la violence politique

Les courants, les théoriciens, les actes...

la violence politique

Messagepar l autre » Dimanche 01 Fév 2015 12:23

La violence politique et le manuel de Valls des hypocrites.


Le discours actuel des médias et des leaders politiques est une manipulation logique. En effet pour que le système fonctionne et ne pas troubler l économie capitaliste,les intérêts des oligarchies qui dirigent , la rente des nantis. Il faut empêcher que le polémos aboutisse à la guerre civile. Il faut pacifier le conflit. La tolérance , liberté d opinion, laïcité, sont fortes utiles dans le cadre du système, pour que les diverses opinions cohabitent sans remise en cause de l ordre établi. Notez que certains de ces mêmes qui parlent de paix civile ou sociale et de liberté d opinions, furent, sont et seront les mêmes qui lorsque leurs privilèges sont en jeux n hésitent pas a tirer sur le foule et établir des régimes plus ou moins dictatoriaux.

Les trois religion monothéiste.
Sans être exégète, le bon sens et quelques vérifications historiques. On constate que dans les trois bouquins spécifiques (judaïsme, christianisme, islamisme), sont dites une chose et son contraire. Point n est besoin d être docteur de la foi ou théologien, pour faire se simple constat même les casuistes sont divisés. Cela explique les multiples courants et divisions, voir les conflits violents internes à ces trois idéologies. Les guerres de religions, les schismes, les persécutions au nom de dieu; l'existence pour un seul dieu de trois religions, illustre mon propos. Les religions sont tellement despotiques quelles ont confisqué pour leur seul usage le spirituelle( 1). Observons aussi que soit disant chargées de nos âmes, elles s occupent de nos corps . Leurs implications dans le temporel se traduit par leurs positions idéologiques et politiques. Sauf quelques exceptions notables, les diverses religions sont en générale réactionnaires ou conservatrices sur les mœurs , très a droite sur l échiquier politique. Dans sa grande majorité les religions se sont opposées aux idéaux socialistes. Soit: violemment , par un soutien aux forces anti socialistes, indirectement par des prêches pour détourner leurs fidèles de la lutte pour le socialisme. Dans de nombreux pays les organisations religieuses sont parties intégrandes de gouvernement ou de l appareil d État. Se sont des appareils idéologiques d État. La phrase l alliance du sabre et du goupillon et la mémoire claire de ce fait historique, la participation des grandes institutions religieuses à l action violente et militaire contre le socialisme, les athées, le matérialisme philosophique et tous les combats pour la liberté, la justice et l égalité. Un autre phrase célèbre : la religion c est l opium du peuple signifie que la religion endort les gens pour éviter la révolte . Les trois religions monothéistes sont ontologiquements anti démocratique. Elles affirment que dieu et la source, la création de tout même des Hommes, ceux ci sont donc les créatures et le sujet de dieu. L homme est incapable de produire par lui même sa pensée, seule la révélation divine conduit les hommes, il s'agit d un anti humanisme . L humanisme dit que les actes des hommes sont le produit de la pensée et volonté propre aux hommes, l Homme est producteur et responsable de ces actes individuellement et ou collectivement selon ces actes. La démocratie part du principe que se sont les hommes ( et femmes ) qui décident de la vie de la cité , c est donc un humanisme. Mais soyons précis,l' humanisme produit de multiples idéologies dont certaines sont antagoniques. Il y a donc un fossé entre une posture transcendante ou immanente. Ce qui explique en autre la position contre la démocratie et le socialisme de la majorité des religieux. Les religions ont subi des défaites ici ou là par la pression des humanistes, démocrates, socialistes, anarchistes, athées ou simplement agnostiques. Sous peine d être rejeté par l évolution des mentalités incluant celle de croyants. Dans certains pays la religion s est accommodée, la laïcité et le prix de ce compromis. Mais le ventre est encore fécond d ou sortit la bête immonde.
Que nous soyons moins vigilants ou polémistes. Les forces dangereuses referont surface. Bien que soit disant pour l' amour de son prochain, de la tolérance, la paix, la fraternité. La répression , des mécréants, infidèles, renégats, apostats, hérétiques, athées reprendra ici comme elle est ailleurs . Il faut rappeler que la violence religieuse s est exercée aussi contre des croyants désignés de nos jours comme progressistes ou modérés. Il y a donc un mensonge a dire que intrinsèquement les religions et leurs institutions seraient non violentes. Il suffit d observer les endroits ou les religieux s étripent.

