnaissance. On devient alors universitaire-libertaire, chercheur-en-anarchie, docteur-es-syndicalisme... Rien de plus ridicule et de plus dangereux.

Car passer de la connaissance à la reconnaissance, est une attitude qui à toujours conduit le mouvement révolutionnaire à des déboires. " Ce sont toujours les hommes à casquettes qui meurent sur les barricades et ceux en chapeaux qui en profitent ", disait-on autrefois. Quand ces derniers ne trahissent pas purement et simplement !

Aujourd’hui, on peut constater que cet état d’esprit où la flagornerie côtoie la prétention, pour finir en ridicule, a parfois cours dans notre propre organisation... Untel a eu un prix en linguistique, un autre a écrit un livre bateau ou réalisé un film, un troisième descend d’un compagnon illustre, et les voilà propulsés sur le devant de nos publications avec titres honorifiques à la clé. Les Vignoles, en leur temps, ont eu le ridicule d’annoncer en première page de leur journal l’adhésion d’un auteur de romans policiers de série Z [fajardie] et d’un dessinateur très moyen de Charlie Hebdo [Luz]. Comme si ces adhésions avaient plus d’importance que d’autres.

Pour ma part, même s’ils s’étaient appelés Michel Ange ou Victor Hugo, j’aurais trouvé cela déplacé dans une organisation qui réclame l’égalité.

Maintenant, ce sont Halimi ou Chomsky que certains d’entre nous transforment en adhérants virtuels, voire en porte-parole de l’anarcho-syndicalisme. Si respectables soient-ils, ces hommes n’en sont pas moins, comme nous tous, imparfaits, et il est dangereux de les investir d’un pouvoir intellectuel par délégation. Cela est d’autant plus étonnant que cette absence d’esprit critique vis-à-vis des gens, qui somme toute ne sont pas des compagnons et qui ne participent donc pas à la vie confédérale (et à ses vicissitudes), se double à l’égard des compagnons militants, qui eux paient de leur personne, d’accusations de prise de pouvoir... par domination intellectuelle.

Pense-t-on réellement qu’après avoir bien écrit que Chomsky ou Halimi sont des anarcho-syndicalistes, qu’après les avoir bien flattés, ils attendront pour s’exprimer publiquement le mandat d’un congrès, d’un C.C.N. ou d’une simple assemblée de militants ? Non, car ce sont des intellectuels professionnels qui par essence, et cela est leur droit, sont indépendants de toute pensée collective, et qui bien souvent, hélas, auront une trop haute idée d’eux-mêmes pour s’y confronter.

Le danger est là : en nous réclamant d’eux, nous nous lions à leurs actes. Ils auront toujours les moyens de faire et dire ce que nous pensons, certes, mais ils auront aussi quelquefois celui de faire et dire ce que nous ne pensons pas. Rien de plus éloigné du pacte associatif qui est le nôtre.

La C.N.T. à parfois souffert par le passé de ce type de dérives où le culte de la personnalité prenait le pas sur la défense des idées mais, cette fois, ce n est pas dans des circonstances exceptionnelles, comme une révolution ou un coup d’état fasciste, que cela se passe. Nous vivons au contraire à une époque dans laquelle nous pouvons agir avec un minimum de cohérence.

La C.N.T. doit choisir sa voie entre une organisation de masse libertaire et égalitaire ou un cénacle de sociologues byzantins, d’étudiants éternels et d’exégètes de bouquins à la mode.