La violence politique n est pas limité aux seuls religieux. Ici comme dans tout les pays, les diverses tendances de l idéologie politique ont eu recours, ou légitimé, la violence pour instituer leur idéologie; de l ext-gauche à l ext -droite l histoire atteste de cela. Les révolutions et contre révolutions, quelques soient leur idéologie sont variablement violentes. La révolution française le fut ,et son symbole de la guillotine et cette Marseillaise qui dit- aux armes citoyens , qu un sang impure abreuve… est ce constat. La résistance 39/45 a juste raison pratiqua la violence.

Déclaration des droits de l homme et du citoyen de la constitution Française.
Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Tant que dureront les rapports d exploitation et d oppression, ils produiront de la violence politique et sociale et ceux jusqu au paroxysme d une insurrection, la révolution. De facto les systèmes sociaux basés sur l inégalité , au sens ou une partie de la population ne jouit pas des mêmes droits ou avantages. Sont violents: exclusion sociale, précarité, chômage, faible revenu, licenciement, répression misère existentielle, suicide, dépression etc. Ce sont des systèmes dit de de classe ou de couche sociale, car les diverses strates de la population n ont pas le même statut. De là naissent les conflits d intérêts. Les possédants pour maintenir leurs privilèges usent de toute la gamme des violences de la simple amende a une répression qui peut aller à la dictature. Ne pas oublier que le nazisme, fascisme , franquisme sont avant tout l écrasement des luttes ouvrières et populaires. L exploité peut choisir entre se soumettre ( la servitude volontaire) , prier dieu (irresponsabilité) , trouver dans la religion de quoi supporter sa condition et d espérer le paradis ( l opium du peuple) ou combattre. Le combat utilisera toute une palette de violence graduée; jusqu a quelques fois l émeute, l insurrection, la révolution. L histoire de l humanité est largement celle de la conflictualité sociale et de la violence politique. La question n est pas de nier cela mais de savoir ce qui est supportable ou entendable ou tolérable ou légitime dans le prisme de la violence politique. Je dit illégitime est condamnable la violence des possédants. Je dit légitime la violence de l opprimés surtout que cette violence et souvent le dernier recours et en dernier ressort pour abolir la domination de quelques uns sur les autres. Bien sûr si nous pouvions changer ce monde par des voix pacifiques nous le ferions, mais ceux qui tirent avantages de leur domination laisseront-ils faire? La violence de ceux qui subissent et résistent aux visées dictatoriales incluant celle de religieux rétrogrades n'est pas condamnable. La question est bien quelle violence et sont niveau, par qui pourquoi. Est inacceptable: la violence de fanatique religieux, le terrorisme aveugle celui qui tue au hasard, la violence des guerres nationalistes et impérialistes, la violence sexiste et machiste, la violence sur des enfants, la violence des patrons, de l État contre le juste combat la population ou des travailleurs, la violence contre de libres penseurs, la violence du capitalisme, la violence du fort sur le faible. Dans ce monde ou croisent les violences , la plus part ne sont porteuses de justice mais de barbaries. Si les choses continuent, vont s affronter crescendo:les religions pour imposer leur idéologie et hégémonie, les États pour leurs intérêts particuliers, les riches et les pauvres suivant leurs besoins de classe, les anti religieux opposés à une vision rétrograde, les nationalismes face à l ordre libéral mondialisé, le capitalisme contre le socialisme etc. Si nous voulons que des: paumés, désespérés, miséreux, mals dans leur peau, fragiles, psychopathes, exaltés, cons, révoltés, deviennent la soldatesque des despotes. Nous devons reprendre Castoriadis , il n y a pas de société sans imaginaire institué, cet imaginaire n a pas de fondement absolu et définitif, il est les valeurs, principes, pensées du moment . Nous devons redonner un sens et imaginaire, une éthique . La voie libertaire doit être plus puissante; le socialisme libertaire un possible. Ils sont seuls capables de dépasser l incantation pour établir dans le réel . L Egualité économique, sociale donc des droits, la Fraternité qui nourrie de cette égalité permet à tous l appartenance à la communauté humaine, La liberté tant individuelle ou collective qui unie à l égalité-fraternité fait que une opinion ne peut viser a soumettre . Il faut affirmer le principe indissociable de ce triptyque . A chacun de réfléchir si les systèmes en vigueurs dans le monde induisent la barbarie et si le socialisme libertaire est une réponse à cela.

Pour terminer, vu les débats sur les questions de violences quant elles s exercent sur des policiers. Dans nos sociétés le principe de la protection des personnes, des droits civils et de la protection civile est acté. La société prohibe chacun des actes illicites d un individu contre un autre. Dans les sociétés sans État c est la communauté qui intervient. Dans les système étatiques c est l appareil répressif d état (magistrats, policiers, gendarmes) en tant que corps spécialisés qui ont cette fonction , car le principe est que l État a monopole légale de la violence . Donc en cas d actes illicites envers les personnes, cet appareil est sensé protéger le veuve et l orphelin. Il est donc difficile de porter la critique sur cet aspect. Mais l appareil répressif ne se limite a cela. Il obéit aux lois de L État, du gouvernement et quant ces lois sont pour maintenir des rapports d exploitations/soumissions, cela change tout. Par exemples: 1940-45 répression des juifs et résistants, opposants aux guerres coloniales et impérialistes, écrasements des soulèvements populaires, matraquages des manifestants, atteintes aux luttes salariales etc.Il faut garder à l esprit que pour ce légitimer, l' État met en avant la protection civile , pour faire oublier sa coercition illégitime. Il y a lieu dans nos critiques vu l opinion publique de distinguer quant un policier meurt en protection de journaliste de Charlie hebdo et la mort d un manifestant comme Rémi Fraisse et bien d autres.
Jean Picard Caen le 20- 2015

1 . André Comte-Spongille: L esprit de l athéisme.

2- "Dieu étant le maître, l'homme est l'esclave. Incapable de trouver par lui-même la justice, la vérité et la vie éternelle, il ne peut y arriver qu'au moyen d'une révélation divine. Mais qui dit révélation, dit révélateurs, messies, prophètes, prêtres et législateurs inspirés par Dieu même ; et ceux là une fois reconnus comme les représentants de la Divinité sur la terre, comme les saints instituteurs de l'humanité, élus par Dieu même pour la diriger dans la voie du salut, ils doivent nécessairement exercer un pouvoir absolu. Tous les hommes leur doivent une obéissance illimitée et passive, car contre la Raison divine il n'y a point de raison humaine, et contre la Justice de Dieu il n'y a point de justice terrestre qui tienne."
(Mikhaïl Bakounine / 1814-1876 / Dieu et l’État / 1882
l autre
 
Messages: 448
Inscription: Mercredi 11 Juil 2012 22:40

Re: la violence politique

Messagepar Marco » Lundi 02 Fév 2015 12:45

Marco
 
Messages: 4
Inscription: Mercredi 29 Jan 2014 23:13

Re: la violence politique

Messagepar Lambros » Lundi 02 Fév 2015 19:59

Très bon texte, je modifierais juste (outre le fait que homme je mettrais hommes et femmes systématiquement, et entre guillemets):

l autre a écrit:éclaration des droits de l homme et du citoyen de la constitution Française.
Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

ça je l'enlèverais, les textes bourgeois, et citoyennistes... J'aime bien mieux la citation de Stirner: "Aux mains de l'Etat, la force s'appelle droit. Aux mains de l'individu, elle se nomme crime"

l autre a écrit:. Ne pas oublier que le nazisme, fascisme , franquisme sont avant tout l écrasement des luttes ouvrières et populaires.