============================

(1) laissons le mot camarade, qui a laissé de mauvais souvenirs à ceux qui ont connus l'autre versant du rideau de fer (cheitanov ...) aux marxistes (et aux militaires) ... Ici, on se donne plutôt du compagnon, comme il sied entre anarchistes

(2) Au delà de la pétition, c'est une préface du livre de Faurisson qu'a signé Chomsky... Ce qui à mon sens est encore plus grave ! Ceci étant c'est bien le problème des pétitions : tu ne sais pas à côté de qui tu vas te retrouver à signer ... Du point de vue des principes il est préférable de n'en pas signer ....
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar wiecha » Lundi 08 Fév 2010 0:39

Bon, moi je dis camarades, désolés pour ceux à qui ça rappelle de mauvais souvenirs, mais il y en a pas mal de bons dans l'histoire du mouvement ouvrier avec ce mot, je ne les laisse pas aux communistes !

Sinon, pour les ignares comme moi ( y'en a non ?) qui se demandent qui est Cheitanov, y'a un article ici
http://militants-anarchistes.info/spip.php?article830

Sur Faurisson et Chomsky, même si ce que tu dis est vrai Nosotros, sur le processus, je n'en tire pas les mêmes conclusions.

Pour moi, les liaisons de cette époque là entre Faurisson, Thion, Guillaume et Chomsky ne sont pas anodines.

Tous ceux qui ont prétendu s'intéresser à Faurisson sous l'angle de la "liberté d'expression", et seulement celui-là, sont à mon avis des menteurs qui se mentent au minimum à eux même.

Faurisson a été extrêmement clair dès le départ sur son entreprise révisionniste. Ce n'est pas anodin, parmi tous ceux qui, à l'époque comme aujourd'hui étaient restreints dans leur liberté d'expression, de s'intéresser particulièrement à l'un d'eux, qui dès le départ a comme projet, d'interroger un sujet tel que l'existence ou la nature "réelle" des camps nazis, et qui postule à l'origine qu'ils n'auraient pas été aussi atroces qu'on aurait pu le penser.

J'ai toujours trouvé l'alibi révolutionnaire et subversif assez démentiel dans ces affaires. Parce qu'il y a quand même quelque chose à la base du révisionnisme qui procède de l'antisémitisme le plus crade: le révisionnisme ne peut être une "recherche historique " envisageable sous cet angle QUE si tu acceptes de remettre en cause le témoignages des survivants, qui dans ces années là sont encore assez nombreux. Même sous l'unique aspect de la remise en cause de l'existence du mode d'extermination "chambres à gaz", et pas de tous, cela signifie que les survivants ont menti à dessein et pas autre chose.

Pas besoin de lire entre les lignes ( et bon, on peut discuter sur l'aspect explicite ou pas du Faurisson de l'époque ..) , quand on accepte ce postulat là, on accepte bien autre chose qu'une "remise en cause de la version officielle des capitalistes" .

Donc, il y a déjà quelque chose de profondément malsain dans cette rencontre entre Faurisson et l'"ultra gauche".

Et d'autant plus à la fin des années 70, à mon avis, ou les tentatives de minimisation de la barbarie nazie et de Vichy sont quelque chose de très ancré en France, en témoigne en 72, le scandale suscité par la publication du livre de Paxton, qui met en cause la version officielle justement d'un régime de Vichy qui n'aurait collaboré que par obligation, et ou la collaboration n'aurait été que le fait d'une petite , toute petite minorité.

Donc, pas si subversif que ça , à l'époque, Faurisson et ses amis, de gauche ou de droite, mais bien dans la tradition fasciste de l'après guerre " ce que nous avons fait n'était pas si horrible que cela". Que ce soit volontaire ou non, c'est un autre débat.

Au delà des éléments que tu dénonces, sur la méthode "on signe les yeux fermés", je pense qu'il y a bien plus profond que ça, en réalité il y a plutôt certains sujets sur lesquels une partie de l'extrême gauche avait bien envie de ne pas les ouvrir, à mon avis
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar NOSOTROS » Lundi 08 Fév 2010 1:49

Peut être et surement ( les stigmates anti sémites de l'extrême gauche étaient en effet là depuis longtemps ... cf les premiers attentats de la RAF ou assimilé en allemagne ou encore certaines déclarations dans la mouvance AD ... curieusement on en parle pas dans les sites hagiographiques sur ce groupe ...)