Ce à quoi je rajouterais, au risque de "choquer", mais je m'en moque, le marxisme (pas seulement le marxisme-léninisme, non non, le marxisme toutes églises confondues). On pourrait même mettre les fronts populaires...
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: la violence politique

Messagepar jeannetperz » Vendredi 06 Fév 2015 21:21

Trouve que l art 35 fout bien la contradiction en lumière ( en double sens), le mensonge est évidant aux armes quant cela arrange les bourges ; pacifique et respect des institutions quant sont au pouvoir. Pour les marxos le Poum ( parti marxiste ) et bien des marxos ne rentent pas dans la case oppresseur des prols. Bon les marxos Léninistes et trotskistes ont bien massacré des révolutionnaires.
jeannetperz
 
Messages: 171
Inscription: Lundi 30 Déc 2013 17:23

Re: la violence politique

Messagepar Lambros » Samedi 07 Fév 2015 12:31

Le POUM, comme le CCI ou l'ICT, ou toutes et tous les "communistes de gauche" soutiennent Lénine jusqu'en 1919. Certains (ICT) disent même que 36 c'était une guerre inter-impérialiste, passant à la trappe la révolution...

S'illes avaient pris le pouvoir...

Ce sont des oppresseurs en devenir, à partir du moment où illes conçoivent l'Etat.
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: la violence politique

Messagepar Mala » Dimanche 29 Mar 2015 9:55

La violence politique c'est aussi les petits coups de téléphone entre amis dans le but de diriger une organisation ...
Mala
 

Re: la violence politique

Messagepar elquico » Dimanche 29 Mar 2015 12:12

tu m'appelles quand?
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: la violence politique

Messagepar Mala » Dimanche 29 Mar 2015 12:49

Ah ah on dirait que tu a bien compris le principe :wink:
Mala
 

Re: la violence politique

Messagepar elquico » Mardi 31 Mar 2015 12:33

le sujet mérite notre réflexion,juste sur le début du texte évoquant la tolérance,je ne suis pas d'accord ,la tolérance est un leurre ,un attrape nigaud,s'il y avait une réelle tolérance,l'assassinat froidement d'enfants et d'adultes au motif qu'ils sont de confession juive,n'aurait pas lieu d'être ,ce qui n'est pas le cas;attention de ne pas tomber dans le piège du discours politique ,celui qui parle de tolérance,qui n'est en définitive qu'un discours ,rien de plus;
elquico
 
Messages: 428
Inscription: Dimanche 28 Nov 2010 23:59

Re: la violence politique

Messagepar Lambros » Mardi 31 Mar 2015 22:58

Oui ou de se faire traiter de facho parce qu'on mange pas de viande.
L'émancipation des chrétien-ne-s sera l'œuvre de Dieu lui même.
Avatar de l’utilisateur
Lambros
 
Messages: 1717
Inscription: Mardi 30 Mar 2010 15:45
Localisation: "Ma patrie c'est le Monde"...

Re: la violence politique

Messagepar Mala » Mercredi 01 Avr 2015 6:36

Ah non personne ne t'a traité de facho parceque tu ne mange pas de viande ... (ou cela a été écrit ?). Ce que je dis perso c'est que l'antispécisme est vecteur d'idées réactionnaire et que la lutte animale est truffée de fachos... et de militants sincères.
Par contre menacer d'écraser les militants qui ne sont pas d'accord avec soi c'est pas mal violent.
Mala
 

Re: la violence politique

Messagepar jeannetperz » Vendredi 03 Avr 2015 8:05

l autre a écrit:La violence politique et le manuel de Valls des hypocrites.