Sinon quand tu dis que Faurisson a été extrêmement clair dès le départ sur son entreprise révisionniste, peut être. Mais on ne peut pas nier l'intelligence des Guillaume, Thiel et compagnie d'avoir bâti des argumentaires "sur mesure" pour permettre à certains gogos de se faire prendre au piège. La vielle taupe diffusait des petites brochures fort bien faites, avec des coupures de presse du Monde et Libé (l'article pour en finir avec l'affaire Faurisson, qui lui donnait d'ailleurs son titre) et des textes de Gaby Cohn Bendit (qu'on oublie souvent de citer dans les débats curieusement) , et où franchement un mec peu averti et peu scrupuleux pouvait facilement se faire avoir. Or je pense que ces sur ces textes intentionnellement biaisés - et pas sur Faurisson dans le texte - que Chomsky s'est fait avoir, pensant que jamais un "ami" ne lui ferait un coup pareil.

Le monde diplomatique, mermet, halimi et compagnie - dans un autre registre - font la même chose ! Sans parler d'Utopia envers ses clients ... euh pardon citoyens-spectateurs.

il y a déjà quelque chose de profondément malsain dans cette rencontre entre Faurisson et l'"ultra gauche".


A mon avis cette rencontre est née de la recherche pour les derniers de la figure du sujet révolutionnaire et pour les premiers de la figure du sujet antisémite ...

Et ils ont trouvé un terrain d'entente sur le dos des palestiniens.
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar miluz » Lundi 08 Fév 2010 4:50

Contente de lire enfin une critique de l'"anarchisme" de Chomsky. Merci nosotros.

Maintenant, rien ne me surprend personnellement. Mais je n'ai aucun mérite à ça, vu que je suis une femme, et que je vis dans le monde particulier de la "minorité" des 52% de la population mondiale sans compter les enfants, les handicapés, les indigènes et les vieux. Moi, ça m'a toujours fait marrer la défense de la liberté d'expression réservée aux hommes. Alors les pétitions... dans votre monde clôt, vous imaginez ce que j'en pense.

Faurisson? Un "intellectuel" comme les autres, qui a cela de particulier qu'il défend l'industrie chimique française qui a fabriqué le zyklon B. C'est tout ce qu'on peut lui repprocher. Il peut légitimement se faire passer pour une victime tant que personne ne comprend son utilité.

Quant à la qualification d'"extrême gauche" du mouvement anarchiste, je comprends difficilement que vous en parliez encore, étant donné que les anarchistes sont contre le régime parlementaire. Ils ne veulent pas s'asseoir dans l'hémicycle, alors pourquoi leur offrir un strapontin sur un des côtés?

Imaginez un monde où depuis des siècles, il n'y a que des femmes au pouvoir, à tous les postes de commande. Un monde où elles ont pris toutes les décisions concernant la vie publique et privée, où il n'y a qu'elles qui ont écrit, parlé, agi, où il n'y a que des femmes dans les livres d'une Histoire à gerber.... vous accepteriez qu'elles continuent de parler de révolution? Sans rigoler?

Salut les compagnons, citoyens, consommateurs, spectateurs, etc.... au moins "camarade" avait le mérite de cacher votre racisme.
miluz
 
Messages: 4
Inscription: Dimanche 25 Mai 2008 22:22

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar NOSOTROS » Lundi 08 Fév 2010 10:30

Contente de lire enfin une critique de l'"anarchisme" de Chomsky.


enfin : Le texte ne date jamais que de 2002. Mais bon, peut être la durée nécessaire pour que tu arraches tes oeillères ?

Imaginez un monde où depuis des siècles, il n'y a que des femmes au pouvoir, à tous les postes de commande. Un monde où elles ont pris toutes les décisions concernant la vie publique et privée, où il n'y a qu'elles qui ont écrit, parlé, agi, où il n'y a que des femmes dans les livres d'une Histoire à gerber....