Le discours actuel des médias et des leaders politiques est une manipulation logique. En effet pour que le système fonctionne et ne pas troubler l économie capitaliste,les intérêts des oligarchies qui dirigent , la rente des nantis. Il faut empêcher que le polémos aboutisse à la guerre civile. Il faut pacifier le conflit. La tolérance , liberté d opinion, laïcité, sont fortes utiles dans le cadre du système, pour que les diverses opinions cohabitent sans remise en cause de l ordre établi. Notez que certains de ces mêmes qui parlent de paix civile ou sociale et de liberté d opinions, furent, sont et seront les mêmes qui lorsque leurs privilèges sont en jeux n hésitent pas a tirer sur le foule et établir des régimes plus ou moins dictatoriaux.

Les trois religion monothéiste.
Sans être exégète, le bon sens et quelques vérifications historiques. On constate que dans les trois bouquins spécifiques (judaïsme, christianisme, islamisme), sont dites une chose et son contraire. Point n est besoin d être docteur de la foi ou théologien, pour faire se simple constat même les casuistes sont divisés. Cela explique les multiples courants et divisions, voir les conflits violents internes à ces trois idéologies. Les guerres de religions, les schismes, les persécutions au nom de dieu; l'existence pour un seul dieu de trois religions, illustre mon propos. Les religions sont tellement despotiques quelles ont confisqué pour leur seul usage le spirituelle( 1). Observons aussi que soit disant chargées de nos âmes, elles s occupent de nos corps . Leurs implications dans le temporel se traduit par leurs positions idéologiques et politiques. Sauf quelques exceptions notables, les diverses religions sont en générale réactionnaires ou conservatrices sur les mœurs , très a droite sur l échiquier politique. Dans sa grande majorité les religions se sont opposées aux idéaux socialistes. Soit: violemment , par un soutien aux forces anti socialistes, indirectement par des prêches pour détourner leurs fidèles de la lutte pour le socialisme. Dans de nombreux pays les organisations religieuses sont parties intégrandes de gouvernement ou de l appareil d État. Se sont des appareils idéologiques d État. La phrase l alliance du sabre et du goupillon et la mémoire claire de ce fait historique, la participation des grandes institutions religieuses à l action violente et militaire contre le socialisme, les athées, le matérialisme philosophique et tous les combats pour la liberté, la justice et l égalité. Un autre phrase célèbre : la religion c est l opium du peuple signifie que la religion endort les gens pour éviter la révolte . Les trois religions monothéistes sont ontologiquements anti démocratique. Elles affirment que dieu et la source, la création de tout même des Hommes, ceux ci sont donc les créatures et le sujet de dieu. L homme est incapable de produire par lui même sa pensée, seule la révélation divine conduit les hommes, il s'agit d un anti humanisme . L humanisme dit que les actes des hommes sont le produit de la pensée et volonté propre aux hommes, l Homme est producteur et responsable de ces actes individuellement et ou collectivement selon ces actes. La démocratie part du principe que se sont les hommes ( et femmes ) qui décident de la vie de la cité , c est donc un humanisme. Mais soyons précis,l' humanisme produit de multiples idéologies dont certaines sont antagoniques. Il y a donc un fossé entre une posture transcendante ou immanente. Ce qui explique en autre la position contre la démocratie et le socialisme de la majorité des religieux. Les religions ont subi des défaites ici ou là par la pression des humanistes, démocrates, socialistes, anarchistes, athées ou simplement agnostiques. Sous peine d être rejeté par l évolution des mentalités incluant celle de croyants. Dans certains pays la religion s est accommodée, la laïcité et le prix de ce compromis. Mais le ventre est encore fécond d ou sortit la bête immonde.
Que nous soyons moins vigilants ou polémistes. Les forces dangereuses referont surface. Bien que soit disant pour l' amour de son prochain, de la tolérance, la paix, la fraternité. La répression , des mécréants, infidèles, renégats, apostats, hérétiques, athées reprendra ici comme elle est ailleurs . Il faut rappeler que la violence religieuse s est exercée aussi contre des croyants désignés de nos jours comme progressistes ou modérés. Il y a donc un mensonge a dire que intrinsèquement les religions et leurs institutions seraient non violentes. Il suffit d observer les endroits ou les religieux s étripent.