Heureusement, Dieu dans sa grande sagesse nous a dispensé de vivre ce cauchemard :D

(même si ces salopards d'anarchistes espagnols ont bien essayé de renverser la vapeur en nommant une femme ministre qui a pris des décisions - et non des moindres - sur la vie publique et privée. Mais heureusement, la providence a su faire cesser cette abération :D ).

au moins "camarade" avait le mérite de cacher votre racisme.


Tu as bien raison ! les femmes, une race à part ! Vive la parthénogénèse !

PS : comment dit on troll au féminin ? Trolle ?
Dernière édition par NOSOTROS le Lundi 08 Fév 2010 10:32, édité 1 fois.
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar wiecha » Lundi 08 Fév 2010 10:32

Pour Nosotros: sans doute suis je influencée par la période actuelle et ai-je tendance à juger celle de la fin des années 70, début des années 80 de la même manière, mais l'histoire du "sujet révolutionnaire palestinien" ne me suffit pas.

Parce qu'il peut expliquer par exemple, les positions de soutien à certains groupes anti impérialistes nationalistes, et même à des pantins sanglants comme Carlos. Mais la remise en cause du génocide juif, c'est autre chose.

Le gros souci, c'est que toutes ces histoires reprennent à chaque fois et dès l'origine les caractéristiques typiques du discours antisémite et notamment du "complot" juif: ils mentent et se font passer pour des victimes alors que ce sont les bourreaux, il contrôlent les médias, les universités, la politique.

Le Monde , Libé ?

Voici ce que dit Faurisson dans le Monde en 79 et qu'il répètera sur Europe 1 ( comme on le voit, le "paria" déjà avait des tribunes ...)
"Jusqu'en 1960, j'ai cru à la réalité de ces gigantesques massacres dans les “chambres à gaz”. Puis, à la lecture de Paul Rassinier, ancien déporté résistant et auteur du Mensonge d'Ulysse, j'ai commencé à avoir des doutes. Après quatorze ans de réflexions personnelles, puis quatre ans d'une enquête acharnée, j'ai acquis la certitude, comme vingt autres auteurs révisionnistes, que je me trouvais devant un mensonge historique. » Il ajoute : « Jamais Hitler n'a ordonné (ni admis) que quiconque fût tué en raison de sa race ou de sa religion » et qualifie « Les prétendues “chambres à gaz” et le prétendu “génocide” » de mensonge « permettant une gigantesque escroquerie politico-financière dont l'État d'Israël est le principal bénéficiaire ».

Mais quelle ambiguité là dedans, comment se faire avoir, si tu n'as pas de raisons profondes de trouver la négation des chambres à gaz "intéressante " ?

A peine un an auparavant, en plus, il y a eu les déclarations de l'ancien Commissaire à La Question juive Darquier de Pellepoix ( et oui, il était bien vivant en 78, en Espagne et la France n'a demandé son extradition que cette année là, sans l'obtenir...), le fameux "A Auschwitz, on n'a gazé que des poux" . Donc tu sais qui défend ces saloperies,même à l'époque, non ?

De toute façon, nous sommes trente ans plus tard. Et trente ans plus tard, Dieudonné et Pierre Guillaume peuvent organiser une diffusion du film de Mermet sur et avec Chomsky à la Main d'Or, sans que ni Mermet, ni Chomsky ne fassent rien pour l'en empêcher , ni ne communiquent sur la question.C'était le mois dernier. Quand tu vois à quel point Chomsky sur d'autres sujets, surveille tout ce qui se dit , sur sa petite personne,même au niveau international, tu te dis que ce silence n'est pas sans raisons, non plus...
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar NOSOTROS » Lundi 08 Fév 2010 10:56

En fait moi je me base sur ce que - tout jeune militant - j'a vécu à l'époque (1990).