La violence politique n est pas limité aux seuls religieux. Ici comme dans tout les pays, les diverses tendances de l idéologie politique ont eu recours, ou légitimé, la violence pour instituer leur idéologie; de l ext-gauche à l ext -droite l histoire atteste de cela. Les révolutions et contre révolutions, quelques soient leur idéologie sont variablement violentes. La révolution française le fut ,et son symbole de la guillotine et cette Marseillaise qui dit- aux armes citoyens , qu un sang impure abreuve… est ce constat. La résistance 39/45 a juste raison pratiqua la violence.

Déclaration des droits de l homme et du citoyen de la constitution Française.
Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Tant que dureront les rapports d exploitation et d oppression, ils produiront de la violence politique et sociale et ceux jusqu au paroxysme d une insurrection, la révolution. De facto les systèmes sociaux basés sur l inégalité , au sens ou une partie de la population ne jouit pas des mêmes droits ou avantages. Sont violents: exclusion sociale, précarité, chômage, faible revenu, licenciement, répression misère existentielle, suicide, dépression etc. Ce sont des systèmes dit de de classe ou de couche sociale, car les diverses strates de la population n ont pas le même statut. De là naissent les conflits d intérêts. Les possédants pour maintenir leurs privilèges usent de toute la gamme des violences de la simple amende a une répression qui peut aller à la dictature. Ne pas oublier que le nazisme, fascisme , franquisme sont avant tout l écrasement des luttes ouvrières et populaires. L exploité peut choisir entre se soumettre ( la servitude volontaire) , prier dieu (irresponsabilité) , trouver dans la religion de quoi supporter sa condition et d espérer le paradis ( l opium du peuple) ou combattre. Le combat utilisera toute une palette de violence graduée; jusqu a quelques fois l émeute, l insurrection, la révolution. L histoire de l humanité est largement celle de la conflictualité sociale et de la violence politique. La question n est pas de nier cela mais de savoir ce qui est supportable ou entendable ou tolérable ou légitime dans le prisme de la violence politique. Je dit illégitime est condamnable la violence des possédants. Je dit légitime la violence de l opprimés surtout que cette violence et souvent le dernier recours et en dernier ressort pour abolir la domination de quelques uns sur les autres. Bien sûr si nous pouvions changer ce monde par des voix pacifiques nous le ferions, mais ceux qui tirent avantages de leur domination laisseront-ils faire? La violence de ceux qui subissent et résistent aux visées dictatoriales incluant celle de religieux rétrogrades n'est pas condamnable. La question est bien quelle violence et sont niveau, par qui pourquoi. Est inacceptable: la violence de fanatique religieux, le terrorisme aveugle celui qui tue au hasard, la violence des guerres nationalistes et impérialistes, la violence sexiste et machiste, la violence sur des enfants, la violence des patrons, de l État contre le juste combat la population ou des travailleurs, la violence contre de libres penseurs, la violence du capitalisme, la violence du fort sur le faible. Dans ce monde ou croisent les violences , la plus part ne sont porteuses de justice mais de barbaries. Si les choses continuent, vont s affronter crescendo:les religions pour imposer leur idéologie et hégémonie, les États pour leurs intérêts particuliers, les riches et les pauvres suivant leurs besoins de classe, les anti religieux opposés à une vision rétrograde, les nationalismes face à l ordre libéral mondialisé, le capitalisme contre le socialisme etc. Si nous voulons que des: paumés, désespérés, miséreux, mals dans leur peau, fragiles, psychopathes, exaltés, cons, révoltés, deviennent la soldatesque des despotes. Nous devons reprendre Castoriadis , il n y a pas de société sans imaginaire institué, cet imaginaire n a pas de fondement absolu et définitif, il est les valeurs, principes, pensées du moment . Nous devons redonner un sens et imaginaire, une éthique . La voie libertaire doit être plus puissante; le socialisme libertaire un possible. Ils sont seuls capables de dépasser l incantation pour établir dans le réel . L Egualité économique, sociale donc des droits, la Fraternité qui nourrie de cette égalité permet à tous l appartenance à la communauté humaine, La liberté tant individuelle ou collective qui unie à l égalité-fraternité fait que une opinion ne peut viser a soumettre . Il faut affirmer le principe indissociable de ce triptyque . A chacun de réfléchir si les systèmes en vigueurs dans le monde induisent la barbarie et si le socialisme libertaire est une réponse à cela.

Pour terminer, vu les débats sur les questions de violences quant elles s exercent sur des policiers. Dans nos sociétés le principe de la protection des personnes, des droits civils et de la protection civile est acté. La société prohibe chacun des actes illicites d un individu contre un autre. Dans les sociétés sans État c est la communauté qui intervient. Dans les système étatiques c est l appareil répressif d état (magistrats, policiers, gendarmes) en tant que corps spécialisés qui ont cette fonction , car le principe est que l État a monopole légale de la violence . Donc en cas d actes illicites envers les personnes, cet appareil est sensé protéger le veuve et l orphelin. Il est donc difficile de porter la critique sur cet aspect. Mais l appareil répressif ne se limite a cela. Il obéit aux lois de L État, du gouvernement et quant ces lois sont pour maintenir des rapports d exploitations/soumissions, cela change tout. Par exemples: 1940-45 répression des juifs et résistants, opposants aux guerres coloniales et impérialistes, écrasements des soulèvements populaires, matraquages des manifestants, atteintes aux luttes salariales etc.Il faut garder à l esprit que pour ce légitimer, l' État met en avant la protection civile , pour faire oublier sa coercition illégitime. Il y a lieu dans nos critiques vu l opinion publique de distinguer quant un policier meurt en protection de journaliste de Charlie hebdo et la mort d un manifestant comme Rémi Fraisse et bien d autres.
Jean Picard Caen le 20- 2015

1 . André Comte-Spongille: L esprit de l athéisme.

2- "Dieu étant le maître, l'homme est l'esclave. Incapable de trouver par lui-même la justice, la vérité et la vie éternelle, il ne peut y arriver qu'au moyen d'une révélation divine. Mais qui dit révélation, dit révélateurs, messies, prophètes, prêtres et législateurs inspirés par Dieu même ; et ceux là une fois reconnus comme les représentants de la Divinité sur la terre, comme les saints instituteurs de l'humanité, élus par Dieu même pour la diriger dans la voie du salut, ils doivent nécessairement exercer un pouvoir absolu. Tous les hommes leur doivent une obéissance illimitée et passive, car contre la Raison divine il n'y a point de raison humaine, et contre la Justice de Dieu il n'y a point de justice terrestre qui tienne."
(Mikhaïl Bakounine / 1814-1876 / Dieu et l’État / 1882
jeannetperz
 
Messages: 171
Inscription: Lundi 30 Déc 2013 17:23

Re: la violence politique

Messagepar Mala » Vendredi 03 Avr 2015 10:54

Est ce que jean picard pense que de menace d'écraser les militants qu'il n'arrive pas à manipuler c'est de la violence politique ? J'aimerais bien avoir l'avis de ce grand penseur qui porte en lui LA vérité anarchosyndicaliste.
Mala
 

Re: la violence politique

Messagepar jeannetperz » Vendredi 03 Avr 2015 17:31

crois que les réponses du picard vont pas tarder, confonds pas vitesse et précipitation.
jeannetperz
 
Messages: 171
Inscription: Lundi 30 Déc 2013 17:23


Retourner vers Sur la pensée révolutionnaire

cron