Je me souviens avoir été à la Vieille Taupe, pour voir ce que c'était que cette librairie à la réputation sulfureuse dans le milieu antifa radical. Le souvenir que j'en garde, c'était une librairie où s'étalait beaucoup de prose ultra gauche, où les mots communisme ou marxisme s'étalaient largement en une des fanzines, brochures, livres etc ... a dispositon des clients. Et au milieu, en effet, des textes révisionnistes dont la petite brochure dont je te parle , qui était faite pour les novices et pour "dédramatiser" (1). Par contre je ne me souviens pas y avoir vu les textes négationnistes du style "est ce que 6 millions sont réellement morts"' ou d'autres ouvrages de cette tendance. Ca pour le trouver (et encore) il fallait aller à la librairie Ogmios (la librairie néo nazi de paris de l'époque). Là les choses étaient claires : livres sur le troisième reich, croix celtiques et avatars de svastika partout ... La Vieille taupe ne ressemblait pas à ça et pour quelqu'un soit de pas regardant soit qui n'était pas au fait, il était facile de se faire berner. Vu de façon superficielle, il était difficile de faire la différence avec d'autres librairies militantes d'extrême gauche (pour faire plaisir à Miluz).

Je pense que la contamination de ce milieu par les gens d'extrême droite n'a pas été immédiate et soudaine. Elle est plutot le fait d'un processus (comme Dieudonné : il ne s'est pas soudainement réveillé touché par une sorte de révélation antisémite). Ils n'arrivent pas bottés et casqués en te sommant de prendre position tout de suite sur l'Holocauste. Ils pratiquent plutôt la technique du pied dans la porte. ils commencent par venir sur un terrain d'entente, et la cause palestinienne (sous un angle nationaliste) a été ce cheval de troie. Après tout ils portaient tous des keffiehs n'est ce pas ? Après ils n'avaient plus qu'a ferrer les poissons.

C'est pour cela que cela demande une attention particulière et une vigilance continue. Car c'est dés le départ qu'il faut empêcher le processus. Et la meilleure façon à mon avis c'est de faire en sorte qu'il n'y ait pas de terrain d'entente possible, c'est à dire de ne pas adopter de positions nationaliste ou identitaire. Ne pas leur donner prise. (On peut voir comment ça a mis en transe Hyma quand on a commencé à traduire les textes des anars contre le mur ...)


PS : sur le film de Mermet relatif à Chomsky je n'étais pas au courant. De toute façon je n'écoute plus Mermet depuis des lustres, et définitivement depuis que ses anciens salariés ont mis sur la table ses pratiques patronales. Il fait partie de la "feinte dissidence" pour repréndre l'expression de Janover.

(1) et qui contenait un article non pas de faurisson mais de Libération sur Faurisson. D'ailleurs en couverture, il y avait le log de Libé - qui sgnifiait encore un peu quelque chose à l'époque ... - si bien que tu aurais pu penser qu'il s'agissait d'un tiré à part du journal.
Dernière édition par NOSOTROS le Vendredi 17 Sep 2010 15:45, édité 1 fois.
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar wiecha » Lundi 08 Fév 2010 11:28

Oui, mais toi, justement à ce moment là tu es un jeune militant. Pas les gens qui prennent la responsabilité de cotoyer ces gens là, et de signer la pétition de soutien à Faurisson, dans leur grande majorité.

Moi, mon premier souvenir de jeune militante à ce sujet, c'est je manque de me faire exploser la gueule par des gens de l'UEJF lors d'une table de presse CNT dans une fac de banlieue. Ils me parlent de la Vieille Taupe, de l'affaire Faurisson, et moi, je suis prête à me faire tuer sur place face à ce que je prends pour un mensonge inventé de toutes pièces. Je suis persuadée non pas que c'est une collusion involontaire, mais qu'il ne peut évidemment jamais y avoir eu le moindre contact entre l'extrême gauche et l'extrême droite, et encore plus entre des anarchistes et l'extrême droite.

Je me souviens très précisément de l'expression horriblement gênée de mes compagnons lorsque , pleine d'indignation, je reviens au local, en disant "non mais ce qu'ils vont pas inventer quand même". Parce que cette expression, je la reverrai de nombreuses fois, en de nombreuses occasions militantes, notamment lors d'une occupation d'ASSEDIC ou tout le milieu autonome et libertaire de l'époque est présent et ou se ramène un type très proche de Faurisson. Je me souviens d'une assemblée pétrifiée lorsqu'il dit " très bien, je suis un nazi, alors que l'un de vous ici dise qu'il ne savait pas ce qu'on défendait exactement à la Vieille Taupe, et on va discuter sur des faits et des dates , on va instruire la jeune génération". Je me souviens de la confusion et de ce type qui part en rigolant, très sûr de lui, en faisant le salut hitlérien.

Le problème avec l'explication palestinienne, c'est qu'il y avait à l'époque des militants de terrain, qui encore aujourd'hui, le sont dans des assos de banlieue locales, contestables à bien des titres, mais qui en tout cas faisaient un tas de trucs en solidarité avec les Palestiniens. Par un tas de truc, j'entends non pas des textes, et de longues analyses, mais des initiatives concrètes. Et que ces gens là n'ont jamais été mêlés, de près ou de loin à tout ça, bien que certains soient ou aient été très clairement et sans réserve sur une base nationaliste.
Ils n'y ont jamais été mêlés parce qu'ils n'évoluaient pas à l'extrême gauche radicale, parce qu'ils n'ont jamais eu de personne qui connaissait machin qui connaissait Faurisson.

Et donc, je pense que ce glissement trouve ses causes dans quelque chose de bien antérieur , de bien différent de la solidarité avec la Palestine et l'anti impérialisme.

En vérité, bien sûr qu'"ils" n'arrivent pas bottés et casqués, parce que le processus dont tu parles n'est pas une infiltration réfléchie par l'extrême droite, mais le plus souvent, un glissement de miltants de l'extrême gauche vers l'extrême droite et celle-ci évidemment ne va pas dire non. De Guillaume à Dieudonné, en passant par Meyssan, ou d'autres, c'est dans ce sens là que ça se fait.
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar miluz » Lundi 08 Fév 2010 14:36

Je me fais traiter de troll alors qu'il n'y a aucune section réservée au féminisme sur votre forum, tu m'excuseras de continuer mon hors-sujet ici, hein?

Ca me fait penser aux émissions de radio libertaire où la parole féminine est systématiquement couverte, où elle s'arrête une fois par semaine dans une émission réservée, que je ne peux pas écouter sans hurler intérieurement tellement j'entends de conneries.

Ton humour nosotros est à la hauteur des articles que je lis sur la lettre de la CNT-AIT où il n'a été question qu'une seule fois des femmes dans le combat anarchiste espagnol, et où la conclusion consistait à dire que les traditions étaient notre ennemi n°1, au lieu de dire qu'aucune révolution n'aura lieu sans nous. Noter ennemi n°1 se sont les hommes figure-toi. Mais c'est encore de notre faute si on choisit des machos.

Vous ne vous rendez pas compte du révisionnisme dont vous faite preuve en ne parlant jamais des 600 ans de tortures et de meurtres dont les femmes ont fait l'objet dans notre merveilleux continent. Tu ne te permettrais pas de traiter un noir de troll qui viendrait ici se plaindre de l'esclavage. Tu n'oserais pas, mais avec une femme, tu peux tout te permettre.

Aussi tu me traites de troll parce que j'utilise le mot de racisme, mais s'il n'existe pas scientifiquement de race entre êtres humains, le croisement entre un homme et une femme ne donnera jamais de neutres ou de bi-sexuels à part dans de rares exceptions qui donnent lieu à de la barbarie identitaire.
S'il existe un racisme, donc on peut estimer qu'il s'agit bien de celui-là. Marx lui-même estimait que l'intolérence à la différence commence par celle-là, qu'elle conditionne tout le reste et qu'il faut s'en occuper en priorité.

Mais toi, tu me jètes en quelques phrases en te foutant de ma gueule et de mes "oeillères" parce que la critique de Chomsky date de 2002, en ne laissant aucun espace à mes autre remarques. Mais dis-toi bien que ce n'est pas parce que des parisiennes ou autres citadines viennent ici pour déposer leur glose et répondre à ta glose et ta grande connaissance par leur grande connaissance qu'elle est capable de défendre le combat féministe, et que vous êtes capable de réaliser la gravité de la phallocratie et de ses répercussions, tous les jours, à tous les niveaux, dans tous les pays du monde à commencer par la France.

Car vous pourrez chercher aussi loin que vous voudrez des solutions non violentes à la répression parmis vos grands orateurs et écrivains aux organes génitaux "bene pendantes", vous n'en trouverez jamais de plus pertinentes qu'auprès de nous.

Je ne vois personne pour l'instant parmi vous s'occuper de l'urgence actuelle de la violence conjugale, et de ses répercussions sur les enfants. Vous nous laissez le soin de nous démmerder, en laissant le gouvernement régler le problème C'est d'ailleurs pour ça que les femmes continuent de se faire tuer et de se suicider entre les mains des grands révolutionnaires comme Bertrand Cantat, ce prédateur dont vous adorez les chansons sans réaliser qu'il annonce la couleur dans le titre même de son groupe.

Je vais faire une critique du féminisme chez les soi-disant anarchistes qui sévissent sur radio libertaire. Ca suffira pour me calmer.

Quant à toi, je te jure que je vais me foutre de toi comme tu l'as fait ici, dans ton fief, à chacune de tes apparitions sur le net. tu peux compter sur moi. J'ai la mémoire d'une informaticienne. Tu sais les gens qui font des mathématiques appliquées? Car je fais un métier réservé aux hommes moi. Je me bats sur le terrain du Patriarcat en première ligne. Comme toute féministe digne de ce nom. Et je ne mérite que ton crachat. ok.

Cette femme qui a posté juste après toi peux être contente d'avoir zappé l'occasion de faire preuve de solidarité. En bonne scieuse de branche.

salut
miluz
 
Messages: 4
Inscription: Dimanche 25 Mai 2008 22:22

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar zebulon » Lundi 08 Fév 2010 15:44

Miluz, tes propos sexistes illustrent parfaitement le bourbier idéologique auquel mène le communautarisme, que justement nous combattons ici.
Merci donc pour ta participation involontaire à notre combat universaliste.

Nous avons parlé de fascisme rouge, vert, brun, etc...
On pourrait rajouter le jaune, non ? (Ben oui, le rose aurait été un choix sexiste...)

Miluz puisqu'ici nous sommes si infréquentables et pas assez anti-mec comme tu sembles le regretter, pourquoi ne vas tu pas voir ailleurs si on y est pas ? Parce qu'ici vois-tu on essaye tant bien que mal de s'émanciper, pas de s'embourber...
Avatar de l’utilisateur
zebulon
 
Messages: 798
Inscription: Mardi 17 Oct 2006 22:19

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar douddu » Lundi 08 Fév 2010 17:03

Noter ennemi n°1 se sont les hommes figure-toi.


miluz, qu'entends tu par ennemi ?
douddu
 

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar anarced » Lundi 08 Fév 2010 18:27

C'est peut-être une adepte du sado-masochisme.
J'ai lu ailleurs que Nosotros s'intéressait à ce genre de pratiques.
Tout cela ne nous regarde probablement pas... :D
Les jeux d'enfants finissent jamais.
Avatar de l’utilisateur
anarced
 
Messages: 932
Inscription: Lundi 16 Avr 2007 20:28
Localisation: Fleurance

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar NOSOTROS » Lundi 08 Fév 2010 18:30

Probablement ... 8)

Sinon Miluz c'est marrant comment tu arrives à lire systématiquement l'inverse de ce qu'il est écrit ... Faudra que tu m'indiques l'adresse de ton opticien, que je n'y aille pas ...

Citer Marx à la rescousse ... Jenna Marx, exemple type de femme libérée ...

(de même pourquoi t'arrêter à 600 ans d'exploitation des femmes ? En mésopotamie la femme était l'égal de l'homme ? )

Pas la peine de perdre plus de temps de toute façon la messe est dite. ceci dit si tu veux ouvrir un fil de discussion pour nepas polluer celui ci, tu peux le faire. A moins qu'il faille prendre l'initiative pour toi ?
Dernière édition par NOSOTROS le Lundi 08 Fév 2010 18:50, édité 3 fois.
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar wiecha » Lundi 08 Fév 2010 18:35

Cette femme qui a posté juste après toi peux être contente d'avoir zappé l'occasion de faire preuve de solidarité. En bonne scieuse de branche
.

Solidarité avec quoi ? Je ne sais pas qui tu es, mais si tu t'imagines pouvoir revendiquer une quelconque solidarité juste sur le mode " je suis une femme, toi aussi ", effectivement tu te trompes.

Quelle oppression concrète as tu subi ici sur ce forum ? Quelqu'un t'a empêché d'ouvrir un débat sur la question de ton choix ? Non, ça m'étonnerait, tu choisis de le faire sur le mode offensif et assez creux du "nous la minorité des 52 pour cent qui n'ont pas fait l'histoire". Parle pour toi, parce que nombre de camarades l'ont fait l'histoire, justement. Bref tu arrives dans un débat précis, moi je reste dans le sujet.

La culpabilisation sur le mode " tu n'es pas avec moi, avec mon groupe précis, donc tu fais le jeu des oppresseurs, et tu es une vendue", quand on est à la fois une femme et à la fois d'origine "indigène", comme tu dis, toi, ce qui n'est pas neutre, on apprend à l'affronter, disons, à la première heure de la première journée ou l'on commence à se battre, donc il y a un paquet de temps en ce qui me concerne.

Alors, lance un sujet sérieux au lieu de balancer tes banalités, et on verra qui scie quoi.
wiecha
 
Messages: 623
Inscription: Lundi 03 Déc 2007 23:56

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar goldfax » Jeudi 16 Sep 2010 7:13

Il a récidivé. Un compte rendu sur Rue 89.
goldfax
 

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar Lambros » Jeudi 16 Sep 2010 10:01

Mais bande de totos vous pigez rien !!! C'est parce que Chomsky, il est contre toutes les prisons :D

En tout cas faudrait publier cet article dans le prochain Monde Libertaire...
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar goldfax » Jeudi 16 Sep 2010 10:12

Lambros a écrit:Mais bande de totos vous pigez rien !!! C'est parce que Chomsky, il est contre toutes les prisons :D


Trou du cul !! :lol:
goldfax
 

Re: Noam Chomsky, traitre? Non il n'a jamais ete notre camarade!

Messagepar NOSOTROS » Vendredi 17 Sep 2010 15:51

Chomsky n'a pas protesté publiquement quand les compagnons Serbes étaient emprisonnés, alors qu'il s'agissait également d'un problème de liberté d'opinion ...

Visiblement il y a des sujets qui le passionnent plus que d'autres, et avec l'âge ça ne s'améliore pas...

Soleil vert !
Capitalismo delenda est
NOSOTROS
 
Messages: 3770
Inscription: Jeudi 18 Oct 2007 1:15

Suivante

Retourner vers Sur la pensée révolutionnaire

cron